bern-enerve

Twitter : Pourquoi Bern et Deutsch énervent... 20 minutes s


1/2 L'histoire mise en écran et vendue par la TV publique ?

« L'évasion » ! de Louis XVI (2009),
des images colorisées et bruitées (Apo 2014),
FFerrand et la Vendée...
Après Madelin et GLenôtre dans les années 1930,
Chiappe et Castelot pendant les années Giscard...

Le sujet est une controverse inépuisable... analysée par Le Débat 175 et 177
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/06/05/27337768.html
http://le-debat.gallimard.fr/numero_revue/2013-5-novembre-decembre-2013/

et par Aggior :
Guillaume Mazeau, La Bataille du public.
Les droites contre-révolutionnaires et la Révolution française dans la première moitié du XXe siècle

in Sophie Wahnich (dir), Transmettre la Révolution française, histoire d’un trésor perdu, Les prairies ordinaires, 2013

http://aggiornamento.hypotheses.org/1397
http://clioweb.canalblog.com/tag/mazeau



2/2 La controverse n'est pas seulement 1 affaire de choix d'idéologie et de bonimenteurs
Mais plutôt de lecture partiale (La Révolution vue des appartements de la reine
ou depuis un village de Touraine ( cf. le téléfilm 1788) ?

Et plus encore de mépris des spectateurs, jugés incapables de se passionner pour une histoire sérieuse.
Et de dédain à l'égard des historiens de métier.
Ils sont présents à l'écran.
Pour dire en 25 secondes 1 banalité, retenue au montage sur 1 heure pleine d'entretien
Leur visage et leur nom servent de paravent et de subterfuge.

Naguère, avant la privatisation, les cathédrales sur TF1, c'était Georges Duby...
Et France-Culture prouve toute la semaine que les historiens savent aussi vulgariser,
même sans image et sans bonimenteur célèbre.


 

.