07 octobre 2015

O. Ertzscheid et le bal des faux-culs



Les présidents d'université, les données de la science, le bien commun et le bal des faux-culs.
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/10/cpu-bien-commun-bal-faux-cul.html

« Surfant sur la double vague de la prochaine loi Lemaire sur le numérique et de la récente tribune publiée dans Le Monde sur la science comme bien commun, la CPU vient de publier, sur son site, une tribune intitulée : "Les données de la science : un bien commun".
Bien commun ? Vraiment ???

extrait :
« C’est à ces conditions, en intégrant l’ouverture et le partage des données de la science dans le champ démocratique, que la recherche contribuera, en offrant une information éclairée au public, au bien-être des populations et à un développement durable »

O. Ertzscheid propose de réécrire la conclusion de la tribune :

« C'est uniquement si les présidents d'université - qui ont tout pouvoir et toute légitimité pour le faire tout de suite et sans avoir besoin d'un recours à la loi - c'est uniquement si les président d'université créent dans leurs universités un mandat de dépôt obligatoire dans une archive institutionnelle ouverte de tous les articles et données produits par leurs chercheurs pour des travaux partiellement ou totalement financés sur fonds publics, que en effet, ils régleront à la fois le problème de l'escroquerie monopolistique que constitue la rente de certains éditeurs (dont Elsevier), celui des lamentations justifiées de leurs bibliothèques universitaires chaque jour plus exsangues, et qu'ils auront fait ce qu'il faut pour le bien-être des populations, le champ démocratique, le développement durable et tout plein d'autres choses.
L'autre solution consistant à se draper dans la dignité de son incurie assumée en publiant des ... tribunes »

Il conclut : « Quiconque affirme qu'il y a besoin d'une loi pour rendre obligatoire l'accès libre à toute publication scientifique majoritairement financée sur fonds publics est soit un idiot, soit un menteur ».


.

Posté par clioweb à 09:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 octobre 2015

Salon noir : Pour un nouveau Moyen Age

 

Pour un nouveau Moyen Age
Le salon noir, 03.10.2015
Avec Joëlle Burnouf et Isabelle Catteddu
http://www.franceculture.fr/emission-le-salon-noir-pour-un-nouveau-moyen-age-2015-10-03

Elles viennent de publier
Archéologie du Moyen Age, Ouest-France 2015

Archéologie médiévale en France
Isabelle Catteddu, Le premier Moyen-Age (Ve-XIe) La découverte 2009
Joelle Burnouf, Le second Moyen-Age (XIIe-XVIe)  La découverte 2008
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/05/17/27176782.html

Un bilan peu réjouissant de ce qui reste de la classe de 5e.
A nuancer ?

La force des idées fausses ?
Migrations ou invasions barbares ?
Les grands défrichements ?
Pas de villes ? L'armature urbaine de l'Europe vient pour une large part du MA.


Annonce d'un colloque Archéologie des migrations
à Paris du 12 au 13 novembre 2015
http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Ressources/p-19789-Archeologie-des-migrations.htm

I - Les migrations préhistoriques (Paléolithique et Néolithique)
II – Migrations et mobilités antiques
III – Les migrations aux époques médiévales et modernes
IV – Les migrations contemporaines
« Les "Invasions barbares” : sources, méthodes, idéologies »
par Bruno Dumézil, université Paris-Ouest Nanterre
« Les migrations barbares et leurs traces archéologiques : l’exemple de la Gaule du Sud-ouest au Ve siècle »
par Jean-Luc Boudartchouk, Inrap
« L’immigration scandinave sur le continent au Xe siècle : un invisible archéologique ? »
par Vincent Carpentier, Inrap

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 octobre 2015

D Cardon : A quoi rêvent les algorithmes ?

 

 
A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l'heure des big data (Seuil/La République des idées)
Dominique Cardon, l'auteur est l'invité de La Suite dans les idées 03.10.2015.
http://www.franceculture.fr/emission-la-suite-dans-les-idees-etant-donnees-la-revolution-sociale-des-big-data-2015-10-03
extraits de l'introduction : http://tinyurl.com/cardon-gbooks

3,3 Mds de requêtes sur les 30 000 Mds de pages indexées par G
350 M de photos et 4,5 mds de likes distribués sur FB
144 Mds d'emails entre 3 Mds d'internautes
Tous les 2 jours, nous produisons l’équivalent de ce que toute l’humanité a archivé depuis la naissance de l’écriture.

Face à cette accumulation de données, les algorithmes sont utilisés pour classer le big data et prédire notre avenir.
« La révolution n’est pas dans cette incroyable production et accumulation de données, mais dans la capacité et la manière de les calculer, de les trier et les organiser au point de façonner une grande partie des cadres cognitifs et culturels de nos sociétés nouvelles, des sociétés de comportements. Il est donc plus que l'heure d'ouvrir la boite noire des algorithmes ».
D. Cardon propose de politiser les algorithmes, d’ouvrir la boite noire de leur fonctionnement.


Il distingue 4 manières de mesurer la réputation :
- Compter les clics et la popularité    (à la manière des chiffres très imprécis de la mesure d’audience des médias,
    pour vendre la pub aux marchands)
- Tenir compte de la notoriété de ceux qui font les liens d’une page web (Google)
- Mesurer les likes, les retweets (l’affinité passant avant la qualité du contenu - Twitter, Facebook)
- Traiter les traces laissées par les internautes, avec une naïveté : estimer que le volume des données va garantir la validité des résultats, sans se soucier de l’intérêt et de la pertinence de la question posée. Le principe c’est de prédire les comportements à partir des conduites antérieures.


cardon-algos



.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 octobre 2015

François Arnal : « Dessine-moi une île ! »

 

 

naubi

Naubi, l'île isolée, Antoine - FA Visions carto
http://visionscarto.net/dessine-moi-une-ile

 

« Dessine-moi une île ! »,
une activité menée par François Arnal en hypokhâgne,
présentée sur le site Visions Carto.
http://visionscarto.net/dessine-moi-une-ile

1. L'île perdue ou isolée
2. L'île organisée
3. L'île laboratoire
4. L'île aménagée
5. L'île archétypale
6. L'île marginale
De la pertinence des cartes mentales " imaginaires " pour l'enseignement de la géographie

ile-archetypale

Les mots de l'île archétypale - FA Visions carto

 


3 détails :
- Quelle île ? La Réunion ou Chausey ? Combien d'habitants ? Quelle surface ? Quelle situation géographique ?
- « Se déplacer, produire, se nourrir, aménager, se divertir, se récréer, bref,  habiter »
Habiter, ne serait-ce pas aussi travailler pour gagner de quoi vivre en société ?
- Que dire de la maîtrise technique du dessin par des étudiants (en lycée, les arts plastiques sont souvent en option) ?

Relire ce que Chloe Yvroux écrit sur la méconnaissance de la Palestine par les étudiants.
Méconnaissance ou compétences médiocres en dessin ?
http://clioweb.canalblog.com/tag/yvroux


Cartes en main pour la seconde, Nancy-Metz
http://www.cndp.fr/crdp-nancy-metz/cartes-interactives

Géo Croquis Bac, Canope
http://www.cndp.fr/crdp-paris/Geo-Croquis-Bac-2015
(vendu via les applis Apple store Google play.. sic )

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

SQY 15.10 : hommage à Germaine Tillion

 

 

Mémoires de Ravensbrück : hommage à Germaine Tillion

jeudi 15 octobre 2015 de 14h30 à 16h30
au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines

Le CHCSC (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines organise, en partenariat avec le Théâtre de Saint-Quentin, une rencontre en hommage à Germaine Tillion.

Après une présentation par Jean-Claude Yon, directeur du CHCSC,
du Verfügbar aux Enfers, opérette conçue avec d’autres déportées à Ravensbrück à l’automne 1944,
Christian Delporte, VP du CScq de l’UVSQ, présentera
La Grande Misère (1948), le témoignage de Maisie Renault, le témoignage d'une rescapée de Ravensbrück
dont il a introduit et annoté la réédition publiée cette année chez Flammarion.

Une table-ronde réunira ensuite des proches de Germaine Tillion :
Nelly Forget, collaboratrice de Germaine Tillion qui témoignera de la façon dont la mémoire des camps a nourri ses combats ultérieurs ainsi que
Christiane Rème et Marie Zamansky, toutes deux anciennes déportées de Ravensbrück.

Entrée libre - Réservation indispensable
au 01 30 96 99 00 ou accueil@tsqy.org

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


03 octobre 2015

Louis XIV vu par Pierre Goubert

 

goubert-20M

 

Louis XIV 4/4 : Louis XIV vu par l’historien Pierre Goubert ou la révolution historiographique
La Fabrique 01.10.2015
Avec Fanny Consandey, Nicolas Schapira, Nicolas Lyon-Caen et Jean-Marc Moriceau.
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-louis-xiv-44-louis-xiv-vu-par-l-historien-pierre-goubert-ou-la-re

L'émission ne laisse pas indifférent.
« Louis XIV a assuré la paix civile intérieure » (24e mn).
« C’est peut-être la misère, mais sans soldats aux portes » (sic)
Qu'en pensent les protestants après 1685 ?

Pas d'impact de la guerre sur le royaume ?
« J'ai trop aimé la guerre » fait dire Voltaire à Louis XIV.
« Louis XIV, le roi de guerre » titre L’histoire pour un dossier paru dans le no 386.
33 ans de guerre sur 54 années de règne personnel, résume Wikipedia.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_de_Louis_XIV



Dans cette émission dédiée à Louis XIV, l’histoire sociale et la démographie historique ne font pas le poids face aux modes actuelles de l'histoire. Peut-on rappeler un détail : à la communale, on n’apprend pas le latin. On ne peut donc suivre ni André Piganiol, ni Marc Bloch sur leurs terrains de recherche. Comment faire une histoire connectée sans une maîtrise réelle des langues vivantes ?
Une question candide : que restera-t-il, dans 50 ans, des ouvrages publiés en ce moment sur l’histoire moderne ?

Jean-Marc Moriceau remet le travail de Pierre Goubert en contexte et son choix d’écrire une histoire sociale des petites gens, pas celle des monarques et des chefs de guerre. (à partir des archives du Bureau des pauvres à Beauvais, des registres paroissiaux et de la démographie historique ; JMM cite Louis Henry et Jacques Dupaquier). A ne pas confondre avec l’usage actuel des registres paroissiaux par les généalogistes.
JMM  rappelle l'énorme mortalité de 1693-1694 (1,5 millions de morts, les crises de subsistance, cela ne s'enseigne plus) et la très grande difficulté de (sur)vivre pour 80 % des 20 M de Français. cf dans le Molière d'Ariane Mnouchkine la scène du cheval tué, depécé et dévoré.


Cf aussi un exemple cité par Daniel Roche lors de la Fabrique du 05.07.2013 (10e minute),
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-histoireactualites-du-vendredi-050713-2013-07-05

Jean Cocu, serger, sa femme et ses trois filles, toutes quatre fileuses - paroisse Saint-Etienne, Beauvais
La famille est décimée lors de la crise de subsistances de 1693-1694) : « on se prive, on emprunte, on mange des nourritures immondes,  pain de son, orties cuites, graines, entrailles de bestiaux ramassés devant les tueries, la contagion se répand, la famille est inscrite au Bureau des pauvres en déc 1693, en mars 1694, la plus jeune fille meurt, en mai l'aînée, et le père. D'une famille particulièrement heureuse puisque tout le monde travaillait, il ret une veuve et une orpheline à cause du prix du pain »

Une histoire franco-centrée ?
La thèse complémentaire étudie deux familles de marchands (les Danse et les Motte) et leurs « circulations ».


Il faut lire aussi les passionnants souvenirs de Pierre Goubert :
Un parcours d'historien. Souvenirs, 1915-1995, Fayard, 1996
Outre le récit de ses origines modestes (un Saumurois qui n’aime pas les officiers et les chevaux), on peut y lire son parcours (« républicain ») de la communale à Saint-Cloud et à la Sorbonne. On y voit des historiens qui ont renouvelé l’histoire (et l’histoire moderne) :  Marc Bloch, Lucien Febvre, Jean Meuvret, Ernest Labrousse, Fernand Braudel, etc...

PG évoque les relations difficiles avec Braudel, « la tempête méditerranéenne ». Il cite la critique brutale de sa thèse principale (par celui qui avait publié cette même thèse) : pourquoi un si petit pays (le Beauvaisis) ? pourquoi le XVIIe et pas le XVIe (des marchands-banquiers, des navires, des foires) - (Goubert parle de ses « 2 thèses, la petite, trop oubliée, la grande trop louée et en partie périmée »)
la Note critique de Fernand Braudel
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 18e année, N. 4, 1963. pp. 767-778.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1963_num_18_4_421052


Le chapitre sur Braudel, « le despote souriant et éclairé », incite aussi à nuancer la statue qui lui est habituellement dressée (la nouvelle histoire, pour Goubert, ne date pas des années 1970, mais de 1929, de la création des Annales)

Parmi les publications de Pierre Goubert :
Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730
Contribution à l´histoire sociale de la France du XVIIe siècle, Sevpen 1960
réédition Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Les Classiques de la Sorbonne, 2013
1789: les Français ont la parole, Julliard, 1965. (avec Michel Denis),
Louis XIV et vingt millions de Français,  Fayard 1966
L' Ancien Régime Armand Colin. T. I : la société (1969) ; t. II : les pouvoirs (1973).
Clio parmi les hommes. Recueil d'articles, EHESS, 1976.
La vie quotidienne des paysans français au XVIIe siècle, Hachette, 1982.
Initiation à l'histoire de France, Fayard, 1984.
Mazarin, Paris, Fayard, 1990.
Un parcours d'historien. Souvenirs, 1915-1995, Fayard, 1996,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Goubert


Posté par clioweb à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 octobre 2015

Germaine Tillion par elle-même

 

germaine-tillion-aix

Germaine Tillion en 2002 ?
http://sites.univ-provence.fr/webtv/cible.php?urlmedia=germaine_tillion_conscience_siecle

 

- RDV Blois « Germaine Tillion : les combats d’une ethnologue », conférence de Tzvetan Todorov.
jeudi 8 octobre 16:30, salle des Conférences du Château royal de Blois

- Une association à but scientifique et non lucratif s'occupe de son œuvre et de ses archives.
Elle a réalisé le documentaire « Germaine Tillion par elle-même ».
Il sera présenté à Paris le vendredi 16 octobre, 17h15
(Auditorium de l’Hôtel de Ville, 5 rue Lobau)
http://www.germaine-tillion.org/actualites/
http://www.germaine-tillion.org/

La projection sera suivie d'un débat
avec d'anciennes déportées, une ancienne du Centre des Services Sociaux en Algérie, et des amis de Germaine Tillion
L'exposition « Germaine Tillion, sage , savante , combattante » sera aussi présentée.

 

- Germaine Tillion (1907-2008), ethnologue, résistante et déportée.
L'entrée de cette femme engagée au Panthéon a suscité de nombreux hommages.
la page du Cercle d'étude : http://www.cercleshoah.org/spip.php?article453


- Deux expositions ont eu lieu au MRD de Besançon :
« Les armes de l'esprit, Germaine Tillion 1939-1954 »
« Germaine Tillion ethnologue dans les Aurès, 1934-1940 ».
page 12-13 : une vie en dates
http://www.citadelle.com/images/DP_GERMAINE_TILLION_V4_22-04_ZD.pdf

- « L'Algérie de G. T : entre ethnologie et politique »
un colloque a eu lieu en mai à l'EHESS.

- Germaine Tillion
BNF, Bibliographie sélective
http://www.bnf.fr/documents/biblio_tillion.pdf

Les combats de Germaine Tillion, par Violaine Ripoll
http://www.monde-diplomatique.fr/2001/01/RIPOLL/7732

Le harem et les cousins. - Germaine Tillion. par R. G.
http://www.monde-diplomatique.fr/1966/07/R__G_/27346

Vivre pour comprendre
Un texte inédit de l’ethnologue Germaine Tillion
http://www.monde-diplomatique.fr/2009/04/TILLION/17026


.



.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 octobre 2015

Libé des géographes 2015

 

libe-01102015

Le Libé des géographes, 01.10.2015
http://www.liberation.fr/publication/

 

Frontières, Bougeons les lignes
Michel Foucher : «Le régime frontalier dominant est celui de l’ouverture»
http://www.liberation.fr/monde/2015/09/30/le-regime-frontalier-dominant-est-celui-de-l-ouverture_1394503
Croatie : la misère ne s’oppose pas à la misère
Frontière tuniso-libyenne : «Ce mur empêchera surtout les citoyens de vivre»
Redéfinissons les frontières
http://www.liberation.fr/monde/2015/09/30/redefinissons-les-frontieres_1394508

Régions : les découpes à la loupe
Les divisions administratives du territoire métropolitain ont peu changé depuis le XVIIIe siècle. Explication en trois cartes.
http://www.liberation.fr/politiques/2015/09/30/regions-les-decoupes-a-la-loupe_1394428
Version XVIIIe Des circonscriptions carrées - Claval
Version idéale Cinq grands espaces autonomes - Marrou
Version 2016 De vingt-deux à Treize régions (hors outre-mer, curieusement oublié). - Baudelle


Villes sans croissance, la seconde chance
Abbas, l’Autorité en berne

Révélations sur le Brozoufland, pays méconnu - Staszak
http://www.liberation.fr/monde/2015/09/30/revelations-sur-le-brozoufland-pays-meconnu_1394345
Les territoires de l’imaginaire libertaire - Pelletier
http://www.liberation.fr/monde/2015/09/30/les-territoires-de-l-imaginaire-libertaire_1394343

Fnac-Darty, Logés à la même enseigne
 OPA. Face à la concurrence d’Amazon, «l’agitateur culturel» veut s’offrir le promoteur du «contrat de confiance». Les boutiques survivront-elles ?
La presse people sous les sunlights des tropismes

La « real life » des jeux vidéos, Rufat

Les îles méditerranéennes font-elles encore rêver ?
A Izmir, le commerce de l’exil syrien

Un «Atlas» de rêves-errances
Westeros, en terre connue
Portrait du monde de «Game of Thrones», agrégat géopolitique de l’histoire de l’humanité, de Babylone à la Renaissance en passant par Néron
http://next.liberation.fr/culture-next/2015/09/30/en-terre-connue_1394347


- Les territoires de l'imaginaires, FIG 2015
Utopie, représentation et prospective
Enseigner la géographie avec le numérique 117 pages
http://tinyurl.com/dne2015-geo-num
http://eduscol.education.fr/cid74175/festival-international-de-geographie.html


rappel
Libé des géographes,
les sommaires dans la durée
http://clioweb.canalblog.com/tag/libedesgeographes

Libé des géographes 2011
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/07/02/21527628.html

Libé des géographes 2012
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/10/13/25315434.html

Libé des géographes 2013
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/10/05/28154377.html

Libé des géographes 2014
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/10/03/30699114.html


.
..

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Internet en Chroniques

 

En cours de rédaction de la Chronique internet 432, reproduction d'un billet du 21.11.2010,
un abécédaire dont l'essentiel reste valide, y compris à l'âge du smartphone et de l'Internet mobile



Internet en Chroniques

paru l'Abécédaire, Historiens & Géographes n° 412
version html : http://clioweb.free.fr/chronique/abecedaire/abcd.htm

.
Le succès actuel d’Internet est incontestable. Les derniers manuels de seconde en attestent. Les enseignants, par choix ou sur commande, ont appris à tirer parti de L’alchimie des multitudes  (F Pisani) dans la préparation de leurs cours et en classe. Des premiers SIL’Z aux réseaux actuels à haut débit, que de chemin parcouru ! Entre 1997 et 2010, plus de cinquante Chroniques ont accompagné cette progression des usages d’Internet en Histoire et en Géographie.
(En 2005, un point sur 7 ans de Chronique)

Technologies éducatives. Internet est né en dehors de l’école. Sa réussite est celle de la culture populaire. Cependant, les pionniers ont mesuré son intérêt pour l’éducation. Le réseau a bénéficié de l’acculturation permise par quinze ans d’informatique pédagogique (1985-2000). En classe, quand les effectifs sont adaptés, l’ordinateur et Internet ont trouvé leur place, souvent au service d’une pédagogie active (modules, ECJS voire TPE). Aujourd’hui, le vidéoprojecteur et le tableau numérique renforcent plutôt le cours magistral, alors que les élèves exploitent le cloud computing et le web 2.0. A la dernière rentrée, loin des annonces sur le « Tout Numérique », Internet a été convoqué pour travestir le retard de manuels conçus en flux tendus. Comme une vulgaire roue de secours.

Métier. Internet n’a pas révolutionné l’écriture de l’histoire (cf le programme ATHIS, Rolando Minuti). Le réseau a cependant modifié l’exercice du métier, pour le chercheur et pour l’enseignant : accès aux archives, diffusion des travaux des historiens (revues en ligne, radio en différé)... La vidéo en ligne joue un rôle croissant pour ceux qui enseignent une lecture distanciée de l’image. Mais à lui seul, Internet ne peut compenser le recul de la formation continue  ni faire oublier la suppression de la formation professionnelle en alternance : la pédagogie ne se réduit ni au « ludique » ni à « la tenue d’une classe ».

Listes de diffusion. Le réseau, pour nos disciplines, c’est un espace de travail à distance, où, hors du contrôle institutionnel, des professionnels mettent en commun leurs pratiques, leurs réussites et leurs doutes… Des listes de diffusion ( H-Français, Biblio-fr ), des forums ( Schoolhistory, SLN Geography…), des portails ( WebLettres ) ont préparé l’émergence de communautés numériques, avec leurs affinités et leurs inimitiés. Les outils du web 2.0 prennent la suite.

Traiter ou Communiquer. L’ordinateur est un outil exceptionnel dans le calcul et le traitement des données. Le succès de Google Earth est connu, tout comme sa combinaison du planétaire et du local. Géoclip illustre tout l’intérêt de la cartographie numérique. L’épreuve de croquis au bac a nourri un très intéressant travail d’équipe entre enseignants. Toutes ces productions ont alimenté les sites académiques, les blogs pour la classe et les sites indépendants, personnels ou associatifs.

BN_moins20

Les moins de 20 ans en Basse-Normandie - carte lissée - Sister - Géoclip

Liens. Internet est devenu une source documentaire incontournable, grâce à sa grande capacité d’archivage, au travail des internautes et aux liens entre les pages web. Des bases exceptionnelles complètent l’apport des manuels : Web Gallery of Art, Wikimedia Commons, Survol de France, Newseum… Le réseau fait entrer « le monde » à l’école, mais à la différence des manuels, il n’en fournit pas une lecture scolaire ; il met sur le même plan le loisir et le travail.

lefred2

http://lefredthouron.pagesperso-orange.fr/

L’énormité des contenus accessibles d’un clic peut submerger les élèves et perturber leur attention. Elle incite à réaffirmer le rôle de l’enseignant qui n’est plus celui qui « réinvente la roue », année après année. Elle souligne l’importance d’une veille documentaire collective, pour repérer les personnes ressources et écarter le bruit documentaire. Internet Archive redonne parfois vie aux adresses périmées…

Dans certains domaines, un réel effort serait nécessaire pour enrichir le web francophone en accès libre et gratuit. De plus, la France, pays réputé jacobin, gagnerait à harmoniser les adresses des sites éducatifs, sur le modèle du suffixe .edu utilisé par les universités aux Etats-Unis.

Valider. La fiabilité d’Internet est sans cesse questionnée, parfois davantage que la pédagogie qui accompagne implicitement son usage. Certains se contentent d’une validation hiérarchique. Enseigner la pratique d’une lecture distanciée est préférable, surtout face aux discours des médias. Le « virtuel » omniprésent, c’est en fait du « réel » : le travail des internautes, la circulation des idées sont aussi concrets que les prouesses techniques et leur financement par la société. L’obsession de la « nouveauté » mériterait également d’être analysée.

1ambass

Hans Holbein, Les Ambassadeurs, National Gallery, 1533, Web Gallery of Art

amba-francia

Google Art Project donne accès à une reproduction en ultra haute définition
(zoom en haut à droite).
Le détail est impressionnant. Pas sûr qu'il soit essentiel à la lecture et à la compréhension du tableau.
http://clioweb.free.fr/art/ambassadeurs.htm

Droits. Des associations proposent des contenus dont les droits d’exploitation ont été négociés au préalable. De plus, pour l’image comme pour la vidéo, rien n’interdit de solliciter les auteurs et d’obtenir une autorisation pour des usages non commerciaux.

Controverses. Certains technophobes voudraient « débrancher l’école ». Selon eux, Google Books menacerait la lecture, Wikipedia incarnerait « l’erreur à haut débit », le web rendrait « encore plus bête » et conduirait vers « une dictature des idiots» … Après la télévision, Internet la nouvelle cible d’une presse qui oublie le sens de nuance, balançant entre l’extase et l’effroi. La légende noire se nourrit tantôt de la nostalgie des humanités et de Gutenberg, tantôt d’une allergie aux excès de la promotion commerciale ou des annonces institutionnelles. Plusieurs spécialistes, dont le regretté Roy Rosenzweig, ont souligné l’écart entre les discours et les usages sociaux concrets : la numérisation ébranle le système hérité des siècles précédents, mais le web n’a jamais empêché de penser, de lire et d’écrire.

Internet militant. De nombreuses associations dynamiques savent tirer pleinement parti de l’outil exceptionnel qu’est Internet, pour questionner, débattre, mobiliser - sans oublier d'archiver en vue du travail des historiens.. cf Matériaux n° 79 - 2005. Le réseau des réseaux est au cœur de nombreux enjeux civiques : respect des libertés individuelles, protection de la vie privée, situation des droits économiques et sociaux… Autant de thèmes à débattre en classe.
.

La Chronique internet : http://clioweb.free.fr/chronique.htm


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

30 septembre 2015

Le selfie, une révolution de l'image

 

selfie-colisee

http://www.rosettastone.co.uk/blog/the-word-of-the-year-2013-is-selfie/

 

Vous n’avez rien compris aux selfies, l’Obs, 12.09.2015
http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20150912.OBS5721/vous-n-avez-rien-compris-aux-selfies.html

« Ni futile, ni ridicule : pour le chercheur André Gunthert, le selfie révèle une révolution de l'image. Et même au-delà: ce phénomène est profondément subversif. Le selfie, miroir de la lutte des classes ? »

Le selfie ? une pratique très décriée, surtout chez les élites, mais révélatrice :
la réalité représentée par la photo compte moins que la conversation avec les autres internautes.

La pratique du selfie secoue nos habitudes : le spectacle n'est plus réservé aux puissants. Avec le selfie, les sans grades entrent aussi dans le cadre (seuls ou à côté des puissants du jour).

Pour André Gunthert, avec le selfie,
« On est bien dans une révolution qui n’est pas seulement une révolution iconographique, mais sociale, voire… politique »


Le Selfie : narcissisme décomplexé ou stratégie de communication ?
Claire Lenormand 13.03.2014    
http://clairelenormand.wordpress.com/

BBCtrending : The rise of 'selfie sticks', BBC 18.12.2014
http://www.bbc.com/news/magazine-30455720

http://www.parismatch.com/People/Politique/En-images/Quand-la-fievre-selfie-gagne-les-politiques-565289


.

Posté par clioweb à 08:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,