- 1936 : Il faut savoir terminer une grève
Maurice Thorez, gymnase Jean Jaurès, 11 juin 1936
in Christophe Prochasson - Olivier Wieviorka , La France du XXe siècle, Documents d'histoire - Le Seuil 2011
version pdf : http://clioweb.free.fr/dossiers/1936/thorez-terminer.pdf

La signature des accords Matignon n'arrête pas le mouvement de grèves.
Le 11 juin, on compte deux millions de grévistes.
Le 6 juin, Léon Blum a condamné les occupations d'usines
Le 11 juin, Maurice Thorez prononce le célèbre : il faut savoir terminer (une grève).

« Si le but maintenant est d'obtenir satisfaction pour les revendications de caractère économique tout en élevant progressivement le mouvement des masses dans sa conscience et son organisation, alors il faut savoir terminer [une grève] dès que satisfaction a été obtenue. Il faut même savoir consentir au compromis si toutes les revendications n'ont pas encore été acceptées, mais si l'on a obtenu la victoire sur les plus essentielles et les plus importantes des revendications.
Il faut savoir organiser, préparer l'avenir [...] ».
« Nous ne devons pas risquer que se disloque la cohésion des masses, la cohésion du Front populaire. Nous ne devons pas permettre que l'on puisse isoler la classe ouvrière ».

- Importantes déclarations de Maurice Thorez à l'assemblée des communistes parisiens
L’Humanité 12.06.1936 via Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k406742r.item

« A ce propos, Maurice Thorez rappelle qu'il faut savoir terminer une grève, dès l’instant où les revendications essentielles ont été obtenues. Il faut savoir même consentir aux compromis afin de ne perdre aucune force, et notamment ne pas faciliter les campagnes d'affolement et de panique de la réaction ».


.