2 communiqués de l'APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie)

- Communiqué de presse du 4/09/2013
Paris, le 4 /09/2013.

L’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) a pris connaissance des nombreux articles de presse et des communiqués des syndicats enseignants à propos des réaménagements des programmes d’Histoire-Géographie en Troisième, en Terminale L/ES et en Première et Terminale professionnelles. Avec plusieurs milliers d’adhérents, de tous ordres d’enseignement, de l’école élémentaire jusqu’à l’Université, et forte de 25 Régionales, l’APHG est à la fois une force de proposition écoutée et régulièrement consultée par le Ministère et l’Inspection générale ; et un relai incontournable des Professeurs de terrain.
Face à une campagne de presse qui se développe ces derniers jours en occultant le rôle de l’Association, et dont l’écho nous parvient de toutes parts, l’APHG tient à rétablir les faits et rappeler les éléments suivants :

1°) Des réaménagements puis des allègements de programmes sont demandés avec obstination par l’APHG depuis plus d’un an, à la suite du rétablissement de l’Histoire-Géographie en Terminale S. Seule notre association a, dès le départ, mené le combat pour le rétablissement de nos disciplines et des horaires décents en TS. Depuis février 2013, les Commissions nationales et les Régionales de l’APHG ont travaillé à la rédaction de projets qui ont servi de base de travail à une première rencontre avec la Direction générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO) le 24 juin, et qui ont été rendus public immédiatement sur le site www.aphg.fr et dans la revue Historiens & Géographes (n°423, juillet-août 2013, pp.31-48).

2°) L’APHG a participé à toutes les réunions avec la DGESCO sur les projets de programmes remaniés. Les membres de la délégation ont scrupuleusement respecté la confidentialité demandée. Les projets peuvent encore être modifiés par les instances (CSE, le 19 septembre).

3°) Par ailleurs, et parallèlement à son travail de propositions concrètes et immédiates, l’APHG a apporté son soutien à la pétition intersyndicale, le 30 avril dernier. Pour notre association, le premier enjeu est celui de la formation intellectuelle et civique de nos élèves ; seul compte le résultat bénéfique pour l’intérêt général, dont personne n’a le monopole.

4°) L’APHG, soucieuse de l’intérêt de tous élèves, souhaite le rétablissement d’un climat de confiance au sein du corps des professeurs d’Histoire-Géographie, qui, massivement, attendait ces mesures d’urgence. Elle continuera à défendre ses idées, dans la transparence et en toute indépendance, dans un esprit de responsabilité. Enfin, l’APHG tient à rappeler qu’à plus long terme, il devient indispensable de réaffirmer nos disciplines, trop souvent attaquées dans un passé proche, et avec une large concertation. L’Association entend prendre toute sa place dans la Refondation de notre Ecole.

Les Secrétaires généraux de l’APHG (Béatrice Louâpre-Sapir et Hubert Tison)
http://www.aphg.fr/actualites-pdf/130903-communique-rencontre-DGESCO.pdf

-
Le mardi 27 août 2013, l’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) a été reçue au Ministère de l’Education nationale par la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO), en présence de quatre Inspecteurs Généraux d’Histoire-Géographie, dont le Doyen François Louveaux. La délégation de l’APHG, menée par Bruno Benoît, était forte de sept personnes, et comprenait les Secrétaires généraux, des élus du Conseil de Gestion, les deux responsables des Commissions pédagogiques nationales des Collèges et des Lycées et des Présidents et Vice-présidents de Régionales.

La DGESCO a présenté des projets de réaménagements de programmes pour les classes de Première et Terminale professionnelles, de Troisième (séries générale et technologique) et de Terminale L/ES. Les responsables du Bureau des Programmes de la DGESCO, ainsi que les Inspecteurs généraux ont demandé à ce que la confidentialité des aménagements soit assurée, au moins jusqu’à leur publication sur le portail Eduscol. En effet, les projets de programmes remaniés sont encore susceptibles d’être modifiés par les instances. Les membres de la délégation de l’APHG ont scrupuleusement respecté la confidentialité des échanges ; soucieux de leurs responsabilités à l’égard de l’Association, des collègues, comme des élèves qui en dépendent. C’est là un processus normal et une garantie de sérieux.

L’APHG a remis à la DGESCO deux dossiers complets sur ses propositions concrètes et détaillées d’allègements de programmes en Troisième et en Terminale L/ES. Ils s’appuient sur le travail collectif mené depuis le mois de février dernier par les Commissions nationales, les Régionales et une grande enquête nationale portant sur la classe de Troisième. Vous trouverez sur le site de l’APHG (www.aphg.fr) un point complet sur les textes remis lors de cette audience, ainsi qu’une analyse de la Commission de l’Enseignement professionnel. L’ensemble des contributions et des notes de synthèses provisoires, qui ont servi de base de travail à une première rencontre avec la DGESCO le 24 juin dernier, ont été mises en ligne immédiatement et publiées dans le numéro 423 de la revue Historiens & Géographes (juillet-août 2013, pp. 31-48).

L’APHG a également apporté son soutien à la pétition intersyndicale, lancée le 23 avril. Pour notre association, le premier enjeu est celui de la formation intellectuelle et civique de nos élèves ; seul compte le résultat bénéfique pour l’intérêt général, dont personne n’a le monopole.

Les membres de la délégation de l’APHG ont évoqué le délai de réaction très court. D’une part, une vaste réflexion autour des programmes sera initiée dans le cadre de la Refondation de l’Ecole, par le nouveau Conseil Supérieur des Programmes. D’autre part, le calendrier est précis. Le ministre est seul décisionnaire; s’il donne son accord, les représentants de la DGESCO indiquent que les projets pourraient être mis en ligne sur Eduscol cette semaine. Nos interlocuteurs ont rappelé que ces textes devaient être obligatoirement soumis aux instances délibératives, c’est-à-dire le CSE, qui se réunira le 19 septembre. Concernant les Bac Pro, la réunion de la « Formation interprofessionnelle » aura lieu le 23 septembre (Michel Hagnerelle). Le Doyen François Louveaux a annoncé que les IPR seraient les destinataires d’une lettre de cadrage sur les sujets. La DGESCO enverra aux chefs d’établissements un courriel pour signaler la mise en ligne des projets. La publication de l’arrêté officiel ne pourrait avoir lieu avant octobre prochain. L’APHG est invitée à faire des remarques et des propositions sur les formulations des sujets et  les consignes de correction du DNB et du Baccalauréat dans un avenir très proche (15 septembre).

L’APHG se félicite du climat constructif dans lequel s’est déroulée la réunion, chacune des parties étant convaincue de la valeur et de la place de nos disciplines dans l’enseignement secondaire. Elle continuera à défendre ses idées, dans la transparence et en toute indépendance, dans un esprit de responsabilité. Enfin, l’association tient à rappeler qu’après l’urgence des réaménagements et à plus long terme, il devient indispensable de réaffirmer nos disciplines, dans le cadre des chantiers ouverts par la Refondation de l’Ecole, et avec une large concertation.
Les Secrétaires généraux de l’APHG (Béatrice Louâpre-Sapir et Hubert Tison)

.