Le carnaval de l’investigation
  - Ce que révèle l’« affaire Cahuzac »
Pierre Rimbert et Razmig Keucheyan, Le Monde diplomatique, mai 2013
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/05/KEUCHEYAN/49087
(seule l'intro est en ligne, le reste suivra peut-être dans 1 ou 2 mois)


« Grâce à Médiapart, un ministre en a remplacé un autre ». L’article de dernière page du Monde diplomatique interroge la fonction du journalisme d’investigation. En 1972, Bob Woodward et Carl Bernstein ont révélé les turpitudes de Nixon. Depuis, trois facteurs ont « rétréci l’horizon de ce genre médiatique » : le rôle de certains juges d’instruction ; l’affaiblissement de l’opposition droite-gauche, la course à l’audience.
Dans ce genre médiatique, « la dramaturgie ritualisée » met en scène l’opposition simpliste entre le bon journaliste et le méchant pouvoir ; elle a pour effet de « réduire les enjeux de structure à des questions de personnes... la question des paradis fiscaux [a été brièvement] posée, mais une actualité [a vite chassé] la précédente et tout est redevenu lisse… »

Les auteurs listent les faux scoops du Monde dirigé par Plenel entre 1996 et 2004.
Ils rappellent son mépris pour le travail de Denis Robert : « Cette enquête Canada Dry, qui avait l’allure d ’une investigation mais en aucun cas sa consistance, appliquait à la finance mondiale une variante des théories du complot ». La publier, expliquait-il, « c’est paradoxalement dépolitiser et démobiliser »


Deux références leur semblent éclairer la portée politique de ce genre médiatique.
Au temps du carnaval, les hiérarchies s’inversaient. La fête achevée, tout rentrait dans l’ordre.
Gramsci utilisait le terme de subversivisme pour désigner les formes de rébellion privées et inorganisées, « celles qui reposent sur un fort ressentiment à l’égard de l’Etat, déplorent ou moquent le spectacle donné par les puissants, mais intériorisent en même temps la position de subalternité… »

« La conclusion vaut-elle pour l’affaire Cahuzac ? Catalyseur de l’humeur subversiviste qui s’observe en France, ce dernier scandale … accentue le cynisme ambiant. En effet, l’indignation qu’il suscite ne s’exprime - pour le moment - que sur un mode privé : la protestation n’a pas trouvé le support collectif qui ferait de cette affaire 1e symptôme d’un problème plus général… Lorsque NS était au pouvoir, 1e Parti socialiste pouvait prétendre incarner 1e changement. L’illusion s’estompe, et avec elle l’espoir de voir se défaire à brève échéance l’alliance de l’austérité et de la corruption…
Le subversivisme, expliquait Gramsci, peut être de gauche ou de droite. Mais en temps de crise, i1 penche irrémédiablement vers le conservatisme. Pour qu’un autre débouché lui soit offert, la mobilisation politique ouvre plus de perspectives que les révélations médiatiques ».


Pierre Rimbert est rédacteur en chef du MD
http://www.monde-diplomatique.fr/recherche?s=Pierre+Rimbert
En 2005, il a publié Libération, de Sartre à Rothschild

Razmig Keucheyan (né en 1975), est un sociologue et militant de la gauche radicale suisse, MdC à Paris Sorbonne-Paris IV
http://fr.wikipedia.org/wiki/Razmig_Keucheyan
http://www.gemass.fr/spip.php?article240


.