15 février 2012

Enseignant, un travail en miettes..


modern-times-2

Les Temps Modernes - source http://garbagedayreviews.wordpress.com/
Une usine où l'on ne produit aucune automobile...


Le taylorisme entre dans l’école française
Sébastien Massonnat - Enseignant, militant syndical Snes-FSU - Libération Rebonds
http://www.liberation.fr/societe/01012389756-le-taylorisme-entre-dans-l-ecole-francaise

Un siècle après celui de l’usine, le monde enseignant doit affronter une tentative de confiscation de l’autonomie que confère au travailleur son métier.

« … la taylorisation rampante (du métier d’enseignant) au nom de la gestion s’accélère avec le recyclage des inspecteurs pédagogiques en « bureau des méthodes qui élabore des fiches d’instruction et détermine les temps et les mouvements, l’outillage, les vitesses » et avec le renforcement des pouvoirs des chefs d’établissement, évaluateurs étrangers au métier, «contremaîtres qui enserrent l’ouvrier dans un réseau de formation et de surveillance technique» (Taylor, 1912) ».

« A l’école, faute de pouvoir mécaniser ou tout dématérialiser, c’est sur les seuls professeurs que reposent les gains de productivité : leur faire accepter de coûter toujours moins suppose d’étendre les pouvoirs du contremaître - le management par la peur - et de mettre en miettes le métier pour que les solidarités qu’il produit n’entravent pas le management par la concurrence ».


Toute analogie a son intérêt et ses limites. Naguère, la taylorisation était présentée comme une chasse aux temps morts (cf les Temps Modernes), la source d'un salaire accru pour l'ouvrier, et pour le patronat un moyen de réduire le nombre des ouvriers ou des ouvrières à salarier. Taylor y voyait une forme possible d'association entre Capital et Travail. Les historiens y ajoutaient le travail à la chaîne, la standardisation et le compromis fordiste (attirer et stabiliser des ouvriers immigrés par de meilleurs salaires, des salaires insuffisants pour acheter une Ford T).
Le compromis fordiste a été sévérement critiqué. Aujourd'hui, les néo-libéraux l'ont rappelé par une course générale aux bas coûts et aux bas salaires. cf l'exemple récent de Renault en Roumanie (300 euros par mois) ou au Maroc. Est-ce la meilleure manière de réamorcer la pompe et de faire marcher une économie attentive au plus grand nombre ?

Fréderic W Taylor :
http://agora.qc.ca/Dossiers/Frederick_Winslow_Taylor

http://agora.qc.ca/Documents/Frederick_Winslow_Taylor-principes


- La taylorisation dans l'industrie. Un exemple, tiré du chapitre 2 de  The Principles of Scientific Management

Le contrôle des billes pour bicyclettes dans l'usine de Fitchburg, Massachusetts.
En décembre 1896, F.W. Taylor remplace le directeur de l'usine de Fitchburg à la « Simonds Company » .
Il s'intéresse d'abord aux ateliers de fabrication des billes et de polissage, il réorganise le service contrôle et met en place le salaire différentiel.
En 1898 les prix de vente s'étant effondrés, la « Simonds Company » rencontre de grosses difficultés et malgré l'amélioration de la productivité, l'usine est fermée.
source : http://manag.r.free.fr/theories_du_management_ecole_classique_taylor_la_vie_de_taylor.html

195. L'opération spéciale que nous voulons décrire ici est celle de la visite des billes de bicyclette avant leur emballage pour leur expédition (...) Le travail de visite était entièrement fait par des jeunes filles au nombre d'environ 120 payées à la journée.

199. (...) On adopta un système perfectionné de rémunération à la journée (...); pour chaque visiteuse, on tint un compte journalier exact tant de la quantité que de la qualité produites. Au bout d'un temps relativement court, cela permit au chef surveillant de stimuler l'action de toutes les visiteuses en augmentant le salaire de celles qui produisaient le plus et le mieux et en réduisant celui de celles qui se montraient inférieures aux autres, enfin en renvoyant les ouvrières dont la lenteur et le manque de soin étaient incorrigibles. Une étude soigneuse du temps fut faite avec un chronomètre (...). Cette étude montra que les jeunes filles perdaient en conversation une partie considérable de leur temps.

200. On les empêcha de bavarder pendant le travail en les plaçant à distance respectable l'une de l'autre ; les heures de travail furent réduites de 10 h. et demie d'abord à 9 h. et demie, puis 8 h. et demie par jour. Cependant le repos du dimanche après-midi fut maintenu. Deux pauses de 10 minutes leur furent accordées au milieu de la matinée et au milieu de l'après-midi; pendant ces pauses elles avaient le droit de se lever et de causer.

201. (...) On introduisit alors le travail aux pièces avec un taux différentiel s'appliquant (...) à une plus grande précision de la visite (...). Le travail de chaque ouvrière était mesuré chaque heure et on leur faisait connaître si leur allure était normale ou de combien elles étaient en retard.

203. Les résultats finaux de ce système (...) furent les suivants :
    a) 35 ouvrières firent le travail autrefois fait par 120;
    b) les ouvrières gagnèrent de 32,50 Fr. à 45 Fr. par semaine au lieu de 17,50 Fr. à 22,50 Fr.;
    c) elles ne travaillèrent plus que de 8 h. et demie par jour au lieu de 10 h. et demie;
    d) la précision du travail augmenta d'un tiers.

204. Le fait qu'on a pu avec 35 ouvrières faire le travail qui en exigeait autrefois 120, est dû non seulement à l'amélioration du travail de chacune par des méthodes supérieures mais aussi à la suppression des ouvrières paresseuses et peu productives remplacées par des jeunes filles ambitieuses.
(F.W. Taylor, La direction des ateliers, trad 1913)
http://ju.educanet2.ch/nicolas.barre/LCP_H/textes/08hgri/docs.html#taylori

http://ju.educanet2.ch/nicolas.barre/LCP_H/textes/tablgen/cadre.html


To come back to the girls inspecting bicycle balls, however, the final outcome of all the changes was that thirty-five girls did the work formerly done by one hundred and twenty. And that the accuracy of the work at the higher speed was two-thirds greater than at the former slow speed.

The good that came to the girls was,
First. That they averaged from 80 to 100 per cent. higher wages than they formerly received.
Second. Their hours of labor were shortened from 10 1/2 to 8 1/2 per day, with a Saturday half holiday. And they were given four recreation periods properly distributed through the day, which made overworkmg impossible for a healthy girl.
Third. Each girl was made to feel that she was the object of especial care and interest on the part of the management, and that if anything went wrong with her she could always have a helper and teacher in the management to lean upon.
Fourth. All young women should be given two consecutive days of rest (with pay) each month, to be taken whenever they may choose. It is my impression that these girls were given this privilege, although I am not quite certain on this point.

The benefits which came to the company from these changes were :
First. A substantial improvement in the quality of the product.
Second. A material reduction in the cost of inspection, in spite of the extra expense involved in clerk work, teachers, time study, over-inspectors, and in paying higher wages.
Third. That the most friendly relations existed between the management and the employés, which rendered labor troubles of any kind or a strike impossible.

http://www.eldritchpress.org/fwt/t2.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Taylorisme

 

.
- Le compromis fordiste - Ford, My Life and Work
http://en.wikisource.org/wiki/My_Life_and_Work/

« Notre premier progrès dans l'assemblage consista à apporter le travail à l'ouvrier, au lieu d'amener l'ouvrier au travail ».

« La fixation du salaire de la journée de huit heures à cinq dollars fut une des plus belles économies que j'aie jamais faite, mais en le portant à six dollars, j'en fis une plus belle encore. Jusqu'où irons-nous dans cette voie, je n'en sais rien ».
http://clioweb.free.fr/textes/20ford.htm

« The payment of five dollars a day for an eight-hour day was one of the finest cost-cutting moves we ever made, and the six-dollar day wage is cheaper than the five. How far this will go, we do not know ».
http://dcrit.sva.edu/wp-content/uploads/1947/12/FORDmylife.pdf

1909 - prix unitaire : 950 $ -   18 664 automobiles produites
1912 - prix unitaire : 600 $ - 168 220 automobiles produites
1916 - prix unitaire : 360 $ - 785 432 automobiles produites
source : Bréal 1997

 

un détail : la grève aux usines Renault contre le chronométrage, c'est en ... février 1913
http://www.pelloutier.net/dossiers/dossiers.php?id_dossier=46

 

 1913renaultgrevechrono

1913 - Renault - Grève contre la méthode Taylor et le chronométrage.
.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,