13 juillet 2014

Venise : Les digues corrompues


Venise Les digues corrompues
C'est le plus grand scandale de corruption de ces vingt dernières années en Italie : " Moïse ", le projet de digues mobiles devant préserver la Sérénissime de la montée des eaux, était au cœur d'un système de surfacturations
http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2014/07/11/venise-le-scandale-des-digues-corrompues_4455782_3208.html

Depuis la loi spéciale de 1984, le Consorzio Venezia Nuova (CVN) avait la haute main sur la répartition des chantiers publics. Il semble avoir été conçu dès l'origine pour favoriser les surfacturations.
 
« L'affaire a changé d'échelle avec le lancement d'un chantier hors du commun, baptisé MOSE. Un acronyme de Modulo sperimentale elettromeccanico, ou Module expérimental électromécanique, formant le nom italien du prophète Moïse pour un projet visant à stopper les eaux de l'Adriatique lorsqu'elles dépassent une certaine hauteur afin de mettre un terme au phénomène de l'acqua alta, dont la répétition menace l'existence de la ville. Une chimère dont la complexité a souvent poussé les experts à douter de sa faisabilité, depuis sa mise en chantier en 2005, et dont le coût, estimé à 2 milliards d'euros au lancement des travaux, a dérapé jusqu'à frôler les 6 milliards, alors que la mise en place des digues, sans cesse repoussée, n'est plus attendue avant 2016. L'administrateur délégué du CVN, Piergiorgio Baita, estime la marge des entrepreneurs sur ce chantier à 50 %, contre 10 % d'ordinaire, et évalue les sommes détournées à une centaine de millions d'euros par an »
.
Massimo Cacciari, maire de la ville de 1993 à 2000, puis de 2005 à 2010, reprochait au projet son coût faramineux et son utilité discutable. Lorsqu'on lui demandait ce qu'il fallait faire contre l'acqua alta, il avait une réponse toute faite : «  Il suffit d'acheter des bottes ».

.

Posté par clioweb à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Rencontres de Pétrarque 2014

 
« De beaux lendemain ? Ensemble, repensons le progrès »
Rencontres de Pétrarque 2014
http://www.festivalradiofrancemontpellier.com/index.php/


Lundi 14 juillet - Leçon inaugurale
Thomas Piketty, auteur de l’ouvrage Le Capital au XXIème siècle

Mardi 15 juillet - La politique peut-elle se passer de l'idée de progrès ?
Cécile Duflot, Etienne Klein, Blandine Kriegel.

Mercredi 16 juillet
La révolution technologique nous promet-elle un monde meilleur ?
Jean-Michel Besnier, Christophe Bonneuil, Jérôme Clément, Agnès Guillot.

Jeudi 17 juillet
Déclin de l'Occident : d'où viendra le progrès ?
Jean-Joseph Boillot, Pascal Bruckner, Geneviève Fraisse, Thanh Nghiem.

Vendredi 18 juillet
Peut-on remettre l'économie au service du progrès ?
Elie Cohen, Jean-Marc Daniel, Gérard Dumenil, Axelle Lemaire.


Diffusion des tables rondes sur France Culture
du 21 au 25 juillet, de 21 heures à 22 heures.
http://www.franceculture.fr/emission-les-rencontres-de-petrarque-1

en mp3 : http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_11919.xml

La démocratie jusqu'au bout : Le Monde a publié un entretien avec Thomas Piketty
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/07/10/thomas-piketty-il-faut-miser-sur-la-democratie-jusqu-au-bout_4455216_3232.html

extraits :
« On dit que la France est pionnière pour l'égalité, mais en réalité... le mot républicain lui-même légitime les inégalités les plus extrêmes
La conclusion que j'en tire, ce n'est pas que le progrès est impossible, mais qu'il faut repenser les institutions de politique publique dans toute une série de domaines (fiscalité, transparence, éducation…). Pour que la République soit sociale, une vraie démocratisation de l'économie et l'accès au savoir s'impose. Il faut plus que la Révolution française et l'égalité formelle pour que le progrès se réalise ».

« On l'a oublié, mais pendant longtemps les Etats-Unis étaient plus égalitaires que la vieille Europe. Reagan a utilisé la peur d’une concurrence par les pays vaincus en 1945 pour prôner un retour à un capitalisme débridé »

« On n'écrit pas un livre pour les gens qui nous gouvernent : de toutes les manières, ils ne lisent pas de livres. On écrit des livres pour tous les gens qui en lisent, à commencer par les citoyens, les acteurs syndicaux, les militants politiques de toutes tendances ».

« Je n'aurais jamais représenté l'inégalité comme je le fais sans la lecture de Balzac. Il y a là, dans la littérature, une puissance évocatrice qu'aucun chercheur en sciences sociales ne peut approcher ».

« il est possible de développer une vision optimiste et raisonnée du progrès. Pour cela, il faut miser sur la démocratie jusqu'au bout. Il faut s'habituer à vivre avec une croissance faible, et sortir des illusions héritées des " trente glorieuses ", où la croissance allait tout régler. La réflexion sur les formes concrètes de la démocratisation de l'économie et de la politique, sur la façon dont la démocratie peut reprendre le contrôle du capitalisme, cette réflexion ne fait que commencer. Il est urgent de développer des institutions réellement démocratiques, au niveau européen comme local, avec de nouveaux modes de participation collective aux décisions et de réappropriation de l'économie ».

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

L'histoire à l'épreuve du numérique - 2



L'histoire à l'épreuve du numérique - 2

Le séminaire Fichet-Heynlin s’intéresse à l’impact de la numérisation à l’université.
La séance du 26 mars 2014, avec deux historiens invités, a été présentée sur ce blog le 19.04.2014


Jean-Philippe Genet
a co-dirigé l’ouvrage Les historiens et l’informatique : un métier à réinventer.
Une transcription de ses interventions est en ligne :
http://clioweb.free.fr/debats/genet-numerique.htm


Frédéric Clavert
a fait une thèse sur Schacht et codirigé l’ouvrage « L’histoire contemporaine à l’ère numérique ».
Il a mis en ligne la transcription du contenu de son intervention.
http://www.clavert.net/seminaire-fichet-heynlin
et L’administration de la preuve en histoire à l’ère numérique
http://www.clavert.net/ladministration-de-la-preuve-a-lere-du-numerique-et-du-reseau-suites-du-seminaire-fichet-heynlin/

L'audio du séminaire est disponible en ligne :
http://www.reseau-terra.eu/article1309.html


Une présentation courte a été faite dans Historiens & Géographes, n° 427 :

Que change le numérique au travail des historiens ? L’historien doit-il devenir un programmeur ?

Le séminaire ne se limite pas aux réponses habituelles sur le rapport aux archives (bases disponibles en ligne, usage  parfois autorisé de la photo numérique) et sur la publication des travaux (le traitement de texte et l’export en pdf sont des passages obligés, y compris pour les adversaires déterminés de la modernité). Les enjeux centraux sont abordés : la pertinence des questions posées au passé, la qualité du traitement et de l’interprétation des données.

Jean-Philippe Genet énumère les opportunités manquées. Il dresse un réquisitoire vigoureux. Les historiens ont été actifs dès les années 1960 au sein d’équipes comportant des techniciens. L’étude des Florentins au XVe a été une réussite, celle des conscrits de la Restauration, un échec relatif. Vers 1980, l’institution a retardé d’au moins dix ans le passage des historiens à la micro-informatique. Dans la gestion des carrières, elle est incapable de prendre en compte le changement volontaire, la pluridisciplinarité assumée ou le travail en équipe.
http://clioweb.free.fr/chronique/aphg427.pdf

 

Posté par clioweb à 07:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,