3robustes  
Une photo absolument improbable (15.07.1917)...

femmes-charrue

Nathan 1ere 1988, page 126 :
pour l'auteur du manuel, ce ne sont pas les boeufs qui tirent le brabant,
mais les tois femmes qui poussent la charrue

   ad-boeufs   wla-q30655   
... contredite par les images de 1917-1918
       elephant-labour-14  
qui ne sont pas toujours significatives de la réalité en Europe.

Cinq photos du travail à la campagne en 1914-1918 (dont 4 avec des femmes).
Cherchez l'erreur.

 
La conclusion de la Chronique 428 analyse et commente une photo  publiée dans un manuel d'Histoire de 1ere (2007). 5 billets de blog ont préparé cette rédaction ; ils sont à lire en ordre inverse, le plus ancien étant en bas de ces pages.
http://clioweb.canalblog.com/tag/womenatwork


Sommaire :
- Cette photo improbable a été publiée dans le magazine Lectures pour tous du 15 juillet 1917
(merci Commons)
.


- La mise en scène des trois femmes est en contradiction avec la réalité du travail de la terre.


- Sur ce travail, regarder plutôt les photos anglaises de la War Land Army (autre forme de propagande ?)
 ou les images du film La femme française pendant la guerre (merci Youtube et CR)

- Mais la photo a inspiré les publicitaires des affiches d'appel à l'emprunt aux USA et au Canada

NB : Les illustrations sont volontairement reprises des messages précédents.



3robustes

Le texte publié dans la Chronique internet 428 :

Trois femmes et une herse. Le professeur d'HG enseigne à voir.
http://clioweb.free.fr/chronique/aphg428.pdf


« L’école n’enseigne pas à voir » affirmait Pierre Rosenberg en 2007.
Un détour, avec l’aide du web, par la couverture de l’Abécédaire 14-18 (Historiens & Géographes 427) incite à penser le contraire.

Trois femmes, photographiées de dos, donnent l’impression de tirer une herse.
Commons reproduit la photo et en indique la source : Lectures pour tous du 15 juillet 1917 (merci Commons).
Le magazine peut être consulté en ligne grâce à Gallica

L’image est pour le moins surprenante.
Passons sur la tenue de ces « paysannes ».
S’il s’agit bien d’une herse, les chaînes impliquent la présence de deux
chevaux de trait. Comment laisser croire que deux femmes tirant ces chaînes avec le haut de leurs cuisses auraient une force suffisante pour déplacer un tel instrument et briser les mottes de terre ? Que penser du rôle de la femme au centre, avec une simple corde passée sur l’épaule gauche ?
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/03/09/29394425.html



 wla-q30655


Si l’objectif est de montrer la réalité et la variété des métiers exercés par des femmes, de nombreuses images tout aussi efficaces sont archivées sur le web (WW1 Women at Work). Les photos des munitionnettes de Chilwell (Notts) en 1917 sont visibles sur Commons, tout comme celles de la Women’s Land Army (250 000 volontaires en 1917). Les femmes y utilisent des chevaux, pour le labour ou le transport du bois. Même dans « La femme française pendant la guerre », un film d’A. Devarennes commandé par les militaires du SPCA en 1918, des paysannes conduisent des chevaux ou des boeufs. (merci Youtube et CR). Alors pourquoi une telle mise en scène si peu vraisemblable ?
http://tinyurl.com/ww1-w-work

« Plus de chevaux pour tirer la herse. N’importe ! » « Trois robustes paysannes s’attellent à l’outil », peinent si bien que le permissionnaire, à sa prochaine venue, retrouvera son champ en pleine prospérité ». La légende complète traduit la tonalité moralisatrice et nationaliste des articles de Lectures pour tous. La mise en scène est au service de la propagande ; elle inspire des affiches aux USA (« Save Wheat » – « Women of France are struggling against starvation ») et au Canada (« Buy Victory Bonds »).

La dimension symbolique, peu soucieuse de la réalité, est aussi à l’oeuvre dans
« The French Woman », une affiche analysée par Laurent Veray pour l’Histoire par l’image. G-E Capon y représente, devant une Marianne guerrière, trois femmes : l’ouvrière, la mère, la paysanne. Cette fois-ci, c’est une fourche qui est sensée incarner le travail de la terre ! Un outil habituel pour cultiver un potager mais pas pour espérer retourner tout un

champ de maïs ! http://tinyurl.com/ww1-w-propa


Alors comment expliquer, en classe, le succès durable de ces images peu réalistes et sur le web, les commentaires
souvent caricaturaux qui les accompagnent ? L’efficacité visuelle et le symbole (cf. la faucille et le marteau) l’emportent parfois sur la réalité matérielle dans une histoire scolaire plus attentive au culturel qu’au social. Et les idées reçues (les femmes auraient « découvert le travail en 1914 », la guerre aurait « émancipé les femmes » !) ont davantage de force que le travail des historiens quand ils décrivent le travail au quotidien des 7 millions d’actives en 1913 ou traitent du retour à la situation antérieure dès 1919. La polémique peut aussi empêcher de voir une réalité : cf. les étoiles des déportés du convoi de Westerbork en 1944 au début de Nuit et Brouillard. « La répétition de la même affiche en fait un passage obligé » écrivent Christian Delporte et Marie-Claire Gachet. Une affiche de propagande de Vichy (« les deux maisons ») est omniprésente dans les manuels ; elle a été plébiscitée par les professeurs d’HG, apparemment sans réelle interrogation sur sa datation ou sa diffusion réelle.

http://tinyurl.com/ww2-vichy-propa


La formation de l’esprit critique est revendiquée par tous les enseignants. Si la lecture distanciée n’est pas seulement
une incantation, elle implique une réelle attention aux sources, une lecture rigo
ureuse et plurielle de l’image et un intérêt pour sa réception. Mais des programmes élaborés en flux tendus en 2010 et conçus pour être survolés laissent-ils le temps d’appliquer à l’histoire scolaire les pratiques du métier de l’historien ?


wla-q31003


WW1 - A woman carter, wearing waterproof coat, sou'wester and puttees,
smiles for the camera as she sits in the driving seat of her cart.
http://media.iwm.org.uk/iwm/mediaLib//21/media-21010/large.jpg


-  14.11.2014 :

thebaud

Couverture à comparer avec : Planting A Victory Garden
Mrs. Drewry rides atop her tractor while planting crops for her victory garden during World War I
Cincinnati, ca.1917 - Photo by Cincinnati Museum Center/Getty Images
http://www.gettyimages.fr/detail/photo-d%27actualit%C3%A9/mrs-drewry-rides-atop-her-tractor-while-planting

Si la photo est la bonne, alors elle peut difficilement illustrer
le travail des femmes dans les pays d'Europe en guerre en 14-18.
Pas plus que la mise en scène de l'attelage improbable des trois femmes et de la herse. :-):-)

- 19.11.2014 - En 1941, le magazine L'illustration exploite aussi l'anecdotique avec l'éléphant laboureur
      (il n'est pas guidé par une femmme)


.