28 septembre 2018

Interdire les ordis dans les amphis ?

 

Le numérique, la maman et la putain.
Pas d'ordis (ni d'internet) dans nos amphis. Olivier Ertzscheid, Affordance
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2018/09/les-jeunes-les-ecrans-youtube-les-ordinateurs-en-cours-toussa.html

Interdire les ordinateurs à l’université ?
Tout le temps ?
Dans toutes les disciplines ?
Dans toutes les activités (cours, TD, bibliothèque, résidence U ?

Olivier Ertzscheid analyse et met en contexte le dernier « air du temps » :
l'ordinateur en cours comme « arme de distraction massive » :
dans des articles de Libération, du Monde, des reportages sur BFMTV, France 2..

Dans le texte, il fait 2 constats :
. L'équipement massif des étudiants en 2018 (mais les clivages sociaux et culturels persistent).
. il évoque « l'éclatement de la bulle des Moocs »


« Comment peut-on concilier deux injonctions contradictoires ?
Justifier le fait de vouloir à la fois interdire l'usage d'internet / des ordis dans les amphis
et en même temps reconnaître l'importance de ce média / ces outils dans les processus d'apprentissage ? ».


« Après les espoirs souvent déçus de la "Formation à distance", après l'éclatement de la bulle des Moocs, si la question du rapport du "cours universitaire" au numérique revient depuis quelques temps au centre des débats et si cette question est en effet essentielle, ce n'est pas contre « internet (et les ordinateurs) en cours » qu'il nous faut prendre les armes. Cela reviendrait à vouloir stopper la croissance d'un adolescent en se contentant de soigner ses boutons d'acné ».


Le numérique à l’école/secondaire/université est traversé
par « trois tendances toutes plus débiles, vaines et dangereuses les unes que les autres ». :

 - La première est liée à l'entrisme des GAFAM dans l’éducation 
 - La seconde est liée aux doux dingues qui veulent lutter contre (cochez la case qui vous convient le mieux) les GAFAM ou l'échec scolaire / universitaire ou bien encore l'absentéisme, en collant de l'IA (intelligence artificielle) partout.
 - La dernière est celle de coller le suffixe « -Tech » à n’importe quoi pour apparaître comme un baron de la Start-Up Nation.

Pour lui, l’essentiel, c’est de combattre une politique qui massacre l’Education publique tout en prétendant le contraire.


NB :
La détestation d'Internet et des ordis n'est pas une nouveauté.
Ce qui change, c'est que les médias habitués à relayer les excès d'enthousiasme dans les discours des marketeurs,
tendent en ce moment leurs micros et leurs plumes plutôt aux pourrisseurs du web.

Vers 2007, Wikipedia était la cible,
Assouline en faisait « L'erreur à haut débit »

Les réponses ont été nombreuses,
dont celle de Roy Rosenzweig, « Can History be Open Source ? »
http://clioweb.free.fr/debats/wikipedia.htm
et celles d’un colloque de Nanterre en 2013
« Wikipedia, objet scientifique en cours d'identification » (ouvrage mis en ligne en 2015)
https://books.openedition.org/pupo/4079
Mais les « antis » n'ont jamais désarmé, et les étudiants n'osent plus trop afficher leurs sources.


En 2008, « Is Google Making Us Stupid ? »
La question de
Nicholas Carr a eu un écho médiatique considérable

En France, tous les magazines ont répété sa question (et souvent réglé des comptes avec Google (ou FB))
Ils se sont lamentés devant la disparition supposée de la lecture dite profonde (un roman de 500 pages :-),
surtout ceux dont les pages vendent avant tout un montage de brèves et de publicités.
http://clioweb.canalblog.com/tag/nicholascarr

En 2018, interdire ....


.

 .

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,