04 avril 2012

En attendant la Peur

 

Au Château, en attendant la Peur - Daniel Schneidermann - Libération
http://www.liberation.fr/politiques/01012399743-au-chateau-en-attendant-la-peur

Extrait :

« … Ne rions pas de NS. Il a tenté, c’est de bonne guerre.

C’est son amie, la Peur. C’est son amante. C’est sa muse. Entre eux, quelle belle histoire. Il l’aime. Il la chouchoute. Il la bichonne. Elle lui a donné tant de joies, tant de triomphes. Il sait si bien la soumettre, la gérer, la modeler, en jouer, comme un peintre de sa palette, un crooner de ses trémolos. Ah quand elle s’est installée, quand elle plane sur le pays, quand il sent trembler dans le soir les campagnes et les banlieues, quand il entend claquer les portes qu’on claquemure, quand jusqu’au fond de ses os il ressent les frissons de la foule, quand il hume le fumet des mille anxiétés, ah il sait si bien alors protéger, rassurer, en déployant policiers et militaires. Il sait si bien poser sa voix, trouver le ton qu’il faut, ferme et caressant à la fois. C’est ainsi qu’il a construit sa légende. C’est ainsi qu’il a soumis le pays. A la force de son instinct, de ses réflexes.

Alors jugez de sa joie, quand apparut miraculeusement un tueur d’enfants et de militaires. Enfin il rajeunissait. Un tueur d’enfants ! Et prénommé Mohamed ! Il était partout. Il se déployait ! Il revivait ! Elle était de retour, la peur, son amie, son amante, sa muse.

Mais pour le dire trivialement : quand ça veut pas, ça veut pas ».

.
- Le président des riches joue plus que jamais la posture d'un candidat anti-système en cohabitation avec les élites et le système médiatique...
http://elysee.blog.lemonde.fr/2012/04/03/


.

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


03 avril 2012

Internet, un nouveau militantisme ?

 

rennes-cardon

Dominique Cardon, Christophe Allix, Benoit Thieulin - photo DL
internet en temps réel à la tribune ...

 

Internet, un nouveau militantisme ? Forum Libération, Rennes 2012

Dominique Cardon , Internet ou la politique par le bas - Libération 30/03/2012
Le sociologue a publié La démocratie internet. Promesses et limites, Paris, Seuil, 2010.

« Le web est devenu un nouveau moyen de communication et de mobilisation. Il favorise le désenclavement de la relation avec les militants pour l’ouvrir à un cercle plus large de sympathisants. Il peut accompagner les démarches de consultation participative initiées par les institutions publiques. Et il est en train de devenir le terrain d’action privilégié des stratégies de communications des appareils de campagne des candidats ».

« ... la force émancipatrice de l’Internet se joue sur un autre plan, celui de la libération des subjectivités des individus »
http://www.liberation.fr/medias/01012399350-internet-ou-la-politique-par-le-bas


Benoît Thieulin, La professionnalisation des militants, la démocratisation des sympathisants

« Des campagnes plus techniques avec des équipes professionnalisées »

« ... seule une minorité de citoyens va sur les sites de campagne ou se rend à un  meeting. Donc, disposer d’une base de mails de sympathisants, d’abonnés twitter ou de fans du candidat sur Facebook, devient stratégique »
http://www.liberation.fr/politiques/01012399352-la-professionnalisation


qq notes :
La référence obligée sur le sujet, c'est la campagne d'Obama en 2008. Il a supprimé la coupure entre campagne traditionnelle et campagne sur internet. Il a acheté moins de spots de pub. Il a préféré embaucher des community managers pour former et encadrer ceux qui ont été chargés de mobiliser les abstentionnistes.

En 2007, la campagne de Ségolène Royal a oscillé entre l'internet participatif (le pull, cf Désir d'Avenir, mobiliser, faire remonter des propositions et des argumentaires) et une pub plus classique.
Aujourd’hui, internet n'est pas au coeur de la campagne, sauf pour les petits candidats. La campagne sur internet est assurée par des pros, entreprises privées pour l’ump, salariés embauchés pour le PS. Tout ceci coûte cher, et produit du matériel normalisé qui fait peu vibrer les militants ou les électeurs.

Les sites des partis (le push) ont en général peu de succès. L'internet participatif et les blogs ont été actifs en 2007. Les médias sociaux sont à la mode en 2012.
La TV occupe toujours la place centrale, elle place le spectacle avant le débat d’idées, elle ne brille pas dans les usages de l’interactivité. D’où le calcul des communicants du sortant : saturer l’espace public avec une proposition par jour, un rythme adoré par la TV commerciale, mais sans intérêt pour l'électeur ordinaire, d’autant que les sujets sont des diversions (idéologie ou questions de société) qui tentent d'esquiver les vrais sujets (comme l’emploi, la santé, la fiscalité, l’éducation…)

Pour D. Cardon, les internautes les plus actifs ont compris que l’on peut changer la société sans prendre le pouvoir. Dans une campagne, l’essentiel ce sont les sujets qui peuvent transpercer le mur des conversations sur les réseaux sociaux. Mais l’impact ne dépasse sans doute pas le premier cercle, celui des militants très engagés.


Dans le débat, deux oublis relatifs :
- La politique ne se limite pas au temps et au cirque d'une campagne électorale.
- L'obsession de l'instant (le tweet) peut parfois faire oublier la durée (l'archivage sur le web de textes de référence).


.
.

Posté par clioweb à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Rennes 2012, vidéos et mp3

 

rennes-vilar

Vers une gouvernance mondiale solidaire - salle Jean Vilar - photo DL



Pouvoir et Responsabilité -
dans le dossier de Libération consacré au Forum Rennes 2012

http://www.liberation.fr/forum-pouvoir-responsabilite-libe-2012,100134


- Quelques vidéos déjà disponibles,
un ex, Les politiques ont-ils perdu le sens moral ?
http://www.liberation.fr/politiques/06015114-les-politiques-ont-ils-perdu-le-sens-moral

- Les fichiers mp3 devraient suivre

- Les contributions des intervenants sont en ligne
http://www.liberation.fr/forum-rennes-2012-contributions,100141

- Un  blog a été tenu par des étudiants de Sciences-Po Rennes
Lire par ex " C'est l'histoire d'une vache qui vole",
une formule de Chico Whitacker à propos du Brésil et de l'altermondialisme
http://forum.blogs.liberation.fr/

- Voir aussi les notes prises en direct sur Twitter
https://twitter.com/#libeforum

 

rennes-morale

Les politiques ont-ils perdu le sens moral ?
Ruwen Ogien, Myriam Revault d'Allonnes, Sylvain Bourmeau, Jean Quatremer - photo DL


.
.

Posté par clioweb à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Les lundis de l'histoire ont 45 ans

 

Les lundis de l'histoire ont 45 ans

Lundi - Jacques Le Goff
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10076-02.04.2012-ITEMA_20357137-0.mp3

Posté par clioweb à 07:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 avril 2012

La fabrique de l'archéologie - 1

 demoule-retrouve

JP Demoule, ... Comment l'archéologie raconte notre passé - source Robert Laffont


[ Un article de Libération, l'occasion d'explorer le rôle de l'archéologie,
et de vérifier plusieurs forces du web :

- L'extraordinaire capacité d'archivage et de suivi d'un sujet, surtout quand il n'est pas nécessaire de sortir au préalable une CB pour acheter un contenu.
- L'intérêt du numérique avec
l'interdépendance entre tous les supports, de l'article au livre, de la presse écrite à la conférence disponible en ligne.
..]



Libération a publié dans le Mag et mis en ligne un entretien de Sylvestre Huet avec Jean-Paul Demoule, l'ancien directeur de l'INRAP (il publie On a retrouvé l'histoire de France. Comment l'archéologie raconte notre passé). Une version de l'article a été mise en ligne sur le blog Sciences 2.

En 2009, Libé a déjà publié "Sous les chantiers, les temps retrouvés" 13.10.2009.
Lire ou écouter aussi une conférence de 2010 au Collège de France.


Les archéologues peuvent se vanter de plusieurs réussites :
- ils ont conquis leur indépendance face à l'histoire de l'art et à l'histoire,
- ils publient, sont présents sur internet et ont l'oreille de la presse écrite et de la radio (cf Le Salon noir)
- ils ont renouvelé la connaissance d'un passé installé par les historiens à partir des sources écrites et des hagiographes.
JP Demoule ose une lecture globale de l'histoire (la généalogie des inégalités, de la domination et de la servitude).



Mais ils se heurtent à au moins 3 obstacles :
- Les fouilles préventives peuvent perturber les chantiers et déranger les bâtisseurs
- La TV commerciale les ignore, et Arte achète surtout des docus fictions à l'allemande.
- Les clichés véhiculés par la presse conservatrice ont plus de force, de poids et de durée que l'archéologie scientifique.


Enfin, dans le lobbying, ils sont moins efficaces que les historiens de l'art :
Ils n'ont dans le secondaire ni discipline ni enseignement transversal.
Allègre a attribué la Préhistoire aux SVT, pas aux historiens.
La religion du patrimonial s'accommode mal d'une histoire au raz du sol, associant culture matérielle et représentations. Et oser travailler à partir de questions et d'hypothèses, chercher des indices, les interpréter, émettre parfois des doutes, c'est mal venu dans un monde qui veut surtout des vérités a-historiques, installées ou révélées.


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


La fabrique de l'archéologie - 2

 

fr-archeo


- « L'archéologie a retrouvé l'Histoire de France » - Sciences 2 - 02.04.2012
Entretien de Sylvestre Huet avec Jean-Paul Demoule,
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2012/04/larcheologie

L’entretien souligne l’importance du chemin parcouru par l'archéologie depuis une génération, des moyens dont elle a disposé pour accompagner les grands chantiers (TGV Nord) : l'INRAP, créé en 2002, emploie 1700 archéologues (sur 3000), a un budget de 170 M d'euros et a pu mener près de 2500 fouilles.

L'archéologie comme science unifiée et autonome des objets et des traces matérielles des sociétés humaines a dû conquérir son autonomie vis à vis de l'histoire de l'art. Elle continue de se battre pour ne pas être vue comme une discipline auxiliaire de l'histoire.
« Souvent, c'est l'archéologie qui mène le bal de la connaissance historiographique".

jp-demoule

Jean-Paul Demoule - source INRAP


Relire Sous les chantiers, les temps retrouvés - Libération -13.10.2009 :

« L'archéologie préventive, en offrant de vastes espaces à fouiller, s'est révélée grande tueuse. Tueuse de paradigmes historiques, de concepts… et même de faits censés être établis. La masse de données brutalement découvertes nous a libéré de la tutelle des sources écrites et fait exploser nos cadres de pensée", résume Joëlle Burnouf (médiéviste, CNRS, Paris-I).
Les victimes sont en effet nombreuses : les immenses forêts gauloises ou du Moyen-Age, les défricheurs monastiques et le "blanc manteau d'églises" de l'an mil du chroniqueur Raoul Glaber, les chronologies classiques (Haut et Bas Moyen-Age ont disparu). "On ne voit rien de tout cela", dit Joelle Burnouf (2). En revanche, on a découvert "la mise en place du parcellaire agricole dès le IXe siècle, celle du réseau urbain actuel, qui débute dès le IVe et se clôt au XIIe siècle."
Les défrichements massifs ? Ils ont commencé "bien avant l'an mil, au point que les landes médiévales sont maintenant comprises comme la conséquence du déboisement et de l'épuisement de sols pauvres dès l'âge du fer". Quant aux forêts gauloises et médiévales, elles relèvent plus de la sylviculture que de cet espace "sauvage" dont parlait Georges Duby. Même Brocéliande, exploitée à outrance par les charbonniers pour la métallurgie, fut plusieurs fois réduite à presque rien ».
http://www.liberation.fr/sciences/0101596678-sous-les-chantiers-les-temps-retrouves


JP Demoule développe une thèse sur la généalogie de la domination, la construction des inégalités sociales et de la servitude en partie volontaire.
« L’espace restreint (îles, finistères ou culs-de-sac géographiques) entraînerait des contraintes démographiques débouchant sur une plus grande hiérarchisation sociale et sur l’émergence de sociétés étatiques. À l’inverse, les populations agricoles ayant suffisamment d’espace continueraient à mener une vie villageoise, sans hiérarchisation prononcée. La thèse de l’auteur pour expliquer ces divergences est relativement convaincante quoiqu’un peu mécaniste ».
http://www.scienceshumaines.com/le-neolithique-pourquoi-et-comment_fr_23815.html


Parmi les combats toujours recommencés des archéologues, le refus de la privatisation des fouilles préventives.

Et la volonté de faire connaître les résultats de ces recherches, dans les médias ou à l’Ecole :

« L’archéologie est une des rares sciences à avoir vu, dans les toutes dernières décennies, ses moyens, ses résultats mais aussi ses problématiques connaître un essor sans précédent et dont tous les effets ne se sont pas encore fait complètement sentir – essor obtenu de plus par les chercheurs eux-mêmes. Elle est sans doute aussi l’une des sciences qui pratiquent le plus l’interdisciplinarité, mais également l’une de celles dont l’intégration dans la société est la plus forte, par les enjeux conscients ou non dont elle est l’objet (de la construction et de la déconstruction des mythes nationaux jusqu’à la part de rêve ou de fantasme qu’elle suscite en chacun), par la relation entre les moyens de travail que la société lui donne et les demandes et attentes de cette société, par sa contribution à la réflexion sur le passé mais tout autant sur l’avenir des sociétés humaines ».

« De ce point de vue, les archéologues ne peuvent œuvrer que s’ils sont capables de restituer au public le résultat de leur recherche. C’est parce que l’archéologie en France ne semblait d’aucune utilité sociale, réduite à un simple passe-temps bénévole, qu’elle fut longtemps perçue comme illégitime par les élites politiques et économiques françaises, et donc privée de moyens. Et c’est de la capacité des archéologues à prouver au corps social leur utilité, sans pour autant se faire les otages de revendications identitaires ou simplifier à outrance leur enseignement, que dépendront dans le futur les moyens de la discipline et la poursuite de son essor et de ses succès ».
http://conferences-cdf.revues.org/329

Parmi les sources consultées :

La Fabrique de l'archéologie en France - La Découverte
http://www.editionsladecouverte.fr/

Le site de l'INRAP : http://www.inrap.fr

Le Salon noir : http://www.franceculture.fr/emission-le-salon-noir.html-1
Les émissions sont archivées sur le site de l'INRAP

Sous les chantiers, les temps retrouvés - Libération - 13.10.2009
En vingt ans, l'archéologie préventive a réécrit l'histoire.
http://www.liberation.fr/sciences/0101596678-sous-les-chantiers-les-temps-retrouves

Les publications de Jean-Paul Demoule
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Demoule

Jean-Paul Demoule, « Nouveaux moyens, nouveaux financements, nouvelles problématiques en archéologie »,
in La mondialisation de la recherche,
Conférences prononcées le jeudi 14 octobre 2010 au Collège de France - mise en ligne le 05 août 2011
http://conferences-cdf.revues.org/329

Histoire de l’archéologie (4) / La Fabrique de l’Histoire 10.07.2008
Transcription par Taos Aït Si Slimane.
http://www.fabriquedesens.net/Histoire-de-l-archeologie-4

Jean-Paul Demoule, Président de l’Inrap
« Connaître la vie quotidienne de nos ancêtres » Le Journal des Arts - n° 206 - 7 janvier 2005
http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/24331/jean-paul-demoule-president-de-l-inrap.php

.
Rappel :

- Des hommes aux champs, 2 colloques qui ont eu lieu à Caen, en 2008 et en 2011

- L'archéologie complice du nazisme - 05.03.2010
.

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 avril 2012

Casse-toi pôv’ con : le poisson

 

« Casse-toi pôv’ con » : le récit de l’homme insulté - Rue 89Premier Avril 2012
http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/01/casse-toi-pov-con

« Ce qui devait être une opération de communication destinée à faire passer le Président « bling bling » pour un chef d’Etat plus proche du peuple – et doté d’un solide sens de la répartie – a tourné au fiasco »

rappel :
En 2008, lors d'un déplacement de NS à Laval, Hervé Eon a préparé une pancarte avec le slogan « Casse-toi, pov' con ». Il a été interpellé et condamné pour offense au chef de l'État (art. 23 et 26 de la loi de 1881 sur la Presse), et non pour diffamation ou insulte (art. 30 ou 33 de la même loi).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Casse-toi,_pauv'_con_!

http://www.rue89.com/2008/11/06/casse-toi-povcon-30-euros-avec-sursis-pour-herve-eon
.

Posté par clioweb à 09:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Des enseignants notés triple A

 

Un article de Christophe Hélou, dans Le Monde diplomatique, avril 2012

Après 80 000 suppressions de postes et une reduction de fait des rénumérations, l'article dénonce le projet de démolition de la double notation (IPR pour la partie pédagogique, chef d'établissement pour la partie administrative).

Il cite un exemple de grille de notation :
- capacité à remettre les documents demandés au moment voulu
- application des sanctions et punitions
- respect de la hiérarchie
- implication dans le CA ou le Conseil péda...
- tenue du cahier de textes

Cette logique managériale vante l'autonomie des établissements dirigés par un chef (soumis à son , et installe un surcroît de soumission à la hiérarchie pour les enseignants ...  Dans le projet chatel, « l'évaluation porte sur les pourtours du métier. Et comme l'évaluation finit par commander l'activité, il ne restera plus aux enseignants qu'à produire les preuves factices de leur excellence, qui sont généralement autant de signes de leur soumission aux injonctions de l'autorité ».
http://clioweb.free.fr/presse/1temp/md/helou-md.jpg


A Rennes, Joël Roman a rappelé la différence de rapport au temps du capitalisme industriel et de la spéculation financière (rebaptisée loi du marché).
Yves-Charles Zarka a souligné le danger de vouloir gérer la société comme une entreprise, de faire passer l'intérêt privé avant le bien commun et l'intérêt général. C'est aussi prendre le risque de se soumettre au règne de la spéculation et à la faillite.


Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Les paquebots

 

SS_Europa_Liberte

SS ''Europa'' sank after rammed into the capsized SS ''Paris'' at Le Havre
source : Wikimedia Commons

 

Les paquebots : du rêve aux drames - Concordances des Temps, 31.03.2012
(du Titanic au Costa Concordia...)
avec Sylvain Venayre, Paris 1, dont le  
Panorama du voyage. 1780-1920, Belles Lettres, a paraître en sept 2012
l'émission au format mp3 :
http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16278-31.03.2012-ITEMA_20356770-0.mp3

Une triple course a lieu à partir du milieu du XIXe :
- la vitesse (de 25 jours à une semaine pour traverser l'Atlantique)
- le quadrillage du monde (joindre les parties des empires)
- le gigantisme Le Great Eastern est un exemple, mais il était trop grand pour être rentabilisé.
vers 1860, il sert à poser un cable sous-marin entre Europe et USA.

Les croisières se développent au début du XXe et prennent la suite des voyages de plaisir
Elle sont un lieu de distinction sociale. Le paquebot est un lieu clos (cf aussi les villes d'eau), où l'on voyage entre soi, sans souci de l'extérieur (social ou paysage).
Le luxe est permis par l'augmentation de la taille et la disponibilité d'espaces qui ne servent à rien d'autre qu'à l'ostentation.

Vers la 26e mn : exemple de L’Europa, cédé à la France en dommage de guerre. Totalement réaménagé à Saint-Nazaire, il devient le Liberté, baptisé par par Mme Jules Moch. De 1950 à 1961, il a transporté environ 1 million de passagers.
http://fr.wikipedia.org/wiki/SS_Europa_Liberte

Le paquebot nourrit l'imaginaire, d'abord de tous ceux qui ont les moyens de payer un voyage en 1ere classe, mais aussi de tous ceux qui ne voyagent pas mais assistent, depuis le rivage, au départ

Les naufrages et l'héroïsme comme leçon de morale (le Titanic, l'Andrea Doria ...)

« Je hais les voyages et les explorateurs » - Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques

 

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 mars 2012

Sainte Anne au Louvre

 

ste-anne

Leonard de Vinci -  La Vierge à l'Enfant avec sainte Anne - source : Web Gallery of Art

 
- La Sainte Anne, l'ultime chef-d'œuvre de Léonard de Vinci
http://www.louvre.fr/expositions/lultime-chef-doeuvre-de-leonard-de-vinci-la-sainte-anne


- «Sainte Anne» à la folie - Libération
Après l’exposition événement «Léonard de Vinci» à Londres, le Louvre met le peintre à l’honneur sous l’angle de la restauration controversée d’une de ses toiles les plus célèbres.
http://www.liberation.fr/culture/01012398950-sainte-anne-a-la-folie


- Léonard de Vinci dans les mains des experts - Libération
L’opportunité d’intervenir sur la «Sainte Anne», très dégradée, a violemment divisé les scientifiques.
http://www.liberation.fr/culture/01012398951-leonard-de-vinci-dans-les-mains-des-experts


- Au Louvre, sainte Anne ressuscitée - Le Monde
La genèse du tableau auquel Léonard de Vinci aura travaillé sa vie durant livre enfin ses secrets.
http://www.lemonde.fr/arts/

 - L'Express : http://www.lexpress.fr/culture/la-sainte-anne


- Au Louvre, les deux visages de «Mona Lisa» - Libération
http://next.liberation.fr/arts/01012399132-au-louvre-les-deux-visages-de-monna-lisa

- La mystérieuse "Joconde" madrilène du Prado en visite à Paris - Le Monde
La provenance de l'oeuvre, exposée depuis l'inauguration du Prado, en 1819, propriété de la collection royale espagnole depuis le XVIIe, demeure inconnue.
http://www.lemonde.fr/arts/


A venir, le dimanche 8 avril, sur Arte, 15 h 40
Léonard de Vinci, la restauration du siècle [pourquoi pas du millénaire ???]
documentaire de Stan Neumann.


.

Posté par clioweb à 08:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,