03 mars 2017

SdM : Dans Etat de droit, il y a droit

 

Dans Etat de droit, il y a  droit

Communiqué de presse du Syndicat de la magistrature 03.03.2017
en réaction aux déclarations de François Fillon et à l’appel à manifester ce dimanche au Trocadéro.
http://www.syndicat-magistrature.org/Dans-Etat-de-droit-il-y-a-droit.html


Dans sa mise en cause de l’institution judiciaire, François Fillon franchit un nouveau palier. Avant-hier à l’occasion de l’annonce de sa convocation par trois juges d’instruction, il défigurait l’Etat de droit et la démocratie. Dans la foulée, il en appelait au peuple contre la justice, organisant ce dimanche une manifestation aux airs de coup d’Etat.

En invoquant tour à tour la violation systématique de l’Etat de droit, « l’assassinat » de l’élection présidentielle, la percussion violente de la liberté du suffrage et de la démocratie politique, François Fillon tonne pour impressionner, c’est-à-dire faire pression. Pour sa défense, il déploie un écran de juridisme, maniant éléments de faits et de droit également inexacts.

La vision de l’Etat de droit qu’il nous propose est toute personnelle : il s’agirait d’un système dans lequel un responsable politique ne devrait répondre que devant ses électeurs et non, comme tout un chacun, devant l’autorité judiciaire pour les infractions qu’il est susceptible d’avoir commises. L’Etat de droit se satisferait de cette impunité.

Le contresens est délibéré.

Dans un Etat de droit, la puissance publique se soumet au droit, à des normes hiérarchisées, contrairement à un pouvoir arbitraire. Parmi ces normes, il y a la loi pénale, votée par les représentants du peuple ; elle réprime les comportements que la collectivité décide d’interdire. Et c’est au nom du peuple français que la justice est rendue.

La séparation des pouvoirs n’est pas l’impunité pour les députés : si l’article 26 de la Constitution protège le travail parlementaire d’une immixtion judiciaire, c’est pour éviter que les élus soient inquiétés à raison de leurs votes ou de leurs opinions. L’usage ou le mésusage qu’ils font des deniers publics n’en fait pas partie : l’immunité laisse alors la place à l’égalité devant la loi.

L’inversion des principes se nourrit de nombreuses inexactitudes. Le « timing » judiciaire d’abord : les juges auraient convoqué dans la précipitation au regard des pratiques judiciaires. Il est pourtant classique qu’une information judiciaire débute par la première comparution en vue de mise en examen. La reconnaissance des faits est indifférente à cet égard : envisagerait-on de retarder la convocation d’une personne devant un juge d’instruction au motif qu’elle conteste les infractions ? Dénoncer un traitement de défaveur par excès de vitesse, c’est faire fi du principe selon lequel l’enquête, menée à charge et à décharge, vise à la manifestation de la vérité dans un délai raisonnable et en temps utile. A l’inverse, la responsabilité des magistrats peut être recherchée lorsqu’ils laissent une affaire se prescrire ou qu’ils tardent à convoquer une personne aux fins de mise en examen.

Car c’est bien à partir de cette convocation seulement que la personne mise en cause et ses avocats ont accès au dossier, et bénéficient de droits, comme celui de saisir la chambre de l’instruction pour demander l’annulation de la procédure. Le refus opposé aux avocats de François Fillon est parfaitement régulier à ce stade de la procédure.

Passons sur l’affirmation péremptoire selon laquelle les juges ont convoqué sans même lire le dossier… De même, ce qui est qualifié de « simple rapport de police » est en fait une enquête menée par un service hautement spécialisé, l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales. Enfin, il est aussi absurde de qualifier de « manifestement à charge » une procédure à laquelle François Fillon lui même n’a pas encore eu accès que d’affirmer à ce stade que la présomption d’innocence est bafouée.

François Fillon a raison sur une chose : la démocratie est « violemment percutée ».

Elle l’est quand un ancien Premier ministre, aspirant à la présidence de la République, intimide et discrédite l’autorité judiciaire et appelle le peuple à se lever contre elle.

.

Posté par clioweb à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Building Global Community

 

Zuckerberg, Building Global Community, 16.02.2017
http://www.facebook.com/notes/mark-zuckerberg/building-global-community/10154544292806634/

« In times like these, the most important thing we at Facebook can do is develop the social infrastructure to give people the power to build a global community that works for all of us.
For the past decade, Facebook has focused on connecting friends and families. With that foundation, our next focus will be developing the social infrastructure for community -- for supporting us, for keeping us safe, for informing us, for civic engagement, and for inclusion of all.
Bringing us all together as a global community is a project bigger than any one organization or company, but Facebook can help contribute to answering these five important questions:

. How do we help people build supportive communities that strengthen traditional institutions in a world where membership in these institutions is declining?
. How do we help people build a safe community that prevents harm, helps during crises and rebuilds afterwards in a world where anyone across the world can affect us?
. How do we help people build an informed community that exposes us to new ideas and builds common understanding in a world where every person has a voice?
. How do we help people build a civically-engaged community in a world where participation in voting sometimes includes less than half our population?
. How do we help people build an inclusive community that reflects our collective values and common humanity from local to global levels, spanning cultures, nations and regions in a world with few examples of global communities?

My hope is that more of us will commit our energy to building the long term social infrastructure to bring humanity together.
The answers to these questions won't all come from FB, but I believe we can play a role ».



- Mark Zuckerberg’s humanitarian manifesto
Josh Constine (@joshconstine) 16.02.2017
https://techcrunch.com/2017/02/16/building-the-world-we-all-want/

- Modération, politique, intelligence artificielle… le « manifeste » de Z
http://bit.ly/2mPYoIU
http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/02/17/moderation-politique-intelligence-artificielle-le-manifeste-de-mark-zuckerberg_5081314_4408996.html


- Messieurs les citoyens, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être, si vous avez le temps.
Olivier Ertzscheid, Affordance, 01.03.2017
http://www.affordance.info/mon_weblog/2017/03/lettre-zuckerberg.html

« Mark Zuckerberg veut passer au gvt FB.
Est-il en train de construire le monde auquel nous aspirons tous ? »

« le leader suprême est déjà au sommet d'une carrière politique absolument inédite, à la tête d'une nation construite et dirigée comme un vulgaire mais non trivial fichier client ».

« MZ à imaginé Facebook comme une communauté permettant de noter les plus jolies filles du campus ».

« MZ a ensuite bâti l'empire Facebook comme un média de masse capable d'individualiser le modèle de régie publicitaire qui le fonde ».
« Facebook était devenu au moins autant un média au sens classique du terme qu'une plateforme de réseau  social »

« Imaginez un monde où vous et ceux que vous aimez disposeraient d’une capacité d’action démocratique..
Un monde où l'on recommencerait à créer des liens, pas juste à poser des Like.

On ne construit pas une communauté globale sur une plateforme fermée et propriétaire
mais sur un acte fondateur qui est celui du don désintéressé.
C'est ce que fit Tim Berners Lee lorsqu'il inventa le World Wide Web
sans lequel ni Facebook ni Google ne pourraient exister aujourd'hui.
C'est ce que fit Tim Berners Lee lorsqu'il plaça immédiatement cette invention, son invention, dans le domaine public.
Il n'avait à l'époque ni la fortune ni même les ambitions qui sont aujourd'hui celles de Mark Zuckerberg.
Il n'envoya pas de lettre à 1,7 milliard d'êtres humains.
Mais lui et lui seul, par ce simple don, réussit à créer cette possibilité d'une communauté globale
au sein de laquelle chacun avait, non pas l'obligation de se reconnaître dans une aspiration qu'on lui disait être partagée par tous,
mais la possibilité d'imaginer, de décrire et de partager le monde auquel lui, et lui seul peut-être, avait envie d'appartenir
».


.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,