23 mai 2016

AG - Où vont les visual studies ?

 

Où vont les visual studies ?
André Gunthert, L'image sociale 22.05.2016 

à propos du symposium
Rethinking Pictures  A  Transatlantic Dialogue - Paris 19.20 mai 2016
http://www.terraamericanart.org/wp-content/uploads/2016/05/dfk_karte_rethinkingpictures_160427pg_B.pdf

Une science de l'image comme une des branches pas toujours acceptée de l’histoire de l’art
ou bien
une approche plus sociale des cultural studies ?

L'image comme objet, support de création ou de fabrication
ou priorité à la réception et à l'appropriation culturelle et sociale ?

Lire aussi les commentaires
Rémy B. « Ce qui fait la différence, c’est l’enjeu que l’on place au centre de la recherche. Dans un cas, ce sont clairement les images qui sont placées au centre et comme finalité (il y a un élargissement des objets de l’histoire de l’art vers la culture populaire, mais ce n’est pas vraiment un déplacement de l’approche, ou tout du moins un changement qui reste marginal) et de l’autre un type d’études qui vise à comprendre le rôle du visuel dans l’espace public et son rôle dans la culture du groupe (un peu à la manière de l’histoire culturelle du cinéma qui étudie moins les films, que le cinéma comme fait social total… mais dans ton cas en ne limitant pas les objets à ce seul domaine) ».


André Gunthert a publié L'image partagée, dont les articles sont disponibles en ligne.
Il a développé la plate-forme http://culturevisuelle.org/
Le carnet L'image sociale a pris la suite du blog L'atelier des icônes

http://fr.wikipedia.org/wiki/André_Gunthert


Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


22 mai 2016

Wikipédia : comment ils ont réussi

 

Wikipédia : comment ils ont réussi, Dominique Cardon, Sciences Humaines 13.05.2016

L’article tient en deux pages dans un dossier Apprendre à coopérer
http://www.scienceshumaines.com/apprendre-a-cooperer_fr_36245.html

extraits
« Ils sont des inconnus les uns pour les autres, mais ils ont écrit ensemble la plus grande encyclopédie du monde. On compte aujourd’hui 291 versions de l’encyclopédie dans des langues différentes. Elles totalisent 38 millions d’articles dont 1,7 million dans sa version francophone.

Une telle réussite a contribué à faire taire beaucoup de ceux qui s’étaient élevés contre une encyclopédie douteuse rédigée sans contrôle éditorial...
La réussite résulte de la mise en oeuvre obsessionnelle et tatillonne de procédures d’auto-contrôle par les wikipédiens ».

« Tout est mis en place dans Wikipedia pour que les conflits (d’écriture) soient réglés localement et ne remontent qu’en de très rares occasions au niveau central » ... « Le secret de l’auto-organisation est de décentraliser le pouvoir de sanction et de ne pas le confier à un corps spécialisé ».

Parmi les nouveaux défis, « le risque existe d’apparaître comme une bureaucratie dont les rgèles sont si complexes et exigeantes qu’elles rebutent les nouveaux entrants ».


Sur ce même sujet, Dominique Cardon a écrit « Surveiller sans punir. La gouvernance de Wikipédia »
http://books.openedition.org/pupo/4092
in Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié, PUPO 2015 (55 000 signes, pages 15-39)

et Cardon Dominique et Levrel Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia »,  Réseaux 2009/2
http://www.cairn.info/revue-reseaux-2009-2-page-51.htm


cooperer-sh

Sciences Humaines, Apprendre à coopérer, sommaire :
http://www.scienceshumaines.com/apprendre-a-cooperer_fr_36245.html

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2016

Les riches de Florence



- A Florence, les riches familles du XVe siècle le sont toujours - blog BigBrowser, Le Monde 20.05.2016 - source apses

En 1986, les économistes Gary Becker et Nigel Tomes concluaient que « presque tous les avantages et les désavantages des revenus des ascendants sont balayés en trois générations ». A Florence, les 33 % les plus riches de 1427 ont statistiquement des chances d’être encore plus riches aujourd’hui.
http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/05/20/a-florence-les-riches-restent-riches-depuis-six-siecles_4923502_4832693.html


- L’étude du Catasto florentin de 1427 par Christiane Klapisch et David Herlihy est un des premières applications
de l'ordinateur à l’écriture de l’histoire (une décennie avant les premiers PC ou Mac)
voir ce qu'en dit Jean-Philippe Genet, un des pionniers de l'histoire numérique
http://clioweb.free.fr/debats/genet-numerique.htm


- Christiane Klapisch-Zuber, David Herlihy. — Les Toscans et leurs familles. Une étude du Catasto Florentin de 1427.
CR par le démographe Jacques Dupaquier, Population n°1, 1979 -
http://www.persee.fr/docAsPDF/pop_0032-4663_1979_num_34_1_18049.pdf

cordonniers ?
« Comme on s'y attendait, la fortune (15 millions de florins, dont 8 en biens fonciers) est entre les mains d'une minorité de banquiers et de marchands : dans la ville, 14 % des ménages ne possèdent rien, mais 1 % détient le quart des richesses ».
Les historiens travaillent dans la longue durée. Pas forcément celle des deux économistes italiens vantés par blog du Monde.

- Il y aurait aussi à souligner la place des arts dans la Florence des Médicis.
Patrick Boucheron, Les Médicis : L'irrésistible ascension d'une famille sans pareille, L'histoire 274, 2003




C’est aussi l’occasion de rappeler 2 plans anciens très intéressants :
celui du XVe (au nord, l’enceinte a prévu large, pour le travail de la terre et pour les futurs quartiers),
celui de 1572 (Braun & Hogenberg)
http://clioweb.free.fr/art/florence.htm

 

.

Posté par clioweb à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Mbembe, Politiques de l'inimitié

 

Achille Mbembe, Politiques de l'inimitié, La Découverte 2016
http://tinyurl.com/dec-mbembe

présentation :
« Cet essai explore cette relation particulière qui s’étend sans cesse et se reconfigure à l’échelle planétaire : la relation d’inimitié. S’appuyant en partie sur l’œuvre psychiatrique et politique de Frantz Fanon, l’auteur montre comment, dans le sillage des conflits de la décolonisation du XXe siècle, la guerre – sous la figure de la conquête et de l’occupation, de la terreur et de la contre-insurrection – est devenue le sacrement de notre époque.

Cette transformation a, en retour, libéré des mouvements passionnels qui, petit à petit, poussent les démocraties libérales à endosser les habits de l’exception, à entreprendre au loin des actions inconditionnées, et à vouloir exercer la dictature contre elles-mêmes et contre leurs ennemis.

Dans cet essai brillant et brûlant d’actualité, Achille Mbembe s’interroge, entre autres, sur les conséquences de cette inversion, et sur les termes nouveaux dans lesquels se pose désormais la question des rapports entre la violence et la loi, la norme et l’exception, l’état de guerre, l’état de sécurité et l’état de liberté.

Dans le contexte de rétrécissement du monde et de son repeuplement à la faveur des nouveaux mouvements migratoires, l’essai n’ouvre pas seulement des pistes neuves pour une critique des nationalismes ataviques.
Il pose également, par-delà l’humanisme, les fondements d’une politique de l’humanité ».


Achille Mbembe était l’invité de Sylvain Bourmeau, La Suite dans les idées 21.05.2016
http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees

Achille Mbembé, l'article de Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Achille_Mbembe

Publications 1982-2003
http://previous.lib.uci.edu/about/publications/wellek/docs/Wellek2004AchilleMbembe.pdf
Publications 1992-2014
http://wiser.wits.ac.za/user/56/biblio

 

.
.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mai 2016

Une Charte de la désexcellence ?

 

Parmi les commentaires qui suivent le texte d'Olivier Ertzscheid, la mention d'une
Charte de la « désexcellence » - version 1.1  janvier 2014
http://lac.ulb.ac.be/LAC/charte.html
http://lac.ulb.ac.be/LAC/charte_files/Charte_Desexcellence_1-1.pdf


« Récupérée par la pensée néolibérale et managériale depuis les années 1980, « l’Excellence » a une dimension incantatoire qui peut prêter à sourire.
Il y a loin, en effet, entre les slogans des nouveaux managers et la réalité que ces slogans sont censés décrire ou produire.
Mais le sourire disparaît vite lorsqu’on mesure les effets concrets d’une gestion humaine fondée sur « l’Excellence » : hyper-compétition, dévalorisation des savoirs construits sur l’expérience, transformation continuelle des pratiques professionnelles, précarisation, indifférence aux contenus, évaluations standardisées et répétées... »

« Fruit d’une réflexion collective qui doit être poursuivie et élargie, la « Charte de la désexcellence » vise à dépolluer nos pratiques, en refusant de substituer la notion « d’Excellence » à un travail honnête et bien fait. Elle incite au recentrage sur les valeurs de partage, désintéressement, honnêteté, plaisir. Elle vise également à construire une université de service public, démocratique et accessible ; une autre université que celle qui se bâtit sous nos yeux ».

- L’université française dans l’ère de la précarité néolibérale
Pierre Guerlain, professeur de civilisation américaine, Université Paris-Ouest-Nanterre - Libération 29.06.2015
http://www.liberation.fr/societe/2015/06/29/l-universite-francaise-dans-l-ere-de-la-precarite-neoliberale_1339592

Avec le néolibéralisme, le sociétal est utilisé comme cache-misère du social.
Les diaparités deviennent la règle : une minorité gagne toujours davantage, alors qu’une part toujours croissante des enseignements est assurée par des précaires (506 euros par mois pour remplacer un maître de conférences)

La précarité est un processus de dé-civilisation. La mort du service public dans l’enseignement supérieur par le contournement des règles affecte tout le monde, et si l’université sombre, l’impact social sera général

parmi les publications de Guerlain,
Le retour du discours impérialiste aux États-Unis RFEA 2007-03
Le Tea Party : un mouvement protestataire financé par des milliardaires" Agone 47 2012
http://www.u-paris10.fr/m-guerlain-pierre-81701.kjsp


-

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


19 mai 2016

Moatti : Jusqu’à l’ultime seconde, j’écrirai

 

« Jusqu’à l’ultime seconde, j’écrirai » (en réponse à Affordance)
Alexandre Moatti, blog Bibnum - 18.05.2016
http://www.bibnum.eu/en-r%C3%A9ponse-%C3%A0-affordance.html


« Olivier Ertzscheid a touché en moi certaines cordes sensibles (le numérique, la vulgarisation, l’édition scientifique). Le débat, c’est important, comme il le soulignait. Peut-être ces coups de gueules (salutaires, au moins pour leurs auteurs respectifs) font-ils bouger légèrement quelques lignes ? Mais néanmoins, quelle action, finalement ? »

L'édition scientifique est entre les mains d'une oligopole ?
Ne faudrait-il pas s'interroger sur notre responsabilité (individuelle et institutionnelle) ?
« On a bradé nos revues, pour un plat de lentilles ».
Pourquoi ?

« Le jargon et les c**, ce n’est pas que dans les revues académiques de l’oligopole Elsevier/Springer. C’est aussi dans nos colloques, et même dans nos articles Open Access… »

« pour moi ce n’est pas possible de lire des billets de blogs avec tant de « gros mots » »

Les canaux de diffusion de la connaissance : la radio, la vidéo, les « revues grand public (éclairé) » (en général hostiles à un accès ouvert)
La Revue du Crieur (+ Le Débat, Commentaire, Esprit...)
http://www.revueducrieur.fr/


- Nicolas Fressengeas, l’intérêt de la publication en archive ouverte (HAL)
http://factuel.univ-lorraine.fr/node/4803


-

 


.

Posté par clioweb à 08:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 mai 2016

Revues, pairs et prédation

 


Pourquoi je ne publie(rai) plus (jamais) dans des revues scientifiques (SHS).
Olivier Ertzscheid, Affordance 17.05.2016
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2016/05/pourquoi-je-ne-publierai-plus-dans-des-revues-scientifiques.html


« Quiconque affirme qu’il y a de l’argent à faire avec un stock d’articles scientifiques est soit un idiot, soit un menteur ». Lawrence Lessig lors des obsèques d’Aaron Swartz (2013)

La version 2016 d’Olivier Ertzscheid :
« Quiconque affirme aujourd'hui qu'en acceptant de publier dans des revues scientifiques sans systématiquement déposer son texte dans une archive ouverte et/ou avec une licence d'attribution non-commerciale ignore ou feint d'ignorer sa part de responsabilité dans la situation catastrophique de privatisation de la connaissance que mettent en œuvre quelques grands groupes éditoriaux à l'échelle de la planète ; celui-là est à la fois un idiot, un menteur et surtout un irresponsable ».
« Alors je ne publierai plus jamais d'articles dans des revues scientifiques. Et je continuera de m'opposer, de manière légale ou illégale, à toute forme de privatisation de la connaissance. Et vous ? »


Le texte dénonce : « le modèle économique de l'oligopole (voire du quasi monopole dans le cas des SHS) qui gère aujourd'hui la diffusion des connaissances au travers de revues est celui d'une prédation atteignant des niveaux de cynisme (et de rente) de plus en plus hallucinants ».

L’auteur conteste le « style » revue (4 règles). Il décrit les défauts de l’évaluation par les pairs (un système « biaisé, injuste, non fiable, incomplet, facilement truqué, souvent insultant, souvent ignare, parfois bête, et souvent erroné » selon le rédacteur en chef de The Lancet). Un blog professionnel permet d'être davantage réactif et de ne pas attendre deux ans. Mais « 2400 articles de blog en 10 ans, cela ne compte pas » (pour l’AERES).
(Lire aussi ce qu'André Gunthert a réussi avec la plate-forme Culture visuelle)
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/08/03/21723521.html

OE cite le manifeste d'Aaron Swartz (2008)
«  You have a duty to share [the knowledge] with the world... We need to fight for Guerilla Open Access »
http://ia600808.us.archive.org/17/items/GuerillaOpenAccessManifesto/Goamjuly2008.pdf

Il vante le dépôt d’une version d’un article dans des archives ouvertes
et le rôle du portail Sci-Hub d’Alexandra Elbakyan  http://sci-hub.cc/  http://sci-hub.bz

Sur Sci-Hub voir aussi :
http://en.wikipedia.org/wiki/Sci-Hub
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sci-Hub

Sci-Hub : la première bibliothèque scientifique mondiale ? Un site pirate
http://rue89.nouvelobs.com/blog/les-coulisses-de-wikipedia/2016/02/15/sci-hub


suite :
« Jusqu’à l’ultime seconde, j’écrirai » (en réponse à Affordance)
Alexandre Moatti, blog Bibnum - 18.05.2016
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/05/19/33837503.html

Charte de la « désexcellence » - version 1.1  janvier 2014
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/05/20/33841780.html



.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

17 mai 2016

NMAAHC : African-American Museum

 

 

aahc

 

« Aux USA, le projet de National Museum of African American History and Culture a débuté en 2003. Il sera inauguré par Barack Obama en septembre. Les concepteurs de ce musée veulent en faire un lieu majeur à Washington, avec plus de trois millions de visiteurs par an, juste derrière le Musée de l’Espace. Ils veulent faire entrer l’histoire des Noirs et des esclaves dans l’histoire des Etats-Unis ».
P Blanchard et N. Bancel, Le Monde 13.05.2013

- National Museum of AfricanAmerican History and Culture

The National Museum of African American History and Culture will be a place where all Americans can learn about the richness and diversity of the African American experience, what it means to their lives and how it helped us shape this nation. A place that transcends the boundaries of race and culture that divide us, and becomes a lens into a story that unites us all.

Opening September 24, 2016, the museum is under construction on the National Mall in Washington, D.C., on a five-acre tract adjacent to the Washington Monument. Until then, we invite you to visit our gallery located on the second floor of the National Museum of American History.

http://nmaahc.si.edu/

 

wash-museums

Le musée est à proximité du Washington Monument et de l'American History Museum
http://www.si.edu/content/ovs/WelFrench2011.pdf

 


- K–2nd Grade Lesson: A Picture Says a Thousand Words (pdf)

aahc-image

Sojourner Truth born Isabella Baumfree (c.1797–1883)
http://en.wikipedia.org/wiki/Sojourner_Truth

Frederick Douglass (1818-1895)
http://en.wikipedia.org/wiki/Frederick_Douglass
http://clioweb.canalblog.com/tag/douglass

Learning Activities and resources
http://nmaahc.si.edu/Education

 


- NMAAHC: The Future of the AfricanAmerican Past Conference
19-21 mai 2016
African-American history is American history
http://futureafampast.si.edu/program

Slavery and Frredom
What is Black America
Race Power and Urban Spaces
Capitalism & the making and unmaking of Black America
Af-Am religion
Internationalization of Af-Am Politics and Culture
History Preservation and Public Reckoning in Museums
Af-Am History as American History


.

 

Posté par clioweb à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Conférences sur le Front populaire

 

Paris - Conférences sur l'histoire du Front populaire

vendredi 20.05 - Le Front populaire et les femmes
Laure Machu
l’auditorium de l’Hôtel de Ville - 5, rue Lobau, Paris 4e
réservation : dac-comited’histoire@paris.fr / 01 42 76 77 40


autres conférences
Vendredi 12h30 - Auditorium du Petit Palais
Avenue W. Churchill, Paris 8e
http://quefaire.paris.fr/fiche/146961_qu_est_ce_que_le_front_populaire_

06.05 - Le Front populaire comme mouvement social
Danielle Tartakowsky

13.05 - Mobilisations et régulations sociales en 1936
Michel Margairaz

27.06 -  Le Front populaire, réforme coloniale manquée ?
Claire Marynower

03.06 - Le Front populaire paie le prix du réarmement face à l’Allemagne
Robert Frank

10.06 - Les droites et le Front populaire
Olivier Dard

17.06 - Comment le Front populaire inventa la politique culturelle
Pascal Ory

24.06 - Photographier le Front populaire
Françoise Denoyelle


pain-paix-liberte

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 mai 2016

Un musée des colonisations et de l'esclavage

 


Pour un musée des colonisations et de l’esclavage !  Le Monde 13.05.2016
Pascal Blanchard et Nicolas Bancel
http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/05/13/pour-un-musee-des-colonisations-et-de-l-esclavage_4919177_3232.html


Dans Le Monde 10.05.2016, un tribune réclame « l’ouverture d’un musée de l’esclavage en métropole »
Pascal Blanchard et Nicolas Bancel plaident en faveur
d’un musée global des colonisations ET de l’esclavage

extraits
« La colonisation fut un tout, elle ne doit pas se retrouver découpée en parcelles mémorielles ».

Un musée global des colonisations
« Il faut un musée global des colonisations qui traite du rapport de la France au monde sur cinq siècles, des enjeux actuels de diversités, des questions identitaires, intercommunautaires, du racisme et de la manière dont le passé colonial doit être assumé dans le présent. C’est la meilleure des « réparations », c’est la meilleure des idées. Faire de l’histoire pour éviter le fractionnement des mémoires, diffuser du savoir, innover grâce à un solide adossement à la recherche scientifique internationale et par la mobilisation des formes d’expression artistiques les plus contemporaines. C’est la meilleure manière de comprendre ce que fut le temps des traites et de l’esclavage, en parfaite cohérence avec le Mémorial ACTe, en parfaite complémentarité de ce qui est fait à Nantes, à la Rochelle et à Bordeaux »

Où installer ce musée ? à Paris, à l’Hôtel de la Marine ?

« Nous pouvons le faire, car c’est le rôle de notre génération que d’avoir cette ambition. Celle de bâtir un grand musée des colonisations. Un grand musée français, un grand musée européen aussi, un musée pour les pays qui, sur les cinq continents, sont liés à cette histoire. Un musée monde. Ayons cette ambition »


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,