21 juillet 2015

Caen MBA : Les vanités

 

Moreelse-MMP-Caen

Johan MOREELSE (Vers 1603-1634), Marie-Madeleine pénitente - source MBA Caen


A partir d'une mention sur Twitter de Vanity (Profane Love), un tableau du Titien - 1515


Le tableau de Moreelse est étudié en deux pages par Annick Paulin
dans le Parcours Natures mortes et vanités
http://mba.caen.fr/sites/default/files/uploads/caen-mba-parcours_natures_mortes_et_vanites-2015.pdf
http://mba.caen.fr/espace-pedagogique#documents

Il est cité dans l'étude de Vanité, l'oeuvre de Nicolaes van Veerendael (Anvers 1640 – Anvers 1691)  
http://mba.caen.fr/sites/default/files/uploads/pdf/veerandael-vanite-xviie_siecle-caen-mba-2012.pdf


« Johann Moreelse est un peintre originaire d'Utrecht, enclave catholique dans une nation calviniste; c'est ce qui lui permet de faire le voyage d'Italie vers 1620. Il y connaît une certaine notoriété, mais rentrant à Utrecht, il travaille dans l'atelier paternel et nous n'avons donc que peu de tableaux signés de lui.
Il meurt de la peste en 1634 ».

« Observer : Marie-Madeleine est représentée en buste (certainement allongée) avec du rose aux joues et aux lèvres, le torse nu ... ses cheveux sont dénoués ; elle est accoudée sur un livre reposant sur un crâne ; une expression mélancolique et interrogative se dégage de son visage ».
« Comprendre : Une vanité avec figure humaine : Marie-Madeleine (pécheresse Marie de Magdala ? Marie de Béthanie ?) incarne la nature humaine marquée par le péché originel mais offre aussi l’exemple du repentir jailli de l’amour de Dieu ».

« La Marie-Madeleine de Moreelse conserve quelques signes de séduction :
.  Elle a gardé le rouge aux joues et aux lèvres.
. Son torse, nu, même s'il n'est pas provocateur, rend magnifiquement présent le corps féminin : la lumière rend la chair rayonnante.
. Son regard et ses sourcils froncés manifestent une émotion, difficile à déterminer : regarde-t-elle le crucifix avec compassion ? Ou bien est-elle surprise par les anges qui viennent lui faire entendre leur concert ? Ou bien a-t-elle peine à se détacher du monde: est-elle harcelée par des fantasmes ?
 Mais elle reste avant tout une pénitente... »

Sur les vanités, dans la biblio :
Alain Tapié (dir.), Les vanités dans la peinture au XVIIe siècle, catalogue d'exposition, Caen, MBA 1990

Vanités d’hier et d’aujourd’hui : une poétique de l’éphémère, Jean-Claude Laborie et Line Cottegnies, Episteme 2012
(vanités en peinture et en littérature)
http://episteme.revues.org/355


.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,