En marge de 2 jours de PNF en octobre près de Bordeaux, une conférence en ligne :
Qu'est-ce que le numérique change dans l'éducation ? (le titre c'est "humanités numériques")
http://www.educavox.fr/accueil/reportages/humanites-numeriques


- Cette table ronde vérifie le poids du statut professionnel
dans l'analyse développée (ESPE, IGEN, spécialiste d'EMI...)

L'homme de terrain, ici, c'est un proviseur :-).
Il cite Gauchet : avec le numérique, le savoir est désinstitutionnalisé
Et revendique l'autonomie (celle des équipes ou celle du proviseur ?)

vers la 10e, le chargé mission pour la Cité Digitale évoque une formalisation croissante
des savoirs et des compétences (et parle de "segmentation en learning objets", de granule...)
Pour lui, la métacompétence émergente,
c'est la capacité pour l'individu à définir lui-même les objectifs et les carences de savoirs


- Vers la 58eme minute, réponse de Divina Frau-Meigs à une question sur les espaces éducatifs
Selon elle, il ne faut pas se faire piéger par les mots du marketing.Ainsi, le mot identité, il vient du commerce, il vient de Facebook qui veut que l'on s'identifie lorsque l'on s'inscrit, de manière à pouvoir nous vendre comme audience. En tant que pédagogue, l'identité, ce n'est pas notre problème.
Ce qui nous intéresse, c'est la présence des jeunes, dans les espaces physiques (le CDI) comme dans les espaces numériques, une présence sociale et une présence cognitive.
Si nous ne laissons pas les mots du marketing submerger notre métier et notre conception de la pédagogie, nous aurons fait un grand pas.


- Le fonctionnement est intéressant.
Au départ, 3 questions, mais l'animateur fait l'mpasse sur la première.
Dommage, c'était celle que Durpaire (le père, ex-IGEN de maths) avait préparée.
L'écouter exiger une école qui enseigne à distinguer éducation et consommation,
à prendre la distance avec des services payants (même à petit prix - cf les cartes sur Canopé)
Un autre intervenant traite que la question 3 en répondant à la 2...