« Pour le symbolique, nous n’avons pas grand chose en magasin… »
Philippe Meirieu, Chronique Le Café pédagogique 18 mars 2016,
http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/Meirieu_chroniques.aspx


extraits :
« Notre responsabilité collective de citoyens est, ici, terriblement engagée : ... Comment pouvons-nous tolérer une politique de la ville en telle déshérence et une politique sécuritaire qui s’acharne à masquer les symptômes au lieu de s’attaquer aux véritables causes de ce désastre ? »


La raison destituée
« Comment faire entendre raison à celui qui n’a pas choisi la raison ? », se demande, en d’autres termes, Platon au tout début de La République ?
Car, notre école a fonctionné, depuis sa création, avec un implicite qui, de Descartes à Jules Ferry et jusqu’à Victor Hugo, postulait que « le bon sens »,
« l’explication convaincante » et « la démonstration rationnelle », pouvaient – devaient même ! – faire reculer automatiquement l’ignorance, détruire les préjugés, abolir les superstitions... »

« A la place de l’embrigadement mortifère, qu’avons-nous en offrir à ces jeunes ?»

« Face à cet embrigadement - il faut bien l’avouer -, nous n’avons pas grand chose en magasin :
l’idéal de la Nation et de la Patrie n’est guère prisé par ceux dont les parents et grands-parents en furent victimes, d’autant plus que sa récupération par l’extrême droite lui donne une désagréable odeur de moisi… Les grands récits « de gauche » peinent à se remettre du stalinisme et du maoïsme réunis, et la Corée du nord ne fait pas rêver grand monde… Les démocraties occidentales s’enfoncent dans une improvisation gestionnaire qui cache mal leur assujettissement au marché le plus ravageur… L’Europe s’empêtre dans une technocratie aussi pointilleuse qu’incompréhensible, bien loin du projet généreux de Jean Monnet… »

Meirieu, élu écologiste, propose « une conviction fondatrice : l’avenir du commun, c’est celui de notre Terre-mère et la planète en danger ».
Il ajoute : « je me trompe peut-être sur la réponse, mais je ne crois pas avoir tort de poser la question ».


..