La fabrique de l'identité
Administrer l’identité

Le premier âge des papiers d’identité en France (XVIIIe-milieu XIXe siècle)

Vincent Denis, Labyrinthe, atelier interdisciplinaire no 5, 2000
  https://journals.openedition.org/labyrinthe/94

Le XVIIIe siècle voit se développer des techniques d’identification fondées sur le papier et l’écrit.

Les obstacles à une identification rationnelle des individus restent nombreux :
la hiérarchie et l’inégalité des conditions, la répugnance qu’inspirent des pratiques jugées infamantes ou indiscrètes,
ou encore le poids de la logique du face-à-face, de l’attestation par témoins,
au détriment des formes impersonnelles d’identification écrite.

La Révolution et la période napoléonienne précipitent la centralisation et l’uniformisation du système.
Mais la continuité l’emporte, l’identification se faisant jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle sur des bases intellectuelles élaborées au XVIIIe siècle,
et selon des techniques mises en place entre le Directoire et le Premier Empire.
Ces systèmes, rudimentaires comparés à ceux mis en place à partir de la Troisième République, n’en ont pas moins diffusé
au sein des populations de nouveaux gestes, de nouveaux codes de l’identité, désormais fondée sur le papier.



- « Sources et méthodes historiques »

«Penser la Révolution française » de Kristina Schulz (numéro 1),
« Les vagabonds devant les tribunaux correctionnels au XIXe siècle » de Juliette Flori (numéro 2),
« Appropriation et pratiques de la lecture » de Dorothea Kraus (numéro 3)
et « Réputation, justice et chancellerie au XIVe siècle » de Sébastien Barret (numéro 4)

 QUATRE ARTICLES, COMBIEN D’APPROCHES ?
LA SOURCE ET LE PROBLÈME
La source comme document construit problématiquement
La préséance de la méthode

https://journals.openedition.org/labyrinthe/287


2015 : Labyrinthe 41
la revue ne paraîtra plus — ou du moins (car qui sait ?) plus de sitôt.
https://journals.openedition.org/labyrinthe/4339


.