11 mars 2013

Les enfants tabous du Vorarlberg

 

wilma

Gérard Lefort, Mohamed et Wilma, Libération Le Mag, 09.03.2013

Les enfants tabous du Vorarlberg - Libération Grand Angle - 03.03.2013
En 1946, une région enclavée des Alpes autrichiennes enregistre un étrange pic démographique. Deux cents à trois cents bébés naissent de soldats indigènes enrôlés dans l’armée française qui occupe alors la zone.
Une filiation longtemps passée sous silence.
http://www.liberation.fr/monde/2013/03/03/les-enfants-tabous-du-vorarlberg_885938


Mohamed et Wilma
- Libération Le Mag, 09.03.2013
http://www.liberation.fr/chroniques/2013/03/08/mohamed-et-wilma_887273


Karin Trappel est née en 1946 à Begenz. Elle est la fille de Wilma et de Mohamed ben Bouchaïb.

Le triomphe de l'amour sur une idéologie raciste ? « On imagine le courage de ces deux amoureux, leur détermination, leur force, leur belle inconscience…Peut être qu’il suffisait que Mohamed sourie, que Wilma irradie, pour que fondent autour d’eux les glaces de la bêtise. Mais l’histoire va être encore plus misérable que les humains… »

En 2009, grâce au journaliste Maurin Picard, Karin apprend que son père a été tué en Indochine le 27 mai 1950.
« un pays qui n’est pas le sien, pour une cause à plus d’un titre étrangère …Elle n’a jamais pu parler de cette mort avec sa mère, décédée en 2000 ».

.

Posté par clioweb à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


A quoi pensent les historiens ?

 

A quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au XXIe siècle
sous la direction de Christophe Granger, éditions Autrement 2013 (source ChP)

- 4e de couverture : Que font les historiens aujourd’hui ? Comment traitent-ils des archives ou des images, des classes sociales ou de l’environnement ? Et où puisent-ils le pouvoir de produire de la vérité sur le passé ? L’histoire, fille du présent, n’a cessé depuis quinze ans de reformuler ses savoirs et ses questionnements.
Dans le même temps, la fonction
civique de l’histoire a changé de nature. Exigences mémorielles, intervention de l’État pour en réglementer le contenu officiel, retours du « grand récit national » ont imposé aux historiens de repenser leur métier. En décrivant leurs méthodes et le renouvellement des champs qui s’offrent à eux, une nouvelle génération d’historiens dessine ici le portrait vivant et accessible de l’histoire telle qu’elle se pratique au XXIe siècle

- Les lundis de l'histoire, 04.03.2013
Invités : Christophe Granger, Romain Bertrand, Patrick Boucheron
http://www.franceculture.fr/emission-les-lundis-de-l-histoire-profession-historien-2013-03-04


- Table des matières
:
Ouverture : Science et insouciance de l’histoire
Christophe Granger
Il y a vingt ans : Passés recomposés
Jean Boutier et Dominique Julia

Métier
Qu’est-ce qu’être historien aujourd’hui ? Permanence et mutations d’une communauté académique
Marte Mangset et Emmanuelle Picard
Histoire et sciences sociales : nouveaux cousinages
Stéphane Van Damme
Histoire et littérature
Judith Lyon-Caen
Histoires et historiens dans l’espace public
Nicolas Offenstadt

Compétences
L’historien en « ses » archives
Yann Potin
Voir le passé : histoire et cultures visuelles
Gil Bartholeyns
Le sens de la mesure : nouveaux usages de la quantification.
Claire Lemercier et Claire Zalc
L’imagination narrative, ou l’art de raconter des histoires
Christophe Granger
Les enjeux historiens d’un centenaire : la Grande Guerre
André Loez et Nicolas Offenstadt

Mutations
La tentation du monde : « histoire globale » et « récit symétrique »
Romain Bertrand
Catégories sociales et discours sur la société
Déborah Cohen
L’histoire, les feminist & others’ studies
Delphine Gardey
L’histoire des émotions
Jan Plamper
L’émergence d’une histoire environnementale
Grégory Quenet
Les « classiques » de l’histoire au XXIe siècle

.

Posté par clioweb à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,