29 novembre 2013

Les intellectuels et le racisme

 

Christiane Taubira, le racisme et les intellectuels - Gérard Noiriel, Terrains de luttes 28.11.2013 - source ldc
http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=2008

« Dans l’interview qu’elle a donnée à Libération le 14 novembre 2013, la Garde des sceaux, Christiane Taubira, a vivement déploré que les intellectuels ne l’aient pas davantage soutenue face aux insultes racistes dont elle a été l’objet. Gérard Noiriel réagit à cette interpellation.

Selon lui, «lors du combat en faveur du capitaine Dreyfus, « les intellectuels ont trouvé dans la lutte contre le racisme leur raison d’être car le racisme est vu comme une doctrine, une idéologie, un programme qui exploitent les préjugés sur les minorités à des fins politiques. En luttant contre ces préjugés, l’intellectuel réactive le combat des Lumières, au nom de la raison et du savoir. Il apporte ainsi sa propre contribution aux luttes politiques que mènent les partis et les associations défendant les droits de l’homme ».

Pour expliquer le silence récent, Gérard Noiriel poursuit son opposition entre deux types d’intellectuels : les intellectuels de gouvernement, les intellectuels spécifiques. Les premiers sont à la remorque des médias et préfèrent les slogans à l’administration de la preuve ; les seconds veulent combattre les discours racistes en utilisant les armes de leur métier, mais ils craignent de faire de la pub aux provocations de l’extrême droite.
Selon lui, il faudrait interroger un postulat : penser qu’écrire et publier une tribune suffit à faire de la politique.

.

Posté par clioweb à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Agrégation d'histoire : rapport 2013

 

Agrégation externe d’histoire.
Le rapport de la session 2013 est en ligne
http://cache.media.education.gouv.fr/file/agreg_ext/06/7/hist_284067.pdf

« Le remarquable effectif de lauréats des académies de Paris-Versailles-Créteil (45 admis sur 654 inscrits) et Lyon (33 admis sur 155 inscrits) doit probablement autant aux mérites des étudiants qu’aux moyens que leurs universités affectent à leur préparation ».
Aucun admis à Nice, Aix, Montpellier, Grenoble, Besançon, Strasbourg, Amiens et Limoges et Poitiers


- Première dissertation : histoire ancienne
Durée : 7 heures
Sujet : L’expérience du départ en Grèce ancienne (bassin méditerranéen, mer Noire et Égypte incluses, jusqu’à l’Indus, du VIIIe siècle à la fin du IIIe siècle avant J.-C.

- Deuxième dissertation : histoire moderne
Durée : 7 heures
Sujet : Les circulations aristocratiques en Europe (années 1680-années 1780)

- Explication de texte (histoire contemporaine)
Durée : 7 heures
Sujet : Premières impressions de Michel Leiris, membre de la mission ethnographique
Dakar-Djibouti. « 31 mai [1931]

- Dissertation de géographie
Durée : 7 heures
Sujet : « Villes et mobilités en France » (avec un fond de carte de la France)

- Leçon d’histoire générale

- Explication de documents historiques

- Épreuve orale de géographie