30 septembre 2018

Revoir l'enseignement de la guerre d'Algérie ?

 

Faut-il revoir l'enseignement de la guerre d'Algérie ?

Émission du Grain à Moudre, lundi 24.09.2018

avec Raphaëlle Branche, Alice Zéniter et Iannis Roder

http://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


29 septembre 2018

Caravage à Rome

caravage

Le Jeune Saint Jean-Baptiste au bélier 1602
Pinacoteca Capitolina, Rome

Caravage à Rome, amis et ennemis
Michelangelo Merisi (1571-1610)
Musée Jacquemart-André
21 septembre 2018 - 28 janvier 2019

 

Le théâtre des têtes coupées
Musique et nature morte
Peindre d'après un modèle vivant
Les contemporains
Images de la méditation
Quelques visages à rome au début du siècle
La passion du christ

dossier de presse :
http://www.culturespaces.com/sites/ceportail/files/dp_caravage_0.pdf

 


L'expo précédente :

Mary Cassatt Une impressionniste américaine à Paris
Musée Jacquemart-André
Du 9 mars au 23 juillet 2018

 

dossier de presse
http://www.culturespaces.com/sites/ceportail/files/dp_mary_cassatt_fr_0.pdf

.

 

Posté par clioweb à 08:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 septembre 2018

Interdire les ordis dans les amphis ?

 

Le numérique, la maman et la putain.
Pas d'ordis (ni d'internet) dans nos amphis. Olivier Ertzscheid, Affordance
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2018/09/les-jeunes-les-ecrans-youtube-les-ordinateurs-en-cours-toussa.html

Interdire les ordinateurs à l’université ?
Tout le temps ?
Dans toutes les disciplines ?
Dans toutes les activités (cours, TD, bibliothèque, résidence U ?

Olivier Ertzscheid analyse et met en contexte le dernier « air du temps » :
l'ordinateur en cours comme « arme de distraction massive » :
dans des articles de Libération, du Monde, des reportages sur BFMTV, France 2..

Dans le texte, il fait 2 constats :
. L'équipement massif des étudiants en 2018 (mais les clivages sociaux et culturels persistent).
. il évoque « l'éclatement de la bulle des Moocs »


« Comment peut-on concilier deux injonctions contradictoires ?
Justifier le fait de vouloir à la fois interdire l'usage d'internet / des ordis dans les amphis
et en même temps reconnaître l'importance de ce média / ces outils dans les processus d'apprentissage ? ».


« Après les espoirs souvent déçus de la "Formation à distance", après l'éclatement de la bulle des Moocs, si la question du rapport du "cours universitaire" au numérique revient depuis quelques temps au centre des débats et si cette question est en effet essentielle, ce n'est pas contre « internet (et les ordinateurs) en cours » qu'il nous faut prendre les armes. Cela reviendrait à vouloir stopper la croissance d'un adolescent en se contentant de soigner ses boutons d'acné ».


Le numérique à l’école/secondaire/université est traversé
par « trois tendances toutes plus débiles, vaines et dangereuses les unes que les autres ». :

 - La première est liée à l'entrisme des GAFAM dans l’éducation 
 - La seconde est liée aux doux dingues qui veulent lutter contre (cochez la case qui vous convient le mieux) les GAFAM ou l'échec scolaire / universitaire ou bien encore l'absentéisme, en collant de l'IA (intelligence artificielle) partout.
 - La dernière est celle de coller le suffixe « -Tech » à n’importe quoi pour apparaître comme un baron de la Start-Up Nation.

Pour lui, l’essentiel, c’est de combattre une politique qui massacre l’Education publique tout en prétendant le contraire.


NB :
La détestation d'Internet et des ordis n'est pas une nouveauté.
Ce qui change, c'est que les médias habitués à relayer les excès d'enthousiasme dans les discours des marketeurs,
tendent en ce moment leurs micros et leurs plumes plutôt aux pourrisseurs du web.

Vers 2007, Wikipedia était la cible,
Assouline en faisait « L'erreur à haut débit »

Les réponses ont été nombreuses,
dont celle de Roy Rosenzweig, « Can History be Open Source ? »
http://clioweb.free.fr/debats/wikipedia.htm
et celles d’un colloque de Nanterre en 2013
« Wikipedia, objet scientifique en cours d'identification » (ouvrage mis en ligne en 2015)
https://books.openedition.org/pupo/4079
Mais les « antis » n'ont jamais désarmé, et les étudiants n'osent plus trop afficher leurs sources.


En 2008, « Is Google Making Us Stupid ? »
La question de
Nicholas Carr a eu un écho médiatique considérable

En France, tous les magazines ont répété sa question (et souvent réglé des comptes avec Google (ou FB))
Ils se sont lamentés devant la disparition supposée de la lecture dite profonde (un roman de 500 pages :-),
surtout ceux dont les pages vendent avant tout un montage de brèves et de publicités.
http://clioweb.canalblog.com/tag/nicholascarr

En 2018, interdire ....


.

 .

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 septembre 2018

Histoires d'une nation

 

nation-histoires-2

Histoires d'une nation
réalisateur : Yann Coquart
auteurs : Françoise Davisse, Carl Aderhold


diffusion sur France 2, - source NM
25 sept. 2018 à 21h (épisodes 1 & 2)
02 oct. 2018 à 21h (ep. 3 & 4)

1870-1927, Le pays où l'on arrive (ep. 1),
1927-1954. Des héros dans la tourmente (ep. 2)
1954-1973. La gloire de nos pères (ep. 3)
1974-2005. Générations (ep. 4)

 

« Histoires d’une nation » : les immigrés aussi font l’histoire du pays Le Monde 25.09.2018
http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2018/09/25/histoires-d-une-nation-les-immigres-aussi-font-l-histoire-du-pays_5359928_1655027.html

« Le temps de deux soirées, une série documentaire en quatre épisodes montre
comment la France s’est réinventée grâce aux différentes générations d’immigrés.

Au centre de ce récit chronologique narré par Roschdy Zem :
l’expérience de l’assimilation, puis de l’intégration, par l’école et le travail,
mais aussi la lutte pour l’égalité et les révoltes contre les discriminations.
Ce documentaire se compose également de petits morceaux de mémoire familiale... »

.

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 septembre 2018

Ida Grinspan (1929-2018)

 

 ida-cercle


Ida Grinspan, 14 récits d’Auschwitz - 2005
http://www.youtube.com/watch?v=z3R3ZFGsBqE


Ida a pu être dans les longs entretiens de l'INA pour la FMS
une copie est peut-être là :
http://www.youtube.com/watch?v=WNSaEr6WtLA

 


« Une peine immense nous étreint. Notre camarade Ida Grinspan est partie.
Très grande figure du témoignage sur Auschwitz,
inlassablement, elle a semé des graines de tolérance et d'amitié.
Des dizaines de milliers d'élèves s'en souviennent ».
Union des Déportés d'Auschwitz‏ @UnionAuschwitz
http://memoiresdesdeportations.org/fr/personne/grinspan-ida


De nombreux messages de condoléances sur Twitter,
à la suite d'un tweet de Delphine Batho.
http://twitter.com/search?l=&q=%22Ida%20Grinspan%22%20since%3A2018-09-23%20until%3A2018-09-26&src=typd

 

Un blog : http://idagrinspan.over-blog.fr/

Ida Grinspan, témoignage 2006 (+ 2009 l’affaire de Parthenay) – Cercleshoah
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article60
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article703

Ida Grinspan, choix de liens sur le blog Clioweb
http://clioweb.canalblog.com/tag/ida

 
Ida Grinspan, « Après Auschwitz » (en Suisse grâce à l’ADIR) - source CV
Voix et Visages, n•247, nov-déc. 1995. http://www.citadelle.com/images/Dossier_CNRD_2015_MRD_compressé.compressed.pdf

 

Témoignage recueilli en 2004
par le Mémorial de la Shoah et la Mairie de Paris
(1 h 46 mn)
http://www.youtube.com/watch?v=WNSaEr6WtLA

Ida Grinspan, l’arrestation


Ida Grinspan [Fensterszab] est née en1929 à Paris, de parents juifs polonais. Sa mère a été déportée le 27 juillet 1942, son père a été déporté le 31 juillet 1944. Tous deux ont été assassinés par les nazis.

De 1940 à 1944, elle vit à Lié, en Poitou.
Elle raconte son arrestation par 3 gendarmes français en janvier 1944 :

« Un dimanche soir, à minuit passé, 3 gendarmes arrivent où j'habite et disent à ma nourrice : « on vient arrêter la petite juive qui vit chez vous ». Tel quel. Aussi longtemps qu'elle a vécu, ma nourrice m'a raconté ce dialogue que je connais par cœur. Alors elle répond, « mais ce n'est pas possible, vous n'allez tout même pas arrêter cette gamine ! ». J'ai à ce moment-là 14 ans et 2 mois. Alors le brigadier lui répond sèchement : « nous on a des ordres, si on la trouve pas, on prend votre mari ».

Elle vient dans ma chambre ; j'ai entendu du bruit, je ne sais pas exactement ce qui se passe, j'ai un peu peur que ce soit cela mais je n'ai pas de certitude. Elle arrive dans ma chambre, elle vient m'expliquer, elle me dit : « les gendarmes sont là, ils viennent t'arrêter, et ils ont dit que si on te trouvait pas, on emmenait Paul ». Alors le temps d'un éclair, j'ai réalisé que nous sommes au rez-de-chaussée, je peux passer par la porte fenêtre, je peux me sauver, à l'insu des gendarmes, je peux aller chez n'importe quel voisin, ils m'ouvriront parce qu'ils m'aiment bien, mais quand elle me dit qu'on menace d'emmener son mari, je ne peux pas envisager de partir et de faire arrêter son mari à ma place.

Elle ne s'en tient pas là. C'est elle qui va réveiller les voisins. Parmi les proches voisins, il y a l'adjoint au maire. Il arrive, il commence à discuter avec les gendarmes, il essaie de les convaincre de dire qu'on ne m'a pas trouvée. Ce n'est pas pour rien que le capitaine a envoyé trois gendarmes : chacun a peur des deux autres. Ils n'ont rien voulu savoir, ils m'ont embarquée. Ces mêmes gendarmes m'ont emmenée dans un dépôt à Niort où on avait regroupé des juifs de tous âges. D'après les archives, on sait qu'on était 58. On nous a fait dormir dans un grand dépôt, sur des lits de camp.

Le lendemain après-midi, ma nourrice est arrivée. Un gendarme qui gardait le dépôt l'a laissée passer. Ma nourrice pleurait encore. Elle m'a raconté ce qui s'était passé : dès le matin, elle est allée voir le curé du village, elle lui a raconté mon arrestation. Sans hésitation le curé lui a fait un faux certificat de baptême.

Avec ce faux certificat, elle est allée à la Kommandantur de Niort. Elle a été reçue par le chef. Elle lui a expliqué qu'elle hébergeait une petite d'origine juive qui maintenant était convertie, qu'elle avait été arrêtée probablement par erreur. Le chef l'a écoutée, il ne l'a pas interrompue. Et puis, il lui a dit, avec un sourire narquois : « Ah oui, d'accord Madame, mais par qui a-t-elle été arrêtée ? » Elle a bien été obligée de dire que c'était par la gendarmerie française. Alors il s'est moqué franchement d'elle : « mais Madame, vous comprendrez très bien que si c'est la gendarmerie française qui l'a arrêtée, je ne puisse pas intervenir »

« Interrogée à Niort pour lui soutirer l’adresse de son père et de son frère aîné, elle est transférée à Drancy, qu'elle quitte pleine d'espoir : on lui dit que "ceux qui ont de la famille déportée vont la rejoindre".

Après un voyage en train dans la promiscuité et la puanteur, elle arrive à Birkenau, le 13 février 1944. Débarrassée deux ans plus tôt de ses nattes, Ida paraît plus âgée que ses 14 ans, et évite ainsi la chambre à gaz, où étaient envoyés d’office les moins de 15 ans. Elle comprend qu'elle ne retrouvera pas sa mère.
Affectée à un commando des pierres, puis des pommes de terre, elle travaille ensuite dans une usine d’armement. En janvier 1945, les Allemands évacuent Auschwitz, et une terrible « marche de la mort » emmène Ida jusqu’à Breslau (aujourd’hui Wroclaw, en Pologne), puis à Ravensbrück. Malade du typhus, elle est envoyée dans une annexe du camp, à Neustadt, où elle est soignée par Wanda, une infirmière polonaise déportée pour résistance. "Je l’ai cherchée pendant cinquante-six ans." Mais lorsque Ida la retrouve enfin à Varsovie, elle est dans le coma depuis deux jours.
En mai 1945, c’est en brouette que les soldats soviétiques l’évacuent vers un hôpital militaire. Rapatriée au Bourget en avion, elle apprend que son père, déporté mi-1944, ne reviendra pas ».

Depuis les années 1980. Ida témoigne régulièrement dans les écoles.

Ida Grinspan : « J'ai pas pleuré » - 1 h 43 en 18 séquences
Le Monde.fr 25.07.2005 : les derniers témoins racontent ( vidéo non disponible en 2018)
http://www.lemonde.fr/shoah-les-derniers-temoins-racontent/visuel/2005/07/25/ida-grinspan-j-ai-pas-pleure_668597_641295.html

En 2002, Ida Grinspan a publié « J'ai pas pleuré » , écrit avec Bertrand Poirot-Delpech (Robert Laffont).
En 2003, Marceline Loridan-Ivens a réalisé La Petite Prairie aux bouleaux (traduction du polonais Brezinka, Birkenau en allemand)
http://www.lemonde.fr:80/web/vi/0,47-0@2-641295,54-668597@51-672973,0.html


(Pas) Le temps de dire merci

A quelques heures près, le destin n'a pas permis qu'une ancienne déportée juive, Ida Grinspan, puisse remercier Wanda Ossowska, l'infirmière polonaise qui lui avait sauvé la vie, au camp de Neuestadt, en 1945.
Au lendemain de la journée annuelle de la déportation (dimanche 29 avril 2005), ce rendez-vous manqué illustre la nouvelle ère de mémoire qui va s'ouvrir avec la disparition des derniers témoins directs. Le temps de l'ouï-dire commence. Bertrand Poirot-Delpech raconte.
http://www.lemonde.fr/shoah-les-derniers-temoins-racontent/article/2005/07/25/le-temps-de-dire-merci_674531_641295.html

Wanda évoquée par Ida dans Mémoires des déportations
http://memoiresdesdeportations.org/fr/video/wanda?temoin=100
Ida Grinspan

http://memoiresdesdeportations.org/fr/personne/grinspan-ida

 

 

ida-obs

 

 ida-paspleure



En 2010, un maire-adjoint (ancien gendarme) de Parthenay a tenté (en vain) de la censurer.

Le texte de la lettre publiée dans Après Auschwitz

http://www.cercleshoah.org/spip.php?article60




.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


25 septembre 2018

Témoins de la Shoah

 

shoah-ina-entretiens

INA, grands entretiens, Mémoires de la Shoah 2005
http://entretiens.ina.fr/memoires-de-la-shoah

loridan-ina

dont Marceline Loridan (vidéo et trancription)
http://entretiens.ina.fr/memoires-de-la-shoah/Loridan/marceline-loridan-ivens-nee-rozenberg/transcription

 

 

Témoins de la Shoah - clioweb 2011
http://clioweb.canalblog.com/archives/2011/07/14/21624722.html

dont
114 enregistrements
réalisés pour la Fondation pour la mémoire de la Shoah
par l’INA

Les derniers témoins racontent, 24 séquences Le Monde
Quatorze récits d’Auschwitz (14 documentaires de 26 minutes

Auschwitz, le temps de la mémoire, site de TV5

Archives de l’histoire audiovisuelle des survivants de la Shoah (Fondation Spielberg)


The Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies

Ajouter l'excellent site Mémoires des déportations
Les témoins : http://memoiresdesdeportations.org/fr/les-temoins


INA, Mémoires de la shoah
http://entretiens.ina.fr/memoires-de-la-shoah

un exemple : Jacques Altmann est interrogé par Antoine Vitkine (sans doute en 2005)
le site propose la vidéo et une transcription de l’entretien
http://entretiens.ina.fr/memoires-de-la-shoah/Altmann/jacques-altmann


Grands entretiens filmés de l’Ina
http://entretiens.ina.fr/
http://www.ina.fr/pages-carrefours/grands-entretiens/

Les adresses web bougent beaucoup, souvent pour des variations mineures et inutiles.
grands entretiens », « entretiens-interactifs »..)

Les copies archivées sur Youtube permettent parfois de contourner ces variations.

.

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14-18 : 3 femmes et une herse

 

20.10.2014
 
La conclusion de la Chronique 428 analyse et commente une photo  publiée dans un manuel d'Histoire de 1ere (2007).
5 billets de blog ont préparé cette rédaction ; ils sont à lire en ordre inverse, le plus ancien étant en bas de ces pages.
http://clioweb.canalblog.com/tag/womenatwork

  



3robustes
 

Une photo de propagande absolument improbable ...

Cette photo improbable a été publiée dans le magazine Lectures pour tous
du 15 juillet 1917 (merci Commons)
.

La photo a inspiré une autre propagande :
celle des dessinateurs des affiches d'appel à l'emprunt aux USA et au Canada

 

Le texte publié dans la Chronique internet 428 :

Trois femmes et une herse. Le professeur d'HG enseigne à voir.
http://clioweb.free.fr/chronique/aphg428.pdf

« L’école n’enseigne pas à voir » affirmait Pierre Rosenberg en 2007. Un détour, avec l’aide du web, par la couverture de l’Abécédaire 14-18 (Historiens & Géographes 427) incite à penser le contraire.

Trois femmes, photographiées de dos, donnent l’impression de tirer une herse.
Commons reproduit la photo et en indique la source :
Lectures pour tous du 15 juillet 1917 (merci Commons).
Le magazine peut aussi être consulté en ligne grâce à Gallica

L’image est pour le moins surprenante. Passons sur la tenue de ces « paysannes ».
S’il s’agit bien d’une herse, les chaînes impliquent la présence de deux chevaux de trait. Comment laisser croire que deux femmes tirant ces chaînes avec le haut de leurs cuisses auraient une force suffisante pour déplacer un tel instrument et briser les mottes de terre ? Que penser du rôle de la femme au centre, avec une simple corde passée sur l’épaule gauche ?
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/03/09/29394425.html

 Si l’objectif est de montrer la réalité et la variété des métiers exercés par des femmes, de nombreuses images tout aussi efficaces sont archivées sur le web (WW1 Women at Work). Les photos des munitionnettes de Chilwell (Notts) en 1917 sont visibles sur Commons, tout comme celles de la Women’s Land Army (250 000 volontaires en 1917). Les femmes y utilisent des chevaux, pour le labour ou le transport du bois. Même dans « La femme française pendant la guerre », un film d’A. Devarennes commandé par les militaires du SPCA en 1918, des paysannes conduisent des chevaux ou des boeufs. (merci Youtube et CR). Alors pourquoi une telle mise en scène si peu vraisemblable ?
http://tinyurl.com/ww1-w-work

« Plus de chevaux pour tirer la herse. N’importe ! » « Trois robustes paysannes s’attellent à l’outil », peinent si bien que le permissionnaire, à sa prochaine venue, retrouvera son champ en pleine prospérité ». La légende complète traduit la tonalité moralisatrice et nationaliste des articles de Lectures pour tous. La mise en scène est au service de la propagande ; elle inspire des affiches aux USA (« Save Wheat » – « Women of France are struggling against starvation ») et au Canada (« Buy Victory Bonds »).

La dimension symbolique, peu soucieuse de la réalité, est aussi à l’oeuvre dans « The French Woman », une affiche analysée par Laurent Veray pour l’Histoire par l’image. G-E Capon y représente, devant une Marianne guerrière, trois femmes : l’ouvrière, la mère, la paysanne. Cette fois-ci, c’est une fourche qui est sensée incarner le travail de la terre ! Un outil habituel pour cultiver un potager mais pas pour espérer retourner tout un

champ de maïs ! http://tinyurl.com/ww1-w-propa

Alors comment expliquer, en classe, le succès durable de ces images peu réalistes et sur le web, les commentaires souvent caricaturaux qui les accompagnent ? L’efficacité visuelle et le symbole (cf. la faucille et le marteau) l’emportent parfois sur la réalité matérielle dans une histoire scolaire plus attentive au culturel qu’au social. Et les idées reçues (les femmes auraient « découvert le travail en 1914 », la guerre aurait « émancipé les femmes » !) ont davantage de force que le travail des historiens quand ils décrivent le travail au quotidien des 7 millions d’actives en 1913 ou traitent du retour à la situation antérieure dès 1919. La polémique peut aussi empêcher de voir une réalité : cf. les étoiles des déportés du convoi de Westerbork en 1944 au début de Nuit et Brouillard. « La répétition de la même affiche en fait un passage obligé » écrivent Christian Delporte et Marie-Claire Gachet. Une affiche de propagande de Vichy (« les deux maisons ») est omniprésente dans les manuels ; elle a été plébiscitée par les professeurs d’HG, apparemment sans réelle interrogation sur sa datation ou sa diffusion réelle.
http://tinyurl.com/ww2-vichy-propa


La formation de l’esprit critique est revendiquée par tous les enseignants d'histoire. Si la lecture distanciée n’est pas seulement une incantation, elle implique une réelle attention aux sources, une lecture rigoureuse et plurielle de l’image et un intérêt pour sa réception. Mais des programmes élaborés en flux tendus en 2010 et conçus pour être survolés laissent-ils le temps d’appliquer à l’histoire scolaire les pratiques du métier de l’historien ?


.

La mise en scène des trois femmes est en contradiction avec la réalité du travail de la terre
par les femmes présenté par d'autres sources, en France ou au Royaume-uni.
quelques exemples


ad-boeufs  

.

  
wla-q30655
.


femmes-charrue

Nathan 1ere 1988, page 126 :
pour l'auteur du manuel, dans la légende, ce ne sont pas les boeufs qui tirent la charrue (brabant),
mais les tois femmes qui poussent la charrue !!

.

.

wla-q31003


WW1 - A woman carter, wearing waterproof coat, sou'wester and puttees,
smiles for the camera as she sits in the driving seat of her cart.
http://media.iwm.org.uk/iwm/mediaLib//21/media-21010/large.jpg


.Sur la réalité de ce travail des femmes, 
regarder plutôt les photos anglaises de la War Land Army (autre forme de propagande ?)

 ou
les images du film La femme française pendant la guerre (merci Youtube et CR)




-  14.11.2014 :

   
.

elephant-labour-14   thebaud

d'autres photos ne sont pas toujours significatives de la réalité du travail des femmes en Europe.

En 1941, le magazine L'Illustration exploite l'anecdotique avec l'éléphant laboureur
      (il n'est pas guidé par une femmme :-)

. Pour la couverture d'un ouvrage récent, les éditions Payot utilisent une photo américaine



source : Planting A Victory Garden
Mrs. Drewry rides atop her tractor while planting crops for her victory garden during World War I
Cincinnati, ca.1917 - Photo by Cincinnati Museum Center/Getty Images
http://www.gettyimages.fr/detail/photo-d%27actualit%C3%A9/mrs-drewry-rides-atop-her-tractor-while-planting

Si la photo prise aux USA est la bonne, alors elle peut difficilement illustrer
le travail des femmes dans les pays d'Europe en guerre en 14-18.
Pas plus que la mise en scène de l'attelage improbable des trois femmes et de la herse. :-):-)
   

   .

 

  rappel : Les femmes et le travail lors de la Grande Guerre
http://clioweb.canalblog.com/tag/womenatwork

certaines photos ont été utilisées dans plusieurs billets du blog


.

 

24 septembre 2018

Nadia et Fernand Léger

Nadia & Fernand Léger, la face cachée d'un maître
La galerie France 5 dim 16.09.18 et 23.09.2018
http://www.france.tv/france-5/la-galerie-france5/712317-nadia-fernand-leger-la-face-cachee-d-un-maitre.html

Fernand Léger (1881-1955)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fernand_Léger

Nadia Léger (1904-1982)
(née Khodossievitch, près de Vitebsk, morte à Grasse)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nadia_Léger



quelques dossiers de presse :

Nadia Léger - exposition du 28 février au 7 avril 2017 au château du Val Fleury (Gif-sur-Yvette)
http://www.ville-gif.fr/fileadmin/www.ville-gif.fr/MEDIA/Presse/2017-03_Nadia-Leger.pdf

Fernand Léger par ses affiches
10 mai au 13 juillet 2016.
http://www.ville-gif.fr/fileadmin/www.ville-gif.fr/MEDIA/Presse/2016-05_F-LEGER.pdf

Vis à vis. Fernand Léger et ses ami.e.s
Jean Arp | Francis Bacon | Georges Braque | Alexander Calder | Mary Callery | Marc Chagall | Giorgio De Chirico César Domela | Raymond Duchamp-Villon | Jean Fautrier Jean Hélion | Vassily Kandinsky | André Lhote Roy Lichtenstein | Jacques Lipchitz | Alberto Magnelli Henri Matisse | Gino Severini | Victor Servranckx
Musée national Fernand Léger - Biot
14 avril – 17 septembre 2018
http://musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/fleger/fleger/sites/musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/files/dossier_presse_leger_amis_2018.pdf

 
.

leger-parade

La grande parade sur fond rouge - Fernand Léger 1953
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Fernand_Léger_-_Grand_parade_with_red_background_(mosaic)_1958_made.jpg

Posté par clioweb à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 septembre 2018

Beynac : piscine romaine détruite

 

 

beynac24-villadetruite


Dordogne : un vestige archéologique détruit au bulldozer -
Le Parisien 19.09.2018
http://www.leparisien.fr/societe/dordogne-destruction-partielle-d-un-vestige-archeologique-defendu-par-stephane-bern-19-09-2018-7894983.php

« La grande piscine du sanctuaire gallo-romain de Fayrac, en Dordogne, a été détruite au bulldozer ce matin 18 septembre avec la bénédiction de la ministre de la Culture, alors que Kléber Rossillon et Stéphane Bern avaient alerté sur la menace qui pesait sur ce monument lors des journées du patrimoine »


Contournement de Beynac :
.
Germinal Peiro
(président du CD24) justifie la destruction de vestiges gallo-romains
.
l'article est rangé dans une rubrique "environnement/amenagement-du-territoire" du site web de France 3 :-):-)

http://france3-regions.francetvinfo.fr/societe/environnement/amenagement-du-territoire/contournement-beynac?r=nouvelle-aquitaine

 

 

 beynac-syl24

 Le contournement de Beynac devenu inutile
http://syl24.blog4ever.com/articles/environnement

 

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 septembre 2018

Oublier Hitler ?

 

- Faut-il oublier Hitler pour comprendre le nazisme ?

Les inrocks 15.09.2018
http://www.lesinrocks.com/2018/09/15/actualite/et-si-le-role-dhitler-durant-la-seconde-guerre-mondiale-avait-ete-surevalue-111124332/

« Nous pensons que le nazisme est un système. Or, au centre d‘un système, il n’y a pas un homme, un individu mais quelque chose d’autre que, justement, nous essayons de faire apparaître dans le livre. On a essayé de montrer qu’il y avait une autre manière d’écrire sur Hitler, sans avoir pour autant la prétention de faire mieux que des historiens comme Ian Kershaw ou Peter Longerich [deux auteurs de conséquentes biographies sur Hitler, nldr]. On voulait montrer qu’Hitler était une sorte de condensât, de précipité de quelque chose qui s’est cristallisé à l’orée du XXe siècle, c’est-à-dire la période allant de 1890 à 1914, et finit par le transformer en sorte de paradigme, de quelque chose qui doit sortir, donner un système d’idée, puis un Etat ».

Hitler, Johann Chapoutot, Christian Ingrao, PUF 2018
(+ en 2017 Hitler expliqué, 4 cederoms Fremeauxhttp://bit.ly/2px4r98 )


- Une biographie d’« Hitler » malavisée
Johann Chapoutot et Christian Ingrao signent un petit livre qui manque de sérieux.
Eric Loez, Le Monde des livres 20.09.2018 - source aggior
http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/20/une-biographie-d-hitler-malavisee_5357641_3260.html


- « Biographie malavisée » ou livre mal lu ? »
Lettre des auteurs à Jean Birnbaum - 22.09.2018
Le texte mentionne 4 démarches qui ont renouvelé profondément l’histoire du nazisme depuis 20 ans
http://www.facebook.com/henry.m.rousso/posts/2181728012055942?__tn__=C-R


- Mise au point par Jean Birnbaum et Florent Georgesco (Le Monde des livres 26.09.2018)
http://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/26/une-reponse-aux-auteurs-de-la-biographie-d-hitler-aux-puf_5360467_3260.html

… les erreurs ou omissions relevées par André Loez sont dans le texte, et d’autres encore, non mentionnées dans cette brève recension

« 20 millions de chômeurs » en Allemagne en 1932 ? … Aucune source n’est citée pour justifier cette assertion. Eric D. Weitz mentionne 8 millions, soit 40 % de la main-d’œuvre allemande potentielle ( Weimar Germany. Promise and Tragedy, Princeton 2007, rééd 2018)

 

Hitler, t 1 : 1889-1936, Ian Kershaw, Flammarion, 1999
Hitler, 1889-1936 : Hubris, Penguin Books, 1998).

Hitler, t 2 : 1936-1945, Flammarion, 2000
Hitler, 1936-1945 : Nemesis, Penguin Books, 1999).

Hitler. biographie, Peter Longerich, Berlin, 2015
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article493

Pour Peter Longerich, Hitler, n’est ni un drogué, ni un paumé, ni un faible, ni un homme au pouvoir charismatique,
mais un dictateur au pouvoir sans limites, un fin politique et un dirigeant sans scrupules



.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,