11 novembre 2015

Marcel Berger (1891-1914)

 

berger-ethe-inconnu

Inconnu
sous lieutenant du 104e RI
Mort pour la France
cimetère d'Ethe (S-E de la Belgique)
photo Yann Rondeau

 

 

berger-marcel-plaque

Marcel Berger (1891-1914)
sous-Lieutenant au 104eme RI (Régiment d'infanterie)
tombé glorieusement à Ethe le 22 août 1914 à l'âge de 23 ans.
cimetière de Vire (14)

voir
voir http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/12/03/31077774.html

.

 

 

 

Posté par clioweb à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


04 décembre 2014

Marcel Berger (1891-1914)

 


berger1

 La plaque commémorative sur le côté d'une tombe de la famille Berger à Vire (14)

 

berger2

La plaque commémorative sur le côté de la tombe
de Félix Berger (1830-1910) *
sa première épouse Sophie Berger, née Chenal (1837-1875)

Julie Berger née Ehrer (1843-1928)
Cimetière de Vire, carré G, 19e rang, tombe 252


sous-lieut-inconnu

au cimetière d'Ethe (Belgique), un sous-lieutenant du 104e RI est porté comme disparu
Il s'agit très certainement de Marcel Berger.


Une recherche, à partir d'un travail des élèves de Yann Rondeau sur le 104e RI :

Marcel Berger est mobilisé le 7 août 1914 à Falaise dans le 104e régiment d’infanterie.
Quinze jours plus tard, le 22 août 1914, il est tué à Ethe,
comme plus de 25 000 autres soldats français et peut-être 10 000 soldats allemands.

Il est né à St Martin de Tallevende, près de Vire, le 12 juin 1891, dans une famille d'industriels du textile.
En octobre 1909, à 18 ans, il s’engage pour 3 ans.
Il devient soldat de 1ère classe le 27 juillet 1910, caporal le 27 sept 1910.
Il obtient le brevet de chef de section et celui de vélocipédiste le 31 août 1911.
Il est sergent le 24.09.1911, puis sous lieutenant de réserve par décret en nomination ministérielle du 14.07.1914.

L'armée le décrit : 1 m 71, Cheveux châtains, yeux bleus, front large, nez et bouche moyens et visage ovale
CBC. Légion d'honneur  22/08/1914   Ethe  23   TAE  414-3075
certificat de bonne conduite, Légion d'honneur, tué à l'ennemi, no de corps / no de matricule (cf. fiche Mémoire des hommes)


Le tribunal de Vire se prononce sur son décès le 19.09.1919,
décision transcrite dans l’état civil de Saint Martin de Tallevende le 05.10.1919


berger-marcel2

Marcel Berger (1891-1914), la fiche de Mémoire des hommes


 

smt-05101919

Marcel Berger, Mort pour la France, Ethe, 22 août 1914
Jugement déclaratif de décès (page 1/4) - Etat civil de St Martin-de-Tallevende (14500), 05.10.1919

(1 - acte de disparition, 2 - copie d'un PV d'audition des témoins,
3 - note du corps attestant l'absence de nouvelles 4 - certificat de non captivité 
5 - certificat des services  6 - expédition de l'acte de naissance
7 - note de service se rapportant au dernier domicile  8 - enquête du parquet)


Copie photo de la transcription du jugement  le 5 octobre 1919, en mairie de St Martin-de-Tallevende
du jugement déclaratif de Décès du sous-lieutenant Berger Marcel-Edmond, par le tribunal de première instance de Vire, 19 septembre 1919
(la démarche n'est pas isolée, le registre d'état civil comporte d'autres transcriptions)
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/11/10/34550423.html


 

 

smt-mmorts1        smt-mmorts3


Et sur le monument aux morts de Saint-Martin-de-Tallevende
Marcel Berger, sous-lieutenant, Légion d'honneur :
http://clioweb.free.fr/dossiers/14-18/berger/smt-mmorts1.jpg
http://clioweb.free.fr/dossiers/14-18/berger/smt-mmorts3.jpg

 


berger-robert

Robert Berger, un cousin, second fils de Charles, est décédé le 14 juillet 1919 à Montana (Suisse).
Il avait 21 ans et il était maréchal des logis d'artillerie.

Charles Berger, ancien maire de Vire
chevalier de la légion d'honneur
(février 1863-27 septembre 1942)

Mme Charles Berger 1870-1956
née Elise Heroult

en souvenir de René Berger (1896-1982)
inhumé à Buesnos-Aires (Argentine)

* Chez les Berger, Felix (1830-1919) a quitté Bischwiller en 1872, suivi par ses salariés. Il a créé à Martilly une usine moderne.

Charles Berger (1863-1942), l'oncle de Marcel, est maire par intérim de Vire entre janvier 1914 et novembre 1919. En avril 1910, il a été candidat républicain aux législatives ; il est battu par Jules Delafosse, l'inusable député nationaliste sortant (35 ans de mandat, avec une exception : en 1898, il a été battu par le républicain Emile Chesnel ; JD meurt en février 1916).

En juillet 1917, aux usines Berger Frères, une cinquantaine d'ouvrières réclament une augmentation de salaire et se mettent en grève. Deux jours plus tard, la direction leur accorde une indemnité de vie chère de 10 F.

En novembre 1919, aux élections législatives, Charles Berger, candidat républicain démocrate est battu par Camille Cautru, candidat du Bloc national. Il est réélu au conseil municipal, mais il démissionne rapidement. Charles Drouet est élu maire le 12 décembre 1919.




vire-mmorts

A Vire, le monument aux morts, oeuvre du sculpteur Georges Roty,
a été inauguré le 9 novembre 1924, dans le cimetière St Benoit.

Les plaques portant le nom des soldats virois tués en 1914-1918
(8 plaques de 31 noms, dont environ 53 avec une mention de grade,
(dont 1 lieutenant de vaisseau)
http://clioweb.canalblog.com/archives/2015/11/11/32913180.html

 .
.
.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

28 novembre 2012

1914-1944-2014, la polémique



- Une guerre peut en cacher une autre - Libération 09.11.2012

Une « Mission interministérielle des anniversaires des deux guerres mondiales » vient d'être créée avec
la volonté de « rendre hommage aux hommes et aux femmes qui ont lutté pour la défense de la France »
(article 2 du décret du 3 octobre 2012).
Face au rapprochement du centenaire de 1914 et des 70 ans de 1944, le sénateur radical Christian Namy dénonce la confusion mémorielle, des historiens parlent de régression mémorielle.

« Nous n’avons aucune intention de mélanger les anniversaires, explique-t-on au cabinet du ministre (Khader Arif).
Le centenaire sera de loin l’événement central, en nombre de cérémonies, de colloques, de touristes étrangers,
« ceci pour rassurer les élus pour qui c’est un enjeu économique ».
Mais nous ne voulons pas que sous prétexte que le centenaire est un événement exceptionnel,
on passe les 70 ans de 1944 par pertes et profits.
Car c’est un anniversaire exceptionnel, le dernier où il y aura de grands témoins survivants ».
http://www.liberation.fr/societe/2012/11/09/une-guerre-peut-en-cacher-une-autre_859469


- Polémique sur les célébrations - Le Républicain Lorrain 02.11.2012
http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2012/11/02/polemique-sur-les-celebrations

2014 : la commémoration qui ne passe pas…
http://www.agglo-sarreguemines.fr/2012/11/121110_RL_Visite-president-UL_Region.pdf


- Lors de l'AG de l'APHG, Serge Barcellini a traité des enjeux politiques, mémorielles et économiques
qui accompagnent cette polémique.

En 1964, de Gaulle commémore le débarquement en Provence et le cinquantenaire de 1914.
Il ignore l'anniversaire du 6 juin.
Après 1974, VGE a tenté de faire passer au second plan la commémoration du  8 mai 1945.
En 1984, 1914 et 1944 ont été commémorés au même niveau.
En 1994 et 2004, l'accent est mis sur 1944.

NS avait surdimensionné le centenaire, avec un GIP qui n'était rattaché à aucun ministère, donc directement à l'Elysée.
Le centenaire prévoyait de tout concentrer sur une seule année, à la manière de 1789 pour la Révolution.
5 opérations étaient envisagées : une semaine (très médiatique) à Sarajevo en juin, un 14 juillet avec un clone du défilé de 1919 (et les géants de Nantes), un 31 juillet (Jaurès),  un 2 août, un 11 novembre avec la panthéonisation de Maurice Genevois.
Le GIP de la Mission du centenaire (Légifrance)

La solution ne convenait pas à tous les belligérants, les Britanniques préférant commémorer 1916.
Les Américains voudraient une célébration planétaire pour le D-Day.

Pour le centenaire, la mémoire des lieux succède à celle des hommes.
Avec un enjeu touristique et financier évident
(cf son rapport sur  La Meuse face au défi du centenaire :
Une simple commémoration attirerait entre 50 et 300 000 personnes.
Une politique active de la mémoire en attirerait entre 1 et 4 millions ... :-)
http://www.verdun-meuse.fr/images/files/LA_MEUSE_FACE_AU_DEFI_DU_CENTENAIRE.pdf


A propos de 1944, il reprend l'argument du cabinet : en 2014, le 70e anniversaire sera une occasion exceptionnelle pour donner la parole aux acteurs et aux témoins (il resterait environ 10 000 résistants en vie sur les 270 000  encartés). L'émotion et la mémoire prendront le pas sur l'histoire.

[Le raisonnement n'est-il pas davantage fondé pour le soixantième anniversaire ?
(en 2004 : un résistant ou un soldat de 20 ans en 1944 avait alors 80 ans)
cf l'accueil des vétérans en Normandie en 2004
http://clioweb.free.fr/dossiers/vire/vire.htm#vire1944-2004 ]


La création d'une Mission interministérielle serait un moyen politique de reprendre la main sur l'ensemble,
et pour le ministre, d'exister ajoute Libération citant ses opposants.

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

20 juillet 2012

Vivoin, morts 1914-1918

 

A Vivoin, le nombre des soldats morts pour la France varie selon la source :
Le monument aux morts public indique 18 tués en 1914, 6 en 1915, 4 en 1916, 2 en 1917, 8 en 1918.
La plaque présente dans l'église indique 7 tués et 3 disparus en 1914, puis 1, 4, 0, 8.
Les prénoms y figurent en entier.

Les critères ont parfois varié d'une commune à l'autre (naissance, résidence).
Il faudrait exploiter les données fournies par Mémoire des hommes

vivoin-1914

vivoin-14-18-eglise


vivoin-1915-18

 

v-couillaut

Sur le site web Mémoire des hommes,
la fiche d'Ernest Couillaut, tué à l'ennemi le 16 septembre 1914
(porté disparu sur la liste de l'église)


.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,