jardins-affiche

Jardins, expo 15 mars-24 juillet 2017
http://www.grandpalais.fr/fr/salle-de-presse

 

dossier de presse :
http://www.grandpalais.fr/fr/system/files/field_press_file/dp_jardins_2.pdf

 

- Jardins, une invitation à la promenade et au plaisir
Valérie Oddos, Culturebox 17.03.2017

une expo sur un thème en vogue :
« le Jardin infini au Centre Pompidou Metz, les Paysages mystiques au Musée d'Orsay (Paysages mystiques), les fleurs de Pierre-Joseph Redouté au musée de la Vie romantique cette saison, et les Jardins d'Orient, déjà, à l'Institut du monde arabe l'an dernier »..

« les jardins [vus par les] peintres, du parc mystérieux de Watteau ou du jardin pittoresque de Fragonard, au XVIIIe, au "Parc" (1910) de Gustav Klimt où le feuillage envahit le cadre, devenant presque abstrait, ou à la vision en même temps réaliste et irréelle du "Jour d'été" (1999) de Gerhard Richter ».
 
« C'est une explosion de fleurs, avec les massifs frémissants entre ombre et soleil de Claude Monet dans "Le Déjeuner" (1873), les marguerites et orchidées de Caillebotte, peintre et jardinier comme lui, les couleurs du jardin de Bonnard, les soucis de Koloman Moser. Les "Nymphéas" de Monet sont présents, en peinture bien sûr mais aussi avec un tout petit tirage, autoportrait photographique unique et émouvant du peintre, où on voit son ombre se refléter sur le bassin  ».

 

cezanne-vallier-gp

Paul Cézanne, Le jardinier Vallier vers 1906 Tate
un des tableaux analysés dans le dossier de presse :
fresque Pompéi, Atkins, Blossfeldt, Dürer, Blaschka, Neu, Cézanne, Claus, Monel,
Duchêne, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Moser, Klimt, Richter, Atget,

« Le jardinier Vallier compte parmi les derniers à avoir été au service du peintre, après l’installation de son atelier aux Lauves en septembre 1902 Vallier est l’une des rares personnes représentées par Cézanne dans les dernières années avant sa mort, survenue en 1906  ».

La fin de la carrière de Cézanne est en effet davantage consacrée au paysage et il n’est pas anodin que le jardinier soit l’un des premiers représentés en extérieur : par la technique de juxtaposition de touches carrées de lumière colorée, que l’artiste expérimente dans des aquarelles d’une remarquable audace de construction, les motifs se fondent dans une même démarche artistique

 « Alternant entre une peinture sombre et profonde, d’une densité sans équivalent depuis les oeuvres de jeunesse ou de la période « couillarde », et une peinture très lumineuse appliquée avec la plus stricte économie, fragmentaire parfois, Cézanne annonce les avant-gardes du siècle naissant en abolissant l’une des dernières frontières entre les genres ».


« In 1902, Cézanne bought a plot of land on the Chemin des Lauves, on an otherwise undeveloped hillside to the north of Aix,
and had a two-storey house built with a large studio, some five metres high, on the first floor.
He used the studio early in the morning and in the late afternoon. When it became too hot, he would paint watercolours on the terrace,
which was surrounded by bushes and small trees and had a magnificent view of the town of Aix.
From time to time, local agricultural workers or his gardener Vallier would sit for him, for example for this painting ».
http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/c/cezanne/5/index.html



..