ddhc-1789

 

Semaine des Nouveaux Chemins consacrée aux droits de l'homme, du 21 au 24 mars 2016.
http://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance
Un rappel salutaire et opportun en période d'application renouvelée de l'état d'urgence
et de généralisation excessive du vidéo-flicage.


Le 21.03, lecture philosophique de la déclaration du 26 août 1789.

Bon accent sur la simplicité et la force d’un texte écrit pourtant à plusieurs mains, avec des opinions souvent divergentes.
art 6 : « La loi est l’expression de la volonté générale... »
http://fr.wikisource.org/wiki/Déclaration_des_Droits_de_l'Homme_et_du_Citoyen

Accent utile également sur la lecture des penseurs anglais (Locke, Hobbes) et français (Rousseau)


Un historien aurait souligné le rapport de forces entre l’assemblée et le roi,
et la volonté de justifier la révolution en cours (le serment du jeu de paume, le 14 juillet)
en s’appuyant sur des principes nouveaux affirmés avec vigueur et présentés comme universels.
C’est un élément essentiel de rupture avec les fondements de « l’ancien régime » et de la monarchie absolue.

Ainsi, avec « Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation ».
La rupture avec la monarchie de droit divin est radicale, tout comme l’affirmation nouvelle du régime représentatif
La déclaration vante la séparation des pouvoirs
Elle souligne l’importance du contrôle des représentants et des « agents publics » (art 12 à 15).
« La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration »


Les USA ont ouvert la voie, avec une déclaration qui légitime la rupture avec la monarchie britannique et le combat pour l’indépendance
(cf. le rôle de La Fayette, l’usage du nom des députés aux USA : les représentants).
Présentation américaine des droits naturels : « We hold these Truths to be self-evident, that all Men are created equal (sauf les esclaves), that they are endowed by their Creator with certain unalienable Rights, that among these are Life, Liberty, and the pursuit of Happiness »
Version française :
« art 1 - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.
Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune
» [donc pas sur la naissance].

« art 2 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme.
Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression »


4 observations :

- « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme :
tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement
... »
Pour vouloir un universitaire ajoute-t-il un couplet sur « la concurrence » (libre et non faussée ?) à l'affirmation d’une liberté essentielle et à une condamnation de toute forme de censure ? Le combat pour cette liberté a occupé en France tout le XIXe, jusqu’à la loi de 1881. Il reste d'actualité dans de nombreux pays autoritaires.


- La résistance à l’oppression.
La crainte d’une répression militaire par les troupes royales a joué un rôle important après le 14 juillet 1789.

voir aussi ce que le préambule de la déclaration américaine dit de cette résistance :
« When in the course of human Events, it becomes necessary for one People to dissolve the Political Bands which have connected them with another... a decent Respect to the Opinions of Mankind requires that they should declare the causes which impel them to the Separation ».
http://en.wikisource.org/wiki/United_States_Declaration_of_Independence


- Le droit positif :
art 9 « Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable... »
La présomption d'innocence n'a pas empêché 150 ans de pratiques violentes pour inciter un prévenu à avouer, même si dans les faits il est innocent.

L'Habeas Corpus anglais de 1679 a sans doute eu beaucoup plus d'impact au quotidien que le principe affirmé en 1789.
http://en.wikipedia.org/wiki/Habeas_Corpus_Act_1679


- La propriété
L’effroi causé par la Grande Peur et le souvenir de la nuit du 4 août ont pesé très lourd.
La noblesse a utilisé la propriété pour imposer le rachat de droits féodaux supprimés en théorie.
La propriété est vue aussi comme un critère de participation à la vie publique :
cf. la différence entre citoyens actifs et citoyens passifs, la longue durée du régime électoral censitaire.

La propriété a été ensuite un clivage politique majeur au XIXe.
cf. Proudhon : « la propriété, c’est le vol »
http://fr.wikipedia.org/wiki/Qu'est-ce_que_la_propriété ?

Relire aussi le Rousseau du Premier Discours
« Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire : Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et horreurs n’eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables : Gardez-vous d’écouter cet imposteur.. »
http://fr.wikisource.org/wiki/Discours_sur_l'origine_et_les_fondements_de_l'inégalité_parmi_les_hommes/Seconde_partie


La déclaration de 1789 a été énormément enrichie par la suite, notamment le 10 décembre 1948,
en ce qui concerne le droit à la dignité, les droits sociaux, les droits liés à la nationalité.
La portée de ces déclarations a été considérable.
Mais les droits naturels sont encore niés dans de nombreux pays, au nom d'une lecture archaïque de la religion.


Stéphane Rials, La déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Hachette, Paris, 1988

rappel : les déclarations de 1789, 1793, 1948
http://clioweb.canalblog.com/archives/2015/05/29/32134355.html


.