Esther Benbassa conteste la posture du premier ministre, et lui demande de casser un scénario où la rage contre le gouvernement se retourne en prenant les juifs pour cible. Elle s'étonne de la déclaration initiale, peu mesurée et outrageusement pro-israélienne, de François Hollande.

Elle poursuit : « Si j’ai manifesté hier …, c’est parce que je viens d'un peuple qui a souffert, et que je ne veux pas qu'un autre souffre à son tour, au nom d'un nationalisme extrême et d'espoirs messianiques vains et dangereux ».

« Je suis élue de la République. Et juive. Et fière de l'être. Les miens ont contribué, dès les années 1940, à la fondation de l'Etat d'Israël… J'ai servi, jeune fille, ce pays, parce que je croyais que le sionisme visait seulement à donner une terre à ceux qui n'en avaient pas »… (mais) « ma famille n'est pas allée construire cet Israël-là, celui des ultras, qui rêvent du Grand Israël, celui qui coûte la vie à tant de Palestiniens et à tant d'Israéliens ». « En dépassant les frontières de 1967, on a commis le pire ».
« Je ne savais pas haïr et je n'ai toujours pas appris »

«  ... ceux qui manifestaient hier et qui manifesteront demain, dans leur immense majorité, ne sont pas antisémites. Ils pleurent les morts à Gaza. Ils se révoltent contre le silence des Occidentaux, l'asymétrie des situations et des forces, l'occupation, le blocus, et tant de vies sacrifiées dans une guerre qui est, quoi qu'on dise, une guerre d'occupation ».

http://www.huffingtonpost.fr/esther-benbassa/manif-pro-gaza_b_5616724.html

.