- Robert Boyer : « Face à l’UE, les Grecs ont servi de bouc émissaire », Libération, 30 juin 2015
http://www.liberation.fr/economie/2015/06/30/robert-boyer-face-a-l-ue-les-grecs-ont-servi-de-bouc-emissaire_1340485
http://www.filpac.cgt.fr/spip.php?article10104

Les responsabilités de la crise en cours sont partagées : vision à courte vue de la finance internationale, laxisme de l'Europe, politiques au pouvoir en Grèce. Les politiques ont ouvert la boite de Pandore en supprimant tout contrôle sur la finance.
« Les élites ont tellement été fascinées par le mythe d’un marché tout-puissant et autorégulateur qu’elles se sont coupées tant du citoyen que des réflexions sur les alternatives à l’épuisement des régimes socio-économiques. Les nouveaux mouvements sociaux et le renouveau intellectuel prendront-ils de vitesse les dangereuses tendances que véhiculent finance et internationalisation ? »

- En face, Jean Tirole plaide Pour un fédéralisme européen, Le Monde 23.06.2015
Avec davantage de pouvoir donné aux financiers ?
« Nous, Européens, devons accepter la perte de la souveraineté nécessaire pour vivre sous le même toit »
http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/06/23/quel-avenir-pour-le-federalisme-europeen_4660181_3232.html

Le monde si simple de Jean Tirole, Le Monde diplomatique, 07.2015
Des maths et des modèles pour résoudre des problèmes actuels
en faisant abstraction de la dimension sociale (et politique)
http://www.monde-diplomatique.fr/2015/07/ROTILLON/53197


- Ubériser le travail et crowdfunder l'impôt ? Olivier Ertzscheid, Affordance
http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2015/07/uberiser-le-travail-et-crowdfunder-limpot.html

Rassembler 1,5 milliards d'euros soit 3 euros par européen ?
Une opération de crowdfunding a été lancée. Le 1er juillet, à 21h, elle avait atteint 1 million d’euros.

Olivier Ertzscheid propose de relever collectivement la tête.
« Redevenir maîtres de la redistribution des richesses et des ressources naturelles. Et virer tous ces guignols. Nettoyer le solutionnisme technologique de la gangue néo-libérale et de l'idéologie libertarienne qui le corsette et remettre les technologies au service de solutions dans un espace qui soit vraiment socialement appropriable et encadré ».

« Le salariat Uberisé, la redistribution des richesses crowdfundée, une gouvernance politique centrée sur la notion de biens communs, et des intelligences artificielles qui rêvent ».

.