10 mars 2014

14-18 : pas d'émancipation des femmes

 

« La guerre de 14 a-t-elle émancipé les femmes ? » - Centenaire
Françoise Thébaud, Les Femmes au temps de la guerre de 14
http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/societe/la-guerre-de-14-t-elle-emancipe-les-francaises


« La France de l'entre-deux-guerres s'est crispée sur la question de l'émancipation des femmes » - Le Monde 07.03.2014
La première guerre mondiale n'a pas émancipé les femmes en France.
Y a-t-il eu de nouveaux droits pour les femmes à l'issue de la guerre ? Pour la France, la réponse est non. Aucune des revendications formulées par le mouvement des femmes n'est satisfaite dans les années 1920. Il n'y a ni droit de vote ni amélioration du statut civil de la femme mariée.
Les Allemandes, comme les Britanniques, obtiennent le droit de vote... La France se crispe sur cette question
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/03/07/


Françoise Thébaud : Penser la guerre à partir des femmes et du genre : l'exemple de la Grande Guerre,  Asterion 2004
http://asterion.revues.org/103

 

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


09 mars 2014

1917 : Trois robustes paysannes



commons-3robustes

Trois robustes paysannes - La photo (recadrée) existe dans Wikimedia Commons
qui indique la source : le magazine Lectures pour tous, 15.07.1917

- « Plus de chevaux pour tirer la herse. N'importe !
Trois robustes paysannes s'attellent à l'outil, peinent si bien
que le permissionnaire, à sa prochaine venue, retrouvera son champ en pleine prospérité
».
La légende complète montre les ravages d'une propagande forcenée : la mise en scène de cet attelage improbable peut tromper un photographe professionnel, mais elle suggère une profonde méconnaissance du travail de la terre et un réel mépris des lecteurs.


  nlq-3robustes

En 2007, dans le Nathan première, page 196, cet attelage peu vraisemblable et surprenant est reproduit
dans une double page consacrée à 14-18 : La mobilisation de l'arrière : les femmes travaillent aux champs (France).
Pourquoi, chez un éditeur réputé pour son sérieux, des illustrateurs de manuels d'histoire donnent-ils en 2007
un nouvel écho à ce type d'image de propagande (sans la faire questionner vraiment) ?

 

- Gallica connaît le magazine qui exploite le spectaculaire et l'exotique ne recule pas devant le chauvinisme.

Une illustration de cette propagande :
page 560, article En pays reconquis...La Terre qui renaît :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6550426d/f558.image


.

lpt-renait

En pays reconquis - La terre qui renaît
«La vie aux champs, près du front : tout au long des routes ébranlées par les convois de ravitaillement,
quel réconfort de voir des " remplaçantes " : ici,  une mère et son jeune fils font la besogne de l'absent.
Plus loin, une vaillante paysanne lave son linge dans un énorme trou d'obus (!), au bruit lointain de la canonnade
»


- La propagande se repère aussi dans le sommaire de ce numéro :

Le Rhin, frontière française (une barrière naturelle)

Les femmes s'enrôlent (dix mille femmes soldats, pompiers en Angleterre, les chauffeuses)
Vers messines, les étapes de l'avance anglaise
Nos comédiens travaillent pour la France (La Comédie française en Suisse, Mme Bartet, Mme Pierson, Mme Dussanne, Grand, Bord, Mlle Sorel)
Ce que les Etats-Unis apportent aux alliés
Le pays noir sous les obus
Les impressions d'une factrice
Une toupie qui fait des merveilles
Les grands jours du panache (revues militaires)
En pays reconquis La terre qui renaît
Plus de chevaux pour tirer la herse
Hymne à la France,
Celui qu'elles attendent
Les idées en marche : ce que nous a dit  le gouverneur de l'AOF
Le casque à pointe de l'ex-roi Constantin, beau-frère de G II
La patache de Vic en Col
AG de Patria : abbé Wetterlé : ne jamais oublier les crimes commis par les barbares
L'amiral Merveilleux du Vignaux (sic), directeur de la guerre sous-marine est en couverture du numéro du 15 juillet 1917

Lectures Pour Tous
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lectures_pour_tous_(magazine)
https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Lectures_pour_tous


- Pourquoi laisse-t-on croire que les femmes ne travaillaient pas en dehors de leur foyer avant 1914 ?
Le choix des illustrateurs du Nathan est d'autant plus surprenant que le même éditeur a publié dans un manuel de terminale des données sur le travail des femmes au XXe : plus de 7 millions sont actives en 1911, un chiffre qui n'est atteint ensuite que vers 1968.

factx20
Les femmes au travail (1896-1996) - 7 millions d'actives en 1913, davantage qu'en 1965.
http://clioweb.free.fr/dossiers/genre/femmes.htm

L'histoire des femmes et du genre sur le web (dont Françoise Thébaud sur les femmes et la Grande Guerre)
http://clioweb.free.fr/dossiers/genre/genre.htm


- Il existe de nombreuses illustrations du travail réel des femmes pendant la guerre :
cf la photo de l'employée des chemins de fer, en haut sur la page de droite.
Lectures pour tous cite les factrices, les pompiers, les conductrices...
Voir par exemple d'autres photos et affiches indexées par Google images : Women at Work WW1


cd-fe-tram

https://twitter.com/chdelporte/status/442295113943752705/photo/1

23 janvier 2014

BDIC : Numériquement vôtre

 

bdic



Numériquement vôtre

dans le numéro 35 du Journal de la BDIC :
http://www.bdic.fr/186-non-categorise/487-journal-de-la-bdic-n-35

- Le succès grand public de la journée de la Grande Collecte Europeana 14-18.

- Sources historiques en ligne
L’histoire contemporaine est un vaste territoire à défricher, que la BDIC investit avec détermination dans la continuité de sa tradition bientôt centenaire de collecte et de services au coeur des problématiques vives de la recherche

- des annonces de colloque
11/12 février 2014 : La guerre d’indépendance algérienne. Echelles métropolitaines
4-6 décembre 2014 :  Les peintres et la Première Guerre mondiale

.

Posté par clioweb à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 janvier 2014

14-18 : les hommes d'Aubusson

 

aubusson2

Jean-Christophe et Jean-Claude Ruppé, Les hommes d'Aubusson au temps de la Grande Guerre
publié par la commune d'Aubusson, infographie : imprimerie Mouturat (Flers)


Jean-Christophe et Jean-Claude Ruppé, deux professeurs d'HG, ont exploité les archives disponibles, civiles et militaires, pour restituer le parcours de 172 hommes, qui sont nés ou ont résidé à Aubusson.
Cette commune rurale de l'Orne, au nord de Flers, comptait 600 habitants en 1836, au temps de la proto-industrie (tisserands), mais seulement 214 en 1911 (un niveau bas qu'elle garde jusqu'en 1975).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aubusson_(Orne)


Le monument au morts, réalisé par le sculpteur Marcel Pierre et inauguré le 13 novembre 1921, comporte 7 noms (le 7ème a été ajouté à la suite d'une étude menée par Jean-Christophe Ruppé en 2009). 

L'un d'eux, Eugène Benoni Montaufray, un journalier agricole né en 1880, est mobilisé le 2 août 1914. Il fait partie des 61 soldats et des 5 officiers tués devant Aubérive, en Champagne, le 25 septembre 1915. Sa femme l'a attendu en vain : il avait annoncé par lettre son arrivée en permission le même jour. Sa fille, née en décembre 1913, ne l'a pas vraiment connu. En 1996, ses petites-filles ont découvert la lettre de Victor Auvray, un camarade, qui décrit les circonstances de son décès.


aubusson3

de gauche à droite : Hector Duval, Alcide Gauquelin (?), Eugène Montaufray, Joseph Filoche (?).
Seul Gauquelin célèbre l'armistice en 1918 -  collection Yvonne Montaufray-Patry

De 1914 à juin 1917, 43 988 Ornais âgés de 18 à 49 ans seront mobilisés.
10 476 ne reviendront pas. Le département comptait 307 000 habitants en 1911.
Gérard Bourdin, Les Ornais face au feu (1914-1918), Le Pays Bas-Normand 3-4/2011


Parmi les nombreux documents de qualité reproduits, une photo de groupe des poilus et des élus a été prise lors de l'inauguration : en 1979, les habitants savaient encore mettre des noms sur tous les visages présents (cf. la photo en bas à gauche de la couverture).



Le sommaire de l'ouvrage à télécharger au format pdf :
http://clioweb.free.fr/dossiers/14-18/aubusson-sommaire.pdf

   
ou en direct : Avant-propos

    INTRODUCTION : « 1914-2014 : UN SIÈCLE »

    CHAPITRE I - AUBUSSON AVANT LA GRANDE GUERRE
            Le crépuscule du tissage à main1
            La nostalgie de l'union du métier à tisser et de la charrue
            Le glas avant le tocsin : émigration et déficit naturel
            De la résistance du cléricalisme à l'union sacrée
            La prééminence de l'écharpe ou du rabat au tournant des XIXe et XXe s. ?
            Vers une lente conversion à la République

    CHAPITRE II - CONFRONTER LES SOURCES,
    DÉFINIR LES « HOMMES    D'AUBUSSON »
            Diversité des sources, diversité des approches
            Les sources civiles
            Les sources militaires
            La presse écrite.4
            Identifier, nommer,  classer : définir les « hommes d'Aubusson »
            Catégorie n° 1 : les « natifs domiciliés »
            Catégorie n° 2 : les « domiciliés »
            Catégorie n° 3 : les « natifs non domiciliés »
            Catégorie n° 4 : les « non-natifs de passage avant 1914 »
            Catégorie n° 5 : les « hommes arrivés après 1918 »

    CHAPITRE III - LA GUERRE EN MARCHE,
     LE PARCOURS DU COMBATTANT
            La mobilisation générale : le rappel massif de l'été 1914
            « La crainte de la guerre...»
            Les hommes d'Aubusson entrent en guerre
            L'histoire d'une photographie
            Les hommes d'Aubusson dans la guerre : quelques données statistiques
            Un contingent relativement âgé et des classes creuses
            La logique prédominance du monde rural
            La situation maritale des mobilisés d'Aubusson
            Rester quand les autres partent
            Les exemptés, des profils bien différents
            Constitution générale mauvaise et infirmités
            Faiblesse des corps, non des esprits

    CHAPITRE IV - AU CŒUR DE LA GUERRE TOTALE
            Réformer l'armée, unir « petites patries » et grande Nation
            Les mobilisés d'Aubusson ou la mobilité du soldat
            Le grand panachage
            Les Aubussonnais :  fusils, canons
            Crayons et cuirassés
            Grades et spécialités
            Optimiser l'effort de guerre : la fourche et le fusil
            De la définition « d'apte au combat »
            De Paris à Aubusson : l'application des lois Dalbiez et Mourier
            « Les jeunes à l'avant, les vieux à l'arrière »

    CHAPITRE V - « LA DOULEUR EST UN SIÈCLE, ET LA MORT UN MOMENT »
            La prédominance de l'obus
            Fréquences des évacuations
            Les motifs d'évacuation : la chair et l'acier
            Dispersion spatio-temporelle et conséquences démographiques 
            De l'été 1914 à l'automne 1918, des rives de l'Orne
            Séquelles de guerre et âge au décès : une causalité peu évidente

    CHAPITRE VI - COMBATTRE ET MOURIR : LE SACRIFICE D'UNE JEUNESSE.
            Le profil du martyr - Une relative uniformité statistique
            De l'âge des soldats
            Mobilisation précoce, mobilisation dans l'infanterie
            Des mornes plaines de Belgique à la côte basque
            Mourir sur la « terre de personne »
            Le brouillard se lève : Ethe
            Les blés ensanglantés
            Le tombeau des espoirs
            Verdun, Somme, Chemin des Dames : boucherie, massacre, désastre
            1918, un été meurtrier

    CONCLUSION : « D'UNE GUERRE, L'AUTRE...»
            Le sursaut démographique d'une commune endeuillée
            Aubusson, exemple ou exception ?
            Une guerre qui dure
            Inaugurer pour commémorer : le poilu d'Aubusson
            1914-1945 : la guerre de trente ans ?
    Biographies
    Sources et bibliographie


L'ouvrage présenté dans la presse locale :
Ouest-France : http://www.ouest-france.fr/un-livre-sur-les-hommes-daubusson-et-la-grande-guerre-1827594
L'Orne combattante : http://www.lornecombattante.fr/2013/12/29/soldats-aubusson-14-18

 

aubusson-monument

Aubusson (61) : Le monument aux morts (avant l'ajout du 7ème nom)
source : http://www.monumentsauxmorts.fr/cariboost1/crbst_948.html
également : http://monumentsauxmorts.fr/crbst_948.html

.

Posté par clioweb à 07:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

20 juillet 2012

Vivoin, morts 1914-1918

 

A Vivoin, le nombre des soldats morts pour la France varie selon la source :
Le monument aux morts public indique 18 tués en 1914, 6 en 1915, 4 en 1916, 2 en 1917, 8 en 1918.
La plaque présente dans l'église indique 7 tués et 3 disparus en 1914, puis 1, 4, 0, 8.
Les prénoms y figurent en entier.

Les critères ont parfois varié d'une commune à l'autre (naissance, résidence).
Il faudrait exploiter les données fournies par Mémoire des hommes

vivoin-1914

vivoin-14-18-eglise


vivoin-1915-18

 

v-couillaut

Sur le site web Mémoire des hommes,
la fiche d'Ernest Couillaut, tué à l'ennemi le 16 septembre 1914
(porté disparu sur la liste de l'église)


.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


24 avril 2012

Thomas Weber, Hitler's First War


 firstwar
source : History Today

Thomas Weber, Hitler's First War 
La légende du " caporal Hitler " démontée. Des archives militaires révèlent que le futur Führer n'a pas été, en 1914-1918, le héros qu'il prétendit - André Loez, Le Monde des livres - 20.04.2012

Hitler caporal ?
dans Le Monde des Livres,
André Loez présente l'ouvrage de Thomas Weber, Hitler 's First War (La Première Guerre d'Hitler).
Voir aussi un entretien avec History Today.


Pour la propagande nazie, la Grande Guerre aurait été fondatrice du rôle politique d’Hitler.
Les archives militaires semblent mettre à mal cette vision fabriquée par la propagande nazie (et colportée par certains historiens très sérieux) : combattant ou agent de liaison, camaraderie ou solitude...

Thomas Weber suggère qu’Hitler a largement reconstruit son rôle dans 16e régiment d'infanterie de réserve bavarois. Il fut agent de liaison régimentaire. Il n'eut pas d'hommes sous ses ordres. Même s'il reçut deux blessures légères, il ne fut pas un combattant des tranchées. « Hitler’s job as a dispatch runner for regimental HQ, as opposed to that of a battalion or a company, was not nearly as dangerous as claimed: none of the dispatch runners of regimental HQ with whom Hitler served in 1915 was killed doing their job ». Il ne fut jamais proposé pour une promotion. Il ne dut pas ses décorations à des exploits militaires mais à sa proximité avec ses supérieurs.

« En faisant la biographie collective de leur régiment, Thomas Weber montre justement toute la distance entre ces combattants résignés, prompts à fraterniser avec les Britanniques, peu touchés par l'antisémitisme, et l'estafette taciturne qui se prétendra leur porte-parole ».

L'ouvrage incite aussi à relativiser fortement la vision dominante, après Kennan, d'une Grande Guerre matrice des violences du XXe et de la brutalisation consentie... « For George F. Kennan, the First World War was the ‘seminal catastrophe’ of the 20th century. I’m convinced it was a catastrophe for Eastern Europe, but I’m not sure it was the ‘seminal catastrophe’ of the 20th century for Germany or for Hitler, in the sense that the First World War really planted the seeds of all subsequent problems and disasters in German history »

Mais les historiens savent que dans la société, les idées fausses durent longtemps et circulent davantage que leurs travaux les mieux étayés.


Lire également l’entretien donné par Thomas Weber à Paul Lay pour History Today
Il y présente ses deux premiers ouvrages :
- Lodz Ghetto Album (2004), looked at the Holocaust photo collection of the Jewish photographer Henryk Ross
- Our Friend ‘The Enemy’: Elite Education in Britain and Germany Before World War One (2007) (Oxford et Heidelberg)
http://www.historytoday.com/blog/2011/09/interview-thomas-weber-hitlers-first-war

weber

Thomas Weber - source : History Today


La légende du " caporal Hitler " démontée - Le Monde des Livres 20.04.2012

Des archives militaires révèlent que le futur Führer n'a pas été, en 1914-1918, le héros qu'il prétendit
La Grande Guerre fut pour Adolf Hitler, engagé volontaire en août 1914, l'expérience fondatrice de son existence. C'est du moins ce qu'il en a dit, évoquant dans Mein Kampf son ardeur au combat ainsi que les souffrances et les partages de la vie du front. Cette vision du dictateur en combattant ordinaire et exemplaire reste une figure obligée de tous les ouvrages qui lui sont consacrés. Dans la dernière décennie, bon nombre d'historiens ont encore forcé le trait, cherchant dans le premier conflit mondial et la " brutalisation " qu'il aurait suscitée chez les combattants du rang l'une des clés d'explication du nazisme. La trajectoire d'Hitler semble précisément illustrer cette idée d'une continuité entre les violences des deux guerres mondiales. C'est l'ensemble de ces lieux communs historiques que le travail approfondi de Thomas Weber conduit à repenser.

Il montre sans équivoque que les prétendus faits d'armes du " caporal Hitler " sont des fabrications formulées après le conflit avant d'être reprises sans critique par ses biographes, y compris dans le monumental travail d'Ian Kershaw (Flammarion, 2 vol., 1998 et 2000). Sur son parcours au 16e régiment d'infanterie de réserve bavarois en 1914-1918, les révisions sont décapantes : non, Hitler ne fut jamais caporal, ni même proposé pour une promotion durant ses quatre années de guerre. Il ne dut pas ses décorations à des exploits militaires mais à sa proximité avec ses supérieurs. Surtout, même s'il reçut deux blessures légères, il ne fut pas un combattant des tranchées. Son rôle d'agent de liaison régimentaire l'amenait en réalité à porter des messages d'un état-major à l'autre, et très rarement en première ligne, comme l'expliquait en 1932 un soldat l'ayant côtoyé : " N'importe lequel d'entre nous, dans les tranchées, aurait donné ses yeux pour échanger sa situation avec celle du héros Hitler, même pour une période de huit jours. (...) Il était séparé du front par une zone tampon d'une dizaine de kilomètres. "

Documents gênants
L'intérêt du livre ne tient pas qu'à ces réévaluations, rendues possibles par le recours, parfois répétitif, à une masse d'archives régimentaires jamais exploitées. Il montre combien cette carrière militaire fut un enjeu pour la propagande nazie, soucieuse de faire disparaître les documents gênants comme de mettre en scène de prétendus liens de camaraderie entre Hitler et les autres soldats. En faisant la biographie collective de leur régiment, Thomas Weber montre justement toute la distance entre ces combattants résignés, prompts à fraterniser avec les Britanniques, peu touchés par l'antisémitisme, et l'estafette taciturne qui se prétendra leur porte-parole.
Certaines de ses analyses restent discutables, en particulier pour l'immédiat après-guerre. Mais il rappelle utilement que les figures individuelles, fussent-elles les plus exceptionnelles, gagnent à être replacées dans leurs cadres sociaux.

Thomas Weber, Hitler's First War  (La Première Guerre d'Hitler)
traduit de l'anglais par Michel Bessières, Perrin, 518 p., 25 €.
CR par André Loez, Le Monde des Livres, 20.04.2012

André Loez a publié 14-18, les refus de la guerre. Une histoire des mutins (Gallimard, 2010)
http://crid1418.org/a_propos/biobiblio/loez_bb.htm


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 novembre 2010

Conseils de guerre en 14-18

- Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS) était l'invité d'Antoine Garapon dans le dernier Bien Commun
Il a soutenu une thèse sur Obéissance et autorité militaires en France de 1890 à 1918 dirigée par SAR

En 1914, la justice militaire dépend d'une loi très répressive datant de 1857. Elle est fortement réformée en avril 1916.

Il existe 2 structures
. Les conseils de guerre aux armées, avec instruction, un commissaire, un rapporteur, 5 juges - 140 000 décisions de justice (soit au moins 300 000 plaintes, à rapprocher du nombre des officiers, environ 195 000 au cours du conflit)
. Dès le début de la guerre, l'Etat-major met en place des conseils de guerre spéciaux, parfois désignés comme cour martiale, 3 juges, sans instruction préalable, sans recours de grâce obligatoire - ils ont concerné moins de 800 cas

2 exemples :
6e - Marcel Hubert va voir sa femme enceinte, en désobéissant aux ordres. Il est condamné à 3 mois avec sursis

10e - Louis Marie, couvreur d'Isigny est condamné à plusieurs reprises (20 ans la dernière fois)
Il bénéficie d'une amnistie en 1922.

Les mutilations volontaires ont été illustrées par le Long dimanche de fiancailles. Habituellement, le refus avait lieu à l'arrière, pas au front. Statistiquement, elles sont très rares : pour une division (environ 15 000 hommes), entre sept 14 et mars 19, ESF a repéré 16 cas sur 1329 décisions de justice (dont 5 acquittements).

.
- Un tableau à confronter avec la justice mise en scène (à l'américaine, avec Kirk Douglas en officier et avocat de la défense)
dans Les Sentiers de la Gloire
Voir dans cet extrait en anglais avec sous-titres
( 9e mn : « this is a general court martial... don't take up the court's time with technicalities ».

paths_techn

La rumeur sur la censure sévit encore dans la version française de Wikipedia. Si vous avez le temps et l'envie de corriger...
« Contrary to a persistent urban legend, the film was not banned in France; however, the French government placed enormous pressure on United Artists, the European distributor for the film, through diplomatic channels, to refrain from releasing the film. As a result, the film was not submitted to French censors, and was not shown in France until 1975, when moral codes had changed »  http://en.wikipedia.org/wiki/Paths_of_Glory

.
- Réhabilitations.
En reprenant mes notes de l'intervention d'André Bach, Réhabiliter les fusillés, lors de la journée sur La Grande Guerre aujourd'hui.14-18 dans le monde social, Sorbonne, 8 novembre 2008 :

André Bach a évoqué la Loi du 9 Mars 1932 qui a modifié la composition de la Cour Spéciale de Justice Militaire
Cela a conduit à la réhabilitation de 17 cas sur 27 examinés, dont celle de Théophile Maupas et les trois autres caporaux de Souain dont le dossier était déjà bouclé (par Blanche Maupas, avec l'aide de la Ligue des droits de l'homme).
http://clioweb.free.fr/dossiers/14-18/souain.htm

.
- Shot at dawn, Côté britannique voir les liens de la page Wikipedia
et le compte rendu de l'ouvrage de Will Ellsworth-Jones,
We Will Not Fight : The Untold Story of World War One's Conscientious Objectors
dans The Guardian en 2008 - http://www.guardian.co.uk/books/2008/may/17/history
et la revue de presse sur la liste H-Francais 18/05/2008

10 novembre 2010

Histoire, mémoires et politique

Nicolas Offenstadt était sur 2 fronts ce matin,

. Sur France-Inter, ce matin, face à Guaino à propos de la « maison » de l'histoire de France

Quelques affirmations de Guaino :
- « L'histoire scolaire ? demandez aux parents...»
- Ce débat « scandaleux » (sur la maison et l'identité) est ouvert par des gens dont « les études et le salaire sont payés par l'Etat » !!
- « Les heures d'histoire ont été augmentées en lycée... »
- « L'inspection a fait des programmes où on a réduit la part de l'histoire de France... »

L'animateur à Nicolas Offenstadt : « on avait cru comprendre que ce n'était pas le contenu mais le principe de cette maison qui vous gênait. Que contestez-vous ? Le principe ou le contenu ? »
L'émission au format mp3 

.
. Sur France-Culture, avec Elise Julien sur la mémoire de la guerre.
L'émission au format mp3
Un détail : Ne ramène-t-on pas trop souvent une guerre entre états-nations européens (y compris la Russie, l'Autriche-Hongrie, le Portugal...) au seul affrontement franco-allemand ?
Comparer avec l'approche d'Antoine Prost en 2004,  La Grande Guerre : Armées, Combats, Sociétés (France, Allemagne, Royaume-Uni)

.
Il sera en fin de semaine à Laon et Craonne, pour l'ouvrage 14-18 aujourd'hui...(Odile Jacob)

Posté par clioweb à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 novembre 2010

14-18 : identités sociales et nationales

CRID2010

- Colloque 2010 : Les identités sociales et nationales en guerre
3e colloque international organisé par le CRID 14-18
.
Vendredi 12, Laon
Identités sociales au front
Combattants entre deux appartenances

Samedi 13, Craonne
La guerre et les mutations des identités professionnelles
Identités nationales en question
Militantismes à l'épreuve de la guerre

Le programme détaillé
http://www.crid1418.org/agenda/wp-content/uploads/2010/09/prog12multi5.pdf

- Dimanche 14, 8e salon du livre de Craonne
dont le matin,
Gisèle Bienne, La ferme de Navarin, Gallimard 2008

et l'après-midi :
A Loez, la Grande Guerre, La Découverte
N Offenstadt, 14-18 aujourd'hui, O Jacob
http://www.crid1418.org/agenda/?p=204

Posté par clioweb à 07:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 novembre 2010

L'héroïque cinématographe

Plutôt que les 900 caractères de la fiche produit du sceren, plusieurs pistes sur le web à archiver et exploiter...

- La fiche de Teledoc lors de la sortie TV du documentaire
http://www.cndp.fr/tice/teledoc/mire/teledoc_memoiresdelagrandeguerre.pdf
http://www2.cndp.fr/tice/teledoc/actuel/dossiersarchives.htm
Voir aussi la liste H-Français le 14 Nov 2008 - et Claude Robinot

.
- En cherchant (en vain) des extraits de l'héroique en vidéo, j'ai croisé un débat organisé en nov 2009 à la Scam avec JF Delassus, L Veray, P Ory... Une occasion de revenir sur des échanges qui ont été très vifs autour du film Le bruit et la fureur (et sur Apocalypse).  http://www.dailymotion.com/video/xbfq8h_philippe-collin

Vers la 19e mn, une courte séquence exploitable en classe, en 2 versions, la séquence originelle muette et en noir/blanc, avec piano, la séquence colorisée, bruitée et dialoguée (mais non retenue dans le film final).

14_18NB

14_18COL

Le débat vérifie l'écart entre une guerre mise en spectacle et en émotion pour faire de l'audience sur France 2, et un regard d'historien sur les images produites par les opérateurs en arrière du front ou les reconstitutions d'après-guerre. (cf la 24e de l'Héroïque, l'attaque, les prisonniers, les cadavres... ou vers la 42e, les civils, Allemands ou Alsaciens)

Le débat est aussi révélateur des représentations de nos élites, sur la brutalisation consentie,   sur le recadrage en 16/9,
sur le choix de manipuler les archives au risque de brouiller les repères historiques.

Surprenant l'obsession de JFD de dévaloriser les images de 39-45 pour vanter celles tournées en 14-18 ou après...

Un paradoxe : l'obsession de la mise en récit  mène vers la fiction au détriment du documentaire.
Dans ce cas, pourquoi ne pas se contenter des excellents films de fiction déjà existants (Les Sentiers de la Gloire,
pas encore colorisés...) ?

une dernière observation : dans l'expo Filmer les camps, Fuller explique que le cinéaste ment : s'il filmait réellement la guerre, la violence insupportable des images nous ferait fuir les salles de cinéma.

Lire aussi sur le Cine Club de Caen
http://www.cineclubdecaen.com/realisat/veray/heroiquecinematographe.htm

- NB hors sujet : les médias s'agitent bcp autour du théâtre d'ombres politicien (course à Matignon, description à la minute près d'un voyage officiel chinois...). Combien de secondes les JT de ce midi ont-ils consacré au climat social et aux manifestations annoncées ce samedi ?

 

Posté par clioweb à 14:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,