27 mai 2016

Marceau Pivert : Tout est possible

 

Tout est possible
Marceau Pivert, Le Populaire 27 mai 1936
http://www.marxists.org/francais/pivert/works/1936/05/pivert_19360527.htm


Qu'on ne vienne pas nous chanter des airs de berceuse : tout un peuple est désormais en marche, d'un pas assuré, vers un magnifique destin.
Dans l'atmosphère de victoire, de confiance et de discipline qui s'étend sur le pays, oui, tout est possible aux audacieux.
Tout est possible et notre Parti a ce privilège et cette responsabilité tout à la fois, d'être porté à la pointe du mouvement.
Qu'il marche! Qu'il entraîne ! Qu'il tranche ! Qu'il exécute ! Et aucun obstacle ne lui résistera !

Il n'est pas vrai que nos amis radicaux puissent, ou même désirent, s'opposer à certaines revendications d'ordre économique, comme la nationalisation du crédit, de l'énergie électrique ou des trusts. Il n'est pas vrai qu'ils soient destinés à servir de terre-neuve aux compagnies d'assurances.! Le goût du suicide politique n'est pas tellement développé sous la pression croissante des masses vigilantes.

Il n'est pas vrai que nos frères communistes puissent, ou même désirent, retarder l'heure de la révolution sociale en France pour répondre à des considérations diplomatiques d'ailleurs dignes d'examen. On ne freinera pas, on ne trahira pas la poussée invincible du Front populaire de combat.

Ce qu'ils appellent du fond de leur conscience collective, des millions et des millions d'hommes et de femmes, c'est un changement radical, à brève échéance, de la situation politique et économique. On ne pourrait pas impunément remettre à plus tard sous prétexte que le programme du Front populaire ne l'a pas explicitement définie, l'offensive anticapitaliste la plus vigoureuse.

Les masses sont beaucoup plus avancées qu'on ne l'imagine; elles ne s'embarrassent pas de considérations doctrinales compliquées, mais d'un instinct sûr, elles appellent les solutions les plus substantielles, elles attendent beaucoup; elles ne se contenteront pas d'une modeste tisane de guimauve portée à pas feutrés au chevet de la mère malade... Au contraire, les opérations chirurgicales les plus risquées entraîneront son consentement; car elles savent que le monde capitaliste agonise et qu'il faut construire un monde nouveau si l'on veut en finir avec la crise, le fascisme et la guerre.

Des camarades temblent à l'idée que, devant le congrès national du Parti, un sectarisme de mauvais aloi contrarie tout effort de synthèse loyale. Mais la synthèse est facile, si l'on veut bien se placer dans le cadre des préoccupations fondamentales des masses qui animent le mouvement du Front populaire. Tout est possible, là aussi. Il suffit de traduire en décision la volonté du peuple; il suffit de donner un mandat précis à nos délégués au gouvernement. Abrogation des décrets-lois; dissolution des ligues fascistes et arrestation de leurs chefs; amnistie; contrats collectifs; vacances payées, etc., oui. Mais, en outre, on ne comprendrait pas que le retour, par décret, au service d'un an, ne soit pas immédiat. Il n'y a qu'à relire les discours de Daladier, de Blum, de Thorez contre les deux ans pour être convaincu de cette nécessité. Cette mesure aurait un immense retentissement dans la jeunesse, sur les finances et dans le monde. Nous y tenons absolument.

D'autre part, sans aborder les problèmes financiers, ne peut-on pas donner quelques avertissements à messieurs les nouveaux émigrés; par exemple, à ces capitalistes lyonnais qui achètent des immeubles à Genève, alors que six mille appartements sont vacants dans cette ville ? Ce n'est certes pas un placement de rapport que vont chercher en Suisse ces bons patriotes. Il n'est pas difficile, pourtant, grâce à notre ami Nicole, de retrouver la trace de ces mutations.

Toutes les opérations à caractère spéculatif de ces trois derniers mois devront donc donner lieu à enquête, et il ne faudra pas hésiter à sanctionner les déserteurs du franc en confiscant leurs biens.

De même chez nos "munitionnaires". Croient-ils donc, eux aussi, que nous ignorons leurs trafics ? Et les ministres en exercice qui "expédient les affaires courantes" en passant par télégramme sept ou huit millions de matériel de 380, de manière que tout soit terminé avant le 31 mai, croient-ils que nous allons endosser une telle succession sans mettre un peu en vedette le Russe blanc qui passe de tels contrats ?

Et cette mystérieuse commande de mousquetons fabriqués par nos manufactures nationales, vendus à la Pologne, puis rachetés après usage, à la même Pologne (au prix de 435 francs pièce ?). Les fils d'archevêque qui ont conduit cette opération s'imaginent-ils qu'il suffit de déplacer in extremis un haut fonctionnaire courageux pour que le silence se fasse sur leurs pirateries ?

Tout ceci, à titre d'exemple, et simplement comme critérium. Si, par hasard, des personnes trop prudentes voulaient nous mettre en garde, sous prétexte de ne pas gêner le gouvernement, nous leur répondrions que c'est là méconnaître la volonté de combat qui inspire le Parti, depuis le plus modeste militant jusqu'à ses chefs les plus éminents. Cette volonté de combat, à elle seule, est un élément dynamique dans la bataille qui s'engage: il faudra que le congrès l'exprime en termes catégoriques et concrets. Les mauvais serviteurs du socialisme ne seraient pas ceux qui, quoi qu'il arrive, entendent conserver leur franc-parler, mais ceux qui voudraient transformer en couvent silencieux un grand parti de démocratie prolétarienne ouvert à toutes les idées, et tout entier dressé dans un décisif combat de classe.

Car tout est possible, avec un tel Parti fidèle à son objet, à sa structure et à ses principes.

Enfin, tout est possible encore dans le domaine pour lequel nous devons loyalement reconnaître une certaine supériorité du parti communiste: le travail de masse. Bien loin de vouloir affaiblir notre Parti, nous voulons, au contraire, le mettre au niveau de ses obligations en modernisant et adaptant ses techniques de propagande et de pénétration dans les masses populaires. Il n'y a aucune raison pour que nous soyons incapables de porter dans tous les milieux la pensée socialiste. Non pas en fraude, par tolérance, mais par décision régulière: non pas d'une manière anarchique, mais selon un plan systématique. Les liens entre le gouvernement et le Parti, entre le Parti et les masses seront d'autant plus solides que la confiance réciproque développera les contacts et les échanges dans tous les sens.

Voilà pourquoi nous sommes favorables à la création de Comités populaires entraînant dans le mouvement toutes les énergies démocratiques et prolétariennes sans gêner, bien au contraire, le développement du Parti ni des syndicats.

Tout est possible : la croissance des effectifs et du rayonnement du Parti, le renforcement de son unité, le respect absolu de sa liberté intérieure, la discipline totale de son action extérieure, la hardiesse et l'énergie de ses délégués au gouvernement, l'ardeur passionnée des enthousiasmes soulevés par ses décisions successives…

Tout est possible, maintenant, à toute vitesse…
Nous sommes à une heure qui ne repassera sans doute pas de sitôt au cadran de l'histoire.
Alors, puisque TOUT est possible, droit devant nous, en avant, camarades !

 


Tribune du Parti :
Tout est possible, Marceau Pivert, Le Populaire 27 mai 1936
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8223090/f6.item



pivert1

pivert2

.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


H&G 2015 : La Résistance

 

dossier La Résistance,
Historiens & Géographes 430, Mai-Juin 2015
http://www.historiens-et-geographes.fr/la-revue/No-430-mai-juin-2015/DOSSIER-La-Resistance-1ere-partie
Coordination : Jean-Marie Guillon et Bruno Leroux - 1re partie

Première Partie
- Introduction : Sébastien Albertelli, Julien Blanc, Jean-Marie Guillon, Bruno Leroux, Cécile Vast

- L’historiographie de la Résistance Laurent Douzou
- La Résistance en France, les étapes d’un processus de lutte de libération Jean-Marie Guillon
- L’effondrement et les débuts de la Résistance Julien Blanc
- Résistance intérieure et Résistance extérieure Sébastien Albertelli
- Résistance et population François Marcot
- Les organisations de la Résistance Jean-Marie Guillon et Bruno Leroux

- La diversité géographique de la résistance intérieure
Introduction : Bruno Leroux
a. La résistance en Alsace-Moselle Alfred Wahl
b. La résistance dans le Nord-Pas-de-Calais Yves Le Maner
c. La résistance en Bretagne Christian Bougeard et Jacqueline Sainclivier
d. La résistance en Provence Jean-Marie Guillon
e. La résistance à Lyon Laurent Douzou, Etienne Fouilloux et Dominique Veillon
f. La résistance à Paris Bruno Leroux et Christine Levisse-Touzé
g. La résistance en Ile-de-France Bruno Leroux et Christine Levisse-Touzé



La Résistance
Historiens & Géographes 431, sept-oct 2015
http://www.historiens-et-geographes.fr/la-revue/No-431-septembre-octobre-2015/Sommaire-no-431

Seconde partie
Coordination : Jean-Marie Guillon et Bruno Leroux - 2e partie

- La Résistance et la question de l'étrangeté. Héroïsation du souvenir, brouillages de la mémoire. Pierre Laborie
- Enseigner l'histoire de la Résistance ; le cadre du 70e anniversaire de la Résistance, de la Libération de la France et de la Victoire.  Tristan Lecocq
- Résistance et République. Jean-Marie Guillon
- Les valeurs de la Résistance. Cécile Vast
- Résistance et genre. Catherine Lacour-Astol
- La répression en France occupée 1940-1944. Thomas Fontaine


Pistes pédagogiques
Etudier un mouvement de résistance à travers la presse clandestine. Hélène Staes
Les carnets de Gleb Sivirine, chef du maquis Vallier. Emeline Vanthuyne
Le discours du général de Gaulle à l'Hôtel de Ville de Paris le 25 août 1944. Bruno Leroux
Les photographies de la Résistance intérieure. Leroux et Frantz Malassis

Le Chagrin et la Pitié . Chronique d'une ville française sous l'Occupation, un film documentaire de Marcel Ophuls, 1969 : contexte, intentions, réception. suivi d’une filmographie sélective La Résistance et les comportements des Français vus par le cinéma (1945-années 1970), Cécile Vast
Le Concours national de la Résistance et de la Déportation. Hélène Staes
Sources nouvelles Bruno Leroux
Bibliographie.

.

Posté par clioweb à 07:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 mai 2016

Mur des Fédérés 1936 - 2016

 

 

1936-mur-renault

Paris 24 mai 1936  Mur des Fédérés
ici Vétérans et Amis de la Commune + grévistes des usines Renault - cliché R-V
http://tinyurl.com/hfkx636

 

Une autre photo est davantage reproduite : les chefs de la gauche au Mur des Fédérés le 24 mai 1936
http://tinyurl.com/RV-Mur1936

au 2d rang de cette seconde photo : Maurice Thorez, Léon Blum, Marcel Cachin...Jacques Duclos
au 3e rang, Marceau PivertTout est possible » 27 mai 1936) et Zyromski


600 000 manifestants défilent dans Paris, cette démonstration relance le mouvement de grèves
amorcé vers le 12 mai, à la suite des sanctions pour grève le 1er mai 1936

15 jours plus tard, Léon Blum forme son premier gouvernement et conduit aux Accords Matignon.

 2016 - Montée au Mur des Fédérés
Samedi 28 mai 2016 14h30
avec les chefs de la gauche, comme le 24 mai 1936 ??
http://www.commune1871.org/spip.php?page=evenement&id_article=759



Réhabilitation de la Commune et des communards
http://www.commune1871.org/

« En ce 145e anniversaire de la Commune de Paris, nous revendiquons plus que jamais la nécessité de la réhabilitation de la Commune, des communardes et des communards »

« Notre volonté, dans la perspective du 150e anniversaire de la Commune, de voir une station de métro porter le nom de « Commune de Paris-1871 », ne peut que nous conforter dans notre démarche.

Rétablir dans leurs droits les communardes et les communards, c’est donner un sens à leur combat pour une société plus juste. C’est aussi un engagement à faire connaître ce moment de l’histoire où pour la première et seule fois dans notre pays, le pouvoir fut exercé par le peuple pour le peuple.

Oui, nous en sommes persuadé(e)s, la Commune n’est pas morte ! »

 

 

commune-mur

Le Mur des Fédérés 1871-2008
Association des Amis de la Commune de Paris
http://www.commune1871.org/bulletins/pdf/Bulletin_34.pdf

 

commune-cercueils

La semaine sanglante tweeter + storify LarrereMathilde
http://storify.com/LarrereMathilde/la-semaine-sanglante

Autre photo (avant censure ?)
http://s-media-cache-ak0.pinimg.com/736x/5e/10/b4/5e10b405836381becf2a9c50e63c075c.jpg

La répression, version aseptisée de Maximilien Luce en 1903
http://www.histoire-image.org/etudes/ecrasement-commune

Paul Klenck, Les crimes de l'exécutif, Thiers en boucher, un couteau sanglant à la main,
à la suite de l'exécution de Louis Rossel, Théophile Ferré et le sergent Pierre Bourgeois
(Musée AH St Denis - TDC n° 72, 18 mars 1971 )
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/03/18/20661634.html

 

 

commune-hommes


Delescluze Pyat Flourens Courbet Pottier Vallès etc.
des hommes de la Commune (image cliquable)
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Les_hommes_de_la_Commune.jpg

 

 

LMGirardet

Louise Michel (1830-1905), une vie de militante -
http://clioweb.free.fr/dossiers/48-14/louisemichel.htm

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 mai 2016

Ertzscheid : Internet et le web en classe de 6ème

 

Internet et le web en classe de 6ème, Affordance 24.05.2016
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2016/05/internet-et-le-web-en-classe-de-6eme.html


Olivier Ertzscheid a été invité à parler des internets à des élèves de 6e.

Il liste les 3 écueils :
- Tenir un discours moralisateur ou culpabilisant
- Tenir un discours trop complexe
- Faire le boulot du professeur-documentaliste

Il poursuit : « J'ai donc soigneusement évité de consulter les programmes scolaires sur le sujet, et j'ai fui les exemples de séquences pédagogiques dédiées... il faut donc que je raconte une histoire qui se tienne et qui parle à tout le monde indépendamment de toute notion de niveau ou de pratique »

 

aff-web6-1

Internet, c'est la vie.
Internet ou Youtube ?
Sur cette photo, combien de femmes ? Combien de très jeunes ou de très vieux ?


aff-web6-17

 

aff-web6-47

3 des 49 diapos utilisées
http://www.slideshare.net/olivier/internet-et-le-web

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Fabrique : François Hollande et l'Histoire

 

hollande-fabrique


Le président de la République François Hollande sur France Culture.
E. Laurentin, La Fabrique de l'Histoire 24.05.2016
http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/francois-hollande-et-limaginaire-historique

Twitter : http://twitter.com/FranceCulture 24 mai


Hollande : « Président, nous ne faisons pas que rappeler l’histoire. Nous la faisons »
Le Monde 24.05.2016
http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/05/24/president-nous-ne-faisons-pas-que-rappeler-l-histoire-nous-la-faisons_4925224_823448.html


Hollande: «aujourd’hui, je suis dans l’Histoire» AFP - Libération 24.05.2016
http://www.liberation.fr/france/2016/05/24/hollande-aujourd-hui-je-suis-dans-l-histoire_1454774

Sous l'histoire, les messages très politiques de Hollande
Par Laure Bretton - Libération 24.05.2016
http://www.liberation.fr/france/2016/05/24/sous-l-histoire-les-messages-tres-politiques-de-hollande_1454784


Hollande : « Aujourd’hui, je suis dans l’Histoire » - L’Express
http://www.lexpress.fr/actualites/1/societe/hollande-aujourd-hui-je-suis-dans-l-histoire_1795093.html


« Je suis dans l'Histoire »
« Guerre d'Algérie : Hollande admet que le 19 mars marque «le début des massacres »
Arthur Berdah Le Figaro  24.05.2016
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/05/24/

 

L'entretien résumé sur Twitter par France-Culture
http://twitter.com/FranceCulture  24 mai 2016
http://www.franceculture.fr/histoire/entretien-avec-francois-hollande-les-principaux-extraits

"J'ai pris conscience du caractère tragique de l'Histoire (...) j'ai constaté que la tragédie venait s'installer dans le récit" #directPR
"Je savais qu’à tout moment, le pire pouvait surgir, et il a surgi." @fhollande #DirectPR
"Je pense à la guerre en Syrie, en Irak, [...] au Mali. Et au terrorisme qui nous a frappés."
"Ce qui fait la responsabilité du chef de l’Etat, c’est de pouvoir être prêt à saisir l’inattendu."
"L'inattendu ce n'est jamais l'incompréhensible, c'est qu'il y a un moment une catastrophe, un acte terroriste (...)"
"Je suis né en 1954 donc j'ai connu la guerre froide, l'affrontement des blocs, aujourd'hui il ne s'agit plus de cela"
"Aujourd'hui nous sommes en face de guerres où c'est la question de l'Islam, de l'affrontement chiite-sunnite (...)"
"Le califat n’a pas été choisi au hasard par Daech. C’est une référence qui existait et dont ils ont voulu s’emparer."
"Il s’agissait de le faire revivre. Ils sont conscients que l’Histoire a un rôle..."
"... Qu’il y a des mots, des souvenirs, aujourd’hui disparus, et qu’il s’agit de s’approprier."
"On ne peut pas isoler la Recherche, l'Université, de l'action au plus haut niveau (...) dans les Etats"
"Ce qu'il s'est passé après la Seconde Guerre mondiale c'est l'inviolabilité des frontières issues de la colonisation"
"Ce que veut faire Daech c'est de ne plus considérer les frontières, c'est de considérer simplement les appartenances"
"Pour qu'une mémoire soit réconciliée, il faut qu'elle soit connue"
"Ce qu'avait voulu le Général de Gaulle c'était de ne pas exhumer trop ce passé pour que nous puissions vivre ensemble
"Autour de la guerre d’Algérie, il y a des mémoires. Je ne vais parler que des mémoires françaises."
"Il y a aussi une mémoire algérienne qui est parfaitement regardée comme, hélas, douloureuse aussi."
"Les mémoires françaises sont multiples : il y a les Français qui vivaient en Algérie et qui sont revenus, les pieds noirs..."
"ceux qui y ont fait leur service militaire et ceux qui ont participé d’une autre façon à la guerre d’Algérie, au FLN notamment."
"Ce que j’ai voulu, c’est que l’on puisse réconcilier toutes ces mémoires"
"Que nous puissions, à travers cette reconnaissance, vivre pleinement ensemble."
"La réparation elle est symbolique, mais pour beaucoup, elle est matérielle"
"Je suis pour qu'il y ait de la part de la France une vraie compréhension de ce qu'elle est, d'où elle vient"

"Je dois faire en sorte que l'Histoire puisse reconnaître les blessures mais ne pas blesser davantage"
"Dans le contexte mondialisé, la France est une idée qui reste pour beaucoup de peuples mobilisatrice"

"Je ne suis pas pour une conception de l'Histoire ou de la mémoire qui viendrait attiser les divisions".
"Pour ces peuples la France est d'abord une idée émancipatrice, une idée de l'émancipation des peuples, de la liberté"
"La patrie c'est ce qui va au-delà même de nos frontières, qui permet de s'adresser au monde, l'appartenance commune"
"Le nationalisme, Jaurès, l'avait écrit, c'est étroit, replié, revanchard, souvent agressif"
"La patrie c'est ce pourquoi aussi les révolutionnaires se sont levés, c'est Valmy"
"Henri IV est une grande figure de pacification, de réconciliation, et peut-être à tort ou à raison de prospérité"
"Je me suis attaché à l'Histoire contemporaine car c'est cette République là qui se poursuit encore aujourd'hui"
"La République n'est pas achevée, l'histoire continue."
"Je n'ai pas une conception de l'Histoire figée, mythifiée"
"Ce qui est nécessaire c'est de comprendre que ce que nous n'avons pas encore réussi peut être encore à notre portée"
"C'est la question que je me pose aujourd'hui : qu'aurais-je pu faire de différent ?"
"Il y a une responsabilité historique"
"L'Histoire n'est pas écrite par je ne sais quel Dieu malin qui voudrait qu'il y ait une espèce de fatalité"
"Notre système médiatique est un système fondé sur le traitement de l'actualité, sans grandes références historiques"
"Nous sommes dans un jour où il y a des conflits, des occupations. Nous ne sommes pas dans les circonstances de mai 68"
"Mai 68 est beaucoup plus en lien avec Juin 36... là on est dans un conflit assez traditionnel"
"Aujourd'hui le blocage est fondé par une stratégie portée par une minorité."
"Il y a l'impression que l'on donne de manière fugace, volatile dans l'actualité du jour,  ce qui est dans l'écume"
"Ce qui m'habite c'est ce que j'aurais laissé comme trace, ce qu'un autre n'aurait pas pu faire et que j'ai accompli"
"Nous faisons l'histoire, nous ne la racontons pas. Je fais l'histoire. Le Français fait sa propre histoire."

"Un homme politique décrié, repoussé, Churchill, Clémenceau, peut devenir un héros"
"Il ne faut pas être écrasé par l'histoire, par les personnalités, les grands hommes, les grandes femmes."

"La France est un des pays où l'Histoire peut se faire, il n'y a pas beaucoup de nations qui peuvent se dire ça"
"1984, c'est une rencontre inédite qui se produit : c'est la première fois qu'un chancelier allemand vient à Verdun."
"Le geste de Mitterrand avec Helmut Kohl, la main qui se trouve, c'est le symbole de la réconciliation."
"Ce que nous avons à faire avec Angela Merkel c'est de faire que nous soyons dans la relance de l'idéal européen"
"Ce qui est attendu de nous c'est de parler, de dire ensemble ce que nous voulons faire pour l'Europe."
"L'Europe est atteinte par le mal du populisme, on l'a encore vu ces derniers jours en Autriche"

"On voit aussi une Europe qui a eu énormément de difficultés face à la crise des réfugiés"
"On voit une Europe qui ne sait pas exactement se situer par rapport à sa protection, sa défense et sa sécurité"
"Eh bien c'est cette Europe qui doit être protectrice pour les peuples"

 

.

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


24 mai 2016

A propos des révisions du Bac



« Bac 2016 : écoutez France Culture pour réviser l’histoire, la philo, le français et les sciences »
« A l’approche du baccalauréat 2016, France-Culture et Le Monde Campus s’associent pour aider les lycéens à s’y préparer ».
Le Monde 20.05.2016 - http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/05/20/bac-2016


Le bac, c'est l'occasion de faire de la réclame dès la mi-avril.
Comme si pour profs et lycéens, la priorité n'était pas alors de boucler ce qui reste à traiter dans un programme volumineux.

Ces pubs ont peu à voir avec les échanges entre profs sur des outils qui permettent de faciliter les révisions
ou avec les annales rédigées par des profs et publiées par des entreprises spécialisées.
Elles participent surtout de la promotion d'entreprises pour lesquelles l'Education n'est pas l'activité centrale
Il est vrai que le périscolaire, c'est un marché qui entretient de solides appétits
(sur fond de critique implicite du travail quotidien des profs).
Les révisions les plus efficaces ne se font-elles pas semaine après semaine, lors des contrôles, des bacs blancs ?


Mardi matin, dans la semaine Bac de La Fabrique, l'imaginaire historique de François Hollande.
Lire au préalable « le bilan sans pitié » dans Le Monde ce week-end :
« L'histoire de ce quinquennat est au fond celui d'une impuissance volontaire ».
Rappeler la SFIO en 1914 ? en 1937 ? en 1956 ?


« Gouverner la France depuis 1946 », lundi 23 mai (Term S)
L'occasion d'entendre un extrait audio sur le ballotage de 1965.
Le programme de ES-L n'avait-il pas marginalisé l'histoire intérieure de la Ve République après 1962 ?


Planète Terre, 25 mai
« Réussir son croquis et comprendre la mondialisation »
ou l'inverse, comprendre la mondialisation pour mieux réussir le croquis lors de l'épreuve du bac ?


en philo
« L’Etat doit-il maintenir l’ordre ou assurer la justice ? »


fc-riboud

sur Twitter, les communicants de la radio ont illustré ce sujet
par la photo de Jane Rose Kasmir vue par Marc Riboud
lors d'une manifestation contre la guerre du Vietnam (21.10.1967)
Un choix pour le moins surprenant...
(quel lien entre la manifestation et la justice ?)
http://twitter.com/franceculture/status/734679274368667648

L'article de Wikipedia et qq liens (Le sens des images + ajouter Arrêt sur images (05.12.2011)
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fille_à_la_fleur


.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 mai 2016

AG - Où vont les visual studies ?

 

Où vont les visual studies ?
André Gunthert, L'image sociale 22.05.2016 

à propos du symposium
Rethinking Pictures  A  Transatlantic Dialogue - Paris 19.20 mai 2016
http://www.terraamericanart.org/wp-content/uploads/2016/05/dfk_karte_rethinkingpictures_160427pg_B.pdf

Une science de l'image comme une des branches pas toujours acceptée de l’histoire de l’art
ou bien
une approche plus sociale des cultural studies ?

L'image comme objet, support de création ou de fabrication
ou priorité à la réception et à l'appropriation culturelle et sociale ?

Lire aussi les commentaires
Rémy B. « Ce qui fait la différence, c’est l’enjeu que l’on place au centre de la recherche. Dans un cas, ce sont clairement les images qui sont placées au centre et comme finalité (il y a un élargissement des objets de l’histoire de l’art vers la culture populaire, mais ce n’est pas vraiment un déplacement de l’approche, ou tout du moins un changement qui reste marginal) et de l’autre un type d’études qui vise à comprendre le rôle du visuel dans l’espace public et son rôle dans la culture du groupe (un peu à la manière de l’histoire culturelle du cinéma qui étudie moins les films, que le cinéma comme fait social total… mais dans ton cas en ne limitant pas les objets à ce seul domaine) ».


André Gunthert a publié L'image partagée, dont les articles sont disponibles en ligne.
Il a développé la plate-forme http://culturevisuelle.org/
Le carnet L'image sociale a pris la suite du blog L'atelier des icônes

http://fr.wikipedia.org/wiki/André_Gunthert


Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 mai 2016

Wikipédia : comment ils ont réussi

 

Wikipédia : comment ils ont réussi, Dominique Cardon, Sciences Humaines 13.05.2016

L’article tient en deux pages dans un dossier Apprendre à coopérer
http://www.scienceshumaines.com/apprendre-a-cooperer_fr_36245.html

extraits
« Ils sont des inconnus les uns pour les autres, mais ils ont écrit ensemble la plus grande encyclopédie du monde. On compte aujourd’hui 291 versions de l’encyclopédie dans des langues différentes. Elles totalisent 38 millions d’articles dont 1,7 million dans sa version francophone.

Une telle réussite a contribué à faire taire beaucoup de ceux qui s’étaient élevés contre une encyclopédie douteuse rédigée sans contrôle éditorial...
La réussite résulte de la mise en oeuvre obsessionnelle et tatillonne de procédures d’auto-contrôle par les wikipédiens ».

« Tout est mis en place dans Wikipedia pour que les conflits (d’écriture) soient réglés localement et ne remontent qu’en de très rares occasions au niveau central » ... « Le secret de l’auto-organisation est de décentraliser le pouvoir de sanction et de ne pas le confier à un corps spécialisé ».

Parmi les nouveaux défis, « le risque existe d’apparaître comme une bureaucratie dont les rgèles sont si complexes et exigeantes qu’elles rebutent les nouveaux entrants ».


Sur ce même sujet, Dominique Cardon a écrit « Surveiller sans punir. La gouvernance de Wikipédia »
http://books.openedition.org/pupo/4092
in Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer (dir.), Wikipédia, objet scientifique non identifié, PUPO 2015 (55 000 signes, pages 15-39)

et Cardon Dominique et Levrel Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia »,  Réseaux 2009/2
http://www.cairn.info/revue-reseaux-2009-2-page-51.htm


cooperer-sh

Sciences Humaines, Apprendre à coopérer, sommaire :
http://www.scienceshumaines.com/apprendre-a-cooperer_fr_36245.html

 

.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2016

Les riches de Florence



- A Florence, les riches familles du XVe siècle le sont toujours - blog BigBrowser, Le Monde 20.05.2016 - source apses

En 1986, les économistes Gary Becker et Nigel Tomes concluaient que « presque tous les avantages et les désavantages des revenus des ascendants sont balayés en trois générations ». A Florence, les 33 % les plus riches de 1427 ont statistiquement des chances d’être encore plus riches aujourd’hui.
http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/05/20/a-florence-les-riches-restent-riches-depuis-six-siecles_4923502_4832693.html


- L’étude du Catasto florentin de 1427 par Christiane Klapisch et David Herlihy est un des premières applications
de l'ordinateur à l’écriture de l’histoire (une décennie avant les premiers PC ou Mac)
voir ce qu'en dit Jean-Philippe Genet, un des pionniers de l'histoire numérique
http://clioweb.free.fr/debats/genet-numerique.htm


- Christiane Klapisch-Zuber, David Herlihy. — Les Toscans et leurs familles. Une étude du Catasto Florentin de 1427.
CR par le démographe Jacques Dupaquier, Population n°1, 1979 -
http://www.persee.fr/docAsPDF/pop_0032-4663_1979_num_34_1_18049.pdf

cordonniers ?
« Comme on s'y attendait, la fortune (15 millions de florins, dont 8 en biens fonciers) est entre les mains d'une minorité de banquiers et de marchands : dans la ville, 14 % des ménages ne possèdent rien, mais 1 % détient le quart des richesses ».
Les historiens travaillent dans la longue durée. Pas forcément celle des deux économistes italiens vantés par blog du Monde.

- Il y aurait aussi à souligner la place des arts dans la Florence des Médicis.
Patrick Boucheron, Les Médicis : L'irrésistible ascension d'une famille sans pareille, L'histoire 274, 2003




C’est aussi l’occasion de rappeler 2 plans anciens très intéressants :
celui du XVe (au nord, l’enceinte a prévu large, pour le travail de la terre et pour les futurs quartiers),
celui de 1572 (Braun & Hogenberg)
http://clioweb.free.fr/art/florence.htm

 

.

Posté par clioweb à 08:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Mbembe, Politiques de l'inimitié

 

Achille Mbembe, Politiques de l'inimitié, La Découverte 2016
http://tinyurl.com/dec-mbembe

présentation :
« Cet essai explore cette relation particulière qui s’étend sans cesse et se reconfigure à l’échelle planétaire : la relation d’inimitié. S’appuyant en partie sur l’œuvre psychiatrique et politique de Frantz Fanon, l’auteur montre comment, dans le sillage des conflits de la décolonisation du XXe siècle, la guerre – sous la figure de la conquête et de l’occupation, de la terreur et de la contre-insurrection – est devenue le sacrement de notre époque.

Cette transformation a, en retour, libéré des mouvements passionnels qui, petit à petit, poussent les démocraties libérales à endosser les habits de l’exception, à entreprendre au loin des actions inconditionnées, et à vouloir exercer la dictature contre elles-mêmes et contre leurs ennemis.

Dans cet essai brillant et brûlant d’actualité, Achille Mbembe s’interroge, entre autres, sur les conséquences de cette inversion, et sur les termes nouveaux dans lesquels se pose désormais la question des rapports entre la violence et la loi, la norme et l’exception, l’état de guerre, l’état de sécurité et l’état de liberté.

Dans le contexte de rétrécissement du monde et de son repeuplement à la faveur des nouveaux mouvements migratoires, l’essai n’ouvre pas seulement des pistes neuves pour une critique des nationalismes ataviques.
Il pose également, par-delà l’humanisme, les fondements d’une politique de l’humanité ».


Achille Mbembe était l’invité de Sylvain Bourmeau, La Suite dans les idées 21.05.2016
http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees

Achille Mbembé, l'article de Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Achille_Mbembe

Publications 1982-2003
http://previous.lib.uci.edu/about/publications/wellek/docs/Wellek2004AchilleMbembe.pdf
Publications 1992-2014
http://wiser.wits.ac.za/user/56/biblio

 

.
.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,