Education : des hauts fonctionnaires du ministère dénoncent le projet réactionnaire de JM Blanquer
Tribune, Le café pédagogique 14.05.2020
http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2020/05/14052020Article637250435761243497.aspx


« Nous observons, consternés, un système éducatif détourné de ses fondements républicains et de ses valeurs et ne pouvons nous taire ». C'est un groupe d'une quinzaine de hauts fonctionnaires de ce même ministère (Dasen, inspecteurs généraux, cadres du ministère) qui nous a fait parvenir cette tribune ».

Les auteurs, attachés aux valeurs républicaines, veulent souligner le tournant imposé à l’Ecole : selon eux, la politique menée par JM Blanquer est profondément réactionnaire. Avec un « double discours permanent » : priorité au primaire (en fait aux maternelles privées), lycées professionnels arrimés au monde de l’entreprise, impréparation de la réforme du lycée …

Volonté de caporaliser toute l’instiution, injonctions contradictoires qui laissent libre cours à un autoritarisme spontané, lecture intolérante des neurosciences qui écarte tous les enjeux culturels et sociaux, appui sur un numérique réactivant les théories behavioristes les plus éculées, mépris du métier et de l’expérience des enseignants réduits à un statut de simples exécutants dociles…

Nous contemplons aussi, atterrés au quotidien, des mesures dites « pour la justice sociale »
qui ne font qu'aggraver les inégalités sociales devant l'école…

« Ce n'est pas seulement la liberté pédagogique des enseignants qui est mise à mal,
mais aussi la liberté de pensée d'une Institution toute entière mise au pas »


- La tribune évoquée par Politis 10.05.2020

https://www.politis.fr/articles/2020/05/nous-ne-pouvons-plus-nous-taire

« Nous ne pouvons plus nous taire » : les témoignages de hauts fonctionnaires de l’Éducation nationale.
Ils décortiquent les dérives des politiques menées par leur ministre depuis 2017.
Des dysfonctionnements particulièrement visibles à l’heure du Covid-19.

+ une tribune du 12 mai sur le premier degré (Maurice Danicourt)

 


.