« Philippe Meirieu : La victoire à la Pyrrhus des « anti-pédagos »…Le Café pédagogique, 21.10.2016
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/10/21102016Article636126294989227218.aspx


extraits :
« Chez les « intellectuels » comme dans les médias, à droite comme à gauche, [on accuse les pédagogues] d’être les « assassins »… de l’Ecole, des savoirs, de la culture, et même de la France ! Le procédé n’est pas spécifique au champ éducatif : il participe du populisme ambiant... »

« Que reproche-t-on aux pédagogues ? D’être entêtés. Oui, ils le sont : ils ne se résignent jamais à l’échec et à l’exclusion. D’évoluer. Oui, bien sûr : comme tous les chercheurs, ils avancent progressivement et ne prétendent jamais - heureusement - détenir des solutions définitives… On les considère aussi, tout à la fois, comme dogmatiques et inconstants. Simplement parce qu’ils sont fermes sur leurs finalités et inventifs sur les modalités ».

« ... La pensée magique (de la droite) ne fonctionne pas. Nous ne sommes pas à « l’école des sorciers »... On peut exalter les valeurs de la République, cela ne dit pas comment les faire vivre au quotidien. On peut « sauter sur son siège comme un cabri » en disant « les savoirs, les savoirs ! », cela ne permet pas de les transmettre miraculeusement... »

« Alors, bien sûr, notre école et notre société seront atteintes, mais la pédagogie, elle, ne mourra pas. Elle se réfugiera, comme elle l’a fait plusieurs fois déjà dans l’histoire, dans des espaces moins visibles... Elle survivra et continuera même à enrichir un patrimoine qui, de Comenius à Itard, de Pestalozzi à Ferrer, de Makarenko à Freinet, constitue un pan essentiel de la culture humaine et nourrit l’espérance de millions d’humains... »


Les autres chroniques de Philippe Meirieu
http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/Meirieu_chroniques.aspx

 

.