12 novembre 2013

L'indigné du 11 novembre 2013

 

- 11-Novembre : Hollande appelle au patriotisme et à l’unité nationale
Conspué sur les Champs-Elysées, le chef de l'Etat a prononcé depuis Oyonnax un discours très consensuel, à forte tonalité patriotique.
«Ces outrages, ces insultes qui ont pu être proférés au cours de cette cérémonie déshonorent leurs auteurs» a-t-il déclaré par la suite selon Libération.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/11/11/11-novembre-m-hollande-appelle-au-patriotisme-et-a-l-unite-national_3511608_823448.html
http://www.liberation.fr/politiques/2013/11/12/hollande-les-insultes-lors-du-11-novembre-deshonorent-leurs-auteurs_946450

- Hollande : « Commémorer la première guerre mondiale, c'est prononcer un message de paix »
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/11/07/hollande-commemorer-la-premiere-guerre-mondiale-c-est-prononcer-un-message-de-paix_3510300_3224.html

- Hollande hué : peu de vrais Bonnets rouges, beaucoup d’extrême droite - Rue 89
http://www.rue89.com/2013/11/11/hollande-hue-70-arrestatiosn-ceremonies-11-novembre-247400


- L’indigné du 11 novembre 2013
Face aux manifestants, la réplique de Thibaut Poirot, un prof d’histoire : « On commémore la Grande Guerre. C’est une honte, ce n’est pas le jour. Quand on est républicain, on se tait et on fait silence. Vous êtes les mêmes qui manifestiez en 1994 [en fait en 1992, ndlr] lors de la commémoration du Vel’ d’Hiv’. Vous n’avez pas le droit d’instrumentaliser le 11 Novembre. C’est vous, la honte de la France ».
http://www.rue89.com/zapnet/2013/11/11/cest-honte-france-inconnu-manifestants-anti-hollande-11-nov-247404

Thibaut Poirot au Petit Journal
http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-petit-journal/pid6381-les-extraits.html?vid=969907
http://univ-paris1.academia.edu/ThibautPoirot

- Hollande hué : peu de vrais Bonnets rouges, beaucoup d’extrême droite - Rue 89
http://www.rue89.com/2013/11/11/hollande-hue-70-arrestatiosn-ceremonies-11-novembre-247400

Posté par clioweb à 20:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


01 décembre 2012

Aux armes lycéens ! - suite

 


Annette Wieviorka, « L'enseignement de l'histoire en question », Études, 2012/11 Tome 417, p. 475-483
http://www.cairn.info/revue-etudes-2012-11-page-475.htm

L'analyse reprend et prolonge l'article Aux armes lycéens ! publié par L'Histoire en mars 2012

Extraits :
« Le cours d’histoire devrait être l’occasion de se dégager de l’air du temps, de réfléchir, d’analyser, de tenter de comprendre, de prendre la mesure du temps en prenant soin de la chronologie qui le structure. La conception qui se dégage des programmes de 2011 est au contraire une conception doloriste d’une histoire
tentant à faire communier les adolescents dans la souffrance du passé ... »

« On peut traiter de la Grande Guerre sans évoquer Pétain ou Clémenceau, sans parler de l’Alsace et de la Lorraine, et sans expliquer le patriotisme ou le nationalisme. La psychologie règne en maître. Les hommes sont « traumatisés » comme le sont les sociétés. Il n’est pas question de la révolution bolchevique, ni d’ailleurs du traité de Versailles. Rien ne permet de comprendre le monde qui naît de cette guerre, sinon que tout le monde a beaucoup souffert ».
« La Seconde Guerre mondiale suit la première, sans transition. Sa particularité est d’être un « degré supplémentaire dans la guerre totale »...

« L’usage de la notion de « guerre totale » est devenu l’étalon de mesure de l’importance d’une guerre... Dans une concurrence des conflits comme il existe une concurrence des victimes, chaque chercheur proclame « sa » guerre totale. De la Seconde Guerre mondiale à celle de 14-18, nous sommes remontés à la guerre de Sécession, puis à la campagne napoléonienne de Russie. Nous attendons que les antiquisants revisitent les guerres du Péloponnèse ou la guerre des Gaules pour en faire les premières « guerres totales ». Cette notion met entre parenthèse le politique ».
« Le terme « d’anéantissement », lui non plus, ne va pas de soi. Et pour cause. Il englobe toutes les victimes, les combattants comme les victimes des bombardements... »

« Les nouveaux programmes laissent penser que c’est la « folie des hommes » qui cause des génocides. Avec un tel présupposé, enseigner l’histoire reviendrait à extirper le mal présent en chacun de nous en communiant avec les souffrances des hommes du passé. À cette aune, toutes les souffrances de toutes les guerres se valent. C’est la défaite de la pensée, de la volonté de comprendre, de l’intelligence ».

« Les auteurs de manuels ont bien perçu la difficulté de décrire des guerres sans chronologie et sans contexte... »

Cette dérive est mise en relation avec les injonctions politiques : lire la dernière de Guy Môquet, confier à un élève de CM2 la mémoire d'un enfant victime de la Shoah, 11 novembre célébration des soldats morts dans toutes les guerres, Histoire de France réduite à l'identité nationale avec une Maison installée dans les locaux des Archives nationales ...

« Nous écrivons ce texte alors que François Hollande vient d’être élu président de la République. Parmi ses engagements figurent ceux de rétablir la formation des enseignants et de réintroduire l’enseignement de l’histoire en classe terminale scientifique. Pour le reste – les programmes d’histoire, les archives… – il est encore trop tôt pour savoir si une nouvelle politique sera mise en place. Mais nous souhaitons insister sur le fait qu’une politique en matière d’histoire forme un tout. C’est une politique de l’archive. C’est la liberté de la recherche et le respect des enseignants et des chercheurs. C’est un enseignement qui permet aux élèves de se situer dans le temps et de savoir de quelle histoire est fait le monde dans lequel ils vivent ».


.

11 novembre 2012

11 novembre, la mémoire trouble

 

1111-trouble


- 11 novembre, la mémoire trouble - L'Humanité, 09.11.2012

Le gouvernement ne reviendra pas sur la décision de Nicolas Sarkozy de commémorer en une seule date toutes les guerres, y compris coloniales. Et en 2014, seront fusionnées les cérémonies de 1914 et de 1944. Des historiens, élus et citoyens réagissent. Comme Christian Namy, sénateur socialiste et président du conseil général de la Meuse, pour qui amalgamer 1914 et 1944 créera une «confusion».
http://www.humanite.fr/medias/ce-vendredi-dans-lhumanite-11-novembre-la-memoire-trouble-508277

- Le sous-lieutenant Chapelant, fusillé en 1914, réhabilité en 2012.

chapelant

Jean Julien Marius Chapelant
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Julien-Marius_Chapelant


Kader Arif a décidé de lui attribuer la mention " Mort pour la France ". L'annonce a été faite vendredi 9 novembre.

« Au matin du 7 octobre 1914, quand l'artillerie allemande fait feu sur la section de mitrailleuses que commande le sous-lieutenant Chapelant, âgé de 23 ans, près de la petite commune de Roye (Somme). Des hommes sont tués, la panique est générale. Chapelant, sera-t-il dit, décide alors de se rendre, agite un mouchoir blanc pour inciter ses hommes à en faire autant, et reçoit une balle dans la jambe, avant d'être secouru par des brancardiers. Condamné à mort, il est fusillé sur son brancard quatre jours plus tard pour  capitulation en rase campagne ».

« En 2012, le choix de Chapelant n'est pas fortuit. Des quelque 650 soldats français fusillés en 14-18 après avoir été condamnés par des conseils de guerre pour désertion, mutinerie, refus d'obéissance ou crime de droit commun, il est en effet l'un des plus célèbres, et ce pour deux raisons. La première est qu'il fut l'un des rares officiers à avoir été passés par les armes. La seconde est que les circonstances de sa mort - une exécution sur un brancard - ont durablement marqué les esprits »

Le Monde : http://www.lemonde.fr/2012/11/10/le-soldat-chapelant-fusille-en-1914-et-rehabilite-en-2012.html

Libération : http://www.liberation.fr/societe/2012/11/09/un-fusille-pour-l-exemple-de-1914-declare-mort-pour-la-france_859320


mh-chapelant

La fiche (très corrigée) par Mémoire des hommes

ampuis-mm

Le monument aux morts d'Ampuis

ampuis-mm-mention

avec la mention de Chapelant



- Dans la rubrique Grande Guerre du site Clioweb,
http://clioweb.free.fr/dossiers/14-18/1418.htm

. Les 2 monomuments aux morts de Céaucé (1870, 1914)m une commune de l Orne.

. Théophile Maupas, un des 4 caporaux fusillés le 17 mars 1915
et réhabilité en 1934 après un long combat de Blanche, son épouse.

. Jean Birnbaum, La guerre de tranchées entre historiens, Le Monde 13.03.2006


- Fusillés pour l’exemple, Alain Moreau et Patrick Cabouat, 2003
http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/dossiers/dossier_fusilles.htm

"Adieu la vie, adieu l'amour", un documentaire de Michel Brunet et Dominique Hennequin
http://www.pluzz.fr/doc-24-nord-pas-de-calais-2012-11-10-15h20.html

http://www2.cndp.fr/archivage/valid/41680/41680-6589-6308.pdf


.