19 juin 2021

Bac : les derniers soubresauts

 

cvr-oral


Le grand oral : prime à l'éloquence !   (! ou ?)
émission ça vous regarde, Myriam Encaoua, LCP  Jeudi 17 juin 2021

- Franz-Olivier Giesbert
- Bruno Studer, député LREM
- Bertrand Périer, avocat
- Philippe Watrelot, professeur de SES

   https://lcp.fr/programmes/ca-vous-regarde/le-grand-oral-prime-a-l-eloquence-67957

 

 « Nous vivons les derniers soubresauts du bac…

Pendant longtemps le baccalauréat combinait en France, deux fonctions qui étaient souvent disjointes dans d'autres pays :
il était un diplôme de fin d'études
et le premier diplôme universitaire permettant de prétendre aux études supérieures.
Aujourd'hui cette deuxième fonction est remplie par le dispositif ParcourSup mais l'était déjà avant par APB.
Le bac n'est plus qu'une confirmation d'un choix qui s'est fait auparavant.

On peut le regretter mais c'est ainsi. Si autrefois, le bac avait une fin en soi ,
aujourd'hui, alors que le mantra de l'éducation Nationale est « Bac-3 / Bac +3 »
avec 50% d'une classe d'âge au niveau licence cela n'a plus le même sens.
C'est cette logique de profilage vers l'enseignement supérieur qui a conduit à la réforme actuelle.
ParcourSup est la colonne vertébrale de ce dispositif.
En juin, les jeux sont déjà faits.
La philo et le Grrrrand oral ne comptent pas dans ParcourSup !

Mais comme en France on aime bien les symboles (Jack Lang parlait de « monument national »)
il faut bien sauvegarder les apparences et donner des images pour le journal de 20h.
Cela apparait encore plus vivement avec cette année particulière où l'essentiel s'est fait par le contrôle continu.
Il nous faut donc des rituels pour rassurer l'opinion.

Le premier rituel c'est la philo et il a fallu en inventer un deuxième
pour redonner un peu de lustre et de solennité à ce bac éparpillé façon puzzle.
On a donc inventé le Grrrrrrand oral !

Si la volonté avait vraiment été de développer les compétences orales,
on s'en serait donné les moyens.
La volonté de le maintenir coûte que coûte et d'avancer à marche forcée montre
à contrario la dimension cosmétique de cette épreuve
emblématique d'un mode de management et d'un agenda politique
(il faut cocher la case « réforme effectuée » dans la perspective de 2022)
qui oublient la pédagogie et les élèves.

Avec ce bac 2021, on est dans un simulacre dont, au fond, personne n'est dupe.


PS : précisons que ce raisonnement vaut surtout pour le bac général
alors que celui ci ne représente que près de la moitié des bacheliers.
En faisant ce texte, je suis victime de l'amalgame
qui est trop souvent fait par la presse et l'opinion
qui oublient les bacs techno et professionnel ».

Philippe Watrelot - Facebook
  https://www.facebook.com/watrelot.philippe/posts/10225638299644818

 OG : « je ne peux que me féliciter de la réforme voulue par JMB »


.

Posté par clioweb à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,