RVH 2015, les audios et les vidéos sont attendues sur le web :
http://www.rdv-histoire.com/
http://www.youtube.com/channel/UCFQqChKRikqXIh6yvsE-V-Q/videos

Sur France-Culture, écouter La Fabrique du 09.10 et Concordance des Temps du 10.10


Quelques échos de Blois sur le forum Neoprofs :
http://www.neoprofs.org/t93497p20-rdvh-de-blois-2015-les-empires?highlight=RDVH

un exemple :
« Les RDVH sont victimes de leur succès :
« La logistique des RDV est devenue très mauvaise et gâche un peu le plaisir d'y être.
C'était ma 5e participation. Je pense que je n'y retournerai plus. Depuis 2009, il y a une nette évolution ».

« La billetterie est une absurdité monumentale :
** on attend pour avoir un ticket, puis on revient faire la queue pour entrer : segmentation du temps
** tous les billets sont éclusés en 15mn parfois
** il faut donc être présents très tôt (genre 8h15 pour 9h30) pour avoir un ticket
** quand tu as un ticket pour la conf de 14h et que tu en demandes un pour celle de 16h (ta demande est alors faite à 13h), on te refuse cela et on te dit de revenir dès 15h... quand t'es toi-même en conf et que les autres festivaliers viennent se servir : plus aucune chance d'enchaîner des confs, contrairement à l'époque pré-2013 où il fallait galoper mais avec le principe du 1er arrivé-1er servir, il y avait des chances...
** aucune politique de distribution uniforme : d'un site à l'autre, on donnait 4 tickets par tête, on donnait tous les tickets pour l'après-midi à partir de 14h, on donnait les tickets 2h avant la conf ou bien 1h...

bref, le système spontané était bien meilleur avant, maintenant ça frustre, réduit les chances, hystérise les festivaliers. Censée faciliter les choses, cette billetterie les complique. 

« Sur le contenu, ça devient un peu people et mondain. On côtoie Bern, Guetta, Ferrand (en détachement à Amboise), Chapoutot (ouf), Gauvard (ouf), Debray... »


Le tableau qui précède est sévère, mais il correspond à ce que beaucoup ont vécu.

La solution des tickets est artisanale, garantit l’anonymat et ne coûte rien (en dehors des indemnités des vacataires).
2 choses la rendent ingérable :
la dispersion des lieux ;
la distribution 2 heures avant (avec variante selon le tempérament des hôtesses).

Pour la dispersion, il faudrait prévoir une double distribution : sur le lieu de la conférence ET au salon du livre.
Cela éviterait d'arpenter la ville pour découvrir qu'il n'y a plus de place disponible.

Une gestion par demi-journée (distribution le matin vers 8h30, l'apm vers 13h30),
cela éviterait une partie des problèmes.

PS 1 : certaines tables rondes (et le stand de Canopé) échappent au système des tickets.
PS 2 : un rattrapage est en cours : tout ce qui a été enregisté en audio et en vidéo sera en ligne,
par ex si vous avez manqué le passage de NVB à la Halle aux Grains :-):-)
PS 3 : L'électronique serait une piste. Mais elle serait coûteuse et l'anonymat disparaîtrait.
Et elle ne garantirait nullement la fréquentation (le Mémorial de Caen vient d'en faire l'expérience lors des Rencontres de dessinateurs : on peut s’inscrire à distance mais oublier de se déplacer).

Ce midi, le JT de Canal suggérait une solution : Uberiser les RVH,
embaucher des vacataires pour faire la queue à votre place. :-):-)

 

.