26 juin 2018

Le président au Vatican

 

- Au Vatican, Macron doit recevoir le mardi 26 juin 2018 le titre de « premier et unique chanoine d’honneur ». 
« Le président s’abstiendra prudemment de tout discours sur le terrain miné de la laïcité ».
En 1604, Henri IV est le premier à recevoir le titre de chanoine, après avoir abjuré le protestantisme. Il donna à la basilique les bénéfices de l’abbaye de Clairac - http://www.20minutes.fr/societe/2296115-20180625-vatican-faut-savoir-rencontre-entre-emmanuel-macron-pape-mardi

 

- En 2007, NS avait mis le feu avec un discours inspiré par des conseillers cléricaux.
http://www.lemonde.fr/politique/article/2007/12/21/discours-du-president-de-la-republique-dans-la-salle-de-la-signature-du-palais-du-latran_992170_823448.html

extrait
2007  « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal,
l’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé
parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie
et le charisme d’un engagement porté par l’espérance »
NS - Rome 20 décembre 2007
http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm

« Nos enfants ont le droit de rencontrer, à un moment de leur formation intellectuelle et humaine,  
des religieux engagés qui les ouvrent à la question spirituelle et à la dimension de Dieu ».
NS, 13/02/2008 cité par JY Camus dans Rue89

1850 : « Qui donc défend l'ordre et la propriété dans nos campagnes ?
Est-ce l'instituteur ? il faut bien le dire, c'est le curé ».
Duc de Montalembert, Discours à l'Assemblée nationale législative, 17 janvier 1850.
http://clioweb.canalblog.com/tag/montalembert


- « La République n’a pas à sous-traiter l’espérance aux religions. La République est en charge de réaliser un monde meilleur, et pas d’inviter à l’attendre. Cette conception sociologique de la religion, fournissant « l’espérance » qui fait que les peuples se tiennent tranquilles et respectent les règles établies, [...] ce n’est pas autre chose que « l’opium du peuple » que dénonçait Marx. »
François Bayrou, Le Figaro 26,12,2007
http://discours.vie-publique.fr/notices/083000014.html

 

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Nantes - De quoi l'esclavage est-il le nom ?

 

mulato

 

De quoi l’esclavage est-il le nom ? (XV-XXIe)

Université d’été du 25 au 28 juin 2018 à Nantes, Château de Ducs de Bretagne
http://www.iea-nantes.fr/fr/actualites/de-quoi-l-esclavage-est-il-le-nom_801


Lundi 25 Juin

Catherine COQUERY-VIDROVITCH - Université Paris Diderot - "Les routes de l’esclavage"
Ibrahima THIOUB - Université Cheick Anta Diop (Sénégal) / Institut d’études avancées de Nantes) / Projet européen SLAFNET -
                                "Identités chromatiques en Afrique : histoires, héritages et actualité"


Mardi 26 Juin
9H30-12H30 : Atelier 1
Traite et esclavage : diversité des formes et des significations, de l’évidence à l’« incertitude »

Adjé Séverin ANGOUA - Université Felix Houphouet-Boigny, Côte D’Ivoire - "Mise en gage et esclavage chez les Akan de la Côte de l’Or (XVIIe et XVIIIe siècles)"

Sara BARRIOS DÍAZ - Universidad de la Laguna - "Domestic Slavery and Atlantic Trade. (Tenerife, XVIII century)"

Cândido Eugênio DOMINGUES DE SOUZA - Universidade Nova de Lisboa - "Um comércio de grosso trato: traficantes de escravos, poder e riqueza na Bahia (século XVIII)"

Michele BOSCO - ÉHESS, Paris - "Esclaves et rédempteurs. Le rachat de captifs en Médi­terranée entre charité et raison d’Etat (XVIIIe siècle)"

Bruno POMARA - Universitat de València - "The "Moriscos affair" around Western Mediterranean.Between slavery and freedom (1609-1650)"

Gildas BI KAKOU – Université de Nantes - "La représentation de l’esclavage sur le rivage des Quaqua et dans son hinterland (XVIIIe-XIXe siècle)"

Citlalli DOMINGUEZ DOMINGUEZ - Université Paris - Sorbonne -
                "Réseaux sociaux, économiques et familiaux des noirs et mulâtres libres dans la ville de Veracruz, Mexique (1570-1650)"


Discutants : Yaovi AKAKPO, Krystel GUALDÉ, Suleiman MOMURAD Gerd SPITTLER et Ibrahima THIOUB



Mercredi 27 JUIN
9H30-12H30: Atelier 2
Abolitionnisme et liberté. Etre libre. Diversité des modalités et des statuts, le poids du passé et la notion de stigmates

Giulia BONAZZA - European University Institute - "Abolitionism and the moments (or degrees) of coercion of slaves and captives in Italian States (1750-1850)"

Ruth ÁLVAREZ LONDOÑO - Universitat de Barcelona - "Las poblaciones negras del Darién en el siglo XVIII. Sus rastros en las expediciones y en los informes"

Juliana FARIAS - Universidade de Lisboa - "Entre signares et nharas : genre, esclavage et liberté en Sénégambie (1750-1880)"

Giacomo GHEDINI - Università di Bologna - "L’affaire des « Moretti », jeunes africains libérés de l’esclavage par l’Église au XIXe siècle"

Julieta PINEDA ALILLO - El Colegio de Michoacán, A.C. -
               "El vivir cristianamente: adoctrinamiento de los esclavos de origen africano por parte de la Compañía de Jesús en Nueva España, siglos XVI-XVIII"


Paola Andrea REVILLA ORÍAS - La Universidad de Chile - "A propósito de la libertad en entredicho: chiriguanos cautivos en Charcas (Bolivia), siglos XVI-XVIII"

Discutants : Parfait AKANA, Marie-Pierre BALLARIN, Abderrhamane N’GAIDÉ, Felwine SARR, Salah TRABELSI


Mercredi 27 JUIN
17H-20H : CONFÉRENCES
Modérateur Pierre MUSSO - Université Rennes 2 / Institut d’études avancées de Nantes

Parfait AKANA - Université de Yaoundé II (Cameroun) / Institut d’études avancées de Nantes -
         "La couleur des savoirs. Mémoire, violences et résistances épistémiques en Afrique"


Marie-Pierre BALLARIN - IRD (Nice) / Projet européen SLAFNET et Samuel NYANCHOGA - U. Catho d’Afrique de l’Est (Kenya) / Projet européen SLAFNET -
          "Héritage de l’esclavage, marginalisation et conflit sur la Côte kényane"


Felwine SARR - Université Gaston Berger (Sénégal) / Institut d’études avancées de Nantes - "Pour une écologie des savoirs"

Céline LABRUNE-BADIANE - Université Paris Diderot / IEA Nantes - "Retours au pays des ancêtres : Antillais et Guyanais au Sénégal (années 1960)"


Jeudi 28 JUIN
9H30-12H30 : Atelier 3
Constructions identitaires, approches intellectuelles, race et questions mémorielles


Diana BERRUEZO-SÁNCHEZ - University of Oxford - "The musical and Literary Legacy of Black slaves in Early modern Spain"

Ana HONTANILLA - The University of North Carolina at Greensboro - "Race in the Archive: Thee Hispanic Atlantic (1770-1821)"

Sahira Schisell JOAQUIN MENA - Université Bordeaux Montaigne - "La présence socioculturelle d’Haïti dans le cinéma en République dominicaine"

Sara MONTOYA MONTOYA - Université de Perpignan - "La construction identitaire des nouvelles générations de femmes afro-descendantes à Medellin (Colombie, XXIe siècle)"

Aldones NINO SANTOS DA SILVA - Universidad de Granada - "Colonialidad y cuerpo: las relaciones entre poder, performance y pensamiento decolonial"

Urchelin ONHIMA - Université de Nantes - "Les Sûdan dans l’imaginaire arabo-musulman du VII jusqu’à la fin du Xe siècle"

Allan YVART - Université de Nantes - Catégories raciales et discours d’appartenances sur les côtes de Sénégambie (XVIe-XVIIIe siècle)

Discutants : Céline LABRUNE-BADIANE, Samuel NYANCHOGA, Jocelyn OLCOTT, Gerardo SERRA, Deresse WOLDETSADIK

14H30-16H
Nicolas DELPRAT - Académie de France à Madrid - Casa Velazquez - "Une peinture d’Histoire(s)"

17H-20H : CONFÉRENCES
Modérateur Yaovi AKAKPO - Université de Lomé (Togo) / Institut d’études avancées de Nantes

Myriam COTTIAS - CNRS, CIRESC - "2018 : 170e commémoration de l’esclavage. Un bilan"

Abderrhamane N’GAIDÉ - Université Cheick Anta Diop (Sénégal) / Institut d’études avancées de Nantes) / Projet européen SLAFNET - 
          "Saint-Louis et ses environs comme espaces de “dilution” identitaire. Histoire partielle des Haratins du Sénégal (XIXe-XXIe siècle)"


Vijaya TEELOCK - Université de l’île Maurice) / Projet européen SLAFNET -
            "Traites, esclavage et transition vers l’engagisme : perspectives nouvelles sur les Mascareignes et l’Océan Indien"


Salah TRABELSI - Université Lumière Lyon 2 - "Etre esclave dans les sociétés arabo-musulmanes. Perspectives de longue durée"


CONLUSIONS : António DE ALMEIDA MENDES - Université de Nantes / IEA Nantes) / Projet européen SLAFNET -
            "Esclavage et couleurs en Europe. Lectures de longue durée"

 

- Atelier numérique « Base de données » 3 et 4 juillet 2018

L’esclavage en Afrique : dialogue entre l’Europe et l’Afrique

Université de Nantes - campus Tertre - Chemin de la Censive du Tertre
Centre des Archives diplomatiques de Nantes - 17, rue du Casterneau

http://www.crhia.fr/doc_upload/Affiche_Atelier%20numerique%20base%20de%20donnees_vf.pdf

 

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Montalembert

 

Sous la Restauration, le monopole de l’éducation publique a fait ce qu’on appelait dans ce temps-là des libéraux et des révolutionnaires ; sous le régime de juillet, elle a fait des républicains et sous la République, elle fait des socialistes. (Approbations à droite. Bruit à gauche. ) [...]
On ne saurait le nier, la jeunesse est élevée contre la société et contre nous. L’éducation publique, telle qu’on la donne en France, fomente une foule innombrable d’ ambitions, de vanités et de cupidités, dont la pression écrase la société. Elle développe des besoins factices qu’il est impossible de satisfaire[...]
Enfin le résultat est celui que je viens de vous dire : c’est que chaque gouvernement élève des générations qui le renversent lorsqu’elles arrivent à maturité.

Et d’où vient cette infirmité cruelle de notre époque ?... Elle vient de ce qu’on tue, dans l’éducation publique, le sentiment du respect de l’autorité, de l’autorité de Dieu d’abord (Mouvement). Ce n’est pas volontairement, ici je n’accuse personne, mais voici le résultat : c’est que, dans l’éducation publique, on tue le respect de Dieu, le respect du père, c’est-à-dire de la famille, et enfin le respect du pouvoir ou de l'État. (C’est vrai! c’est vrai!) On apprend aux jeunes gens chez nous, on leur apprend le savoir et non pas le devoir; on leur apprend à émanciper, comme on vous l’a dit plus d’une fois, la raison ; mais savez-vous ce que l’on émancipe en même temps chez eux ? L’orgueil ! (Mouvements divers.) On tue l’humilité.

Eh bien ! nous venons proposer le remède à cet état de choses ; ce remède, c’est de faire rentrer la religion dans l’éducation par la liberté, comme je le disais tout à l’heure, de l’y faire rentrer, non pas pour tuer la raison (comme on le prétend sottement quand ce n’est pas calomnieusement !), non pas pour tuer la raison, mais pour la régler, pour la discipliner, pour l’éclairer et pour l’épurer. (Exclamations à gauche — Assentiment à droite.)

Maintenant, messieurs, où est aujourd’hui, pour justifier notre tentative, où est aujourd’hui la défense de l’ordre, de l’ordre social, de l’ordre matériel même ?... Qui donc défend l’ordre et la propriété dans nos campagnes ? Est-ce l’instituteur ? […] Qui donc défend l’ordre, sans s’en rendre compte souvent à soi-même, mais instinctivement et avec une force et une persévérance admirables ? Il faut bien le dire, c’est le curé (Rires ironiques à gauche.)

Discours de Montalembert à l’Assemblée législative au cours du débat sur la liberté de l'enseignement.


Le 17 janvier 1850, lors du vote sur la Loi Falloux (Le Moniteur Universel du 19 janvier ? )

Compte rendu des séances de l’Assemblée nationale législative
tome 5, du 16 janvier au 20 février 1850, typographie Panckoucke 1850
via Google Books ; http://bit.ly/2KdrRwz


- Le sujet a été aussi abordé en septembre 1848 :
Discours de M. de Montalembert,... sur la liberté d'enseignement, dans la discussion de l'article 8 du projet de constitution : séances des 18 et 20 septembre 1848 - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k83074w

 

.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,