ad50-maupas

 

Deux dossiers des Archives de la Manche (didac'doc 42 et 43) traitent de l'histoire de Théophile Maupas, un des 4 caporaux de Souain fusillés le 17 mars 1915 et du combat de Blanche pour obtenir sa réhabilitation.

- Obsèques du caporal Maupas, « fusillé pour l'exemple » en 1915 (Sartilly, 9 août 1923) - AD50 didac'doc 42
http://archives.manche.fr/details-didacdoc.asp?card=11623053

Après 1918, Blanche Maupas déploie une énergie extraordinaire et bénéficie d’un large et puissant soutien.
Le 21 avril 1926, une seconde demande de révision est rejetée.
Théophile Maupas et les caporaux sont réhabilités par décision du 3 mars 1934.


- Inauguration du monument aux membres de l'enseignement public de la Manche tombés au champ d'honneur
(Saint-Lô, 23 décembre 1934) - AD50 didac'doc 43
http://archives.manche.fr/details-didacdoc.asp?card=11851459

Dans le département de la Manche, 414 instituteurs publics ont été mobilisés.
108 ont été tués.
Un projet de monument est rapidement envisagé. Mais en 1922, Léon Deries, l'IA et Léon Bérard, le ministre, refusent d'inscrire Théophile Maupas sur le monument des instituteurs. Ils s'appuient sur le rejet par la Cour de cassation de la demande de révision (26 mars 1922).

Le monument est financé (40 000 F) et réalisé, avec une liste de 108 noms.
Le sculpteur Gustave Jacobs représente un soldat en gisant, une jeune femme serrant contre elle ses deux enfants, garçon et fille.
L'administration laisse traîner l'inauguration.
Blanche Maupas, le Comité Maupas et la LDH échappent ainsi au pire.
Une fois connue la réhabilitation, Blanche exige que la liste nominale soit regravée et que le nom de son mari soit inscrit dans l'ordre alphabétique.
Le travail de réfection coûte 1891,50 francs. L'inauguration a lieu le 23 décembre 1934.

.