21 juin 2019

Les autres sont crédules ?

 

« Il faut faire attention à ne pas dire ou penser que « les autres sont crédules » .
Il y a une sorte de mépris de classe considérable. Nous sommes tous crédules »

a déclaré Dominique Cardon ce vendredi matin dans le 7-9 sur France Inter.

Le sociologue a publié deux articles sur le site AOC.media
dans lesquels "il brosse l'avancée des recherches sur les fake news".
http://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-21-juin-2019


transcription de 2 extraits de l'émission :

- « Dans ce débat, il faut faire attention à ne pas dire ou penser que « les autres » sont crédules.
Ce qui est fascinant dans ce débat, c’est que des gens du « centre » (prétendent) défendre la raison, la science et la vérité.
Pour eux, les autres ont des biais cognitifs, les autres sont crédules. On a beau leur dire, ils continuent à être crédules.
Ces autres, ce sont toujours les enfants, les provinciaux, les gens qui ont peu de diplômes.
Il y a là un sorte de mépris de classe considérable, on l’a vu aussi lors des « gilets jaunes ».

Nous sommes tous crédules. Nous avons tous des préjugés attachés à notre socialisation,
à nos trajectoires professionnelles, à nos ambiances politiques…
Nous avons plein de déterminations. Si on le reconnaissait, on vivrait beaucoup mieux.

Q - On peut reconnaître qu’un énoncé est faux, sans que ce soit du mépris de classe.

R - On peut aussi soumettre l'énoncé à discussion,
il peut alors y avoir des reformulations et les opinions peuvent changer.
Nous avons une exposition sélective aux informations qui fait
que l’on a toujours tendance à nous diriger vers ce qui conforte nos convictions préalables ».


- Quand les réseaux/médias sociaux sont arrivés, on a dit : « C’est formidable.
Des individus autonomes vont pouvoir enfin s’émanciper de la tutelle des intermédiaires qui sélectionnent l’information pour eux ».

Puis le discours s’est complètement renversé. « On a donné aux internautes le pouvoir de choisir,
mais ils font un très mauvais usage de cette liberté. Les gens aiment les contenus douteux, ils s’intéressent à des choses médiocres,
ils sont crédules et endossent tous les discours étranges.qui circulent sur Internet ».
L’individu fort a été inversé et est devenu un individu faible qu’il faudrait protéger.
D’où ces discours sur les menaces qui pèsent sur le démocratie :
les internautes ne seraient pas à la hauteur de la promesse de libération annoncée ! »

.
Dominique Cardon
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Cardon_(sociologue)

La démocratie internet. Promesses et limites, Seuil, 2010
« Discipline but not punish : The governance of Wikipedia » 2012
À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l'heure des Big Data, Seuil, 2015
Culture numérique. Presses de Science-Po, 2019

autres publications
http://cems.ehess.fr/index.php?2553



- Relire aussi Frédéric Lordon sur les « désintoxicateurs », les fake et le complotisme...
La pompe à phynance
http://blog.mondediplo.net/2016-11-22-Politique-post-verite-ou-journalisme-post
http://clioweb.canalblog.com/tag/lordon


- Quotidien @Officiel - 20.06.2019 - ergosumer / haters

Pourquoi donner tout l'écho de la TV à qq délirants sur FB ou Twitter ?
Auparavant ils sévissaient dans les commentaires non modérés d'articles de presse.

Les médias sociaux n'existent-ils pas d'abord pour les services qu'ils rendent aux internautes ?
Merci d'en montrer qq exemples.


- PS - La démocratie, n'est-ce pas aussi le débat et la délibération,
  dans le respect de la pluralité des analyses rationelles et des opinions ?


.

 

Posté par clioweb à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,