- Macron assume  - Le Monde 25.07.2018
http://www.lemonde.fr/politique/article/2018/07/25/affaire-benalla-emmanuel-macron-assume-et-lance-la-contre-offensive_5335691_823448.html

Lors d’un discours devant les ministres et les députés (LREM), mardi soir,
le PR a assumé l’embauche d’Alexandre Benalla et a ressoudé ses troupes

 

- Les questions que pose le discours d’E. Macron sur l’affaire BenallaLe Monde 25.07.2018
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/07/25/les-questions-que-pose-le-discours-d-emmanuel-macron-sur-l-affaire-benalla_5335746_4355770.html

Le Monde publie des extraits de ce discours (à la maison de l'Amérique latine)
pour en relever les zones d’ombre, les imprécisions
et les nombreuses questions auxquelles le président ne répond pas.


LM : « Dans son discours, « E. Macron évoque, sur un pied d'égalité, des contenus parodiques, des informations contestées par l'Elysée, des faits avérés et des rumeurs de caniveau. Ainsi, l'affirmation selon laquelle Alexandre Benalla « avait les codes nucléaires » n'est qu'un canular du site parodique belge Nordpresse.be. Seuls quelques internautes peu attentifs se seront fait piéger... »

sont évoqués également :
l'hébergement d'Alexandre Benalla dans une dépendance de l'Elysée
le montant de la rémunération d'Alexandre Benalla, qu
les rumeurs sur sa vie privée du PR


LM : « En même temps qu’il faisait une forme de mea culpa, en laissant entendre qu’il était le seul responsable du recrutement d’Alexandre Benalla, à qui il avait donné toute sa confiance, Emmanuel Macron a lancé, bravache : « S’ils veulent un responsable, il est devant vous, qu’ils viennent le chercher. » Le président n’a pas précisé s’il parlait des journalistes, des parlementaires de la commission d’enquête, de l’opposition ou simplement des Français ».


LM : « Le président de la République fait mine de s’interroger sur le comportement des deux manifestants avant l’intervention musclée d’Alexandre Benalla »

« Je vois un pouvoir médiatique qui veut devenir un pouvoir judiciaire »

LM : « La presse ne s’est pas substituée à la justice qui, de son côté, a fait son travail en ouvrant une enquête au vu des informations du Monde ».


.