30 juin 2013

DNB : Présidentielle 2012

 

DNB 2013 - Education civique (bientôt enseignement moral et civique)

II - Travail sur document (6 pts)

Les médias retransmettent le débat des candidats à l'élection présidentielle en mai 2012

dnb-pr-2012-b

 

2012-debat-tf1

 Le débat archivé par TF1 -
La copie d'écran a été faite vers 1h50, au moment où le vote des étrangers s'invite dans le débat.

http://videos.tf1.fr/infos/elections-presidentielles/debat/2012-le-debat-francois-hollande-face-a-nicolas-sarkozy-7209564.html
Pour une fois, l'adresse web indiquée dans un sujet d'examen marche ...
après un long tunnel de publicité... sur une télévision commerciale.
François Hollande face à ? Un titre surprenant sur une archive de TF1 ...

2012-debat-f2

La version France 2 via une copie mise en ligne sur Youtube
https://www.youtube.com/watch?v=UhLYmyOxlRY

L'INA ne propose que 24mn27 gratuites... https://www.youtube.com/watch?v=ov6IbOtBSDA
Un extrait présenté comme intégral sur Dailymotion dure 59 minutes (au lieu de 170 minutes)

2012-pr-plateau

Voir ou revoir en plongée le plan du studio
(les présentateurs sont en haut, les candidats se font face au milieu).

Une image des fenêtres de l'Elysée est projetée derrière les présentateurs et derrière chaque candidat. Le cadrage évite de montrer trop la rollex après 50 ans. Les incrustations étaient prévues sur fond noir, TF1 utilisant celles le côté droit pour les pub Facebook et Twitter.

Que retient-on en éducation civique 2013 d'une campagne présidentielle ?
L'image qu'en donnent les deux grandes chaînes TV ...

Sur le contenu du débat, lire plutôt la presse écrite et interroger vos souvenirs.
Le débat, en notes prises par le Huffington Post
http://www.huffingtonpost.fr/2012/05/02/hollande-sarkozy-debat-entre-deux-tours_n_1469843.html

Le débat vu de l'étranger
http://www.courrierinternational.com/article/2012/05/03/le-debat-presidentiel-vu-d-ailleurs

Présidentielle 2012 : que retenir du débat (2h50) ?
http://www.franceculture.fr/2012-05-03-presidentielle-2012-que-retenir-du-debat

 
.

Posté par clioweb à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Géo : le déni de l'urbanisation

 


La France fâchée avec le pays réel - Libération 28.06.2013
http://www.liberation.fr/societe/2013/06/28/la-france-fachee-avec-le-pays-reel_914526

L’Hexagone a achevé son urbanisation. Mais ses dirigeants s’accrochent à une ruralité fantasmée.
Le géographe Jacques Lévy (Réinventer la France, Fayard) explique comment ce déni entretient les archaïsmes dans la gouvernance des territoires et plaide pour un nouveau contrat géographique et une justice spatiale.


extraits :
« Longtemps, on a montré l’espace français et l’espace en général sous forme de surfaces continues...  j’ai progressivement compris que partout, le réseau, fait de lignes et de points, était à la fois premier et fondamental dans les spatialités humaines... Parmi d’autres techniques, le cartogramme permet de figurer ces villes de façon évidente, avec leur poids réel ».

Le choix du privé : dans le périurbain, les habitants font plutôt le choix du privé que celui du public. « Préférer être propriétaire plutôt que locataire, c’est un choix. Avoir son jardin plutôt qu’un accès à un parc, c’est un choix. Prendre sa voiture et circuler dans un espace fait d’autoroutes et de ronds-points plutôt que prendre le bus, le tram ou le métro, faire le taxi pour ses enfants plutôt que les laisser explorer la rue, choisir ses voisins plutôt que devoir se frotter à une certaine altérité dès qu’on sort de chez soi, c’est un choix …».

L'INSEE a manipulé les stats pour entretenir le mythe de la permanence du rural et l'imaginaire anti-urbain.

Paris ne siphonne pas la richesse du pays (invention des physiocrates),
mais 18 % de la population y produit 29 % de la richesse nationale.
Les pauvres des régions riches paient pour les riches des régions pauvres.

« L’accès aux soins hospitaliers, par exemple, ne peut être conçu comme si la mobilité n’existait pas ou comme si le service rendu pouvait être saupoudré, sans conséquences, sur le territoire. On sait par exemple qu’une maternité trop petite ne coûte pas seulement plus cher, mais qu’elle devient dangereuse, faute de pratiquer assez d’accouchements ».
Une phrase qui contredit le combat des habitants du Bocage normand, et celui de la Coordination présidée par Michel Antony
http://clioweb.canalblog.com/tag/vire-maternite


Le département n'a clairement plus d'intérêt fonctionnel, mais il peut participer à l'animation de la vie locale.

Le temps de l'échelle unique est fini, la France ne peut prospérer que si elle admet l'existence d'enjeux politiques aux échelles continentale et mondiale.

L'enjeu n'est pas de chercher le système idéal mais de mettre en accord un système politique et une société.

« La délibération serait facilitée si, par exemple, un haut conseil des territoires, indépendant des pouvoirs existants, pouvait constater publiquement l’état géographique de la France, montrer ses cohérences et ses dynamiques et, éventuellement, faire des recommandations non impératives ».


Sur ce blog, voir Les villes résistent (Présidentielle 2012) : http://www.canalblog.com/tag/choros

Articles de Jacques Lévy dans EspacesTemps
http://www.espacestemps.net/auteurs/jacques-levy/
dont
Vote et gradient d'urbanité (2002)
http://test.espacestemps.net/articles/vote-et-gradient-d'urbanite/
l'archipel français (2007)
http://www.espacestemps.net/articles/l'archipel-francais/


.

Posté par clioweb à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

DNB 2013 : communiqué APHG

 

Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)

Diplôme National du Brevet (DNB) session 2013
Sujets d’Histoire-Géographie-Education civique : « Plus jamais çà ! »
Communiqué de presse 29 juin 2013


L’APHG (Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie) a pris connaissance des sujets scandaleux du Diplôme national du Brevet (DNB) de la session de juin 2013 en France métropolitaine et des réactions indignées qu'ils ont suscitées chez les professeurs d’Histoire-Géographie-Education civique, comme chez de nombreux élèves et leurs parents.

De nouveau, comme avec les sujets du Baccalauréat général, les leçons de fin de programme ont été privilégiées. Est-ce la volonté de mettre au pas un corps professoral qui n’a eu de cesse de dénoncer la lourdeur des nouveaux programmes ? En voulant contraindre les enseignants à une véritable course contre la montre pour terminer des programmes infaisables, ce ne sont pas les professeurs qui sont sanctionnés, mais les élèves qui sont punis.
Les questions posées, abordées en fin d’année scolaire, au pas de charge et pour la première fois,  n’ont pas pu bénéficier d’évaluations et de remédiations, susceptibles de réduire les écarts entre les élèves. Nous sommes inquiets devant la grande difficulté à laquelle seront confrontés, dès le lundi 1er juillet, les correcteurs de tels sujets.

L’APHG relève un manque de clarté de certains intitulés et des incohérences entre les programmes de 2008 et les consignes du DNB de 2012 (1), de nature à déstabiliser les élèves et à provoquer des interrogations chez les professeurs.

Ainsi, en respectant les textes officiels, la question longue en Histoire aurait dû porter sur l’ensemble des crises de la Guerre froide. Dans la plupart des manuels, la guerre de Corée n’est qu’à peine évoquée. Un élève moyen de Troisième ne disposait donc pas de la matière suffisante pour rédiger sérieusement un développement structuré (2).
En Géographie, c’est l’écriture de l’ensemble du sujet qui pose problème, tout comme le choix contestable des documents (le fond de carte et le tableau statistique sont peu convaincants).
Les documents proposés sont, pour l’essentiel, de nature journalistique et même publicitaire, tirés d’Internet, avec une question en Education civique sur la reconnaissance par les élèves des symboles des médias sociaux commreciaux ! Ceci pose la question du statut de l’Histoire, de la Géographie et de l’Education civique comme disciplines scientifiques à l’Ecole, fondées sur l’étude des sources originales.
Enfin, il conviendrait d’éviter de donner aux candidats des documents de piètre qualité d’impression, comme cela a été fait en Education civique.

Les intitulés de certaines questions invitent davantage à la récitation qu’à une véritable réflexion des élèves.

L’APHG demande avec insistance une refonte du DNB dès l’année prochaine. Il doit reposer sur des programmes allégés immédiatement et, à terme, révisés. Nous demandons que soient évités à l'avenir les pièges dans les formulations des sujets, dans l’intérêt de tous. Nous recommandons une nouvelle écriture de l’épreuve d’Histoire-Géographie-Education civique du DNB. L’APHG, qui défend la parité entre nos disciplines, demande pour la question longue, à la fois en Histoire et en Géographie, qu’il y ait le choix entre deux sujets. Les intitulés ne doivent pas seulement appeler à la récitation, mais veiller à favoriser la réflexion et l’éveil critique des élèves, qui sont les citoyens de demain.

Pour l’APHG, l’Histoire, la Géographie et l’Education civique doivent redevenir des priorités de l’Education nationale, à tous les niveaux d’enseignement. Les professeurs de ces disciplines, soucieux de valoriser avec bienveillance le travail effectué tout au long du collège par leurs élèves, exigent un examen national avec des épreuves à la fois faisables et ambitieuses, qui permettent une réelle égalité des chances et un accès de tous à une
culture générale solide.

1 - BOEN spécial n°6 du 28 août 2008 portant sur les nouveaux programmes de Troisième applicables en septembre 2012 et BO n°13 du 29 mars 2012, annexe II, concernant la mise en place du nouveau DNB.

2 - Dans le texte de l’annexe du BO n°13 du 29 mars 2012, qui donne les consignes pour l’examen, à la rubrique « Connaissances et capacités », nous pouvons lire : « Cette étude doit permettre à l’élève (…) d’expliquer ce qu’a été la guerre froide à partir de la situation de l’Allemagne et de Berlin ». La grande majorité des professeurs n’a donc pas abordé, sauf de manière succincte et dans le cadre de la mise en contexte de la leçon, les crises de Cuba et de la guerre de Corée, qui ne figurent pas dans les repères attendus dans ce même texte. En revanche, ces deux crises figurent dans les « démarches » des programmes publiés en 2008.

Le Secrétariat général de l’APHG
(Béatrice Louapre-Sapir et Hubert Tison)

Version au format pdf : http://aphgcaen.free.fr/aphgn/aphg-dnb2013.pdf

.

Posté par clioweb à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,