06 septembre 2011

Economie : un été meurtrier

 

- Les sept leçons d'un été meurtrier - Le Monde Economie, 06/09/2011
1 La contraction de l'économie est redevenue le risque majeur
2 Les plans d'austérité brident la croissance et aggravent la crise
3 La patience des citoyens approche de ses limites
4 Tea Party et orthodoxie allemande : même combat, même dégât
5 Pékin soutient le dollar comme la corde soutient le pendu
6 Le système financier n'est toujours pas régulé
7 La Banque centrale européenne doit changer de priorité
http://www.lemonde.fr/economie//2011/09/05/les-sept-lecons-d-un-ete-meurtrier

.
- La crise s'enracine, les marchés paniquent
- Le Monde 06.09.11 - 15h26

A Paris, le CAC 40 est repassé sous le seuil symbolique des 3 000 points, après une dégringolade de 4,73 %.
Au total, l'indice parisien a perdu plus de 21 % depuis janvier.

http://www.lemonde.fr/economie/2011/09/06/la-crise-s-enracine-les-marches-paniquent

.

 CAC40-mai-sept2011

Le CAC 40 entre mai et septembre 2011 - source : Le Monde bourse

 

CAC40-2008-11

Le CAC 40 entre mai 2008 et septembre 2011 - source : Le Monde bourse

 

 . 

Posté par clioweb à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


05 septembre 2011

René Cassin et les droits de l’homme

 

Antoine Prost et Jay Winter , René Cassin et Les Droits de l’Homme. Le projet d’une génération, Fayard

Deux auteurs pour la biographie d’un homme remarquable, un homme de l'ombre et de l'étude, qui se voyait bien au Panthéon… Ils étaient les invités des Lundis de l'histoire. Une émission à écouter pour la quête de la complexité, pour la différence entre histoire et hagiographie, entre histoire savante et commande officielle ou partisane.
L'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast/10193-05.09.2011-ITEMA_20306292-0.mp3


« Accablé par la débâcle et la soumission à Hitler, René Cassin refuse l'armistice et rejoint dès juin 1940 de Gaulle qui lui confie de hautes responsabilités. Il joue un rôle central dans le rétablissement de la légalité républicaine, puis préside le Conseil d'État de 1945 à 1960.
À Londres, puis à l'ONU, il contribue à préciser les buts de guerre alliés pour instaurer un « nouvel ordre international » démocratique qui limite la souveraineté des États en affirmant la priorité des droits de l'Homme : l'idée qu'au-dessus des lois il existe des principes généraux du droit qui s'imposent à tous. En 1948, la Déclaration universelle des droits de l'homme couronne cette action collective. Le Prix Nobel de la paix consacra en 1968 sa notoriété internationale. Onze ans après sa mort, en 1987, sa dépouille a été transférée au Panthéon ».
http://www.passiondulivre.com/livre-103606-rene-cassin

Le discours de Stockholm
« ... A l'analyse, la Déclaration ne perd rien de son autorité. Elle proclame, comme principes, l'ensemble des droits et des facultés sans la satisfaction desquels l'homme ne peut déployer pleinement sa personnalité physique, morale et intellectuelle ... ».
http://www.nobelprize.org/nobel_prizes/peace/laureates/1968/cassin-lecture-fr.html

 

cassin

http://amfpgn.org/site/wp-content/uploads/2010/11/cassin.jpg

.
L’émission évoque également Jean Zay, Souvenirs et solitude.
Le jeune ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts du Front populaire a été violemment attaqué par la propagande pétainiste. Vichy le fait condamner à la déportation en enceinte fortifiée à l'île du diable (comme Alfred Dreyfus), avant de l'incarcérer à Marseille puis à Riom. En juin 1944, il est enlevé et assassiné par la Milice.


.

Posté par clioweb à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Le bruit des vanités

 

« Devant les millions d'écrans de TV allumés nuit et jour dans le monde ... comment parler, dire, entendre, comment voir même ce qui nous arrive, et comment le représenter sans ajouter la vanité d'un bruit au bruit des vanités ? » JL Comolli dans Voir et pouvoir (2004), cité dans La Grande Table, ce midi.

« Notre rapport à l’image passe-t-il encore par la photographie? »
La Grande Table, avec André Gunthert, Gérard Mordillat et Riad Sattouf à l’occasion du 23e festival de Perpignan
l'émission au format mp3 (58e mn)
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11476-05.09.2011-ITEMA_20306355-0.mp3
http://culturevisuelle.org/glab/tag/radio/

Que faisons-nous avec la photo ?
André Gunthert suggère de visionner les vidéos de présentation, sur fond de musique planante et d'effets de zoom. 
Pourquoi continuer à parler d'esthétique et de métier quand la majorité des images viennent d'un téléphone portable ?
Pourquoi vouloir continuer à faire de belles photos des misères du monde ? Le monde n'est-il fait que de catastrophes ?

Le photojournalisme n'a-t-il pas pris le relais de la peinture d'histoire, oubliant que la photo comme véhicule d'information et d'enregistrement pourrait traduire davantage la réalité de nos sociétés, et pas seulement servir la communication des puissants ?

Visa pour l'image. Le blog semble arrêté au 7septembre 2010.
http://www.visapourlimage.com/

A lire dans Libération, à partir de mercredi 7 :
La dégringolade du scoop au buzz
Jean-François Leroy (Directeur du festival de photojournalisme Visa pour l'image de Perpignan)
http://www.liberation.fr/medias/01012358080-la-degringolade-du-scoop-au-buzz

Jean-François Leroy, La presse de merde et le choc des mots
Bernard Revel
http://www.liberation.fr/medias/01012358079-jean-francois-leroy-la-presse-de-merde-et-le-choc-des-mots

 

Depardieu, Behr ...
http://www.youtube.com/watch?v=L7estuFU6VU

  

Posté par clioweb à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Apprendre à penser

 

Comment réinventer l'école ? - Le Monde 02/09/2011 - source CR
http://www.lemonde.fr/idees/ensemble/2011/09/02/comment-reinventer-l-ecole_1566764_3232.html

Rentrée scolaire : Les nouveaux défis
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/02/rentree-scolaire-les-nouveaux-defis_1566840_3232.html

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser
http://www.lemonde.fr/idees/2011/09/02/apprendre-a-penser

Débat entre Philippe Meirieu et Marcel Gauchet, le 13 juillet 2011, dans le cadre du Festival d'Avignon.

 

«... Nombre d'enseignants ont l'impression que la société défait le soir, après la classe, ce qu'ils ont patiemment tenté d'élaborer dans la journée ».
« On demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés [et de choix politiques], et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... »


Lire les analyses sur la famille, ses mutations, ses attentes face à l'école, sur le comportement d'enfants désirés...

Vision très critique des référentiels behavioristes : « De même qu'aucun métier ne se réduit à la somme des compétences nécessaires pour l'exercer, aucun savoir ne se réduit à la somme des compétences nécessaires pour le maîtriser ».

Pour PM, le débat politique oppose « ceux qui chargent l'école de transmettre une somme de savoirs techniques garantissant à terme l'employabilité du sujet dans l'entreprise, et ceux pour qui l'école a une vocation culturelle qui dépasse la somme des compétences techniques qu'elle permet d'acquérir ».


PM - « Ce jeu entre contraintes et ressources relève d'un travail pédagogique irréductible à l'accumulation de savoir-faire et à la pratique d'exercices mécaniques. Il renvoie à la capacité à inventer des situations génératrices de sens, qui articulent étroitement découverte et formalisation. Or, nous nous éloignons aujourd'hui à grands pas de cela avec des livrets de compétences qui juxtaposent des compétences aussi différentes que savoir faire preuve de créativité et savoir attacher une pièce jointe à un courriel ».
« Que peut bien signifier alors l'élève a 60 % des compétences requises ? La notion de compétence renvoie tantôt à des savoirs techniques reproductibles, tantôt à des capacités invérifiables dont personne ne cherche à savoir comment elles se forment. Ces référentiels atomisent la notion même de culture et font perdre de vue la formation à la capacité de penser ».

MG - « Dans le travail comme dans le reste de l'existence, c'est avec de la pensée que l'on peut progresser, à tous les niveaux. La fonction de l'école, c'est tout simplement d'apprendre à penser, d'introduire à ce bonheur qu'est la maîtrise par l'esprit des choses que l'on fait, quelles qu'elles soient. C'est, de très loin, la démarche la plus efficace. L'illusion du moment est de croire qu'on obtiendra de meilleurs résultats pratiques en abandonnant cette dimension humaniste ».
 

meirieu

Philippe Meirieu - http://meirieu.com/ 
http://blogue.sdp-cmontmorency.ep.profweb.qc.ca/?p=248
http://www.meirieu.com/nouveautesblocnotes.htm


gauchet

Marcel Gauchet - http://gauchet.blogspot.com/
.

.

 

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 septembre 2011

L'école à la maison

 

Toujours beaucoup d’Ecole et de rentrée scolaire dans les médias : équipes de direction en photo dans la presse locale, titres ou légendes qui font surtout la pub du privé confessionnel (un collège privé va fournir des tablettes à ses élèves de 6e, un autre a déjà équipé chaque salle de TBI…).
Cette année, plusieurs articles vantent la déscolarisation, le homeschooling des Américains. 

.
L’Ecole autrement,

Un hebdo conservateur normand fait sa Une sur Elisabeth P. qui « a choisi de monter sa propre école privée hors contrat ».
Le prétexte, fourni en titre : « L’ascenseur social par l’école ne fonctionne plus ».
A l'intérieur, l’hebdo consacre une demi-page à cette fille de normaliens, catholique pratiquante, à qui un inspecteur aurait reproché de faire trop de conjugaison en ZEP. Elle veut « revenir aux méthodes classiques ». Elle a créé l’association Ange-educ (sic).
(en dessous de l'article, par contraste, une brève titre : « un élève en moins, une classe qui ferme »…)


La rentrée, pour eux, c’est à la maison - OF
Ouest-France consacre une pleine page à deux exemples de déscolarisation, à proximité de Caen. Un des articles insiste sur la personnalisation et sur l'efficacité : « en une heure, à la maison, nous faisons ce qu’ils feraient en six ou huit heures en classe ». Les activités extra-scolaires serviraient à éviter la désocialisation. 


Etats-Unis. L’école est finie
Un nombre croissant de parents américains optent pour l’instruction à la maison. Un mouvement, qui surfe sur la dégradation du service public et touche toutes les classes sociales, écrit Lorraine Millot dans Libération 
http://www.liberation.fr/monde/01012357250-etats-unis-l-ecole-est-finie

Près de 2 millions de petits Américains feraient maintenant leurs classes à la maison, soit près de 4% des enfants en âge scolaire. Avec des résultats présentés comme exceptionnels dans l’article : plusieurs exemples d’entrepreneurs en herbe, un cas de « passionné de biologie qui à 16 ans travaille déjà sur des projets de recherche à l’université »… « A la maison, on a tout le temps de faire les choses au rythme de chacun ».

Sur l'évaluation de ce travail à domicile, « chacun des Etats américains a ses propres règles, plus ou moins laxistes... Certains laissent les parents pratiquement enseigner ce qu’ils veulent, sans contrôles. D’autres demandent à voir un portfolio de travaux réalisés par l’élève ».
A ses débuts, le homeschooling (éducation à domicile, par la famille) avait souvent des motifs religieux et idéologiques… Aujourd’hui, la défiance de certains parents à l’égard de l’école publique guiderait un choix dans lequel la mère sacrifie souvent sa carrière professionnelle.

.
Double commentaire :

- Dans les médias dominants, où relayer la com' ministérielle coûte moins cher que de salarier des journalistes d'enquête, l'école mise en spectacle a souvent peu à voir avec la réalité quotidienne. De plus, cette école publique sert de défouloir commode : on lui reproche l'accroissement des inégalités, en feignant d'ignorer que la question sociale tient avant tout à la précarisation croissante. Les enseignants y ont rarement bonne presse : leur pédagogie n'est jamais assez ludique, la personnalisation n'est jamais suffisante.

- La privatisation de l'instruction, le remplacement de l'école par la famille, c'est un choix politique porté par une minorité d'extrémistes très actifs. Dans un pays où enseigner ne semble plus considéré comme un métier à part entière (cf la démolition de la formation professionnelle en alternance depuis 2010), n'importe qui peut s'improviseur auto-entrepreneur. Pas sûr que cela soit le meilleur moyen pour répondre aux difficultés actuelles, pour socialiser une génération d'enfants et construire une société solidaire capable d'affronter les défis de demain.



.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 septembre 2011

La Fabrique de Sens



taos

.
Parmi les valeurs sûres du web, La Fabrique de Sens, le site web de Taos Aït Si Slimane,
régulièrement cité par Emmanuel Laurentin. http://www.fabriquedesens.net/spip.php?page=plan

Parmi les pages consacrées aux signataires du Manifeste des 121, cette page sur Robert Antelme, le résistant, auteur de l'Espèce humaine. http://www.fabriquedesens.net/Robert-Antelme-signataire-du


Taos Aït Si Slimane a transcrit un nombre considérable d'émissions de radio
, permettant ainsi que leur contenu soit indexé par les moteurs de recherche et facilitant une lecture rapide.

Par les thèmes traités par La Fabrique de l'histoire : histoire de l'édition, histoire de la Guerre d'Algérie (dec 2010),
histoire des étrangers, le passé par la loi, histoire des Gaulois, histoire des crises économiques,
histoire de l'archéologie, la mondialisation, l'avenir des humanités...

http://www.fabriquedesens.net/+-Fabrique-de-l-Histoire-+

.
 Jean-Pierre Vernant (1914-2007) occupe une place majeure dans ces transcriptions :
http://www.fabriquedesens.net/spip.php?page=recherche&recherche=Jean-Pierre+Vernant

« Les ruses de l’intelligence : La mètis des Grecs ».
Georges Charbonnier s’entretient avec Jean-Pierre Vernant
Sciences et Techniques, 14 janvier 2007
http://www.fabriquedesens.net/Les-ruses-de-l-intelligence-La

A voix nue, janvier 2004, Jean-Pierre Vernant et Jacques Le Goff
http://www.fabriquedesens.net/A-voix-nue-Jean-Pierre-Vernant-et

http://www.fabriquedesens.net/A-voix-nue-Jean-Pierre-Vernant-et,334

« L’Odyssée », donnée par Jean-Pierre Vernant au lycée Le Corbusier, le 27 novembre 2003
http://www.fabriquedesens.net/L-Odyssee-Jean-Pierre-Vernant-a

Relire également la transcription de la semaine Histoire de la Grèce ancienne, en juin 2007, dans La Fabrique de l’Histoire (Emmanuel Laurentin).
http://www.fabriquedesens.net/Histoire-de-la-Grece-ancienne-1
http://www.fabriquedesens.net/Histoire-de-la-Grece-ancienne-4

 

vernant2006

Jean-Pierre Vernant à Aubervilliers en 2006
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Vernant

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 septembre 2011

Pégard à Versailles


[Les deux articles Le siècle des anéantissements, La société des égaux ont été complétés ce matin]


- Pégard à Versailles : Sarkozy renoue avec le « fait du prince » - François Krug, Rue 89

« Nicolas Sarkozy vient de confier la présidence du château de Versailles à sa conseillère politique Catherine Pégard, une ancienne journaliste politique du Point ».

« Le poste est très convoité, et pas seulement pour son prestige. Présider Versailles, c'est aussi gérer un budget annuel d'une centaine de millions d'euros et un millier de salariés ».

« Versailles ne figure pas dans la liste des postes soumis à l'avis du Parlement…A ce poste à responsabilités, ses prédécesseurs pouvaient cependant faire valoir leur expérience dans la culture ».

« Elle a réussi sa reconversion professionnelle, là où Darcos avait échoué.
Grâce à ce « fait du prince » que NS jugeait « incompatible » avec la République ».

-
- Chaises musicales à Versailles...

JJ Aillagon, qui a dirigé Beaubourg de 1996 à 2002, devient ministre de la Culture de mai 2002 à mars 2004. Il nomme Christine Albanel à Versailles (2003 à 2007).
Par la suite, celle-ci devient ministre de la Culture de NS. Elle nomme en juin 2007 JJ Aillagon à la tête de l’Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles. 

En 2010, JJ Aillagon est reconduit et préféré à Darcos, l'homme des couches, candidat au poste.
En 2011 ...

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/versailles-s-accroche-a-aillagon_859279.html

 .

versailles

Photo Roland Brun, Survol de France, 08/02/2008
 http://www.survoldefrance.fr/affichage.php?search=versailles&autocompletion=1

 

.

 

 

 

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 septembre 2011

Le statut des enseignants en débats



- 2012 : le statut des enseignants au coeur du débat - Le Monde 31/08/2011
Pour redéfinir le métier, la droite veut remettre en cause les décrets de 1950, la gauche est plus mesurée
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/08/31/
 

- Martine Aubry veut négocier un nouveau contrat avec les syndicats
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/08/31/

- Repenser le statut des profs sans les déstabiliser, un défi

« ... La mauvaise méthode pour aborder le sujet, c'est de donner l'impression de déstabiliser un peu plus ce monde en souffrance. C'est de faire croire qu'il faut faire travailler plus des enseignants qui déjà font plus de 40 heures hebdomadaires.

La bonne méthode, c'est de faire comprendre que tout le monde gagnera à cette redéfinition. L'enfant, car inventer une école sur mesure, c'est s'attaquer à l'échec scolaire. Le professeur, qui saura mieux ce qu'on attend de lui. Le pays entier, dont la compétitivité passe aussi par l'école.

La difficulté, c'est que l'argent public manque et qu'il en faudra bien un peu pour rémunérer ces nouvelles missions. Mais en matière scolaire, il ne faut pas confondre dépense et investissement ».

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/08/31/



Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 août 2011

Un sondage pour se rassurer

 

Enseignants stagiaires : comment on fait tout dire à un sondage - Le Monde 30/08/2011

Extraits :
Selon un sondage IPSOS commandé par le ministère et réalisé par téléphone en juillet auprès 1003 enseignants, CPE et documentalistes stagiaires en 2010-2011, 92 % des enseignants stagiaires jugent leur situation professionnelle satisfaisante ; 87 % font un bilan positif de la réforme de la formation.

Le sondage Ipsos, lorsqu’il est lu dans son intégralité, fait lui aussi "remonter" des points d’insatisfactions, nombreux, mais le ministère s’est gardé d'insister sur cette partie de l’enquête nuance M Baumard.
page 6 : 46 % des stagiaires interrogés se disent "assez peu satisfaits" et 23 % "pas du tout satisfaits" des possibilités de formation ; 46 % jugent leur charge de travail excessive ;
page 14 : ils sont 57 % à juger que les journées d’accueil étaient bien organisées… mais 67 % à penser qu’elles ne leur ont pas été utiles !

A quelques jours de leur "mise en responsabilité" devant les élèves, les professeurs débutants enchaînent pendant quelques jours des stages de tenue de classe et des formations accélérées (pédagogie, didactique, premiers cours)... en vue, en théorie, d’être prêts le 5 septembre.
http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/08/30/

Deux expériences expliquent le scepticisme des profs devant l'agitation médiatique des politiciens : A gauche, l'épisode Allègre a durablement glacé les relations avec les profs. La droite a démoli la formation professionnelle initiale et taille sans cesse dans les effectifs.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/08/31/


"Luc Chatel a un art inégalé, peut-être inégalable, pour occulter la réalité"
Interview de Jack Lang sur France-Info (tweet d'E Davidenkoff) - bit.ly/onvZ3b

 

Posté par clioweb à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

2 GM - Le siècle des anéantissements


Contre le bannissement du mot Shoah des manuels scolaires -

Dans une tribune publiée par
Le Monde, Claude Lanzmann part en guerre contre le nouveau programme Chatel d'histoire en première : le terme Shoah y serait banni et remplacé par celui d'anéantissement.
http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/08/30/


Plusieurs détails montrent que son information est incomplète :


- Les critiques portées par 2 Inspecteurs généraux à une prof d'histoire de Nancy portent sur un entretien, par sur une leçon d'histoire.

- Les manuels ne sont pas en cause, mais les instructions officielles.
Inutile de citer et d'attaquer les éditeurs Hachette, Hatier, Magnard.

>> Une circulaire, parue dans le Bulletin officiel n° 7 de septembre 2010 de l'éducation nationale

Il s'agit du BO spécial n° 9 du 30 septembre 2010 : Les programmes du lycée Chatel.
La Seconde Guerre mondiale : guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes
http://www.education.gouv.fr/cid53319/mene1019675a.html
http://www.education.gouv.fr/cid53354/au-bo-special-n-9-du-30-septembre-2010-programmes-d-enseignement-du-lycee.html

- Le programme a été publié en septembre 2010, et les nouveaux manuels envoyés dans les lycées en mai et juin 2011. Inutile de chercher "un mauvais coup à la faveur de l'été (2011)".
.
Programme de première, directives officielles :

 La Seconde Guerre mondiale : guerre d'anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes
La Seconde Guerre mondiale témoigne d’un degré supplémentaire dans la guerre totale, ce dont le programme rend compte en l’abordant par l’étude de la volonté d’anéantissement de l’adversaire, qu’il soit militaire ou civil, doublée par la volonté politique d’exterminer spécifiquement certaines catégories de populations (génocide des Juifs et des Tziganes, indépendamment de leur nationalité).
Déjà présente dans le premier conflit mondial, la conception de la guerre totale comme guerre d’anéantissement (théorisée par Clausewitz au temps des guerres de la Révolution et de l’Empire) est portée à son paroxysme lors du second. En témoignent tant le jusqu’au-boutisme des belligérants, qui amène à faire disparaître la distinction entre combattants et non-combattants (combats à outrance, bombardements stratégiques des villes, massacres de prisonniers ou de populations civiles, traitement des prisonniers de guerre …), que la politique raciste menée par les Allemands à l’encontre des populations juives et tziganes dans les territoires qu’ils contrôlent.
Il ne s’agit donc pas de présenter dans le détail les événements, mais d’aborder la question de manière problématisée en insistant sur les caractéristiques nouvelles du conflit : place des idéologies, guerre de mouvement, extension géographique, guerre technique et industrielle, ampleur des destructions (humaines et matérielles), en privilégiant la présentation du massacre des Juifs et des Tsiganes comme un phénomène particulièrement révélateur de la dimension d’anéantissement de la guerre au XXe siècle.
http://media.eduscol.education.fr/file/lycee/70/2/LyceeGT_Ressources_Hist_1_04_GuerresPaix_184702.pdf


- Cette tribune illustre un double paradoxe :

. Elle oublie de regarder du côté de la géo : les lycéens scientifiques, dans leur majorité, n'étudieront plus la mondialisation ni la géographie du monde actuel. Dommage pour de futurs cadres et de futurs dirigeants. Qui s'en est soucié, en dehors du cercle des géographes de métier ? Ne faudrait-il pas se battre pour un devoir de géographie au lycée ?


. Venant sans doute après la campagne contre une double page du manuel Hachette, cette tribune prétend que la destruction des juifs a disparu des programmes. C'est un contresens : cette destruction devient la principale grille de lecture de l'histoire de la 2 GM. Au risque de laisser certains élèves chercher une volonté d'anéantissement dans la stratégie des Alliés en lutte pour la reddition sans conditions de l'Allemagne hitlérienne et du Japon impérial.

Un dommage collatéral. C'est à la suite d'une décision très contestée de l'actuel ministre (supprimer l'HG en Term Squ'il a fallu réécrire en urgence les programmes et compacter deux années scolaires en une seule, avec les dégâts que l'on peut imaginer : sur la 2 GM, 3 chapitres (environ 75 pages en première) ont été remplacés par un seul chapitre (environ 20 pages), faisant par exemple l'impasse sur les Résistances au nazisme, sur le front de l'Est ou la guerre du Pacifique ...

Dans un premier projet, l'histoire de la France depuis 1958 a disparu de l'ensemble des séries. Dans le texte final, elle sera largement inconnu des lycéens qui ne feront pas d'histoire en Terminale S.

 
. La tribune de Lanzmann a été précédée par un texte qui avait fait moins de bruit
Guy Konopnicki, Le nouvel enseignement du mépris - Primo, 25-07-2011
http://www.primo-info.eu/selection.php?numdoc=Do-211998549

.
Shoah, holocauste, génocide, destruction des juifs d'Europe, l’extermination des Juifs et des Tziganes, etc...

Sur le fond, les musées mémoriaux illustrent la multiplicité des lectures et des choix possibles. 
2 exemples qui n'utilisent pas le terme shoah :
L'USHMM, United States Holocaust Memorial Museum fait référence à l'Holocauste, comme le téléfilm de 1979. 
http://www.ushmm.org/
Yad Vashem, combinerait mémorial (Yad) et un nom (Shem)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mémorial_de_Yad_Vashem

Deux autres points de vue :
Henri Meschonnic, Pour en finir avec le mot Shoah. Tribune parue dans Le Monde, 20-21 février 2005
http://joelle.zask.over-blog.com/article-32671466.html

Trop de Shoah tue la Shoah
Tony Judt, Le Monde diplomatique, juin 2008
http://www.monde-diplomatique.fr/2008/06/JUDT/15982

 Raul Hilberg, The destruction of the European Jews, (Yale Univ. Press, 1961, 2003)
http://en.wikipedia.org/wiki/The_Destruction_of_the_European_Jews

 

.Le devoir de mémoire menace-t-il la vérité de l’histoire ?
A Rennes, le 15 avril dernier, Claude Lanzmann et Pierre Nora participaient au forum de Libération.


Les réécouter sur France-Culture et noter l'agacement de l'historien :
à écouter à l'adresse : http://www.franceculture.com/rennes-nora-lanzmann
Les plus techniciens sauront utiliser le cache de leur navigateur pour récupérer le fichier mp3 (environ 50 Mo)

Vers la 34e minute : à propos de la loi Gayssot et des lois mémorielles qui ont suivi
PN : « Si l'association Liberté pour l'histoire n'était pas intervenue, plusieurs lois étaient en préparation : la Vendée, la saint Barthélémy, l'Ukraine et les roms. Toute l'histoire de France aurait pu être criminalisée »

CL : « J'en ai un peu marre de t'entendre comme cela, non ? »
 « Voyez comme ils sont :  (ils imposent ) une sorte de sacralisation enivrée de leur propre discipline ! »
PN : « N'importe quoi... »
CL : « Pas du tout n'importe quoi, c'est exactement cela »
ND : « Et ils sont amis »
PN : « (Et j'ajoute que je n'ai pas beaucoup envie) de capituler devant Claude »


37e - CL a eu à faire la laudatio  de Raoul Hillberg à Burlington, à l'université du Vermont.
CL : « Marrus, il avait des petits yeux vipérins, il était prêt à me fusiller avec sa langue »

38e : CL « Quand mon film Shoah est sorti, cela a été la panique chez pas mal d'historiens.
S
oudain, le savoir historique changeait de nature »

41e : « Vous demandez une différence de traitement (pour la destruction des juifs) »
CL : « Pas du tout ! »
« Je demande une différence de traitement parce qu'il y a une différence de traitement...
je vous explique ... dans la traite des noirs, ils avaient besoin de la force de travail, il ne s'agissait pas de les exterminer.
Avec les juifs, c'est autre chose...»

...
06/09/2011
Shoah : l'éducation nationale ne voit pas matière à polémique - Le Monde - 05.09.11
http://www.lemonde.fr/societe/2011/09/05/enseignement-de-la-shoah

L'article évoque une stupidité du nouveau programme de 1ere (on peut traiter la 2 GM avant d'étudier le nazisme !),
parle de méconnaissance du nazisme, de confusion possible entre compassion et histoire.

"Que Claude Lanzmann se rassure" écrit Chatel dans Le Monde 06/09/2011...
Internet dépannera les profs. Le site web shoah.education.fr a été créé en 2008. 
NS voulait alors confier la mémoire d’un enfant juif de France mort du fait de la shoah à chaque élève de CM2. « C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste » avait commenté Simone Veil.
Un autre site web est annoncé pour janvier 2012.

 

 

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,