16 janvier 2012

L'homme qui a coûté 500 milliards

 

500mds

 

Au sommaire de Marianne, 769, 14 janvier 2012 :

- Srkozy, l'homme qui a coûté 500 milliards à la France

- Srkozy contre les profs (Jacques Julliard)
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/marianne/jj-ns-profs.doc
.
Extraits :
« …Tout ce que la société attend du « professeur », c’est son aptitude à encadrer les élèves, à éviter les « histoires » et les « embrouilles ». C’est un travail de police de la jeunesse, au mieux d’animation, parce que la société a peur de ses adolescents et compte sur les enseignants pour les occuper, les distraire, en attendant qu’ils deviennent adultes. Merci pour le cadeau !
Conscient de l’énormité de ce qu’il propose (notation des profs par leurs chefs) , «je ne vois rien de choquant à ce que l’on confie au chef d’établissement cette évaluation », Nicolas Sarkozy ajoute immédiatement : « A condition que
les compétences disciplinaires continuent à être évaluées par l’inspecteur »... C’est exactement la situation actuelle !
Qui croire ? Personne ! Que croire? Rien ! Mais, en attendant, le président aura occupé le terrain.

Alors, au bout du compte, que restera-t-il de ce discours ? L’idée que les profs sont des absentéistes, des fainéants,
des individualistes et qu’il faut augmenter leur maxima de service ! C’est le discours convenu des vieux caleçons de la droite profonde… Voilà ce qui se cache derrière le langage du président de la République : la sourde hostilité, remâchée depuis des décennies, de la France des nantis à l’encontre des enseignants. Le discours de la rentabilité
et du maintien de l’ordre »...

... « Ne nous trompons pas de cible : ce n’est pas l’école qui est malade, c’est la société qui est pourrie.
Pourrie par l’argent. Par la pub. Par le fantasme de la réussite matérielle. Par le conformisme.
Réformer l’école ? Oui, sans doute ! Mais d’abord la défendre ! »

Jacques Julliard dénonce aussi le retour à la tactique de l'hyperactivisme - celui que l'on tente de soigner par le médicament chez les enfants aux USA (cf Libération) - :  le non-candidat se livre « jour après jour à un extraordinaire jeu de bonneteau, où il s’agit de saturer l’atmosphère par l’abondance dés propositions, de sauter de l’une à l’autre pour interdire toute discussion sérieuse, de jouer du paradoxe et de la contradiction avec le plus grand mépris pour les facultés mentales de l’électeur. Cet enfumage permanent ne doit pas masquer la réalité qui se cache derrière: ce qui est acceptable dans ces propositions n’est pas nouveau ; ce qui est nouveau n’est pas acceptable ».

- Un jeune homme en colère (Pierre Joxe contre la démolition de l'ordonnance de 1945 sur la protection des mineurs) - billet d'Alain Rémond.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,