Quand l’exception devient la règle ou le coup de l’Etat d’urgence permanent, La suite dans les idées, 30.01.2016

« Une enquête socio-historique de Vanessa Codaccioni montre
comment les procédures judiciaires d’exception s’institutionnalisent,
en marge du droit commun, et s'installent dans la durée ».
http://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees
Vanessa Codaccioni, Justice d'exception : L'État face aux crimes politiques et terroristes, CNRS Editions,‎ 2015

La Cour de sureté de l'Etat créée par de Gaulle en 1963 est surtout composée
de magistrats anciens résistants et gaullistes.
Elle s'occupe de l'OAS (2200 cas) mais après l'amnistie de 1968, elle change de cible :
elle poursuit les militants de l'extrême gauche avant de s'occuper d'Action directe puis des indépendantistes.
Mitterrand la supprime en 1981.
La droite créé en 1986 une cour d'assises spéciale.
Après 2001, droite et gauche ont des attitudes voisines sur le passage du droit commun aux juridictions d'exception.
http://tinyurl.com/wp-cour-surete

Les juridictions d'exception, c'est une forte demande des politiques (souvent pour masquer leur impuissance),
et la tentation de faire de la justice un instrument au service de l'administration et de la police,
au détriment des droits des citoyens et des procédures normales.



Vanessa Codaccioni, Paris 8
http://www.science-politique.univ-paris8.fr/vanessa-codaccioni/

parmi les publications :
Lecture critique de « Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale.
Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2002 » Histoire@Politique, 20.11.2012
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=01et&rub=comptes-rendus&item=387

Lecture critique d’« Emmanuel Blanchard, La police parisienne et les Algériens (1944-1962),
Paris, Nouveau Monde éditions, 2011 » Histoire@Politique, 6.03.2012
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=1&rub=comptes-rendus&item=344



.