23 mai 2011

L'école n'enseigne pas à voir


.
Bienvenue aux auditeurs internautes de France-Culture...

Lundi matin, dans La Fabrique de l'histoire, E Laurentin ouvrait une semaine sur l'histoire de l'art (histoire des arts ?), à la veille de la messe de Fontainebleau, en recevant Pierre Rosenberg, l’ancien patron du Louvre.

Ceux qui manquent de temps reliront avec profit une tribune dans Libération :
les arguments et les exemples n'ont pas changé d'un iota depuis juillet 2007 !
http://clioweb.free.fr/art/rosenberg.htm  -  
l'émission au format mp3

.
> L'école apprend à lire, elle n'enseigne pas à regarder et à voir.

Monsieur l'académicien est trop bon. :-):-)
L'école n'apprend pas non plus à lire, ajoutent certains de ses confrères... :-)

- Ces censeurs ont-ils ouvert récemment des manuels d’histoire (on leur reproche parfois d’être devenus de simples livres d’images) ? Ont-ils assisté ces derniers mois à un cours, dans une classe équipée d’un vidéoprojecteur ?
Pourquoi une telle ignorance du travail scolaire, notamment en ce qui concerne la lecture critique des images et de la vidéo ? Ce silence n'est-il pas un simple mépris à l’égard du travail accompli par d’autres qu’eux, dans des conditions souvent difficiles ?
- A ce mépris, les cléricaux ajoutent l'inculture religieuse et l'ignorance chez les élèves du catéchisme chrétien, une des sources de la peinture européenne ; mais ils ne se soucient guère de l'apprentissage de la mythologie gréco-romaine, pourtant une autre source majeure d'inspiration de ces peintres. 

- L'exploitation répétée d'une anecdote racontée par Mona Ozouf dans Composition française est révélatrice et caricaturale : elle raconte une mésaventure de 1938, un jour d'inspection dans une école élémentaire. Sérieusement, quel historien peut prétendre juger de l’Education d’aujourd'hui à partir du seul précédent de l’école primaire des années 1930 en Bretagne ?

- Les professeurs d'arts plastiques, les visiteurs ordinaires du Louvre, les journalistes (Philippe Dagen) n'ont pas été mieux traités ce matin.
Ajouter à ces jugements péremptoires sortis de leur contexte une condamnation sommaire par un auditeur internaute : selon lui, les enseignants sont une population désormais notoirement inculte !!!

.
> L'histoire de l'art est une discipline spécifique, et doit être enseignée comme telle.

L'affirmation peut se comprendre et se défendre.
Le découpage en disciplines scolaires a été fait au XIXe ; il peut être contesté et actualisé. Avec du réalisme et des nuances.
Les professeurs de philosophie revendiquent toutes les classes de lycée. Beaucoup d'autres disciplines universitaires attendent leur version scolaire (par ex l'informatique conçue comme programmation, l'archéologie...)
Comment les installer à l'école sans alourdir d'autant l'horaire des élèves ?
En en faisant de simples options, réservées à un public restreint ?
En faisant disparaître certaines disciplines actuelles ?
Récemment, un géographe spéculait sur la mort prochaine de la géographie scolaire : selon lui, ce serait le prix à payer pour que sa discipline soit enfin prise au sérieux à l'université ! Voilà qui libererait quelques heures... :-)

Histoire et histoire de l'art - L'histoire de l'art n'est-elle pas un des domaines où des historiens majeurs ont renouvelé un regard qui était souvent devenu trop formaliste ? En quoi un professeur d'histoire serait-il incapable de s'appuyer sur ces recherches pour enseigner l’histoire de l’art dans le secondaire ?

.
> Un texte officiel affirmait en 2006 que les professeurs de Lettres n’avaient pas besoin de formation spécifique.

Une telle affirmation dans un texte officiel est critiquable. A condition de ne pas s'en servir pour faire le silence sur la démolition méthodique de la formation continuée depuis Allègre. De plus depuis 2010, les jeunes professeurs n’ont plus accès à une formation professionnelle initiale en alternance. Au nom de quoi l’histoire des arts pourrait-elle exiger un traitement de faveur ?

.
> La radio ne fait pas de place à l'histoire de l'art.

Avant d'incriminer la radio, et de vouloir en faire une TV sans les images, ne faudrait-il pas d'abord exiger davantage d'émissions traitant de l'histoire de l'art sur les écrans de télévision, commerciaux ou publics ?
Côté radio, il ne faut pas taire le rôle de France Musique, ni sous-estimer tous les domaines de la création présents sur France-Culture. La diffusion multiple de la série Histoire de peintures avec le regretté Daniel Arasse (2004) mérite davantage de considération. C'est un excellent exemple de la complémentarité de la radio et du web pour tout ce qui est visuel : Le Web Gallery of Art, ou le Google Art Project permettent de suivre les commentaires en regardant la reproduction des oeuvre. Un détail : ces initiatives ne viennent nullement des sphères institutionnelles.
http://clioweb.free.fr/art/arasse.htm

.
La démonstration de l'ancien patron du Louvre est brillante, sa force de conviction est énorme, son talent rhétorique évident.
Pourtant, les contradictions ne manquent pas.
Plusieurs sont soulignées par E Laurentin : ainsi, on peut faire l’éloge des expositions ponctuelles mais dénoncer l'éphémère ; on peut se plaindre d’une démocratisation insuffisante de l’accès aux musées, mais aussi encourager des pratiques sociales de fermeture, et reserver certaines expositions aux seuls hommes d'argent et de pouvoir.

La démonstration serait aussi plus convaincante si elle ne faisait pas l'impasse sur les conditions matérielles : n'en déplaise à l'ancien patron du Louvre, de nombreux professeurs ont emmené et emmènent toujours leurs classes dans les musées, parisiens ou provinciaux.Ils doivent affronter des obstacles de tous ordres. Les questions financières et administratives font de ces visites un véritable parcours du combattant. Et les classes ne sont pas toujours les bienvenues au milieu d'un tourisme de masse.
Un successeur de Rosenberg a chassé du Louvre les enseignants, en particulier ceux d'Histoire. C'était sans doute pour lui le moyen d'encourager les relations entre le monde de l'Education et le Louvre. Par la suite, un ministre de l’Education a négocié le retour à la gratuité initiale et tenté d’en faire une opération de com’ politicienne.

.
En fait, au coeur d’un tel discours, il est difficile de ne pas voir la forte connotation corporatiste. La quête de débouchés pour les étudiants en histoire de l'art justifie-t-elle la négation du travail mené par les enseignants ?
Ne faut-il pas aussi y percevoir de l'amertume devant une promesse électorale faite en 2007 mais non tenue par la suite (la création d’une agrégation spécifique en histoire de l’art, et les heures correspondantes au collège et au lycée ) ?

Au total, l’histoire de l’art n'est-elle pas un enjeu trop sérieux pour la réduire à cette seule dimension corporatiste ?
Ne mérite-t-elle pas mieux que l’habituel couplet décliniste selon lequel « c’était mieux avant » (... avant la massification ou avant la démocratisation ou avant Internet ... )
.

tricheur

 Georges de La Tour, Le Tricheur à l'as de carreau,  vers 1635 - Louvre - 106 x 146 cm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Tricheur_à_l'as_de_carreau

 Autre version au Kimbell Art Museum, Fort Worth
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Georges_de_La_Tour_029.jpg

Cheater with the Ace of Diamonds, 1635
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/l/la_tour/georges/1/
http://www.wga.hu/art/l/la_tour/georges/1/06cheat.jpg

 

Posté par clioweb à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Palémon Glorieux et l'Agrégation - 1


- Le concours d'agrégation d'histoire 2011 pourrait être menacé d'annulation,
selon Sylvestre Huet (Sciences 2)
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/05/

Dans l'épreuve d'histoir médiévale, le texte fourni aux candidats est présenté comme un journal authentique d'un participant au concile de Constance (1415). Un journal qui aurait été tenu par Jean de Cerisy, le secrétaire de Jean Gerson, philosophe et théologien, chancelier de Notre Dame et de l'Université de Paris (1363-1429).
Or, il s'agit en réalité d'un texte composé par l'historien Palémon Glorieux, publié en 1964. Sous la forme certes d'un journal qui aurait été tenu par Jean de Cerisy... mais sans que son auteur véritable ne cache sa véritable nature.
P Glorieux : 
http://bibindex.dominicains.com/

.

Deux extraits du texte à lire sur le blog Sciences 2
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/05/

constance1

 ...

constance2

.
Lire également 

Gigantesque bourde du jury à l’agrég d’histoire : le concours menacé ? - source : PJ
Joseph Confavreux pour Médiapart - 23 Mai 2011
http://www.mediapart.fr/article/offert/6ffa635494d9bb1ddd9f9c8469a39039

Le concours sans doute pas, estime Joseph Confraveux qui rappelle que le principe fondamental d’équité entre tous les candidats n’a pas été rompu. 
Mais 
certains membres du jury ?

« Palémon Glorieux, l’auteur réel du texte est un historien, érudit et curé français, spécialiste du concile de Constance qui, en 1964, retrace, dans un ouvrage, ce concile « au jour le jour ». Et choisit pour cela de « prêter sa plume » à l’un des acteurs de ce concile. Il ne s'en cache pas, expliquant que, face au caractère épars et parcellaire des documents originaux, il a choisi d’agréger un certain nombre d’éléments sous forme d’un journal reconstitué »

« Certes, l’erreur est humaine et le pastiche suffisamment bien fait pour qu’une confusion soit possible.
Mais pourquoi le jury qui a choisi ce texte n’a-t-il pas, comme c’est la norme, été voir la source latine ? »
Pourquoi les auteurs du corrigé semblent-ils avoir maintenu qu’il s’agissait de la traduction d’un texte inédit ?

La réorganisation des concours, l'inflation des tâches administratives peuvent avoir leur rôle dans ce dysfonctionnement. 
A moins que l'Agrégation ne soit la prochaine cible des gestionnaires ?

.
- Mardi 24 mai - Malgré une boulette historique, l'Agrégation d'histoire va continuer - Libération et AFP

Extrait :  
L’agrégation d’histoire 2011 va se poursuivre normalement, sans organisation d’une nouvelle épreuve, a annoncé mardi le ministère de l’Education nationale, en dépit de la bourde ayant fait passer un écrit des années 1960 pour un texte médiéval.

«Si le ministère comprend tout à fait que cette situation puisse faire réagir ceux qui enseignent et aiment l’histoire, il apparaît qu’en l’espèce l’égalité de traitement a été maintenue entre tous les candidats et que l’épreuve n’était pas hors programme», écrit le ministère dans un communiqué.

«Par conséquent, il n’existe aucun motif qui puisse conduire, en droit, à l’organisation d’une nouvelle épreuve, à quelques semaines du début des oraux d’admission», a-t-il ajouté, tenant ainsi «à rassurer l’ensemble des candidats, afin qu’ils puissent sereinement se préparer aux épreuves orales».

.
Palémon Glorieux a été professeur au Grand séminaire de Lille (1919-1949) et recteur de l'Institut catholique de Lille (1949-1958). Lire Hommage à Mgr. Palémon Glorieux : 1892-1979. Faculté Catholique de Lille - 1980

Palémon Glorieux, Le concile de Constance au jour le jour, Tournai, Desclée, 1964, 251 p,
un journal fictif attribué au secrétaire de Jean Gerson
http://fr.wikipedia.org/wiki/Palémon_Glorieux

huet-palemon-1965

source : Sylvestre Huet, Sciences 2

 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Malheureux manuel franco-allemand

Malheureux manuel franco-allemand... Frédéric Lemaître, Le Monde - Europe - 23.05.11 source : ldc

Extraits : 

« Le manuel ne rencontre pas le succès escompté. Alors que certaines régions et certains Länder en ont distribué plusieurs milliers dans les lycées, les deux premiers volumes se sont vendus à environ 40 000 exemplaires seulement dans chaque pays, bien loin du seuil des 100 000 considéré comme un succès. 

En France, la rupture de Nicolas Sarkozy est passée par là. La réforme des lycées bouleverse les programmes. En terminale S, l'histoire n'est plus qu'optionnelle. C'est en vain que les deux fédérations d'associations franco-allemandes alertent les pouvoirs publics. Nathan n'imprime le troisième volume qu'à 7 000 exemplaires. « Une partie des deux premiers volumes a été vendue à un public adulte cultivé. Nous allons essayer de faire de même avec le troisième", se désole Françoise Fougeron, la directrice générale »

« Distribué gratuitement dans plusieurs Länder, il n'est utilisé que comme manuel d'appui par de nombreux enseignants allemands. Les Français, eux, se méfient d'un livre soutenu par le pouvoir politique. Rares sont les enseignants qui parviennent à se l'approprier, constate Stefan Seidendorf : "80 % des Français disent que c'est plutôt un livre allemand, et vice versa. Dans les deux pays, les enseignants ne sont pas préparés à utiliser un tel manuel. En Allemagne, l'important est de former des citoyens, d'inciter les élèves à poser des questions. En France, l'enseignement est basé sur la dissertation et l'organisation des connaissances. Seules les personnes déjà sensibilisées aux relations franco-allemandes savent que les deux approches ne s'opposent pas mais sont complémentaires. »

Le manuel, un symbole parfait de la relation franco-allemande ?

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Tepco : socialiser les pertes


Le géant Tepco en pleine désintégrationLibération Terre, 21/05/2011
http://www.liberation.fr/terre/01012338650-le-geant-tepco-en-pleine-desintegration


- Masataka Shimizu, le PDG défaillant a été démis de ses fonctions.

- Tepco a annoncé hier une perte nette massive et record de presque 11 milliards d’euros. Ce chiffre ne tient pas compte des demandes innombrables de compensations qui affluent. Pour les milieux d’affaires nippons, l’Etat japonais doit tout faire pour éviter la faillite du géant. Un soutien au goût amer.

Une illustration de la vielle logique capitaliste : privatiser les profits, mais socialiser les pertes.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mai 2011

Eurescl : Esclavages et héritages

.
Enseigner les traites, les esclavages, leurs abolitions et leurs héritages

Le colloque 2011 coordonné par Eric Mesnard et Marie-Albane de Suremain vient d'avoir lieu à Paris.

Une idée essentielle : faire de l'histoire des esclavages un élément majeur d'une histoire globale, et cesser de la placer aux marges de l'histoire scientifique.

Une critique vigoureuse faite aux programmes actuels : l'histoire y est souvent malmenée.
Une illustration, dans l'intervention de MA de Suremain et dans celle de B Gainot : la 2de pro traite Le premier empire colonial français, XVIe-XVIIIe siècle alors que la 2de générale Chatel expédie, en fin de programme, Les abolitions de la traite et de l’esclavage et leur application (sans lien avec l'histoire globable qui précède).
Il en ressoirt souvent une prime donnée aux approches mémorielles et aux jugements moralisateurs.

Pour ceux que le sujet intéresse, les actes du colloque devraient paraître assez rapidement.
Lire Myriam Cottias, Elisabeth Cunin et Antonio de Almeida Mendes, Les traites et les esclavages. Perspectives historiques et contemporaines. Kathala 2010
http://www.esclavages.cnrs.fr/spip.php?rubrique99

.

Sur le web, un premier site a été créé en janvier 2008 

pour le Centre International de Recherches sur les Esclavages (CIRESC)
http://www.esclavages.cnrs.fr/
Le libellé est simple et explicite (cnrs, esclavages)
cir_escl

Il prévoyait une rubrique II. L’esclavage au fil des documents
Traces de l'esclavage - L'esclavage dans la longue durée - Dire / figurer l'esclavage
La rubrique est restée vide, en dehors d'un lien vers les textes officiels.

.
- Aujourd'hui, les sources sont disponibles sur un autre site web, à découvrir et à explorer :

Slave Trade, Slavery Abolitions
and their Legacies in European Histories and Identities
http://www.eurescl.eu 

eurescl

Le site dirigé par Myriam Cottias a été conçu par l'Association Gens de la Caraïbe ; il est hébergé par l'entreprise Amen SAS et financé par un programme de la Commission européenne (d'où sans doute le libellé eur - escl, un libellé peu explicite et peu facile à prononcer, à la différence de esclavages... ). 
Lire la présentation sur le site Comité pour la Mémoire (et l'histoire) de l'Esclavage (présidé par Françoise Vergès). 

myriam
Myriam Cottias

- Le site Traites, Esclavages, Abolitions, Héritages comporte une entrée Workpackages
dont
Slavery and Slaves in continental Europe

.
- La rubrique Le Site pédagogique propose 3 entrées : Programmes, ressources, débats

Un exemple de débat - Oser l'interdisciplinarité

Parmi les sources à exploiter en classe (mai 2011) :
http://www.eurescl.eu/pe0984/web/

XVe - XIXe, (surtout des textes)
Traites
    Un voyage de traite, fin XVIIe s.
    Traite à Ouidah, 1694
    Marchandises de traite sur le littoral africain
    Contacts Africains et Européens, Gambie
    Rivalités franco-anglaises, Gambie
    Mortalité des captifs et des équipages
    Vente d'esclave en Guyane, 1696
    Voyage de La Jeannette, 1743
    Un navire de traite
    Une campagne de traite, 1743
    Bilan d'un voyage de traite, 1771
    Le passage du milieu, O. Equiano 1755-6

Esclavages
    Esclaves au Brésil et aux Antilles
    Extrait du Code Noir de 1685
    Culture de la canne
    Soigner le « cheptel humain »
    Surveillance de la production du sucre, XVIIe s
    Une sucrerie mal gérée
    Vente d'esclave, 1780
    Echange de femmes esclaves, Saint-Domingue 1788
    Affranchissement d'une créole
    Une enfance d'esclave, Mary Prince

Résistances
    Risques du marronnage
    Grand marronnage en Guyane
    Marronnage à Saint-Domingue, 1782

Débats et combats
    Un théologien justifie la traite et l'esclavage
    L'esclavage par nature
    Un colon défend la traite, 1791
    Un député défend la traite, 1790
    Un général pour la traite et l'esclavage,1802

Abolitions
    Saint-Domingue, 1793
    France, 1794
Après les abolitions
Traites et esclavages aujourd'hui

A côté de l'histoire, d'autres entrées disciplinaires sont prévues  :

Philosophie (pour rompre avec le silence...)
    Esclavage selon la nature, esclavage selon la loi
    Droit naturel et esclavage
    La convention de soumission selon Hobbes
    Esclavage et état de guerre.
    Montesquieu contre l'esclavage 1
    Montesquieu contre l'esclavage 2
    Montesquieu contre l'esclavage 3
    Rousseau, la liberté est inaliénable 1
    Rousseau, la liberté est inaliénable 2
    Rousseau, Diderot, Esclavage réalité ou métaphore [1]
    Rousseau, Diderot, Esclavage réalité ou métaphore [2]

Lettres
    Noirs et mulâtres, Texaco

A compléter par l'excellente base documentaire  L'Esclavage par l'image

escl_images

Outre-Manche voir le site de Dan Lyndon
http://www.blackhistory4schools.com/

L'histoire des esclavages, un choix de sites web :
http://clioweb.free.fr/dossiers/colonial/esclavages.htm


equiano

source : Google images

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Garder Internet libre

Internet contre le G8 : « Aidez-nous à garder Internet libre » 

« Quadrature du Net (en France), Institute of Network Cultures (aux Pays-Bas), Digitale Gesellschaft (en Allemagne), Boing Boing (site anglophone), Free Art and Technology (de partout) »

« En jouant sur des peurs telles que celle du « cyber-terrorisme », l’objectif des dirigeants du G 8 est de généraliser des règles d’exception pour établir un état de censure et de contrôle, sabotant au passage la liberté d’expression et les libertés civiles ».

http://www.ecrans.fr/Internet-contre-le-G8-Aidez-nous-a,12752.html

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2011

On colmate ...

 

- Hadopi ? On colmate...  
Camille Gévaudan, Libération Ecrans, 17/05/2011
« Tout le monde y va de sa petite rustine pour tenter de colmater la passoire TMG avant que ses fuites n’entachent trop l’image d’Hadopi ».
http://www.ecrans.fr/Hadopi-On-colmate,12753.html

Des données confidentielles non sécurisées chez un prestataire de l'Hadopi
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/05/17/

.
- Facebook, mes droits et moi - Le Monde 16/05/2011
Comment éviter de devenir un « homme-sandwich » ? Des juristes décryptent pour Le Monde les « conditions générales d’utilisation », souvent approuvées sans être lues. Le Monde Technologies

Quand la rivalité entre Facebook et Google tourne à l’aigre Le Monde 15/05/2011
« L’un comme l’autre ont un appétit sans limite pour toutes les informations que l’internaute laisse dans son sillage pour consommer ces services gratuits mis à sa disposition. Que Facebook reproche à Google ses pratiques en matière de respect de la vie privée des internautes laisse donc rêveur.
Sauf qu’à y regarder de plus près, le service incriminé, n’est autre que Google Social Circles, une tentative faite par Google d’associer aux résultats de son moteur de recherche les contenus issus des comptes Facebook ou Twitter. Une incursion sur son territoire qui a suscité une réaction épidermique de Facebook ».
http://www.lemonde.fr/technologies/

.
Bing, le moteur de Microsoft compte sur Facebook et l’influence sociale de ses membres pour améliorer la pertinence de ses recherches face à Google. Libération Ecrans, 18/05/2011
http://www.ecrans.fr/Les-amis-Facebook-Bing-aime-ca,12748.html

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

IMSLP - Bibliothèque Musicale Petrucci

.

IMSLP - Bibliothèque Musicale Petrucci - Petrucci Music Library !  Wilmington
http://imslp.org/wiki/

Projet de Bibliothèque Musicale Internationale, en ligne depuis le 16 février 2006

L’International Music Score Library Project ! IMSLP est une bibliothèque contenant des partitions appartenant au domaine public, ainsi que les œuvres de compositeurs souhaitant partager gracieusement leur musique avec le reste du monde. 

Au 12 mai 2011, le site annonce 93 000 partitions disponibles.


Currently, the following moderators are most active: Carolus, Cypressdome, Daphnis, Hobbypianist, KGill, Lndlewis10, Massenetique, Matthieu, Perlnerd666, PML, Schissel, Steltz
http://imslp.org/wiki/IMSLP:Staff_contact_list


 

 

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 mai 2011

Vive les profs !


.
Dix enseignants heureux dans leur classe
,
dossier dans Le Monde Education 18/05/2011

« A l’heure où l’approfondissement de la crise sociale rend le quotidien des classes de plus en plus difficile, au moment où le pouvoir politique juge l’éducation trop coûteuse et lui coupe ici sa formation initiale ou là des postes qui sont pourtant des aides précieuses aux élèves les plus en difficulté, les enseignants souffrent de plus en plus, certes, mais continuent leur chemin ». Luc Cédelle.
http://www.lemonde.fr/education/

 

- Sauver les naufragés des maths par des cours vidéo
Philippe Mercier, collège de Morhange
son ambition : étendre l'offre au lycée
http://maths-videos.com/

- Sortir des labos avec les réseaux sociaux
Etienne Parizot, Paris VII, E.T. d'Orion - http://www.etdorion.com/

- Mêler les voix et les matières - HG et Allemand
ML Pierre et B Faux, Pau, Abibac
http://www.cyberlycee.com/barthou/site-public/rubrique.php3?id_rubrique=117

- Remettre les langues anciennes au goût du jour
Dominique Augé, Chambéry - Le projet Helios
http://helios.fltr.ucl.ac.be/presentation.htm

- Embarquer en poésie des adolescents high-tech
Jean-Michel Le Baut (Brest) : la littérature doit être vivante
blog http://i-voix.over-blog.com/
http://www.cahiers-pedagogiques.com/spip.php?article6863

- Installer sa classe primaire dans les coulisses d'un opéra
Sophie Rousseau, Sarcelles

- La méthode Orangina pour réveiller les amphis endormis
Thierry Isckia, blog http://rse.lemonde-apres.com/tisckia/
http://www.prix-strategie.com/interview-thierry-isckia-intmanagement.php

- Coacher en classe et en ligne
Eric Cobast,
http://blog.letudiant.fr/concours-sciences-po-iep

- De la Méditerranée à l'Allemagne, un voyage pour élargir son avenir
Anne Iksi-Smouts, Marseille 

- Privilégier l'autonomie et éduquer à la vie de groupe, dès le plus jeune âge
F Blais, maternelle

- Les présidents d'université appellent à une révolution pédagogique (sic...)
La réforme de la licence a été au coeur de leur colloque à Toulouse. L'article parle d'initiation à la recherche et de prime d'excellence pédagogique.

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Manuscrits Robespierre, suite


L'Etat français a exercé son droit de préemption, au nom des Archives de France, «au prix du marteau» (dernière adjudication) pour deux lots adjugés 65.000 euros (fonds Le Bas) et 750.000 euros (brouillons, discours, articles, lettre de Robespierre), soit 979.400 euros au total avec la commission d'achat,

L'acquisition par l'Etat, qui dispose désormais de quinze jours pour donner sa position définitive, avait été réclamée
à grand renfort de mobilisation par des historiens et plusieurs partis politiques de gauche.
«Nous allons devoir réunir les fonds nécessaires pour que ces documents rentrent dans les collections des archives»,
a déclaré le directeur des Archives de France, Hervé Lemoine, à l'issue de la vente.
Le Figaro, 19/05/2011, 14 h 41
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/05/19/  

 

Posté par clioweb à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,