Le 14 juillet, Fête nationale depuis 1880
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fête_nationale_française

 

 

9-bastilleprise

Le débat parlementaire évoque la prise de la Bastille (14 juillet 1789)
Robert Enrico, Les années Lumière
http://www.youtube.com/watch?v=v64ROuDke_U

 

federation1790

et la fête de la Fédération (14 juillet 1790)
Robert Enrico, Les années Lumière
http://www.youtube.com/watch?v=hd1Hk7Dn1gY

voir également, en 2016
14 juillet 1790 - Fête de la Fédération
http://clioweb.canalblog.com/archives/2016/07/14/34084234.html



En 1880, La loi ne choisit pas et précise seulement le 14 juillet :

14juillet-1880

 

La Troisème République : une ère de commémoration nationale et civique

- « La Troisième République a mis en place ce que M. Pierre Nora a appelé le « modèle   classique   de   la   commémoration nationale »,   reposant   sur   la   triple affirmation  de  la  France,  de  la  République  et  de  la  Nation  (2),  à  travers  les  cérémonies  du  14  juillet  et  du  11  novembre,  introduites  par  le  Parlement  qui, comme cela a déjà été indiqué, est à l’origine de ces deux cérémonies.

Le  14  juillet,  qui  célèbre  l’unité  d’un  peuple  autour  de  la  nation  mise  en  scène  par  la  fête  de  la  Fédération  de  1790, est au cœur de la culture républicaine de la commémoration. Le 14 juillet est d’ailleurs la fête de la République, instituée par l’article unique de la loi du 6 juillet 1880 : « la République adopte comme jour de fête nationale annuelle le 14 juillet »

Le  fait  que  cette  date [Fête de la Fédération 14 juillet 1790] soit  souvent  confondue  avec  celle  de  la  prise  de  la  Bastille   n’a   rien   d’étonnant   car   dès   l’origine,   le   14   juillet   est   une   date   « bicéphale  »  :  pour  les  vrais  républicains,  c’est  au  14  juillet  1789  que  la  fête  nationale  rend  hommage,  la  fête  de  la  fédération  n’étant  que  la  réplique  de l’événement   historique   et   symbolique   survenu   aux   premiers   jours   de   la   Révolution.  Péguy  l’a  fort  bien  exprimé  dans  son  ouvrage  Clio :  « La  prise  de  la   Bastille,   dit   l’histoire,   ce   fut   proprement   une   fête,   ce   fut   la   première  célébration,   la   première   commémoration   et   pour   ainsi   dire   le   premier anniversaire  de  la  prise  de  la  Bastille  (...)  Ce  n’est  pas  la  fête  de  la  Fédération  qui  fut  la  première  commémoration,  le  premier  anniversaire  de  la  prise  de  la Bastille. C’est la prise de la Bastille qui fut la première fête de la Fédération, une  Fédération avant la lettre ».   
La commémoration de la prise de la Bastille est donc un choix volontaire de la part des fondateurs de la Troisième République : ce jour là, les Français ont été libérés des chaînes de l’Ancien Régime et leur égalité politique et juridique est devenue  une  réalité.  Le  14  juillet  est  notre  «  date-souvenir  »  la  plus  importante,  car  elle  nous  rappelle,  chaque  année,  ce  qui  fonde  notre  identité  politique  en réaffirmant  les  principes  de  liberté,  d’égalité  et  de  fraternité  que  la  prise  de  la Bastille a concrétisés. Gambetta, en utilisant un terme religieux, a synthétisé, dans un  discours  prononcé  le  14  juillet  1872  à  La  Ferté-sous-Jouarre,  le  sentiment  de  régénération  inséparable  du  14  juillet  :  «  c’est  la  vraie  date  révolutionnaire,  celle  qui  a  fait  tressaillir  la  France  (...) On  comprend  que  ce  jour-là  notre  Nouveau Testament nous a été donné et que tout doit en découler ».

rapport Accoyer 2008 - page 109
http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i1262.pdf


.

 

 

 

Monet-montorgueil

Les drapeaux de La Rue Montorgueil peints par Claude Monet,
ce n'est pas un 14 juillet,
mais le 30 juin 1878, en liaison avec l'Exposition universelle de 1878.
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Rue_Montorgueil


.
.