Eduquer dans son temps (3/4) Nouveaux médias, nouveaux enseignements
La Fabrique de l'histoire, 30.01.2019
http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/eduquer-dans-son-temps-34-nouveaux-medias-nouvelle-pedagogie

Comment le cinéma, la télévision puis aujourd'hui le jeu vidéo sont-ils intégrés en tant qu'auxiliaires pédagogiques par le système scolaire depuis les années 1950 ?

(dans la semaine, 1/4 Confucius 2/4 les jésuites 4/4 la morale de la 3e République)


- Sur le rapport entre pédagogie et technologie, les pistes explorées par Célestin Freinet sont intéressantes :
L’imprimerie (scolaire) sert à mettre en forme les enquêtes menées par des élèves, ou à imprimer les textes libres.
Avec la volonté d’en faire le cœur d’une correspondance avec d’autres classes,
dans une optique de coopération. (voir le film « L’école buissonnière »)

La suite me semble aussi révélatrice : l’ordinateur et internet auraient pu faciliter la diffusion de ces démarches en classe. Il n’en a rien été, et la coopérative Freinet a gardé une logique éditoriale traditionnelle (vendre des BT ou des outils), alors que le numérique aurait permis de réduire les contraintes : le coût des envois par la Poste, les délais…


- L’usage de l’ordinateur en classe a nourri des controverses animées,
  avec une opposition forte entre technophiles et technophobes (compétences et/ou savoirs).

- André Tricot (Toulouse) met en contexte les arguments utilisés et relativise les discours officiels.
   http://clioweb.canalblog.com/tag/tricot

La question fréquente part des promesses de la technologie.
Il est utile d’inverser la question : quelles sont les pédagogies à développer ?
A partir de ces choix, se demander quelles technologies peuvent servir ?

Pour l’informatique, comme pour l’internet, deux démarches sont opposées :
en faire une discipline spécifique (avec un Capes)
ou l’enseigner comme des outils au service des disciplines existantes et de la formation intellectuelle ?
Quelle place donner aux usages développés en dehors de l’école (smartphones, usages des plateformes de la pub ? )

Avec quels effectifs, quels locaux, quels matériels ?

Si un cours a lieu en classe de 36 élèves, il est presque impossible de faire travailler en groupes dans les salles de classe actuelles. L’ordinateur n’a eu de succès réel que là où des groupes existaient, par exemple en ECJS ou en morale (EMC) façon Peillon.
Dans le prochain lycée, Blanquer supprime ces groupes.


.