Pour une éducation au monde complexe
« Laurence De Cock, Suzanne Citron et Vincent Capdepuy (collectif Aggiornamento) plaident pour des programmes renouvelés dans leurs contenus et leurs finalités qui introduisent une sensibilisation aux sciences humaines et sociales à l’école primaire ».
http://www.snuipp.fr/Pour-une-education-au-monde


(Le collectif Aggiornamento milite en faveur « d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie du primaire à l'université ». Il s’intéresse donc à l’ensemble de l’histoire scolaire et a vivement combattu les dégats provoqués par la chatelisation). http://aggiornamento.hypotheses.org/

Pour prendre en compte la complexité du monde actuel, le collectif considère que les sciences humaines et sociales sont une entrée plus efficace que l’actuel cloisonnement disciplinaire.

En primaire, il souhaite l'élaboration de programmes dont la souplesse aide à développer « le goût et la curiosité des autres », « la sensibilisation au changement et à la différence »...

Il propose de combiner histoire et géographie, de remplacer l'actuel survol linéaire répétitif par des approches variées, de faire étudier « des thèmes libres qui fassent écho aux questions soulevées par l’actualité », en les inscrivant dans la longue durée.

L’accent est mis sur la démarche. Seule des pratiques actives permettent de comprendre la part de construction dans le rapport au passé et à l'espace. Un vrai questionnement, une confrontation aux sources, au terrain et aux acteurs peuvent contribuer à la formation d’un esprit critique essentiel dans nos sociétés.

.