- Forum sur l'enseignement de l'Histoire : discours d'ouverture de Najat Vallaud-Belkacem, 03.06.2015
http://www.education.gouv.fr/cid89609/forum-sur-l-enseignement-de-l-histoire-discours-d-ouverture-de-najat-vallaud-belkacem-ministre-de-l-education-nationale-de-l-enseignement-superieur-et-de-la-recherche.html?

extraits :
« Ces nouveaux programmes sont destinés à de jeunes enfants et des adolescents... [qui doivent] « comprendre notre pays et notre monde, développer l’esprit critique, cultiver la connaissance et non la croyance »

« Enfants d’un monde où les distances se raccourcissent, où les savoirs sont de plus en plus accessibles grâce aux connaissances et aux réflexions disponibles en ligne, ils sont également bombardés d’informations en tous genres, de démonstrations fausses, grossièrement mensongères... Que ce soit par l’histoire ou par toute autre science, ils ont plus que jamais besoin d’aiguiser leur sens de la vérité et leur esprit critique pour ne pas tomber sous l’emprise de l’irrationnel »

« C’est pour saisir et exploiter au mieux cette histoire au plus près de soi que nous laissons plus de souplesse et de liberté pédagogique aux professeurs dans les choix qu’ils feront pour traiter telle ou telle période inscrite au programme.

Les enseignants le savent bien. Cela ne revêt pas la même signification de traiter de la Première guerre mondiale à Saint-Jean-de-Luz et à Verdun, d’évoquer la traite négrière à Bordeaux et Clermont-Ferrand, d’enseigner l’antiquité gréco-romaine à Corbeil-Essonnes et Vaison-la-Romaine, de parler de la Commune de Paris à Toulouse ou Cayenne. On ne s’y prendra pas de la même manière pour transmettre l’histoire en fonction de là où les enfants vivent. Et pourtant on la transmettra tout aussi bien partout »

« En cultivant l’optimisme des Lumières dans cette France de l’après-Charlie, nous faisons de nos élèves les héritiers de ce que la France a de plus précieux »... « C’est pour cette raison également que nous continuerons de combattre de toutes nos forces l’instrumentalisation de l’histoire ».
« Ce que nous voulons, c’est que l’Histoire soit libre, et qu’en étant libre, elle rende libres les élèves auxquels ces programmes sont destinés. L’enthousiasme du professeur saura faire le reste ».

Une Histoire libre ?
Silence remarquable sur le pacs entre histoire et géographie.
Forum sur primaire et collège. La chatelisation a déstructuré le lycée général. Rien n'y a changé depuis 2012, juste qq allégements.
Le couple histoire et mémoire semblent très présent. En fait 8 mentions de la mémoire, 47 fois le mot histoire.
2 historiens cités : Henri-Irénée Marrou, Lucien Febvre...
La forme : « je voudrais que nous nous placions à la place » ...


- Diffusion des discours et des tables rondes sur France-Culture
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-enseigner-l%E2%80%99histoire-dans-les-cycles-de-la-scolarite-obligatoire-
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-enseigner

Introduction (10h-10H30) : La fabrique des programmes : Michel Lussault et Benoit Falaize

 

tr1

Table ronde 1 : Comment enseigner l’histoire de France aujourd'hui ?
de gauche à droite : Patrice Gueniffey, Laurence De Cock, Pierre Nora, E Laurentin, Colette Beaune, Patrick Garcia, Sylvie Aprile

 

tr2

TR2 : Pourquoi enseigner (aussi) l’histoire mondiale ?
Franck Collard, Christian Grataloup, Caroline Douki, E Laurentin, Jocelyne Dakhlia, Antonio Gonzales, Vincent Capdepuy

 

tr3

 

TR3 : De l’histoire programmée à l’histoire enseignée
Jean-Marc Fevret, Bruno Modica, Dominique Borne, E Laurentin, Véronique Servat, Emmanuelle Picard, Iannis Roder
photos F-Culture

Conclusion : Un demi siècle de batailles et de controverses autour des programmes.
Quelles conclusions en tirer ? Philippe Joutard

- Un compte rendu synthétique sur Aggior
http://aggiornamento.hypotheses.org/2838


- Panser les plaies ou les penser ? Libération 03.06.2015
http://www.liberation.fr/societe/2015/06/03/

- Vers une réécriture des programmes ? KFP 04.06.2015
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/06/04

Pierre Nora « Il faut chercher le lien unificateur entre une conception d'une histoire qui tend à dépasser les mémoires de groupe pour faire une mémoire commune et de l'autre coté l'idée qu'il faut rendre justice à des mémoires brisées avec en particulier celle des immigrants ». Pour lui, « il faut faire comprendre à ces mémoires brisées qu'elles ne doivent  pas vivre dans les réclamations »

« Le découpage chronologique des programmes pourrait aussi être modifié »
« Si les enseignants veulent sauver les libertés que leur donne les nouveaux programmes... ils ont intérêt à le dire massivement avant le 12 juin, fin de la consultation ».


échos sur Twitter
F. Collard : l'histoire c'est une expérience d'altérité proposée aux élèves dans un monde où chacun est renvoyé à son identité.
http://twitter.com/hashtag/forumcsp
http://twitter.com/hashtag/college2016


Rappel : histoire scolaire
http://clioweb.canalblog.com/tag/histoirescolaire


.