08 mai 2018

8 mai 1945



La capitulation sans conditions du Troisième Reich a été signée

à Reims le 7 mai (Jodl) et à Berlin le 8 mai 1945 (Keitel).
La capitulation est célébrée le 9 mai en Russie (heure de Moscou).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Actes_de_capitulation_du_Troisi%C3%A8me_Reich
http://en.wikipedia.org/wiki/Victory_in_Europe_Day
http://en.wikipedia.org/wiki/German_Instrument_of_Surrender

Le 7 mai 1945 à Reims - JP Husson, Histoire et mémoire de la 2 GM
http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/enseigner/reims7mai/menu.htm

Churchill-crowd-8mai45

Churchill salue la foule à Londres le 8 mai 1945

http://en.wikipedia.org/wiki/Victory_in_Europe_Day



- 8 mai 2018, le message de Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État en charge des Anciens combattants et de la Mémoire *

http://lhistoireenrafale.lunion.fr/2018/05/07/commemoration-du-8-mai-le-message-de-la-secretaire-detat-genevieve-darrieussecq/


- La guerre continue dans le Pacifique.
Le Japon capitule le 2 septembre 1945 (Victory over Japan Day)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Capitulation_du_Japon
http://en.wikipedia.org/wiki/Surrender_of_Japan


- La 2GM a été le conflit le plus meurtrier de l'Histoire avec plus de 60 millions de morts (dont plus de 25 M pour l'URSS-Russie)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pertes_humaines_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale


- 8 mai 1945 : Massacre de Sétif, Guelma et Kherrata
http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_S%C3%A9tif,_Guelma_et_Kherrata

Sétif, la guerre des mémoires, Liauzu et Meynier 03.06.2005
Les massacres de mai 1945 en Algérie provoquent une controverse passionnelle sur les crimes de la colonisation.
Deux historiens, Claude Liauzu et Gilbert Meynier, examinent vérités et mensonges
http://web.archive.org/web/20130419051015/http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article655


* - le texte du message

« En ce jour, nous rendons hommage à nos compatriotes et à leurs frères d’armes, combattants de 1940, Français libres, qui n’ont jamais cessé le combat, Résistants de l’intérieur ayant héroïquement rejoint la lutte, soldats de l’Armée d’Afrique couverts de gloire, combattants rassemblés pour libérer notre terre opprimée et poursuivre le combat au-delà du Rhin et des Alpes, à tous, nous exprimons notre gratitude et notre admiration. A la suite du général de Gaulle, ils ont relevé notre honneur et permis à la France d’être à la table des vainqueurs. leur épopée est entrée pour toujours dans l’Histoire. Nous n’oublions pas que, dans la Pacifique, la guerre se poursuivit encore plusieurs mois avec son cortège de souffrances.

Nous sommes également rassemblés pour exprimer notre indéfectible gratitude à nos alliés. Venus du Royaume-Uni et du Commonwealth, des États-Unis, d’Union soviétique et de tant d’autres nations d’Europe et du monde, nous n’oublions pas les sacrifices qu’ils ont consentis. Ensemble, au prix d’infinies souffrance, ils sont sortis victorieux du combat décisif pour la liberté, pour l’honneur, pour la dignité des hommes.

Souvenons-nous de toutes celles et de tous ceux qui périrent, anéantis par la folie criminelle des nazis : victimes de l’extermination, des persécutions et de l’oppression, déportés, fusillés, massacrés, internés, martyrs d’une idéologie barbare.

Nous sommes rassemblés pour témoigner notre solidarité à toutes celles et à tous ceux dont la vie fut à jamais marquée par les dramatiques conséquences de cette guerre impitoyable : prisonniers de guerre soumis à une douloureuse captivité, requis pour le service du travail obligatoire et réfractaires, populations annexées, déplacées, brutalisées. Nous pensons aux veuves et aux orphelins, aux blessés, à toutes les victimes civiles.

La victoire des nations alliées, le 8 mai 1945, a consacré la victoire de la démocratie, des valeurs universelles et de la dignité de l’Homme.
L’idéologie criminelle et raciste était vaincue.

Le 8 mai 1945, la France était à Berlin, effaçant la défaite de mai 1940 et l’esprit collaborationniste. Dès le 18 juin 1940, la France avait dit son refus et sa volonté d’agir pour retrouver sa place au sein des grandes nations, afin de porter son message universel et humaniste de Liberté, d’Égalité, de Fraternité.

Françaises et Français de toutes origines et de toutes convictions, nous voulons ainsi manifester notre fidélité à nos héros. Dans une Europe réconciliée, nous savons qu’il faut sans cesse rester vigilants pour défendre ces valeurs et nous réaffirmons notre détermination à les transmettre aux générations futures. »

 



.

 
.

Posté par clioweb à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


DNB-HG - Pondichéry 2018

 

Le sujet est en ligne sur le site du lycée français
http://www.lfpondichery.net/web/images/sujets/2018/Bac_et_DNB_2018/HG-ECJS_tout_candidat_DNB.pdf


- Les trains.. se sont succédé ?
Rien sur Bobrek, rien sur Denise rien sur Bergen-Belsen...

à confronter avec l'article Simone Veil dans Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Simone_Veil


- Pour un correcteur, les flux peuvent-ils survoler l'Himalaya ?


> Fake News ?
L'expression a une histoire très récente (2016 ?
Ngram Viewer s'arrête en 2008, et témoigne surtout de la propagande lors de la 2GM )

Qu'attend-on d'un collégien ?
Savoir faire une lecture distanciée ?
Répéter ce que vendent certains médias inquiets de la fuite des lecteurs ?


>> je l'ai lu sur un site internet ?
de l'art d'alimenter les clichés ?
comment accède-t-on à ce sujet de DNB ?
Ne serait-ce pas grâce à un site internet ?

>>> les entreprises, acteurs de la démocratie ?

Quelle est la priorité pour Google, Apple, Facebook, Amazon, Micorosoft ?
Faire vivre et triompher la démocratie ? Enrichir leurs actionnaires ?

Réfléchir, ne serait-ce pas aussi questionner
un système économique qui repose sur la publicité ciblée,
et sur des multinationales expertes en évasion fiscale,
avec l'aide de pays européens comme le Luxembourg ou l'Irlande ?

 

.
.

 

Posté par clioweb à 08:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

DNB - La déportation : Simone Veil

 



simoneveil-1944

Simone Veil, Une vie Stock 2007 - Une jeunesse au temps de la Shoah
- extraits en livre de poche 2010 (4 premiers chapitres) - DNB Pondichéry 2018

 


Simone Veil (1927-2017)
extrait de l'article Wikipedia 08.05.2018
http://fr.wikipedia.org/wiki/Simone_Veil

Arrestation et déportation à Auschwitz-Birkenau

En mars 1944, Simone Jacob, âgée de 16 ans et qui se fait appeler Simone Jacquier, réside chez son professeur de lettres classiques, Madame de Villeroy, enseignante au lycée Masséna. Le 30 mars 1944, alors qu'elle se rend avec un ami rejoindre les filles de sa classe pour fêter la fin des épreuves du baccalauréat (alors que sa famille lui avait interdit une telle initiative), elle est contrôlée dans la rue en plein centre-ville de Nice par deux Allemands en civil et arrêtée. Elle et son camarade sont emmenés à l'hôtel Excelsior, rue Durante, quartier général allemand, qui sert à cette époque de lieu de regroupement local des Juifs arrêtés avant leur déportation vers l'Allemagne. Les Allemands relâchent rapidement le garçon, à qui Simone Jacob a eu le temps de glisser l'adresse de Madame de Villeroy (boulevard Carabacel), pour la prévenir et tenter d'informer sa famille. Dans les heures qui suivent, le reste de sa famille, hébergée, malgré les risques encourus, par plusieurs couples de relations et d'amis niçois, est arrêté par la Gestapo.

Simone Jacob transite par le camp de Drancy. Le 13 avril 1944, soit deux semaines après leur arrestation, Simone, sa mère et sa sœur Madeleine sont envoyées de Drancy, dans le convoi no 71, où se trouvent également Anne-Lise Stern et Marceline Rosenberg, qui deviendra sa meilleure amie dans le camp11, à destination d'Auschwitz-Birkenau, un des camps d'extermination nazis, où elles arrivent le 15 avril au soir. Un prisonnier parlant français lui conseille de se dire âgée de plus de 18 ans, pour passer la sélection et éviter l'extermination. Elle reçoit le matricule 78651, qui lui est tatoué sur le bras. Le travail forcé consiste alors à « décharger des camions d'énormes pierres » et à « creuser des tranchées et aplanir le sol ».

Une ancienne prostituée devenue kapo lui sauve la vie en la mutant dans une annexe d'Auschwitz, lui disant : « Tu es trop belle pour mourir ». Elle accepte, à condition que sa mère et sa sœur la suivent.

Une des sœurs de Simone, Denise Jacob, entrée à 19 ans dans un réseau de la Résistance à Lyon, est arrêtée en 1944 et déportée à Ravensbrück, d'où elle reviendra. Son père et son frère Jean sont déportés en Lituanie par le convoi 7312. Simone Jacob ne les a jamais revus.


Marche jusqu'à Bergen-Belsen et libération

En juillet 1944, avec sa mère et sa sœur, Simone Jacob est transférée à Bobrek, à cinq kilomètres de Birkenau. Peu avant la libération du camp d'Auschwitz le 27 janvier 1945, les Allemands emmènent leurs prisonniers dans la marche de la mort jusqu'au camp de Bergen-Belsen où elle travaille à la cuisine. Sa mère meurt du typhus en mars 1945. Sa sœur Madeleine, atteinte également, est sauvée de justesse grâce à l'arrivée des Alliés.

Bergen-Belsen est libéré par les troupes britanniques le 15 avril 1945. Simone, Madeleine et Denise sont les seules survivantes de la famille, puisque leur père, leur mère et leur frère ne sont pas revenus des camps.
Après son retour en France, elle se tient prête à parler, mais a l'impression que presque personne ne veut entendre ce qu'elle a à dire...


.

Posté par clioweb à 08:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,