mb-thauma-3


Marc Bloch, Les rois thaumaturges.

Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale
particulièrement en France et en Angleterre
Strasbourg et Paris 1924

3 éditions : 1924, 1961, 1983

 



mb-thaumaturges

 
- Marc Bloch, Les rois thaumaturges
L’ouvrage a été numérisé par les Classiques des sciences sociales (Jean-Marie Tremblay)

La table des matières.  Avant-propos.  Introduction.
Index alphabétique des noms.  Table des illustrations.
texte au format word, pdf et epub

http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/rois_thaumaturges/rois_thaumaturges.html
http://classiques.uqac.ca/classiques/bloch_marc/bloch_marc.html

 

Qu'est-ce qu'un roi thaumaturge / un roi guérisseur ? Jacques Le Goff, Le Point 18.12.2008
http://www.lepoint.fr/culture/2008-12-18/interview-jacques-le-goff-les-secrets-des-rois-guerisseurs/249/0/301033

extraits :
"C'est un roi qui touche et guérit les écrouelles, qui sont des glandes tuberculeuses à l'aine.
Ce pouvoir serait acquis par le sacre du roi à Reims.
A Saint Denis, le roi touche la tête des malades et prononce la formule "le roi te touche, Dieu te guérit ".
Y a-t-il vraiment eu des guérisons ?  On n'en sait rien. Nous sommes dans le domaine de la croyance et de la foi.
Des miracles sont attribués aux saints (Marcoul à Corbeny pour les écrouelles).
Mais le roi n'est pas un saint, il est seulement sacré. L'Eglise surveille la monarchie.
La lente laïcisation des esprits, la Réforme (puis les Lumières) mettent le caractère sacral du roi à mal et le pouvoir thaumaturge en prend un coup.
Voltaire rappelle que la princesse de Soubise, maîtresse de Louis XIV, ne fut pas guérie " quoiqu'elle eût été très bien touchée ".
[
Au Moyen-Age, la médecine est plus que rudimentaire.
d'où l'attente de miracles et la place du culte des saints (Marcoul)
Aujourd'hui, la médecine scientifique dispose d'outils très efficaces,
mais les rebouteux et les guérisseurs occupent toujours une place importante ]



- Marc Bloch. Les Rois Thaumaturges.
compte rendu François-Louis Ganshof
Revue belge de philologie et d'histoire, 1926
http://www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_1926_num_5_2_6383_t1_0611_0000_2

« Il nous semble notamment que l'importance de la « royauté sacrée », clef de voûte du système politique médiéval, exigeait que le problème fût étudié en lui-même et pour lui-même, qu'il fût abordé de front ; les diverses manifestations de ce caractère surnaturel - parmi lesquelles le toucher des écrouelles et les anneaux médicinaux - venaient alors à leur place, une place importante sans doute, mais secondaire.
Or M. Bloch a fait tout le contraire : c'est le toucher des écrouelles qui est à l'avant-plan ; c'est en l'étudiant et afin de pouvoir le comprendre, que l'auteur analyse la nature « quasi-sacerdotale » du pouvoir royal. Dans l'exposé, l'essentiel se trouve ainsi, sinon sacrifié à l'accessoire, du moins relégué à une place où il est moins bien mis en lumière. L'argumentation y perd en relief et en clarté ».

- Le toucher des écrouelles : médecine, thaumaturgie et corps du roi au Grand Siècle
Stanis Perez, EHESS - RHMC 2006
http://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2006-2-page-92.htm
La « médicalisation » du toucher ne peut être tenue pour seule responsable de la lente disparition du rituel. L’indifférence progressive des sujets, comme du roi, pour cette cérémonie lourde de contraintes et d’ambiguïtés, a eu sans doute plus d’effet : disons que le toucher des écrouelles a connu une « mort sénile »


- Avoir raison avec Marc Bloch, E Laurentin, France-Culture 01.08.2017
Etienne Anheim
Murielle Gaude-Ferragu
http://www.franceculture.fr/emissions/avoir-raison-avec-marc-bloch



.

..