Le mur qui efface les migrants, Olivier Ertzscheid, Affordance.info 01.09.2015
http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2015/09/le-mur.html

extraits :

- « Les mots ne désignent pas seulement la réalité. Ils décident de notre manière de l'appréhender, de la traiter, et de la documenter ».
« Le migrant n'est ni un réfugié que nous aurions le devoir d'accueillir, ni un immigré venu affoler nos sens patriotiques en mode le bruit et l'odeur »



-  1989, c’est l’année de la chute du mur et de la naissance du web.
« 25 ans plus tard, nous ne savons que construire des murs » ou contempler celui de Facebook vendu depuis 2004.
« En 1989, il y avait environ onze murs, barrières ou clôtures dressés, aujourd'hui, on en compte une cinquantaine », selon Courrier international

- Facebook a publié les photos de quatre cadavres d'enfants sur les plages de Lybie.
« un cadavre d'enfant choque moins la milice du code qu'un sein allaitant »


- « Migrants », la même requête sur Google images, Twitter et Facebook.

La réponse de Google est « saturée de réalité. Celle d’hommes, de femmes et d’enfants en errance et en souffrance » (fuyant la guerre)

Avec Facebook, « la réalité est travestie et édulcorée ». « Le mur de FB a rempli son office : il a retenu, empêché la réalité des migrants d'exister ; il a circonscrit la circulation visuelle de la représentation des migrants, il a permis au milliard de personnes connectées devant ce mur le jeudi 27 août 2015 de regarder ailleurs, de regarder autre chose ».

« Sur la plage de Zouara en Lybie, hier, les enfants dans les vagues étaient terriblement silencieux » écrit Maître Eolas sur Twitter.

refugies-gi

Google Images, « réfugiés » , quelques images sélectionnées...

 

migrants-gi

Google images, « migrants », quelques images sélectionnées

Mutio : « Je suis Charlie, je suis policier, je suis juif, je suis... »
« T'es Migrant, c'est tout » Urtikan.net
http://www.urtikan.net/dessin-du-jour/violences-policieres-contre-les-migrants-a-calais/


.
.