« Bonaparte n’est plus le vrai Bonaparte, c’est une figure légendaire
composée des lubies du poète, des devis du soldat et des contes du peuple ;
c’est le Charlemagne et l’Alexandre des épopées du moyen âge que nous voyons aujourd’hui.
Ce héros fantastique restera le personnage réel ; les autres portraits disparaîtront.

Bonaparte appartenait si fort à la domination absolue,

qu’après avoir subi le despotisme de sa personne,
il nous faut subir le despotisme de sa mémoire ».

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1850
Tome 4,  édition Edmond Biré  - Garnier 1899-1900 / 1910

 page 90 et 91 - https://fr.wikisource.org/wiki/Mémoires_d'outre-tombe/Troisième_partie/Livre_VI

page 90 et  91 - https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9660797n/f108.item.texteImage

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Chateaubriand_-_M%C3%A9moires_d%E2%80%99outre-tombe_t4.djvu/102


« Bonaparte n’est point grand par ses paroles, ses discours, ses écrits,
par l’amour des libertés qu’il n’a jamais eu et n’a jamais prétendu établir ;

il est grand pour avoir créé un gouvernement régulier et puissant,
un code de lois adopté en divers pays, des cours de justice, des écoles,
une administration forte, active, intelligente, et sur laquelle nous vivons encore ;
il est grand pour avoir ressuscité, éclairé et géré supérieurement l’Italie ;

il est grand pour avoir fait renaître en France l’ordre du sein du chaos, pour avoir relevé les autels,
pour avoir réduit de furieux démagogues, d’orgueilleux savants, des littérateurs anarchiques,
des athées voltairiens, des orateurs de carrefours, des égorgeurs de prisons et de rues,
des claque-dents de tribune, de clubs et d’échafauds, pour les avoir réduits à servir sous lui ... »

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, 1850
https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Chateaubriand_-_M%C3%A9moires_d%E2%80%99outre-tombe_t4.djvu/103