31 mars 2014

FC : Les passions font-elles l’histoire ?

 

- Colères, envies, jalousies – les passions font-elles l’histoire ?
Forum France Culture : "L'Année vue par... l’histoire" 1/5 - 31.03.2014
Table ronde animée par Emmanuel Laurentin
Avec Arlette Farge, Fabrice Wilhelm, Thomas Bouchet et Alain Croix
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-forum-france-culture

Ecouter Alain Croix sur les révoltes bretonnes
et Fabrice Wilhelm sur les conséquences de la gestion managériale actuelle.

- Foules d'Histoire - Le Monde idées et culture, 29.03.2014
En Egypte ou en Ukraine, les révoltes ont mis en évidence une " société civile " capable de renverser des gouvernements. Cela en fait-il pour autant une force géopolitique pérenne ?
http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/03/27/foules-d-histoire_4390954_3224.html

Dès lors que l’humanité sait sa disparition totale possible,
elle peut, selon Patrick Viveret, travailler au devenir de la famille humaine.

Aux yeux du philosophe, ce nouvel équilibre change la donne. " La science politique classique envisage l'organisation du “vivre ensemble” comme la gestion, sur des espaces limités, de rivalités économiques, idéologiques, sociales, religieuses entre groupes d'intérêt comme vis-à-vis de puissances extérieures. Mais, dès lors que l'humanité est contrainte de se penser à l'échelle de la planète, elle n'est plus menacée par des étrangers, mais par sa propre barbarie, son inhumanité. La sagesse platonicienne, christique ou bouddhique, celle qui combat la barbarie intérieure de chaque individu, passe alors du terrain de l'éthique individuelle à celui de la politique, pour former en quelque sorte une géopolitique de l'humanité. "

" La cause humaine, du bon usage de la fin d'un monde "
    de Patrick Viveret (Les liens qui libèrent, 2012).

.

Posté par clioweb à 10:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


30 mars 2014

Apo 14-18, l'auto-célébration

 

Dans On n'est pas couché, l’émission de Ruquier, hier soir, 35 minutes d’auto-célébration et de propagande
à trois voix (plus une), à partir de la 50e minute :

« 14-18 est une guerre dénuée d'idéologie »
« le mal absolu, c'est la guerre »
http://www.france2.fr/emissions/on-n-est-pas-couche/diffusions/29-03-2014_224755

Pas d’historiens de métier parmi les invités, mais ont-ils encore une place dans l’histoire vendue par Ferrand, Costelle-Clarke et  Bern sur une TV dite publique ?
Natacha Polony a tenté à plusieurs reprises de questionner l'approche historique, mais Costelle, Clarke et Kassowitz ont aussitôt changé de sujet. C'est moins dangereux d'évoquer « 25 ans d'amour 24 heures sur 24 heures », la production d'une fille et celle de plusieurs documentaires commerciaux...

Est-ce la TV qui prédispose à autant d'infatuation ?
Pourquoi tant de mépris à l'égard du travail des historiens non médiatiques ?

Posté par clioweb à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 mars 2014

La notation des profs, le retour

 

- Peut-on un jour imaginer en France les élèves évaluant leurs enseignants ?
Eric Charbonnier, blog Education déchiffrée

Une récente étude de l'OCDE estime qu'il est essentiel de faire participer tout le personnel et les élèves d'un établissement à des auto-évaluations. Une pratique éloignée des habitudes françaises.
Peut-on imaginer en France les élèves évaluant leurs profs ?
http://educationdechiffree.blog.lemonde.fr/2014/03/28/peut-on-un-jour-imaginer-en-france-les-eleves-evaluant-leurs-enseignants/

Une récente étude de l’OCDEportant sur l’évaluation dans le monde de l’éducation est parvenue à la conclusion qu’il était important de faire participer l’ensemble du personnel de l’établissement et les élèves à des auto-évaluations de l’établissement, et d’utiliser le retour d’information des élèves concernant les enseignants à des fins formatives et d’amélioration.
http://www.oecd.org/site/eduistp13/TS2013%20Background%20Report.pdf

Eric Charbonnier travaille au sein de la direction de l’éducation de l’OCDE depuis 1998. Il se présente comme l'homme des chiffres et du financement de l'Education.
http://educationdechiffree.blog.lemonde.fr/a-propos/


- En 2008, le site note2be invitait les élèves à noter sur 20 leurs profs, cités nommément, selon six critères
(« clair ? “ ‘intéressant ? motivé ? etc.).
Stéphane Colas, le fondateur, était candidat aux muncipales sur la liste UMP de Pierre Lellouche dans le VIIIe.
http://rue89.nouvelobs.com/2008/02/22/note2be-le-site-qui-note-les-profs-et-les-enerve

- En mars 2012, le blogueur d'Arte avait vanté ce type de notation, à partir d'un bahut allemand
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/03/05/23679560.html

- Chatel avait osé publier un décret très contesté sur la notation des profs le 8 mai 2012,  2 jours après la défaite de Sarko.
Le Monde 09.05.2012 - http://tinyurl.com/lm-09052012-notation

- En déc 2013, Chatel a affirmé : « Nous n'avions pas supprimé la formation (initiale) » - Le Figaro 03.12.02013
De nombreux jeunes collègues ont pourtant été affectés avec service de 15 ou 18 heures sans réelle formation préalable au métier de prof, un métier qui n'existe sans doute pas pour l'ex DRH de chez L'Oréal.

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 mars 2014

AN : Exposition Jaurès

 expo-jaures

Exposition Jean Jaurès (1859-1914) - Catalogue : Jaurès, une vie d'humanité
Archives nationales, 60 rue des Francs-Bourgeois, Paris 3e
Présentation en pdf de l'expo : http://f.hypotheses.org/



Exposition Jean Jaurès, une vie d’humanité - L'Humanité, 10.03.2014
http://www.humanite.fr/culture/exposition-jean-jaures-une-vie-d-humanite-560711

« Dégager Jaurès de sa légende », Le Monde 12.03.2014
http://www.lemonde.fr/centenaire-en-france/article/2014/03/12/degager-jaures-de-sa-legende_4381616_4366887.html

L’exposition s'ouvre sur l'assassinat.
Ensuite, elle revient sur le parcours de Jaurès : l'intellectuel brillant, normalien, élu député en 1885 à 25 ans. Il soutient les mineurs de Carmaux en grève, il participe à la défense du capitaine Dreyfus (1898-1906). Battu aux élections de 1898, il rédige une Histoire socialiste de la Révolution, il écrit dans La Dépêche. En 1904, il fonde L'Humanité, il participe en 1905 à l'unification des socialistes dans la SFIO et à l'élaboration de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat. Il propose une loi sur « l'Armée nouvelle » (1910), il combat en faveur de la paix au sein de l'Internationale socialiste et condamne le protectorat au Maroc.

Le dirigeant socialiste, à la fois théoricien et homme de terrain, est devenu après sa mort une figure consensuelle de la démocratie. Pourtant ses adversaires l'ont combattu avec virulence : il est vilipendé par la droite chauvine qui le traite de « Herr Jaurès ». Après son assassinat, Maurice Barrès lui rend hommage dans L'Echo de Paris. En novembre 1924, sa dépouille est transférée au Panthéon. Le PCF qui a hérité de L'Humanité est exclu de la cérémonie et organise sa propre manifestation.


- Semaine Jaurès sur France-Culture, suite
Balade dans l’exposition Jaurès - La Fabrique de l'histoire, 26.03.2014
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-jaures-34-2014-03-26

vers la 45e minute : Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
"Les visiteurs réagissent surtout sur l'homme privé. Ils repartent attristés et un petit peu accablés.
On se dit que cent ans après, on ne comprend toujours pas ! "
L'histoire d'aujourd'hui dépend-elle à ce point d'une lecture victimaire ? (et de la colorisation/bruitage des archvies vidéos) ?

Sur Facebook, 8 photos illustrent plus la scénographie que le contenu de l'expo.
Dommage.
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.690688770994484.1073741883.138120952917938&type=1

- Des conférences  : 
03.04 Jaurès et la guerre, par Romain Ducoulombier
10.04 Jaurès et Guesde, par Jean-Numa Ducange,
24.04 Jaurès internationaliste, par Emmanuel Jousse
15.05 Jaurès et la classe ouvrière, par Marion Fontaine
adresses web des fichiers audios :
http://clioweb.canalblog.com/archives/2014/06/18/30098816.html

- Parmi les sujets traités dans les Cahiers Jaurès :
Jaurès et la Séparation, c'est le 175-176, Jaurès et l'Allemagne le 179,
Bernstein, Péguy, Garibaldi et Jaurès le 192
http://www.cahiers.jaures.info/sommaire.php?id=28

Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914, L’Harmattan, 2007 -
CR Romain Ducoulombier, http://www.laviedesidees.fr/Edouard-Bernstein-et-le-socialisme.html

- 2 ex de caricatures nationalistes, longtemps avant 2 tentatives de captation de l'héritage à droite et à l'extrême droite.
http://clioweb.free.fr/jaures/jjmanuel.htm


Le socialisme de Jaurès vu de l’étranger
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-jaures-44-2014-03-27
documentaire audio
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-jaures-24-2014-03-25

rappel : Jean Jaurès, choix d'adresses web
http://clioweb.free.fr/jaures/jaures.htm

L'article de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Jaurès
Les photos de wikimedia Commons : http://commons.wikimedia.org/wiki/Jean_Jaurès

A lire dans Wikisource : http://fr.wikisource.org/wiki/Jean_Jaurès
Discours à la jeunesse (1892)
Les Preuves (1898)
Histoire socialiste de la Révolution française (1901-1908)
L'Armée nouvelle (1910)


Jaures-Carmaux

Statue de Jean Jaurès à Carmaux (Gabriel Pech, 1923)
source Commons - voir aussi G-images
Jaurès est entouré par un mineur, un métallurgiste-forgeron, un verrrier, un paysan.
Sur les côtés, extraits du « discours à la jeunesse - Albi 1903 »
et de l'éloge de la réforme, « Discours de Toulouse du 17 Octobre 1908 »


.
.

Posté par clioweb à 08:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mars 2014

ED : Le tsunami numérique


Trois sources pour un débat impossible :

- Un livre chez Stock :
Emmanuel Davidenkoff, Le tsunami numérique. Education. Tout va changer ! Etes-vous prêts ?, Stock
http://www.editions-stock.fr/le-tsunami-numerique-9782234060548

« Suivi personnalisé des élèves à l’école primaire, correction des copies par ordinateur, cours magistraux consultables sur Internet (MOOC), tableaux blancs interactifs, formation continue des professeurs, le numérique va bouleverser le système éducatif en France… Si l’on veille à ne pas en laisser le monopole aux Américains, cette véritable révolution sera extrêmement bénéfique : elle offrira une meilleure égalité des chances et une formation davantage tournée vers l’accès à l’emploi.
Mais sommes-nous prêts ? »

- Un compte rendu et un entretien dans Le Café pédagogique :
http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2014/03/26032014Article635314144864742097.aspx

- L’émission Rue des Ecoles avec l’auteur et Divina Frau-Meigs (Paris 3).
http://www.franceculture.fr/emission-rue-des-ecoles-education-faut-il-craindre-le-tsunami-numerique-2014-03-26
http://www.univ-paris3.fr/frau-meigs-divina-29572.kjsp
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/04/02/26810177.html


Parmi les éléments abordés : L’intelligence artificielle, les MOOCs entre cours magistral à distance et travail en réseau, l’innovation, la créativité et la coopération …

Pour l’auteur, tout ce qui est répétition et répétitif sera sans doute industrialisé et livré aux machines. Mais on aura toujours besoin de profs, pour un métier radicalement transformé. DFM plaide pour un curricula à la place des actuels programmes, elle fait l’éloge de la mutualisation et du partage des ressources.

« il faut être optimiste pour s'intéresser aux questions d'éducation…. A force de ne pas entendre et valoriser ceux et celles qui en son sein innovent, l'Education nationale risque le même destin que l'entreprise Kodak. (Je crois cependant) qu’elle finira par libérer les énergies qu'elle a en elle … Ce qui m'inquiète c'est que ces enjeux mériteraient un vrai débat public. La refondation aurait pu le permettre mais cela ne s'est pas produit. Le choc Pisa n'est pas davantage venu ».

Pour ED, « l’Education devrait laisser travailler les gens qui innovent, voire, rêvons un peu, les encourager ».

L'innovation a sa Journée officielle : cette année, le MEN a choisi le 27 mars 2014.
http://eduscol.education.fr/cid75630/la-journee-de-l-innovation-2014.html

C'est aussi la 25e Semaine de la presse et des médias dans l’école (24-29 mars 2014).
Thème 2014 et 2015 : Une info, des supports
http://www.clemi.org/fr/spme/

.

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Internet propage les rumeurs. Vraiment ?



« Internet propage les rumeurs », vraiment ?
Xavier de la Porte, Les Matins, 26.03.2014
http://www.franceculture.fr/emission-ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile-internet-propage-les-rumeurs-vraiment-2014-03-26

extraits :
« Je voudrais profiter de cette émission où l’on est revenu sur le crash du vol de Malaysian Airlines pour parler des rumeurs qui ont entouré pendant 15 jours cet accident. En fait, c’est moins des rumeurs dont j’aimerais parler que des commentaires qu’elles ont suscités ... »

« La rumeur posait problème avant Internet, elle pose problème avec Internet. Mais pose-t-elle plus de problème ? »

« … bien que passant une bonne partie de mon temps sur les réseaux, j’ai appris l’existence, et la nature,
de ces « rumeurs les plus folles courant sur Internet » dans la presse. Dans la presse traditionnelle je veux dire – dans les journaux, à la radio - qui les ont relayées avec complaisance, les mettant à distance certes, mais les gens qui les relaient sur le web sont-ils assez bêtes pour croire que l’avion a été enlevé par des extra-terrestres ? J’aimerais donc savoir qui participe le mieux à la propagation de ces rumeurs, du site complotiste consulté par 20 tarés ou du journal télévisé fabriqué par des professionnels sérieux et regardé par 7 millions de personnes ».


« Defoe (A Journal of the Plague Year - 1722) dit que la rumeur, en tant que rumeur, fait partie de l’information, mais il dit aussi que l’information –d’où qu’elle provienne et notamment des journaux – doit être examinée avec le plus grand scepticisme. On devrait relire Defoe plus souvent ».

.

Posté par clioweb à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 mars 2014

Populisme, l'Europe en danger

 

Les soubassements du populisme (source JB, tw)

En prélude à la diffusion de « Populisme, l'Europe en danger » (France 2014),
un documentaire d'Antoine Vitkine diffusé sur RTS 2,
l'émission Histoire vivante propose 5 émissions sur les soubassements du populisme
Peut-être un article à paraître dans La Liberté (Fribourg)

« Du 24 au 30 mars 2014, Histoire Vivante porte son attention aux ingrédients favorisant les montées du populisme en Europe : ingrédients relevant de la psychanalyse, de l’histoire politique, de l’analyse littéraire et aussi de l’influence sans doute mal mesurée de l’industrie du divertissement, qui, ces dernières années, domine les programmes sur la plupart des écrans ».
Tour d'Europe de ces mouvements et de leurs arguments.


24.03 - Entretiens avec Dominique Reynié et Jean-Pierre Rioux
http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/5711027-le-populisme-1-5.html

25.03 - Le pouvoir magique de la voix
http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/5711028-le-populisme-2-5.html

26.03 - Qu'est-ce qu'une nation?
http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/5711032-le-populisme-3-5.html

27.03 - Quelle communauté produit une nation ?
http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/5711031-le-populisme-4-5.html

28.03 - Antoine Vitkine, Populisme, l’Europe en danger (France, 2014)
http://www.rts.ch/docs/histoire-vivante/5711034-le-populisme-5-5.html

« Ces partis prétendent parler au nom du peuple. A chaque problème, ils offrent des réponses simples, toujours identiques: haro sur l'immigration, l'Europe, les élites. Marine Le Pen en France, Geert Wilders aux Pays-Bas, Viktor Orban en Hongrie, Beppe Grillo en Italie. A coup de formules chocs et de rhétorique simpliste, ces leaders savent capter l'adhésion de citoyens toujours plus nombreux. Ils parviennent à présenter des façades respectables. Ils épousent habilement les attentes de leurs électeurs.

Au fil de cette radiographie du Vieux-Continent, le réalisateur analyse les discours et les méthodes de ces formations, tout en sondant les colères, les peurs et les frustrations sur lesquelles elles s'appuient ».

Posté par clioweb à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 mars 2014

Apo 14-18, le retour

 

La série Apo 14-18 revient, avec le battage marketing et l’auto-célébration de France 2.

En mettre plein les yeux
Relire ce qu'écrivait en 2009 Didi-Huberman à propos d'Apo 39-45,
http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2009/09/22/en-mettre-plein-les-yeux-et-rendre-apocalypse-irregardable_952332

ou lire Sylvie Lindeperg dans La voie des images (Quatre histoires de tournage au printemps 1944)
(notamment les 50 premières pages).

Tous deux rappellent la différence entre faire de la TV, même pour un public élargi, même avec audience, et faire de l'histoire (ou du cinéma).

Sylvie Lindeperg souligne un paradoxe : les chercheurs ont très bien documenté la production et la réception des images qui nous sont parvenues (cf les plans retenus dans Nuit et Brouillard de Resnais ou Mein Kampf de Leiser). Il devient difficile de continuer à colporter des erreurs (cf la poignée de main de Montoire refilmée fin 1944 par France Libre actualités, ou la foule des collabos dans le Vel d'hiv).
Un bon documentaire interrogerait davantage la source des images : pourquoi la mise en scène des familles régnantes de 1913 ? Pourquoi Pétain devant la caméra ?
Quand une image manque, l'historien s'interroge sur le silence (cf les images rares de la Résistance).
Le vidéaste en fabrique une ou détourne une autre de sa destination originelle (un extrait de la Bataille du rail pour illustrer l'exécution de Mocquet). L'image devient une marchandise, elle sert à bluffer, pas à traduire une vérité.

La vertu du cinéma, c'est de « montrer qu'on ne peut pas tout montrer » (JL Comolli).
La TV façon Costelle et Clarke, c'est l'exact opposé.
Pour eux il n'y a aucune limite à la visibilité et il est toujours possible d'ajouter du visible au visible (ne serait-ce pas une différence entre l'érotisme et la pornographie ?). Il faut imposer l'immersion, plonger le spectateur sous apnée, le saturer de plans, l'écraser sous un bavardage bien pensant, le convaincre qu'il n'existe qu'une lecture possible - et une seule - du sujet abordé.

« En mettre plein les yeux : c’est le contraire exactement de donner à voir. Mais l’appareil télévisuel, nous en faisons l’expérience chaque jour, fonctionne à la surenchère, à l’autosatisfaction (et à l’autocélébration) : nous avons réussi à placer huit cents plans par épisode, nous avons reconstitué les couleurs, nous avons ajouté les sons absents des images originales…  dans ce débat, il ne s’agit pas de purisme, justement : rien n’est pur en ce domaine, et toute image – dès sa prise de vue– est le résultat d’une opération technique, d’une médiation, donc d’une manipulation »

Pour Sylvie Lindeperg, le film La Rafle (comble l'absence insupportable d'image) mais surtout « vide l'histoire de sa substance politique et de son intelligibilité pour n'en conserver que l'écume émotionnelle ».


Egalement,
Antoine Rance, Stop à l'Histoire-spectacle !
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1160146-apocalypse

Claude Robinot, L'Apocalypse vue par Saint Costelle-Clarke
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1161441-.html

.
.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 mars 2014

FC : Rolande Trempé

 

trempe
http://evene.lefigaro.fr/culture/


- Rolande Trempé : « Je ne suis pas une jaurésienne, je suis une historienne »

La Fabrique de l'histoire consacre une semaine à Jaurès
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-0

Ce lundi matin, E. Laurentin s'entretenait avec Rolande Trempé.
Elle retrace son parcours personnel (pupille de la nation, résistante, historienne).  Elle a fait l’éloge de Jean Jaurès, l'homme et le dirigeant socialiste. La question de la place actuelle de l’histoire sociale a été abordée.
http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-jaures-14-2014-03-24


- L'historienne née en 1916 a été pupille de la nation : son père rebelle a été adjudant chez les zouaves, il est tué lors de la 2e bataille de la Marne. Elle a été élevée par sa grand-mère, sa mère travaillant comme infirmière lingère à l'Ecole Normale de Melun. Une double bourse finance ses études, elle obtient son premier poste à Constantine.
- la Résistance dans la 2 GM vécue entre les Ardennes et la Sorbonne
... (elle cite le géographe René Clozier, le géographe de la gare du Nord et des Causses du Quercy)
- après guerre, elle préfère Toulouse à Nantes, et occupe un poste à l'ENNA
(elle enseigne la pédagogie de l'HG, deux matières qu'elle n'avait jamais enseignées auparavant)
- une thèse  sur les mineurs de Carmaux, 1848-1914, sous la direction du doyen Godechot
(elle a découvert récemment qu'il avait été révoqué de l'école navale par Vichy)
- elle évoque son travail au Musée social (5 rue Las Cases)
avec Michèle Perrot la fille d'industriel, avec Maitron l'anarchiste ...

Un article de L'Humanité 06.01.2014 décrit aussi ce parcours
http://www.humanite.fr/tribunes/rolande-trempe-d-une-integrite-parfaite-jaures-eta-556347


Rolande Trempé est l'auteur de la thèse
Les Mineurs de Carmaux (1848-1914), Paris, Éditions ouvrières, 1971
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rolande_Trempé

Salaires et profits à Carmaux (1856-1913 - d'après la doc photo Patrons et ouvriers, 1973) :
http://clioweb.free.fr/dossiers/carmaux/carmaux.htm
http://pedagogie.ac-toulouse.fr/histgeo/monog/albi/carmaux/carmo0.htm
http://www.canal-u.tv/auteurs/trempe_rolande

Elle a publié notamment :
- Les trois batailles du charbon 1936-1947 Paris La Découverte 1989- CR dans Persée
- Solidaire : les Bourses du travail, Paris, Scandéditions, 1993
cf. David Rappe, « Les Bourses du travail, une expression de l’autonomie ouvrière », Cahiers d'histoire. 2011 - http://chrhc.revues.org/2360
Sudoc : http://corail.sudoc.abes.fr/DB=2.1/SET=1/TTL=1/NXT?FRST=11

Elle a aussi dirigé les documentaires :
- Mémoire de résistance : FTP-MOI , 1992
http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/memoire_de_resistance_ftp_moi_rolande_trempe.4877

- Camps de femmes, 1994
http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/camps_de_femmes_rolande_trempe.5531

- Elle a mené une série d'entretiens dans
Résistantes, de l’ombre à la lumière, le documentaire de Cécile Favier, 52 min, 2005, produit par l’AERI.
http://evene.lefigaro.fr/culture/agenda/resistantes-de-l-ombre-a-la-lumiere-7589.php




- Rolande Trempé : « D’une intégrité parfaite, Jaurès était le désintéressement incarné » - L'Humanité, 06.01.2014
http://www.humanite.fr/tribunes/rolande-trempe-d-une-integrite-parfaite-jaures-eta-556347
Elle dit son admiration totale pour Jaurès, pour son choix de la démocratie et de la raison, pour son rejet de la violence.
Elle cite son rôle d’arbitrage lors de la grève des traminots de Toulouse en 1891, puis lors de celle des mineurs de la Loire. Elle évoque la différence entre nationalisation étatisation.
« De nations à nations, c’est un régime barbare de défiance, de ruse, de haine, de violence qui prévaut … Le sublime effort du prolétariat international, c’est de réconcilier tous les peuples par l’universelle justice sociale ».
Son combat en faveur de la paix est violemment dénigré par les nationalistes qui arment le bras de son assassin.

Rolande Trempé, Jaurès et les grèves,
in Madeleine Rebérioux (dir.), Jaurès et la classe ouvrière, colloque (1976)

Rolande Trempé, Jaurès, l'Etat, la réforme et la révolution,
in Jaurès et l'Etat, colloque Castres 1997, Cahiers Jaurès 150, juillet-septembre 1998

Articles de Rolande Trempé dans les Cahiers Jaurès  ou dans le Maitron (consulter https://biosoc.univ-paris1.fr )

Mélanges en l'honneur de Rolande Trempé, editions PU du Mirail, 2000
Interview de Rolande Trempé : Carmaux, ville minière ?, pp 13-23,
in Jean-Pierre Poussou et Alain Lottin, « Naissance et développement des villes minières en Europe », Artois Presses Université, 2004.

Nicolas Adell (Université Toulouse II), Rolande Trempé et les figures de l'histoire
http://www.univ-toulouse.fr/universite/actualites/colloque-la-vie-savante-formes-et-recits-d-un-style
[ 15.04.2016 : Ce texte sera publié à l’automne 2016 dans une collection du CTHS ]


rappel : Jaurès, textes et images à consulter sur le web

- Jaurès, l'enfance, la carrière, le socialiste, le personnage historique, luttes et combats,
Jaurès et Albi, Jaurès assassiné
- Sommaires des Cahiers Jaurès depuis 2002
- La caricature au temps de Jaurès, exposition de 2003 (disponible grâce à Web Archive)
http://clioweb.free.fr/jaures/jaures.htm





rt-mineurs


.

Posté par clioweb à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 mars 2014

Irène Joliot-Curie, féministe engagée ?

 

IreneJoliot-Curie1936

Irène Joliot-Curie à la sortie du Conseil des ministres en 1936
http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Irène_Joliot-Curie

Louis-Pascal Jacquemond, « Irene Joliot-Curie, une féministe engagée ? »
Genre & Histoire 11 | Automne 2012 - http://genrehistoire.revues.org/1796

extrait :
« Irène Joliot-Curie (1897-1956) est une personnalité triplement symbolique : une scientifique nobélisée comme l’a été sa mère Marie Curie, une des trois femmes sous-secrétaires d’État (à la recherche scientifique) du gouvernement Blum de juin 1936, une militante des droits des femmes se revendiquant du féminisme. Et sa vie traverse trois moments de l’histoire des féminismes du premier XXème siècle. Adolescente au temps du suffragisme triomphant de la Belle Époque puis jeune fille mobilisée sur le front sanitaire de la Première Guerre mondiale, elle est ensuite épouse et mère émancipée de l’entre-deux guerres mais aussi scientifique engagée à l’heure du Front Populaire. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, elle devient, malgré des problèmes de santé, une militante pacifiste et procommuniste au temps de la Guerre froide ».

« Au féminisme silencieux et privé incarné par sa mère Marie Curie, féminisme de pratique quotidienne, discret et feutré, Irène oppose un féminisme plus militant et plus revendicatif... Tenace, elle brigue à quatre reprises l’Académie entre 1950 et 1954…  Mais ce refuge du conformisme (et cénacle d’antiféministes) refuse de l'admettre. L'Académie avait déjà rejeté la candidature de Marie Curie à la suite d'une campagne violente des cléricaux : une femme, une étrangère, le refus de voir le boudoir s’installer sous la Coupole ». La première physcienne ne sera admise qu'en 1979.

Genre & Histoire est la revue électronique de l’association Mnémosyne
http://genrehistoire.revues.org/
. http://www.mnemosyne.asso.fr

Nicole Pellegrin, Genre, voyage et histoire. Quelques aperçus, 2011
http://genrehistoire.revues.org/1124
Isabel Morant, Histoire des femmes en Espagne et en Amérique latine, 2010
http://genrehistoire.revues.org/1027
Linda Guerry, Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration.  Naissance et cheminement d’un sujet de recherche, 2009 http://genrehistoire.revues.org/748

.

Posté par clioweb à 08:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,