14 avril 2011

Internet rend-il méchant ?


un article d'Erwan Desplanques, Télérama 3196, 13 avril 2011

Extraits : 
... « On les appelle les trolls. Ces internautes inondent les sites d'information de leurs commentaires acides, voire haineux ... »

Jean-François Kahn a enterré son blog l'été dernier, fatigué « des dynamiteurs, pollueurs, obsédés et allumés ». Sophie Rostain a fermé son blog sur Médiapart, perturbée... « par les cabales et les règlements de comptes. A côté, certains lecteurs demandaient à être mes « amis », comme si nous étions dans une cour de récré. Je voulais faire part de mon expertise, et voilà que je me retrouvais au centre d'une communauté de post-ados »...

« Personne ne naît troll, tout monde peut le devenir » (Antoine Casilli, Liaisons numériques)

Le nombre de commentaires a explosé. Les sites web font appel à des sociétés extérieures pour faire la chasse aux trolls et aux propos racistes. Rue 89 ferme l’espace de commentaires quatre jours après la diffusion de l’article. Des animateurs slaloment entre les trolls et les habitués qui papotent entre eux (à Rue 89, 80 % des commentaires sont rédigés par seulement 10 % des abonnés, voici aussi la nature des commentaires sur un blog comme la République des livres ), et repèrent les contributeurs efficaces, ceux qui font avancer l'information et le débat (et parfois corrigent des erreurs).

« Tel est le credo actuel des sites d'info : valoriser le lecteur, le responsabiliser tout en restant vigilant. L'internaute n'est donc pas un vrai méchant. Il est à la fois, potentiellement, le pire troll et le meilleur remède à l'anarchie ».
[ Les habitués du web savent d'expérience que l'écriture électronique aggrave les différends et les inimitiés ]

[ Sur Framablog, entre professionnels et militants du logiciel libre, généralement les commentaires viennent compléter l'article, l'enrichir ou le nuancer. Pas chercher à démolir son auteur.
Dans La République des livres, c'est souvent de l'entre-soi, entre une poignée d'habitués de connivence.
Sur Libération ou Le Monde, à la suite de nombreux articles, les commentaires sont en théorie modérés. Pourtant les invectives y occupent une grande place, parfois sans lien avec le sujet abordé. De plus de nombreux propos pourraient figurer sur des sites de droite extrême ... Pour les sujets sensibles, plusieurs commentaires interrogent sur la source : les
internautes ne seraient-ils pas des professionnels en service commandé par un parti politique, envoyés pour contrer l'analyse des journalistes ...] 

Article peut-être à venir en ligne ? http://www.telerama.fr/idees/
Lire également Antonio Casilli, Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ? (Seuil) http://www.liaisonsnumeriques.fr/

 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Katyn

 

Ce soir, à 20 h 40, Arte diffuse Katyn, le film d'Andrzej Wajda (2007)

http://www.katyn-lefilm.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Katyn(film)


 

Posté par clioweb à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

L'Etat démantelé

Le 6 avril, le Grain à moudre a opposé 
Agnès Verdier-Molinié (Les fonctionnaires contre l'Etat)
et Willy Pelletier (L'Etat démantelé).
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-06.04.2011-ITEMA_20278159-0.mp3

Un débat très idéologique, où le représentant de la Fondation Copernic a subi les assauts répétés d'une passionaria de la privatisation intégrale. Pour ces intégristes, tout ce qui perturbe l'accumulation des profits et les salaires mirobolants de quelques-uns est à détruire. Pour eux, Il faudrait tout privatiser, sauf la police et l'armée (mais Bush en Irak ?). WP note que pour ces thatchériens, la protection sociale ne fait pas partie des fonctions normales d'un Etat moderne. Pour eux, l'Etat-policier ne peut servir qu'à protéger un ordre social profondément inégalitaire et injuste.

Dans ce credo qui fait passer l'intérêt de quelques-uns (grands patrons et actionnaires) avant l'existence du plus grand nombre, tout salaire (et tout salarié) modeste est le problème. Leur haine du secteur public est impressionnante, leur vocabulaire est parfaitement rôdé (on ne dit pas privatisation mais délégation (toujours au secteur privé,  jamais en faveur d'une structure sans but lucratif), tout ce qui n'est pas encore précarisé est présenté comme rigide, etc...). 

http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article301

Comment vendre à la découpe le service public :
h
ttp://clioweb.free.fr/debats/decoupe-public.htm


.
Les frères Koch (Wichita) financiers du Tea-Party

En 2010, ils ont dépensé 40 millions de dollars en soutien électoral. Leur chiffre d'affaires (100 Mds $) se répartit entre raffinage pétrolier, gaz, minéraux, papier, chimie et produits financiers. Leur firme est classée parmi les plus grands industriels américains pollueurs ; ils combattent bien entendu «« le mythe dangereux »» du réchauffement climatique et toute forme d'intervention de l'Etat dans l'économie !!

« Les Koch contournent les lois, manipulent la politique » (...) écrit Charles Lewis (CPI)  «  Ils sont la Standard Oil de notre temps ».
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/04/12/


Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 avril 2011

Alain Gesgon, L'imagerie politique


nasser_benbella

Nasser et Ben Bella - L'union des Arabes, la fin des forces colonialistes
Affiche de 1963, à l'occasion d'un voyage officiel de Nasser en Algérie

Dans un sujet de bac ES-L-S, juin 2010 la date indiquée, sans doute à tort, est 1956.
Dans une correction, pour les lycéens, un collègue avait écrit
« il est surprenant qu’une affiche de 1956 présente Ben Bella en chef d’Etat victorieux
alors que la guerre en Algérie le pousse à vivre dans la clandestinité et qu’il est arrêté la même année par la France »

 Le drapeau égyptien porte deux étoiles, symbolisant l'union syro-égyptienne.
Celle-ci est née en 1958, a avorté un peu plus tard, puis est réactivée au printemps 1963
à la faveur d'un coup d'Etat baasiste en Syrie
. YB
Les drapeaux rouges (avec étoile ou croissant) sont ceux de la Tunisie et du Maroc - GDV

 

La datation de l'affiche Nasser - Ben Bella a été l'occasion d'un entretien avec Alain Gesgon, un collectionneur exceptionnel.

Alain Gesgon a commencé à collecter les affiches politiques en avril 1961, à Alger. A ce jour, il estime sa collection à au moins 150 000 affiches, entreposées dans un local de l'Essonne. Sa collection est connue des éditeurs scolaires...Un même critère préside à la conservation de ces documents sauver ce qui est éphémère, ce qui échappe au Dépôt légal.

Il n'a pas fait le saut du numérique, mais il continuer d'archiver des tirages en diapos.

En 1982, il a fondé une association, le CIRIP (Centre international de recherche de l'imagerie politique), 34, rue Geoffroy-Saint-Hilaire, 75005 Paris. Les affiches ont nourri plusieurs expositions, dont celle de 1984 à la Conciergerie (La Mémoire murale politique des Français, de la Renaissance à nos jours), des expos à Lille, à Grenoble et à Strasbourg...

Il a aussi publié plusieurs ouvrages, dont en 2006 La laïcité sur les murs de France, édité à Rennes par la Société du petit Démon :-)

Il attend toujours la création d'un Musée international de l'affiche politique.


.
Lu également sur le web : 

Alain Gesgon a également collectionné des objets de propagande (du porte-clés au parasol de jardin). Les textiles sont fortement représentés: foulards, mouchoirs, tee-shirts, oreillers, etc., ainsi que les "papillons muraux" (autocollants aujourd'hui). Enfin, au travers du jeu, du jouet, des ouvrages pour la jeunesse (depuis la Révolution), le CIRIP montre comment l'enfant apparaît comme cible de propagande. http://www.media68.net/francia/archivi/25.txt

A Strasbourg interdit d'interdire.
Accusé de «gaspillage» par le FN, le fonds d'art contemporain d'Alsace continue et met à l'honneur l'affiche politique. Un mur, des mots. Libération 21/03/1998
De Vichy à Mai 68. A la Laiterie, qui fut l'un des lieux phares de la mobilisation anti-FN il y a un an, Jean Hurstel vient de monter une exposition de 300 affiches politiques, de 1940 à 1970. « C'est pour nous, explique le directeur, une sorte de commémoration de Mai 68. En cherchant, nous sommes tombés sur Alain Gesgon, un collectionneur fou d'affiches politiques, surtout parisiennes.
Alain Gesgon, 300 affiches politiques, sociales et culturelles : Cieslewicz, Gesgon, Grapus, catalogue de l'exposition à la Maison des jeunes et de la culture de Grenoble, du... 9 février 79 au... 29 avril 79 / [catalogue par Yann Pavie, François Barré, Alain Gesgon].

Au feu du jour, Aline Pailler,  France-Culture, 14 AU 20 Janvier  2001
Nous allons nous perdre dans 150000 affiches politiques d’un collectionneur qui a consacré sa vie à cette passion. L’évolution des thèmes, des supports et des styles du Moyen-Age à aujourd’hui - à chaque jour, puisqu’Alain Gesgon continue à collecter sur les murs de nos villes - peut nous en dire beaucoup sur l’évolution de la politique et du rapport du citoyen au politique.

 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

L'école de l'anachronisme

 

Le Monde Education publie un dossier sur l'Orientation scolaire

- Pour donner un avant-goût d'université, on peut donner des cours de génie civil en 2de (Cergy), cours et BU à des lycéens de 1ere (Poitiers), des cours de 1ere année à des Term (Nantes), 
- Pages sur la Femis et sur les kinés.

Comment réinventer le collège unique ? (internet) / Collège en faillite cherche modèle ( version papier)
http://www.lemonde.fr/education/

2 titres, 2 textes différents pour un sondage acheté par l'APEL (parents du privé), les positions syndicales du SE-UNSA, SNES-FSU (le socle seul ou le socle et la statue ?),  les points de vue de l'UMP et du PS, sans oublier collège St Jo à Cholet... (cours de 45 mn)

Le Monde consacre une pleine page à la vision de Finkielkraut, "philosophe", partisan de l'école anachronique (pédagogue ?)
Selon lui, la droite ni la gauche n'ont «  qu'une idée en tête : adapter l'école, c'est-à-dire la noyer dans le monde bariolé, égalitaire et " instantanéiste " de la techno-démocratie ».
« Pour la plupart des disciplines scolaires, Internet ne sert strictement à rien. Le meilleur moyen d'étudier un poème de Baudelaire est de se concentrer sur le texte lui-même et non de se dispenser de toute quête personnelle grâce à l'immense documentation qu'Internet peut offrir ».
Sur Internet, « on tchtate, on bavarde, on jacasse... » - copie de l'entretien sur le web

.
- Les profs ne devraient pas twitter ni faire ami sur Facebook avec les élèves. C'est l'Ordre des enseignantes et enseignants de l'Ontario qui le dit. http://www.journalmetro.com/linfo/  (source PhW)

.
 Le Canard enchaîné 13/04/2011

- 10 milliards de bénéfices, pas un centime d'impôt payé en France !!!!.
Total sait faire (le gasoil est à 1,36 euro en grande surface, presque 1,50 ailleurs !!)
- Portrait de Claude Guéant, Le valet de piques  
- "La Route de l'opium", un film de Robert Lang & Peter D. Findlay sera diffusé le jeudi, 14 avril 2011 à 10:15 et le lundi 18 avril à 02H45 http://tinyurl.com/arte-opium

.
Les éditeurs indignés - Libération Grand Angle
Le couple Jean-Pierre Barou - Sylvie Crossman a navigué dans le maoïsme et le new age avant de fonder Indigène éditions en 1996. Après avoir vivoté pendant des années, ils savourent le phénoménal succès du livre de Stéphane Hessel.
http://www.liberation.fr/culture/01012331067-les-editeurs-indignes
http://www.liberation.fr/grand-angle,76
http://www.liberation.fr/rss,99819

.
Les détracteurs du futur accès au Mont Saint-Michel haussent le ton. Métro
Le parking et les visites vont coûter plus cher, et l'accès imaginé par Veolia risque de dissuader de nombreux visiteurs.
http://www.linternaute.com/actualite/depeche/afp/


 

 

 

 

Posté par clioweb à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Histoire de l'art - Fontainebleau 27-29 mai

- Festival de l'histoire de l'art - Fontainebleau - 27-29 mai 2011


Au choix, vous pourrez participer à 

. Une offre de formation (sic) pour l’histoire des arts

. à  l'Élection de l’oeuvre d’art préférée des Français :-)

et aussi : 
- Trois Forums d’actualité
. Découvertes 
. Marché de l’art, Mécénat et Collectionneurs
. Histoire de l’art et nouvelles technologies

- Un Festival du film et de l’audiovisuel consacrés à l’art

- 3 concerts,

- Un Salon du livre et de la revue d’art


Le thème 2011, La folie : artistes, créations et beauté insensés

Le pays invité, l’Italie.

Le programme au format pdf :
http://tinyurl.com/fontainebleau2011-festival-hda

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 avril 2011

Le Japon quatre fois frappé

Le Japon quatre fois frappé, un article du géographe Philippe Pelletier pour Echo-Géo *, 1/04/2011
http://echogeo.revues.org/12327

Sommaire :
Le centre a tremblé, la province a encaissé
Le Sanriku et sa mémoire du risque

Le problème du chiffrage des victimes
Le petit nipponisme ne connaît pas la crise
Yes future


Extraits : 
Aux trois catastrophes subies par le Japon (séisme, tsunami, accident nucléaire), Philippe Pelletier en ajoute une quatrième, celle du regard des médias occidentaux.

« Il faut bien avouer que la géographie a été singulièrement malmenée dans le traitement effectué non seulement par les médias mais aussi par certains experts. Car les analyses sur les événements sismiques ont été déspatialisés en deçà d’une certaine échelle. La géographie a été ignorée, oubliée, bafouée même ».

 dès l'annonce du « gigantesque séisme du Tôhoku »…tout le monde s’est inquiété du sort de Tôkyô…les gratte-ciels y ont tangué, le parking de Tokyo Disneyland a été inondé ... les témoignages sensationnalistes et inutiles d’étrangers présents à Tôkyô ont afflué sur les ondes… ». Mais il a fallu attendre presque 48 h pour que « les médias français balbutient tout juste les noms de Sendai (un million d’habitants, une ville grande comme Lyon ou Marseille, pourtant) et de Miyagi (son département) ».

Pourtant, « dès vendredi, quelques heures après la principale secousse, un simple clic sur la Toile permettait déjà d’en savoir beaucoup. Deux options étaient même possibles. D’une part consulter Google Earth pour vérifier le décalage entre les images présentées par les médias, abusivement généralisées, et l’organisation spatiale de l’aire urbaine de Sendai. D’autre part consulter des sites japonais, ce qui suppose évidemment de connaître la langue japonaise et donc d’avoir fait l’effort de l’apprendre… »

 « La socioculture de la « coexistence » (kyôson) entre le risque naturel et l’habitant est caractéristique du Japon », écrit Philippe Pelletier qui décrit les infrastructures construites par « l’Etat-BTP » et l'entretien de la mémoire du tsunami dans le Sanriku. Selon lui, « l’alerte a été correctement donnée (par sirènes et hauts parleurs), mais les médias ne l'ont guère relevé ». C'est la réactivité des populations côtières qui explique le relativement faible nombre de morts rapporté au nombre d’habitants et à l’ampleur du tsunami.

« Autrement dit, les Japonais, bien organisés, ont fait face autant que possible au tsunami. Mais de ce fonctionnement collectif, prévoyant et bien organisé, limitant autant que faire se peut les dégâts (les infrastructures routières ont tenu), nous n’en avons quasiment rien su pendant trois à quatre jours ».

Le nucléaire, un secteur très juteux où l'opacité règne depuis longtemps, a été aussi malmené par les médias. Ils ont été discrets sur le fait que « la centrale de Fukushima, déjà en ligne de mire, aurait dû être fermée il y a un an ». « L'option nucléaire dans un pays à risque sismique très élevé, et dans des régions encore plus risquées, relève d'une irresponsabilité totale ».

« La question environnementale - évidemment sérieuse - masque également une dimension sociale et une dimension géopolitique. Les médias parlent beaucoup de Tepco, l’entreprise qui a construit les centrales nucléaires de Fukushima, et de ses techniciens. Ils négligent de dire que, conformément à une pratique déjà bien instaurée au Japon, les « liquidateurs » envoyés au cœur des réacteurs sont en quasi-totalité des sous-traitants, généralement des travailleurs journaliers recrutés sur le marché ad hoc de San'ya à Tôkyô. Cette utilisation du sous-prolétariat permet non seulement de faire des économies en termes de statut (pas de contrats à durée indéterminée, pas de retraites, pas d’assurances ni d’indemnisations), mais aussi de perdre la trace des contaminés, ce qui a déjà, lors des incidents nucléaires précédents, contribué à fausser gravement le bilan des dégâts. Mais cette dimension de « lutte des classes » n’est pas dans l’air écologique du temps. Quant à la dimension géopolitique, il faut souligner que la centrale a été construite en 1971 par l’entreprise américaine General Electric tandis que le troisième réacteur fonctionne avec un mélange d’uranium et de plutonium, le Mox, vendu par l’entreprise française Areva. Ce type de décisions, d’achat et de vente, est pris au plus haut sommet, et en fonction de paramètres politiques et internationaux parfois éloignés de la seule question énergétique ».


« Décidément, le Japon n’a pas de chance. Il ne fait parler de lui dans les médias que pour des catastrophes, rarement pour autre chose ». Dans cette vision quasi xénophobe, les Japonais seraient décidément des êtres à part, passifs, mal organisés et assez fous pour vivre sur une telle terre.

Pour Philippe Pelletier, « le regard occidental est préoccupant. On pouvait en effet penser qu’à l’heure de l’information rapide et généralisée, dans un monde et à une époque où les livres scientifiques sur le Japon sont de plus en plus nombreux, à propos d’un pays qui est désormais facilement accessible et ouvert … un certain nombre d’idées reçues, d’approximations et de stupidités aurait été éliminé… Il n’en est donc rien. Cette non réception, ou bien cette mauvaise lecture (une mauvais écriture, alors ?) appelle à une modestie, dût-elle en souffrir, chez les chercheurs japonisants, et à une interrogation sur le pourquoi du comment ».
 
.
Japon: le regard tordu des Occidentaux
Une préversion de l'article semble avoir été publiée sous forme de tribune le 13 mars, par http://www.cyberpresse.ca 
Le titre canadien n'en tire aucune leçon, mais pose un tag vers 
« accident de la route » et titre sur « les dernières heures d'un prêtre québécois au Japon » !!  http://www.cyberpresse.ca/opinions/

.
Les médias se sont acculturés 
Un autre géographe constate également l’absence de « vision spatiale d’ensemble ». Mais selon lui, les médias ont beaucoup écrit sur le Japon, souvent au-delà des catastrophes ; les journalistes se sont acculturés au contact des spécialistes du pays, de ses habitants et de sa culture. 
Les 
angles d’analyse ont évolué au fil des jours ; ne faudrait-il pas compléter l’article en prenant en compte cette évolution ? 
Que donnerait une étude de la couverture des trois catastrophes par les médias japonais ?

* EchoGéo
: Notre vocation est de produire une information pertinente et documentée sur des pays et des thèmes qui, soit ne sont pas pris en compte par les médias, soit le sont de façon évasive et superficielle.

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 avril 2011

Manet, inventeur du Moderne

 

Présentation détaillée de l'exposition ( 5 avril - 3 juillet ) sur le site du Musée d'Orsay

dans le 5e écran, une citation surprenante : 
« L'arrivée des radicaux au pouvoir, en 1879, lui donna un dernier coup de fouet »
Un effet précoce de la chatelisation de l'histoire enseignée ?

.
- Des expositions antérieures, toujours sur le site du Musée d'Orsay

Manet… Velázquez… La manière espagnole au XIXe sièclesept 2002 - janv 2003

Manet et le Paris moderne - avril - juillet 2010

Picasso / Manet : Le déjeuner sur l'herbeoct 2008 - février 2009

.
- dans la page web Peinture 1850-1914,
Fantin-Latour : Un atelier aux Batignolles
Manet, Olympia,
Manet, Portrait d'Emile Zola


.
- Edouard Manet (1832-1883) dans Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Edouard_Manet
http://en.wikipedia.org/wiki/Edouard_Manet


des photos (38) et des reproductions (80 environ) dans Wikimedia Commons

 manet

http://commons.wikimedia.org/wiki/Edouard_Manet

.
dans Google images
http://www.google.fr/images

.
Parmi les ouvrages cités par Philippe Dagen (Le Monde culture)

Manet, de James Rubin, trad. Jeanne Bouniort, Flammarion, 49 €
(les implications politiques sous-entendues dans nombre de tableaux)

Manet. Un rebelle en redingote, de Beth Archer Brombert, trad. Jacques François Allain, Hazan, 28 €
(Beth Archer Brombert veut corriger la vision d'un Manet "pur peintre" et rappeler l'importance de sa culture, non seulement artistique, mais encore littéraire. Aussi est-elle attentive à ses relations avec Charles Baudelaire ou Emile Zola).

 

manet_cezanne

Edouard Manet, Portrait d'Emile Zola, 1868 (392-500 cm), Musée d'Orsay
 http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Edouard_Manet_049.jpg

 

Posté par clioweb à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Japon : séisme 6,6 - radioactivité


- Un puissant séisme de magnitude 6,6 a eu lieu, lundi 11 avril, à 17 h 16 ( 8 h 16 heures françaises ) dans le nord-est du Japon, un mois jour pour jour après le tremblement de terre qui a ravagé le Tohoku. Son épicentre était situé sur terre, à 13 km seulement de profondeur, et à 81 km au sud-sud-est de la ville de Fukushima.
http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/eqinthenews/2011/usc0002n9v/
Le Monde Japon : http://www.lemonde.fr/japon/
Sylvestre Huet, Sciences 2


- Fukushima - Quels sont les risques radioactifs pour les Japonais ? 
Sylvestre Huet ( Sciences2 ) a mis en ligne une version d'une carte estimant la localisation de la radioactivité.
http://sciences.blogs.liberation.fr/


fuku_radio

source : Sylvestre Huet, Sciences 2

Autour de Fukushima, la contamination est aussi forte qu'à Tchernobyl par endroits - Le Monde Japon
La carte des dépôts radioactifs au sol a été réalisée, entre le 30 mars et le 3 avril, par un hélicoptère du département de l'énergie américain (DOE).
« On a un Tchernobyl en plus local, dit Patrick Gourmelon(IRSN). Les zones fortement touchées sont beaucoup plus réduites, mais la contamination y est du même ordre de grandeur ».

Le Japon élargit la zone d'exclusion autour de Fukushima - Le Monde Japon

« Masataka Shimizu, le PDG de Tokyo Electric Power (Tepco), l'opérateur de la centrale, doit se rendre dans la région lundi  pour s'excuser des troubles causés aux habitants de la préfecture de Fukushima. Il doit rencontrer le gouverneur de la préfecture, Yuhei Sato, qui jusqu'à présent n'a pas souhaité le voir. Le patron de Tepco n'a en revanche pas prévu pour l'instant de rencontrer les habitants contraints d'évacuer les environs ». Le Monde Japon - http://www.lemonde.fr/japon/

.
Fukushima story, un dossier de la BBC
BBC News, Graphics and interactive, 
Japan one month on, 
What went wrong at Fukushima ?
http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-pacific-12711226

Radioactive leaks...
http://www.bbc.co.uk/news/world-asia-pacific-12911190

.
- Fukushima, un accident de civilisation.

« …le nombre de décès directement imputables au dégagement de particules radioactives est, jusqu'à présent, nul... Force est de reconnaître que d'autres sources d'énergie sont bien plus dangereuses que l'atome… Le charbon, par exemple. Plusieurs milliers de mineurs meurent chaque année dans les coups de grisou » :-):-) écrit Stéphane Foucart dans Le Monde,
avant d’ajouter dans son « analyse » : à Fukushima, « les maîtres de l'atome ignorent ce qui se déroule précisément dans les lieux-clés de la centrale - les réacteurs - puisque
nul ne peut s'en approcher sans périr aussitôt ». :-):-)

L'auteur a écrit dans Le Monde sur la Gaule, Naachtun, la couche d'ozone, la matière noire, le virus XMRV...
http://www.lemonde.fr/opinions/

 


Posté par clioweb à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Japon : Les centrales nucléaires

 

jp_centrales

La carte des centrales nucléaires au Japon
source : Wikimedia Commons 

 

Posté par clioweb à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,